Communiqué du Conseiller aux Armées du CER. Les limites de la politique (?) militaro-industrielle de la France

29 Juil

La France, de mère des arts, des armes* et des lois à simple industriel souvent dupé…

Unknown

On apprenait hier que l’Egypte pourrait acheter deux autres FREMM  (Frégate Multi-missions) à la France pour compléter celle acquise en juin dernier alors que le nombre des corvettes Gowind 2500 pourrait passer des quatre initiales à un total de huit… et ce alors même que le régime prétend demander le paiement de l’énergie électrique à l’ensemble des lieux de culte… en prétextant l’existence d’une grave crise économique. Autant dire qu’il est plus que probable que les unités en question risquent fort d’être payées par le contribuable français, en espérant qu’elles ne servent pas à combattre les intérêts mêmes de la France. (Petite parenthèse : il faut reconnaître que le Maréchal Ben Sisi nous arrange bien du point de vue géopolitique mais nous ne devons pas oublier ce qu’il est, à savoir le digne successeur de Nasser, Sadate et Moubarak…).

Photex MISTRAL TONNERRE

 

 

Par ailleurs, ce jour, 28/07, on apprend que le résident actuel souhaite prendre une décision « dans les semaines à venir » à propos de l’avenir des deux BPC  Bâtiments de projectio et de commandement) commandés par la Russie, ayant évoqué des « obligations contractuelles » bilatérales dans le cadre du contrat d’une valeur de 1,2 G€ bloqué par le conflit en Ukraine. Selon le quotidien russe Kommersamt, la France pourrait résilier le contrat contre un remboursement partiel de 785 M€, assorti de l’autorisation donnée par Moscou à Paris de réexporter les bâtiments. Tout en sachant que cette nouvelle opération d’exportation devra se faire à perte, dans la mesure où les BPC russes ont été construits selon les desiderata russes – difficile de parler de besoins, le contrat ayant toujours été plus politique que militaire – et ne correspondant par suite ni aux critères de la Marine nationale, ni à celles de l’OTAN. A moins de ne suivre la politique à courte vue du résident américain actuel afin de se préparer à contrer une attaque de la Russie… alors même que cette dernière est sans doute au moins autant que les Etats-Unis, si ce n’est nettement plus, un instrument de stabilité dans le contexte mondial actuel.

Pour défendre un pays, la France en l’occurrence, est nécessaire une vision de long terme et non pas simplement une suite de contrats autant éphémères qu’aléatoires permettant de faire face à une politique qui, depuis bien longtemps, dépense plus qu’elle n’est en mesure d’aider à produire. Vivement le Roi !

Le 28/07/15

CC(r) François Romain, CJA, Conseiller aux Armées du Conseil dans l’Espérance du Roi.

* Joachim du Bellay

Une Réponse to “Communiqué du Conseiller aux Armées du CER. Les limites de la politique (?) militaro-industrielle de la France”

  1. Hervé J. VOLTO juillet 29, 2015 à 12:54 #

    LE ROI ET LA DEFENSE DU ROYAUME

    Pour reconstruire l’armée, il faudait au Roi restauré:

    1. Réunir les consditions politiques de la Défense.
    2. Se donner les capacitè d’intrevenir à l’extérieur.
    3. Organiser la défense intérieure du territoire.
    4. Doter les armèes des moyens de leurs missions.

    1. Réunir les conditions politiques de la Défense.
    Interdire la carrière militaire aux étrangers, à l’exeption de la Légion Etrangère, les officiers étrangers pourront être reclassés au ein de la Légion Etrangère, rendre en compte les nouvelles menaces, assurer le soutient militaire de la politique étrangère, préserver l’indépendance militaire de la France, mettre en oeuvre une alliance militaire européenne, développer l’esprit de défense chez les Français, développer le culte de l’armée, du drapeau, du soldat inconnu et de Sainte-Jeanne d’Arc, honorer toutes les « générations du feu », rétablir les Ordres du Roi et l’anoblissement des officiers, SUPRIMER TOUT IMPOSITION DIRECTE A NOS MILITAIRS, MARINS, AVIATEURS,GENDARMES QUI PAIENT DEJA L’IMPOT DU SANG QU’ILS VERSENMT POUT LA FRANCE .

    2. Se donner le capacité sd’intervention à l’extérieur.
    Trippler le budget de la Défense, adapter nos armes nucléaires à la nouvelle donne stratégique (développement d’emploi antiforce et non plus seulement anticités), créer une force terrestrre d’intrevention polyvalente, renforcer les capacité d’intrevention de la marine, multiplier les sous.marins, porter progressivement à 5 le nombre de porte-avions, accroître les moyens opérationels de la force aérienne tactique, doter nos forces de moyens aériens de rpojection à longue distance, développer les moyens de renseignement.

    3. Organiser le défense intérieure du territoire.
    Créer une défense anti-missile, constituer une garde de volontaires sur le modèle des Sentinelles à qui il faudrait donner plus de moyens, restaurer la gendarmerie dans ses missions de sécurité publique, créer un organisme de contrôle des frontière et de contrôle de populations étrangères, réhabiliter la potection des populations civiles, supprimer constitutionnellelemtn toute imposition directe aux membres des forces armèe et aux forces de protection civile qui paient déjà l’Impô du Sang.

    4. Doter les armèes des moyens de leurs missions.
    Tripler le budget actuel de la Défense, soutenir l’industrie de l’armement, rendre à l’Armèe la considération qui lui est due, interdire consitutionellement toue conscription et maintenir le volontariat, doter d’un statit les personnels de réserve. 

    LE ROI ET LE RENSEIGNEMENT

    Comment renforcer le Renseignement?
    1.Développer les moyens de renseignements.
    2. Réunir les conditions politiques du renseignement.
    3. Se donner les capacités d’intervention à l’extérieur.
    4. Organiser la sécurité nationale.

    1. Développer les moyens de renseignement.
    Développer les moyens concrets (trippler le budget de la DGSE, effort consentit au profit des satélites de reconnaissance, et tous les systèmes d’information et de commendement, ainsi que des moyens d’écoute et d’analyse), crééer un organisme de défenser des frontières et de contrôle des populations étrangères, regrouper certaines compétances aujourd’hui Police de l’Air et les Frontières, les RT (ex-RG), la DGSI et les Douannes), redonner aux RT leurs compétances en matière de contrôle politique, placer la lutte anti-terroriste sous le contrôle de la DGSI, renforcer la notion de secret défense.

    2. Réunir les conditions politiques du renseignement.
    Prendre en compte les noubvelles menaces (Nos Services sont très bions au Levant, au Maghreb, et dans certaines parties de l’Afrique, il faut développer un regard vers l’Asie du Suid-Est), assurer le soutient financier de la politique du renseignement (passer des paroles aufaits, revaloriser les Fonds Secrets), préserver l’indépendance du renseignement (Le SGDN doit relever directement du Chef de l’Etat et non plus du I° Ministre), honorer les hommes de l’ombre (Bond! James Bond!).

    3. Se donner les capacité d’intrevenir à l’extérieur.
    Adapter nos résaux de renseignement à la nouvelle donne stratégique, créer une force d’action polyvalente, renforcer le service action de la DGSE (Nous possédons d’exellants Commendos d’Opération Spéciale (COS), Commendos de Recherche et d’Action en Profondeur (CRAP), Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMA) qui valent bien les Delta Force américains: il faut leur donner plus de moyens, plus de budjet! ), créer une unité fantôme pour le travail « bagnato » si la lutte anti-terroriste sur le terrain recquiert une action directe en situation extrême, ce qui n’exclue pas en tenps ordinaire l’emploi des forces spèciales en uniforme de l’Armée Française.

    4. Organiser la sécurité nationale.
    Réunir le Conseil de la Sécurité Interieure et le Scrétariat Général de la Défensense Nationale en un conseil unique dit Conseil de la Sécurité Nationale, CSN rattaché directement et exclusivement au Chef de l’Etat, modifier la directive « Télévision sans Frontière » afin d’y inclure une disposition relative à la lutte contre la propagande terroriste, cette exigence technologique s’appliquant tout particulièrement aux communication électroniques, certaines données techniques doivent pouvoir être transmises plus rapidement au services spécialisés.

    PS : merci à Jean Réno d’avoir rendu hommage à nos officiers traitants dans « Godzilla »…

    Tout celà suppose une plitique à long terme.

    Hervé J. VOLTO, CJA, Président Honoraire de la Charte de Fontevrault (Président 1991-1994), membre du chapitre Général et Délégué Officiel pour l’Italie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :