BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (14 juillet 2015)…DE LA REPUBLIQUE FRANçAISE.

14 Juil

p_nobi10

De la reddition à l’humiliation il n’y a qu’un pas.

Il a été franchi par les créanciers de la Grèce au petit matin du lundi 13 juillet 2015. Après une nuit de négociations, les chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro ont trouvé un accord qui permet d’imposer à la Grèce son maintien dans la zone euro. Un troisième plan d’aide va être négocié en échange de réformes drastiques, dont le prix sera (si les actes suivent les paroles) difficile à supporter par les citoyens grecs. En voici la liste.

La Grèce va devoir d’ici à mercredi simplifier sa TVA, en élargir l’assiette et réduire les retraites. Puis d’ici à mercredi prochain, le 22 juillet, réformer son système judiciaire civil et mettre en oeuvre les règles de l’Union monétaire sur le renflouement des banques hors appel aux finances publiques. Enfin elle s’est engagée à fixer un calendrier clair pour mettre en œuvre une série de réformes importantes : retraites, privatisation du réseau de distribution électrique, règles de négociation collective, du droit de grève et des licenciements collectifs… Et à mettre en oeuvre des mesures de privatisation, en transférant notamment des actifs à un fonds indépendant basé en Grèce – et non pas au Luxembourg comme le souhaitait l’Allemagne – qui devra planifier une collecte de 50 milliards d’euros d’actifs dont les trois quarts seront utilisés pour recapitaliser les banques du pays et réduire la dette. Mais aussi réduire le coût de la fonction publique.

Les premières propositions en la matière devront avoir été transmises d’ici le 20 juillet. Cela s’appelle un ultimatum.

nouvelles-negociations-frenetiques-bruxelles

Mais ce n’est pas tout. Et c’est peut-être là la mesure la plus humiliante : Athènes devra obtenir l’accord des créanciers pour les textes législatifs d’envergure avant de les soumettre à référendum ou au Parlement. Et là, ce n’est plus seulement un ultimatum. Le pays est désormais placé directement sous tutelle de véritables gauleiters.

L’accord conclu ce lundi matin – après approbation des parlements nationaux – va permettre le lancement des négociations d’un troisième plan de sauvetage évalué à 80 milliards d’euros (supporté par les pays de la zone euro -dont 20 milliards pour la France qui s’ajouteront aux 65 milliards d’exposition à la dette grecque et sans compter notre propre dette souveraine à hauteur de plus de 2 000 milliards d’euros !– ). La Grèce devrait aussi bénéficier d’un programme d’investissement de 35 milliards d’euros par l’intermédiaire du plan Juncker. Et à court terme, de financements d’urgence pour continuer à bénéficier de liquidités.

Enfin la question du rééchelonnement d’une partie de la dette grecque, qui représente 175% de son Produit intérieur brut, a été envisagée sans que, pour le moment, aucun calendrier ait été fixé. Les négociateurs ont simplement évoqué un allongement des maturités des prêts et des aménagements sur les intérêts. Ce qui ne correspond pas au souhait d’Athènes mais, moins encore, aux exigences de la situation financière du pays dont le défaut finira donc par devoir s’imposer avec un coût encore plus élevé que celui qu’il aurait eu aujourd’hui…Comme nous l’écrivions ici même le 11 juillet (Lire « Les chemins difficiles de la reddition« : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/07/12/les-chemins-difficiles-de-la-reddition/) :  » Pourtant, la messe n’est sans doute pas dite. Car que pèseront les mesures d’austérité (toujours révocables par les citoyens) que le gouvernement grec tentera d’imposer sur injonction de Bruxelles par rapport au noeud gordien de la dette du pays ? RIEN . Et c’est sur ce dernier point que nous attendons la dislocation de la zone euro. »

Mais souvenez-vous aussi de nos propos sur la situation en Grèce (Billet d’Argolide du 28 juin 2015,  https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/06/28/billet-dargolide/) :

«  N’en doutez pas, tous les Grecs (bien mieux informés de tout cela que le sont d’ailleurs les Français de la situation réelle de notre pays) sont parfaitement conscients de l’enjeu et le vivent aujourd’hui « à la grecque« , c’est-à-dire comme une tragédie de Sophocle.

Ils balancent entre une colère violente à l’égard de l’Union européenne et des critiques acerbes de leur personnel politique passé comme présent. Mais, dans les deux cas, le sentiment le plus partagé est celui de l’humiliation.

Il en résulte la résurgence du vieux démon de la Grèce : la discorde (διαφωνία). Et de son corollaire : le risque d’une guerre civile. Ne riez pas, car ce danger mortel n’est pas si lointain. Et ses conséquences pour la région (et même sans doute pour le continent) en seraient catastrophiques. Seuls les valets des Etats-Unis peuvent s’en réjouir. D’ailleurs…ils le font.  »

En d’autres termes, cet accord ne résoudra rien puisqu’il ne s’agit que d’une nouvelle fuite en avant.

 

Bernard Lugan a lui aussi lu (et bien lu) le blogue du CER !

Voici en effet ce qu’écrit l’africaniste dans un article du 11 juillet posté sur son blogue officiel (http://bernardlugan.blogspot.fr/2015/07/migrants-africains-comment-casser.html?m=1) :

Entonnoir libyen (2)

« L’entonnoir libyen par lequel l’Afrique déverse son trop-plein de population en Europe est la conséquence de la guerre insensée menée hier contre le colonel Kadhafi. La déferlante est aujourd’hui encouragée par les technocrates bruxellois qui ordonnent aux peuples européens d’accueillir des intrus dont ces derniers ne veulent pas. Cependant, le phénomène n’est possible que parce que nos forces navales sauvent les forceurs de frontière de la noyade pour les transporter jusqu’en Italie…d’où ils seront répartis dans l’espace Schengen.

Au moment où, contre la volonté du Peuple, les dirigeants français ont décidé d’accueillir plusieurs dizaines de milliers de nouveaux clandestins-migrants qui seront discrètement « dilués » dans nos campagnes, l’urgence de salut public est de casser l’entonnoir mortifère.

[…] Or, en ce domaine, nous ne sommes pas démunis: nous savons en effet d’où partent les « migrants » ; nous connaissons les filières mafieuses et islamistes qui les acheminent depuis le coeur de l’Afrique jusque sur le littoral libyen; les lieux de transit sont identifiés; nous connaissons à l’unité près les moyens de transport qu’utilisent les passeurs; nous avons les noms de leurs chefs, nous savons où ils vivent, quelles sont leurs habitudes, qui sont leurs correspondants-complices en Europe.

Les moyens d’action seraient donc rapides à mettre en oeuvre, efficaces et immédiatement dissuasifs. Mais ils déclencheraient l’hystérie émotionnelle médiatique. Or, nos hommes politiques sont tétanisés par une telle perspective. Voilà le vrai problème. »

C’est précisément ce que nous écrivons ici même depuis plus de trois ans…

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

En ce 14 juillet 2015, oubliez les festivités de la République et pensez à autre chose. A cet effet, nous vous proposons :

LES FRESQUES MUSICALES DE FONTAINEBLEAU

339725

SAMEDI 29 AOÛT 2015 DE 14H À 22H
Chapelle de la Trinité et salle de Bal

Fresques_Fontainebleau-640X480px-640x480

Le château de Fontainebleau présente, le 29 août 2015, la première édition des Fresques musicales de Fontainebleau. Ces concerts éclairent d’une lumière inédite l’histoire du château et ravivent la mémoire des souverains qui, pendant plus de huit siècles, ont fait de Fontainebleau l’un de leurs séjours favoris.

Concerts, conférence, visites, atelier polyphonique et animation jeune public.

Fresques-musicales

Le 14 juillet 2015.

JeanYves Pons, CJA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :