À propos des contraceptifs hormonaux.

5 Août

beta_2014-11-25_23-29-22

En février 2013, nous publiions une mise au point sur l’utilisation de la contraception hormonale à propos des conséquences des critiques dont elle a été stupidement l’objet à plusieurs reprises, au cours des toutes dernières années (Lire « À propos des contraceptifs hormonaux, trop c’est trop » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/02/06/a-propos-des-contraceptifs-hormonaux-trop-cest-trop/).

Dans notre article, nous précisions ce qui était alors peu évoqué par la presse officielle à savoir les effets protecteurs des contraceptifs hormonaux sur certains cancers dont celui de l’endomètre (muqueuse utérine) :

 » Les bénéfices des contraceptifs oraux, préventions des cancers de l’ovaire, de l’utérus, diminution d’un certain nombre de maladies comme l’endométriose, des douleurs de règles, de l’acné, des saignements, en font néanmoins des produits bénéficiaires. »

Or, vient de paraître dans l’excellente revue médicale britannique « The Lancet Oncology » une publication de très haut niveau qui vient à l’appui de notre article de 2013 (http://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045(15)00211-9/fulltext). Les auteurs affirment que la contraception orale a permis d’éviter quelque 200 000 cancers de l’utérus au cours des dix dernières années dans les pays à haut revenu.

Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs britanniques ont étudié quelque 27 000 femmes atteintes d’un cancer de l’endomètre dans 36 pays d’Europe, d’Amérique du nord, d’Asie, d’Australie et d’Afrique du sud. Ils ont calculé qu’en l’espace de cinquante ans, quelque 400 000 cas de cancers de l’endomètre, sur les 3,4 millions recensés dans ces pays, avaient pu être évités grâce à l’utilisation de contraceptifs oraux dont 200 000 au cours des dix dernières années (2005-2014).

« L’effet protecteur important des contraceptifs oraux contre le cancer de l’endomètre persiste des années après l’arrêt de la pilule », souligne pour sa part le professeur Valerie Beral de l’Université d’Oxford, qui a coordonné les travaux. Elle ajoute que l’effet bénéfique existe même chez des femmes qui n’ont pris la pilule que pendant quelques années et se prolonge bien au-delà de la cinquantaine, l’âge auquel le cancer de l’endomètre – qui n’a rien à voir avec celui du col de l’utérus qui peut être dépisté par frottis – commence à se manifester.

Selon l’étude, la prise d’un contraceptif oral pendant cinq ans réduirait le risque d’environ 25 % d’avoir un cancer de l’endomètre avant 75 ans. Sa prise pendant dix ans diviserait pratiquement par deux le risque d’avoir un cancer de l’endomètre, qui passerait ainsi de 2,3 cas pour 100 femmes à 1,3.

Les auteurs de l’étude affirment également que la réduction du risque n’a pas évolué depuis des années alors même que les dosages en œstrogène des pilules oestro-progestatives ont fortement baissé à partir des années 1980. Mais si ces contraceptifs peuvent avoir un effet bénéfique sur le cancer de l’endomètre, ils accroissent le risque de développer certaines maladies cardio-vasculaires (infarctus, accident vasculaire cérébral), rappellent des spécialistes dans un commentaire joint à l’étude.

De l’utilité de lire le blogue du CER avec attention !

Le 5 août 2015.

Hippocrate, Conseiller à la Santé publique du CER.

 

Une Réponse to “À propos des contraceptifs hormonaux.”

  1. Sophie Drouin août 6, 2015 à 10:40 #

    Mais si ces contraceptifs peuvent avoir un effet bénéfique sur le cancer de l’endomètre, ils accroissent le risque de développer certaines maladies cardio-vasculaires (infarctus, accident vasculaire cérébral), rappellent des spécialistes dans un commentaire joint à l’étude.

    Et ajoutez-y l’obésité. Plus d’estrogène augmente le stockage de gras de votre corps, lesquelles cellules grasses produiront à leur tour de l’estrogène qui vous fera stocker plus de gras, lesquels…etc cycle sans fin. Et vous devez ajouter l’estrogène de vos contraceptifs aux faux-estrogènes contenus dans les plastiques de notre environnement moderne et jusque dans l’Encre sur les factures. C’est pas de l’estrogène, mais votre corps ne s’en aperçoit pas. Alors que vous utilisiez ou pas le contraceptif hormonal (qui empêche la reproduction des poissons de vos rivières en changeant les mâles en femelles ratées incapables de se reproduire), je vous conseille à tous de ne pas réchauffer de mets au micro-onde dans un plat de plastique. Et de vous trouvez un moyen de contraception (je dis bien contraception, ça exclue l’avortement) un peu plus vert…Vous pourriez vous éviter de mourir d’un infarctus, ce qui arrive quand on stocke plus de gras et qui sait, aller pêcher avec vos petits enfants à moins de 20 km de la ville la plus proche. On peut rêver.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :