BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (26 mai 2015)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

26 Mai

 2579090-3638728

L’indignomania des médias français

Nos médias nationaux officiels se sont mis en tête, depuis 2011, d’écrire la généalogie des nouveaux mouvements politiques espagnols à leur façon. C’est ainsi qu’est né, dans leurs cervelles de gauche, un pseudo-mouvement des Indignés qu’ils ont même baptisés carrément  » Indignados « , histoire de faire davantage couleur locale !

Nous avons beau leur répéter que ce mouvement n’a jamais existé de l’autre côté des Pyrénées, rien n’y fait tant ils veulent y voir les descendants idéologiques de Stéphane Hessel…Mais l’affaire est d’autant plus cocasse que le terme  » Indignados  » n’a pas en Espagne le sens que Stéphane Hessel donnait à son ouvrage de 2010. Il y a en effet dans ce mot une connotation confusément péjorative qui le rapproche de  » Indigno  » et donc de l’expression chère à François Hollande des «  Sans-dents « !

imgscan-contrepoints-2013574-Hessel-1024x911

C’est pour cela, qu’à part quelques médias ibériques, convertis à l’époque aux impostures de Stéphane Hessel et surtout ceux qui, chez nous, en ont fait une promotion éhontée, personne en Espagne ne parle des Indignés. Historiquement, le mouvement dont il est question s’est toujours dénommé « Movimiento 15-M « , rappelant qu’il est né tout simplement le 15 mai 2011. Il a fait depuis quelques petits dont le plus connu est le mouvement Podemos (Nous pouvons) qui exprime les idées de la gauche radicale, à la façon de Syriza en Grèce ou du Parti de gauche en France (Lire :  » Espagne : les médias nous bourrent le mou  » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/02/21/bulletin-climatique-du-week-end-2122-fevrier-2015de-la-republique-francaise/).

Or, au lendemain du premier tour des élections municipales et régionales (couplées en Espagne), que nous dit-on chez nous ?

L’Obs
Le mouvement des « indignés » réalise une forte poussée lors des élections municipales et régionales

Libération

En Espagne, les «indignés» aux portes de Madrid et Barcelone

Francetv info

Espagne : où vont s’arrêter les «Indignés» de Podemos ?

France Info
Municipales en Espagne: l’esprit des « indignés » fait trembler le pouvoir

Politis
Opportunité historique pour les « Indignés » à Barcelone

BFMTV.COM
Manuela Carmena, juge « indignée« , pourrait être la prochaine maire de Madrid

euronews
Ada Colau, une “indignée” qui pourrait diriger Barcelone

20 Minutes
Espagne: Carton jaune à la droite et percée des «indignés»

Le Monde

Elections en Espagne : forte percée des « indignés »

Le Figaro
La percée des « Indignés » et l’émergence d’un débat sur la sortie de l’euro

Citizenside
Madrid : Une coalition d’Indignés en passe de remporter la mairie

Le Vif
Les « indignés« , aux portes du pouvoir à Barcelone

Le Figaro, encore
À Madrid et à Barcelone, deux « indignées » bousculent la donne

Etc, etc. Car nous pourrions encore en ajouter tant ces perroquets se contentent de répéter à l’unisson mais aussi à l’infini les mêmes dépêches de l’AFP. C’est consternant.

Ne prenant jamais la mesure de leur inculture, ils allèrent même jusqu’à faire un amalgame entre les résultats de la gauche radicale de  » Podemos  » et du centre droit de  » Ciudadanos « , tous deux mêlés au sein du gloubi-boulga des  » Indignés  » !

Mais qu’en sera-t-il après le second tour des élections ? Car, dès aujourd’hui, les différents partis politiques entrent dans une délicate période de tractations et de compromis pour former des coalitions locales et régionales. Et des surprises sont à attendre…

Seul le roi d’Espagne parvient encore à échapper à leurs approximations de gratte-papiers car il n’est pas élu. Pour combien de temps ?

 

 Les masques sont tombés et ça fait mal

anonymous-620x300

Dimanche 24 mai, lors de son 69e congrès à Reims, le rapport d’activité présenté par la direction nationale de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE, syndicat de gauche) a été rejeté et l’actuel président, Paul Raoult, n’a pas été réélu comme administrateur.

« Crise de gouvernance » pour les uns, premier contrecoup du passage en force de la réforme du collège  pour les autres. Les deux explications s’entremêlent mais la crise que traverse la FCPE est bien là.

C’est la première fois depuis la fondation de la FCPE en 1947 qu’un président rééligible n’est pas reconduit comme membre du conseil d’administration. Quant au rapport d’activité, il a obtenu 41 % de votes positifs, 48 % de vote contre et 11 % d’abstentions. Pour l’élection des administrateurs, les suffrages des congressistes se répartissaient entre 24 candidats, chaque votant ayant la possibilité d’apporter son suffrage à huit d’entre eux. Paul Raoult, un manipulateur de haute volée, plus belkacemiste que Belkacem, n’a obtenu qu’environ 250 voix sur 800 – contre près de 400 à l’administrateur le mieux élu.

Principale cause de ce désaveu : le soutien actif apporté à la réforme du collège par la direction sortante de la FCPE. Une responsable du Syndicat national des enseignements de second degré (SNES) a ironisé sur Twitter : « On comprend mieux pourquoi il fallait publier le décret sur la réforme du collège 2016 aussi vite ! C’est-à-dire avant le congrès de la FCPE ! » Catherine Troendlé, sénatrice du Haut-Rhin et secrétaire nationale de l’UMP chargée de l’éducation, a réagi pour sa part en soulignant « le revers cinglant » essuyé par la direction de la FCPE.

Paul Raoult, statutairement encore président jusqu’à l’élection d’un successeur dans deux semaines, en vaillant porte drapeau de sa ministre, « dément formellement » cette interprétation. « La question posée au congrès n’était pas du tout celle de la réforme du collège. Cette question avait été posée en interne il y a un an et les principes de l’actuelle réforme largement approuvés. Il s’agit beaucoup plus d’un problème de gouvernance interne et d’une contestation visant à ce propos la direction nationale, dont moi-même », a-t-il prétendu.

« Pour moi, en vingt ans d’implication militante, cette situation est une première », confie Jean-Marie David, membre de la délégation de la FCPE des Hauts-de-Seine. Les motifs d’insatisfaction sont divers. On reproche à Paul Raoult sa manière de communiquer dans les médias et ses positionnements politiques. Entre les deux tours des élections départementales, un communiqué appelant à barrer la route au Front national a surpris les militants. « Là, on est clairement sorti de notre rôle », estime M. David.

Quoi qu’il en soit, les crispations sur le collège sont vives. Si, depuis avril, la fédération a multiplié les marques de soutien à la réforme, certains conseils départementaux ont fait savoir qu’ils ne se reconnaissaient pas – ou plus – dans cette ligne. « Il y a ceux qui le disent, ceux qui l’écrivent… Mais à ma connaissance, on est entre 30 et 50 conseils départementaux hostiles à la réforme telle qu’elle est proposée aujourd’hui », estime Sébastien Léger, président de la FCPE de Seine-Maritime. Quant aux motifs de son inquiétude, ils sont proches de ceux mis en avant par les enseignants grévistes du 19 mai : atteintes aux sections bilangues, à l’enseignement du latin et du grec.

4303-100233835

Lors de son discours devant le congrès, Najat Belkacem s’était placée dans la continuité de Vincent Peillon et de Benoît Hamon, qui avait eu à cœur de choyer la première fédération de parents d’élèves, qui plus est de gauche. Citant Jean Zay, elle a souhaité que « l’école [soit] un lieu ou les querelles des hommes ne pénètrent pas ». En d’autres termes : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! « . Vous connaissez…

La FCPE, traversée de divers courants de gauche, mais qui n’a jamais connu de scission depuis sa création en 1947, pourrait-elle imploser ? La question s’était déjà posée en 2013, à la fin du règne – cinq ans – de Jean-Jacques Hazan, le prédécesseur de Paul Raoult. Certains lui reprochaient également son « suivisme » à l’égard du ministère et un soutien affiché à la réforme des rythmes scolaires. En 2013, déjà, des conseils départementaux semblaient vouloir faire sécession, à commencer par celui de Paris.

Ça se précise !

 

Les vaches regardent de moins en moins passer les trains

Et la raison en est simple : il y a de moins en moins de trains à regarder passer.

22936658

Avec un déficit annuel de 300 millions d’euros, les trains Intercités pèsent lourd sur les finances de la SNCF. La compagnie ferroviaire a donc fait des propositions chocs à la Commission qui est en « train » de travailler sur l’avenir de ces trains. Mais on le sait déjà, plusieurs lignes seront supprimées.

Que contient le rapport de la Commission parlementaire qui sera présenté aujourd’hui mardi ? Plusieurs experts ont planché sur l’avenir des trains Intercités et avant même de connaître leurs conclusions, de nombreux élus s’inquiètent déjà pour leur ligne ferroviaire. Le journal L’Est Républicain s’est procuré la note que la SNCF a transmis à la Commission et annonçait dans son édition de samedi quelques unes des mesures chocs proposées par l’entreprise ferroviaire aux experts de la commission pour relancer les trains Corail.

carte_ic

Par exemple le nombre d’allers-retours sur la ligne Paris – Troyes – Belfort pourrait être divisé par deux, passant de 13 à 7 par jour. Idem sur la ligne Paris – Rouen – Le Havre, les allers-retours passeraient de 23 à 11.

D’autres lignes pourraient tout simplement être supprimées. Celles par exemple entre Reims et Dijon, Hirson et Metz ou encore Clermont-Ferrand et Béziers, une liaison surnommée le « train Aubrac« , peu fréquentée mais à laquelle les habitants sont attachés. » C’est regrettable, on est sur un territoire où il n’y a déjà pas énormément de transport, » se plaint Laurence Costa, propriétaire d’un hôtel à quelques kilomètres de la gare de Neussargues.

SNCF expects normal traffic Tuesday during the strike of the CGT. Intercite at the SNCF train station of Grenoble, Isere, Rhone Alpes, France. Grenoble, FRANCE - 03/11/2014/VILAXAVIER_150224/Credit:XAVIER VILA/SIPA/1411031518

La SNCF souhaiterait purement et simplement rayer ces lignes de la carte. Tout comme les trains de nuit, pas assez rentables et que la SNCF n’a pas l’intention de rénover.

Dans sa note, la compagnie ferroviaire assure tout de même qu’en cas de suppressions de lignes ou d’arrêts intermédiaires sur une ligne, des TER ou des bus les remplaceront. Pas suffisant pour rassurer les élus, qui craignent un isolement de leur commune.  » Avant, nous avions neuf à dix trains par jour. Aujourd’hui, la population voit passer des trains qui ne s’arrêtent pas « , regrette Jean-Pierre Door, le député-maire de Montargis, dans le Loiret. Sans compter les inconvénients liés au transport routier : encombrement des voies de circulation à certaines heures, dégradation des chaussées qui s’ajouteront à celle occasionnée par les poids lourd, pollution, etc. Bref, tout le contraire de ce qu’il faudrait faire.

Passengers queue in an international bus terminal in Bagnolet, outside Paris, on June 4, 2012.  AFP PHOTO PIERRE VERDY

Chaque jour, les trains intercités transportent encore plus de 100.000 passagers en France, sur plus de 40 lignes. Pour combien de temps ?

La désertification du territoire s’intensifie. Ce ne sera pas pour déplaire aux bédouins qui arrivent chez nous par cargos entiers !

 

« La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

orleans

Dimanche 24 mai, la princesse Philomena d’Orléans, duchesse de Vendôme, avait réuni une partie de la famille et de nombreux amis de son époux le prince Jean d’Orléans, duc de Vendôme, à l’occasion du cinquantième anniversaire de celui-ci (lire notre Bulletin climatique du 19 mai : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/05/19/bulletin-climatique-quotidien-19-mai-2015de-la-republique-francaise/)

unnamedjopp

Après la messe célébrée en l’église Saint Pierre de Dreux, les invités de la princesse Philomena furent conviés au Domaine Royal pour une réception dans le parc.

unnamedpmpppp

(les photos sont extraites d’un reportage paru sur le site Noblesse et Royauté : http://www.noblesseetroyautes.com/2015/05/les-50-ans-du-duc-de-vendome-celebres-a-dreux/)

Le 26 mai 2015.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :