L’affaire Léonarda peut-elle constituer « L’Affaire du collier » de la République ?

25 Oct

L’affaire  Léonarda  est  emblématique  de la  faiblesse d’une  République qui ne pose des régles qu’au nom de ce qu’elle pense être des  bons sentiments et  qui ne sont que  les  relents d’un mondialisme  mal digéré en vertu (?) duquel tout  ce  qui est national doit être éradiqué.

  • La famille Dibrani , composée de huit personnes,  est entrée en France  en violation des  des lois nationales  le 26 janvier 2009
  • L’étude du dossier de ces Roms étudié par l’OFPRA  (Office Français des protection des  Réfugiés et Apatrides – 201 Rue Carnot, 94120 Fontenay-sous-Bois )- NDLRB . Pourquoi  » protection ?-   » a aboutit à la conclusion  qi’ils ne pouvaient se plaindre de persécutions au sens  de la Convention de Genève  ( Convention du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés)
  • La Cour nationale du droit d’Asile (CNDA- 35 rue Cuvier  93558 Montreuil-sous-Bois cedex)  rejette en appel  leur demande pour les mêmes raisons le 31 janvier 2011
  • Deux mois plus tard, la famille demande un réexamen de sa situation  par  ces mêmes instances  qui rejettent à nouveau la requête
  • le 29 septembre 2011,  le préfêt,  soupçonnant que la famille Dibrani aprés  être entré en fraude dans  notre  Pays utilise maintenant  des moyens dilatoires pour  s’y maintenir amors qu’elle a  épuisé les moyens de droit  pourtant  fort  libéralement  mis à sa disposition,  signifie aux Dibrani une obligation de  quitter le territoire français  (OQTF).  Dés lors ils disposent d’un mois  pour ce  faire mais  conseillés par une association  ( NDLRB. Généralement  financée par des subvetions publiques)  , ils attaquent la décision préfectotale devant le Tribunal administratif de Besançon , Tribunal qui  confirme  la légalité  de la décision  le 26 janvier 2012.
  • Sans désemparer les  clandestins  saisisent alors la Cour administrative d’appel de Nancy  qui les désavoue à nouveau le 21 févier 2013

Voilà donc prés de quatre ans  que cette  famille pourtant entrée en violation consciente de nos lois nationales  est logée aux frais de l’Etat – C’ EST A DIRE A NOS FRAIS-  au centre d’hébergement  de Levier, prés de Pontarlier. Et c’est à Léonarda , pas plus  titulaire de droits au séjour  que le reste de sa  famile  que le  (P)résident de la République  a prétendu ouvrir  chez nous un droit au séjour en violation de  touters les régles de  droit  contrôlées et  sanctionnnées  ci-dessus, lui pourtant le gardien des Institutions *

* Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État

 Une famille Rom qui avait épuisé  tous les recours possibles . Le Figaro 17 octobre 2013 p. 2

342448121

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2013/10/23/dessin-paru-dans-la-publication-suisse-24-heures-a-propos-de.html

4 Réponses to “L’affaire Léonarda peut-elle constituer « L’Affaire du collier » de la République ?”

  1. alaintexier octobre 25, 2013 à 11:01 #

    2084. C’est le nombre de demandes d’asile présentées par des Kosovars en France. Source OFPRA. Le Figaro 17 octobre p. 2

  2. alaintexier novembre 3, 2013 à 10:09 #

    Les dessous de l’affaire Léonarda (éléments relevés dans le rapport officiel).
    – M. DIBRANI n’a jamais donné suite aux propositions d’embauche qui lui étaient faites, et il ne cachait pas attendre le versement des prestations familiales qui suivraient sa régularisation pour assurer un revenu à sa famille ;
    – il n’a jamais présenté de permis de conduire alors qu’il se prétendait chauffeur de poids lourd ;
    – il a donné trois versions différentes des raisons pour lesquelles il ne pouvait pas produire de pièce d’identité.
    L’un des élus, conseiller général, qui a suivi 5 familles de déboutés du droit d’asile, dont deux kosovares, a signalé que la famille DIBRANI était la seule qui ne s’était pas engagée dans un processus d’intégration, que l’ensemble des efforts fournis pour lui venir en aide avaient en définitive échoué. Il a également souligné l’absentéisme de certains enfants.
    Selon les données recueillies par la mission, les absences de Léonarda au collège sont de 66 demi-journées en 6e, 31 en 5e, 78 en 4e et 21 ½ depuis le début de l’année scolaire actuelle.

    Sources : RAPPORT SUR
    LES MODALITES D’ELOIGNEMENT
    DE LEONARDA DIBRANI

    En date du 20 octobre 2013
    https://www.facebook.com/yves.mera?fref=pb&hc_location=friends_tab

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :