BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (29 janvier 2014)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

29 Jan

Evaluation environnementale : un projet de décret contraire au droit européen ?

*  Evaluation conditionnelle

Vendredi 24 janvier dans la soirée, après la clôture des marchés aux Etats-Unis mais aussi quelques jours après l’annonce par François Hollande de son « Pacte de responsabilité« , l’agence de notation américaine Moody’s a délivré son verdict sur la note attribuée aux emprunts réalisés par l’Etat français.

L’agence maintient inchangée la note souveraine de la France, à Aa1, avec une perspective négative.

A Paris, le ton se veut modeste. Le gouvernement français ne souhaite pas donner trop de poids aux annonces des agences de notation. Mais il s’agit aussi de préserver l’avenir dans le cas où les vents seraient moins favorables. La perspective négative attachée à la note Aa1 attribuée par Moody’s signifie que la menace d’une nouvelle dégradation dans les prochains mois n’est pas écartée.

Si le gouvernement français a le triomphe modeste, c’est par ailleurs parce que Moody’s n’est pas tendre. L’agence doute de la mise en œuvre et de l’efficacité du pacte de responsabilité annoncé par le chef de l’Etat.

Le président de la République s’est en particulier engagé sur des allégements de charges pour les entreprises, d’environ 30 milliards d’euros d’ici à 2017, et des économies sur la dépense publique de 50 milliards d’euros dont on ne sait pas encore comment ils seront financés…en dehors de l’emprunt.

Mais, selon le communiqué de Moody’s, « bien que le gouvernement ait introduit ou annoncé un certain nombre de mesures, la réalisation et l’efficacité de ces initiatives se heurtent à la persistance de rigidités », notamment sur le marché du travail, et à des « tensions politiques et sociales ».

La diminution des tensions globales dans la zone euro, le maintien de taux d’intérêt très faibles, qui rendent la dette plus soutenable, et la diminution de l’exposition des banques françaises aux pays périphériques de la zone euro sont autant d’éléments qui ont joué en faveur du maintien de la note souveraine de la France.

Pour autant, Moody’s pointe la baisse continue de la compétitivité française et les risques d’un nouvel affaiblissement de la solidité financière de la France. L’agence relève dans son communiqué que cette faiblesse se reflète dans la hausse de l’endettement public du pays. Elle anticipe d’ailleurs que le ratio dette/PIB soit supérieur à 95 % en 2014, après 93,6 % en 2013 et 90,2 % en 2012.

Les doutes de Moody’s quant à la capacité de la France de se réformer ont sans doute été alimentés par le dérapage budgétaire accusé par la France en 2013. Selon des chiffres communiqués par le gouvernement le 16 janvier, le déficit de l’Etat devrait se monter pour l’exercice écoulé à 74,9 milliards d’euros, soit 2,7 milliards d’euros de plus que prévu lors du collectif budgétaire de décembre 2013.

Cet écart tient essentiellement à des rentrées fiscales décevantes (lire « Pourquoi le futur immédiat ne sera pas rose« : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/01/18/bulletin-climatique-du-week-end-1819-janvier-2014-de-la-republique-francaise/).

Si le verdict de Moody’s a une portée politique, elle ne devrait en revanche pas trop affecter les marchés pour le moment. Pas plus d’ailleurs que les précédents actes de notation des agences. « Les taux d’intérêt attachés à la dette de l’Etat français sont encore faibles et ils le resteront. Ils sont sans doute appelés à remonter ces prochains mois, indépendamment du jugement des agences de notation : le mouvement devrait être global en Europe, voire dans toutes les économies développées », pronostique un analyste.

Ne rêvez pas à un allègement des impôts en 2015 !

*  D’ailleurs ils ne s’y trompent pas

Car, en 2013, les investissements directs étrangers ont fuit la France. C’est ce qui apparaît dans le dernier rapport annuel de la CNUCED, la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement : ces investissements, qui avaient commencé à diminuer dès 2011 (à 38 milliards de dollars), ont reculé de 77% en 2013 ( à 5,7 milliards de dollars).

Ce résultat est d’autant plus frappant qu’en Europe, les investissements étrangers ont progressé de 13% l’an dernier. En particulier dans les petits pays tels la Belgique, les Pays-Bas, l’Irlande et le Luxembourg mais aussi les pays du sud comme l’Espagne, l’Italie et le Portugal.

Le désintérêt des investisseurs étrangers résulte de deux causes principales : d’abord une croissance atone qui bride les retours sur investissement et ensuite une pression fiscale dissuasive, incomparablement plus lourde que dans la plupart des autres pays.

Comment voulez-vous recapitaliser nos entreprises sinon par l’emprunt ?

Mais les agences de notation veillent…

*  A quoi sert Manuel Valls ? (suite mais pas fin)

Lundi 27 janvier, le lendemain du Jour de colère dans les rues de Paris, Manuel Valls, ministre de l’intérieur, se rendait à Marseille pour faire la promotion de sa politique sécuritaire. Il en profita, comme d’habitude, pour s’auto-féliciter  d’une prétendue baisse des règlements de compte entre bandes rivales.

Et aussitôt dit, aussitôt fait : dès mardi soir un quatrième malfrat (depuis début janvier) était abattu d’une rafale de kalachnikov dans les quartiers nord de la ville ! Rappelons que 20 exécutions sommaires du même type avaient eu lieu au cours de l’année 2013. C’est donc bien parti, dès le premier mois de l’année…

valls et ses chiffres sur la delinquance

À quoi sert Manuel Valls, à part bomber le torse ? A rien.

*  Témoignage 

En complément à nos publications concernant la journée de souvenir à la mémoire du roi Louis XVI, organisée par l’Institut duc d’Anjou (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/01/26/en-memoire-de-louis-xvi/ et https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/01/27/le-prince-louis-de-bourbon-sengage/) vous lirez sans doute avec intérêt le témoignage publié chez nos amis de Vexilla Galliae grâce au lien suivanthttp://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/670-temoignage-sur-les-pas-de-louis-a-la-journee-du-souvenir.

*  « Mais la France ne peut pas périr, car le Christ aime encore les Francs ! » (Henri comte de Chambord)

Deux évènements extraordinaires, honorant l’illustre maison de Bourbon par la voie de sa branche des Deux-Siciles, se sont produits les 24 et 25 janvier 2014 à Naples.

File:Great Royal Coat of Arms of theTwo Sicilies.svg

Il y eut d’abord la cérémonie de béatification de la reine Maria Cristina des Deux-Siciles née princesse de Savoie, en la basilique Santa Chiara de Naples et à laquelle assistèrent plus de deux mille personnes, réunies autour de la maison royale.

l

Il y eut ensuite la signature de l’acte de réconciliation entre les deux branches de la maison royale des Deux-Siciles.

Ces deux branches étaient séparées et rivales depuis la renonciation conditionnelle du prince Charles de Bourbon Deux-Siciles (acte de Cannes, du 14 décembre 1900,) à la succession éventuelle à la couronne des Deux Siciles*. 

Le duc de Noto, représentant son père le duc de Calabre, chef de la branche aîné, empêché du fait de son état de santé, et le  duc de Castro, chef de la branche cadette, ont signé vendredi à Naples en marge des cérémonie de béatification de la reine Maria Cristina un acte de réconciliation entre les deux branches. Leurs épouses et leurs enfants étaient présents de même que la princesse Anne d’Orléans, duchesse de Calabre. Les deux branches sont désormais considérées comme « égales ».  

Il s’agit là d’un acte fondamental qui met un terme à la division de la maison royale des Deux-Siciles. Il est vrai que le duc et la duchesse de Castro n’ont eu que deux filles (comtesses de Caserte et de Capri) qui ne sont donc pas successibles alors que le duc de Noto a quatre fils (l’aîné, Jacques, est titré duc de Capoue) et se trouve donc en situation de réunir l’ensemble de la succession éventuelle à la couronne des Deux-Siciles.

Fichier:Carlos duc de Calabres.jpg

Le duc de Calabre

Le duc de Noto

Le duc de Capoue

Fichier:Carlo Duc de Castro.jpg

Le duc de Castro

Ou la dernière victoire de Constantin le Grand, 1700 ans après l’Edit de Milan !

File:Croix constantinien.svg

Vous pourrez vous reporter à notre chronique d’héraldique consacrée à la famille de Bourbon Deux-Siciles : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/11/25/chronique-dheraldique-n-8/

Le 29 janvier 2014.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (29 janvier 2014)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. conseilesperanceduroi janvier 29, 2014 à 6:09 #

    On ne saurait en effet mieux dire !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le lapsus qui, en un seul mot, résume tous les bulletins climatiques du CER ! … « Le fou du Roi Louis XVII - janvier 29, 2014

    […] BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (29 janvier 2014)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :