Pierre Jeanthon :  » Pour remettre le pays en ordre de marche, il faut vaincre les forces centrifuges, corporatismes, avantages acquis, communautarismes ».

5 Oct

Divorces à la française

Publié dans Politique, le jeudi 1 octobre 2015 par Pierre Jeanthon

Fustel de Coulanges qui écrivait en 1870 :

« Ce qui distingue les nations, ce n’est ni la race, ni la langue. Les hommes sentent dans leur cœur qu’ils sont un même peuple lorsqu’ils ont une communauté d’idées, d’intérêts, d’affections, de souvenirs et d’espérances. Voilà ce qui fait la patrie. Voilà pourquoi les hommes veulent marcher ensemble, ensemble travailler, ensemble combattre, vivre et mourir les uns pour les autres. La patrie, c’est ce qu’on aime. Il se peut que l’Alsace soit allemande par la race et par le langage ; mais par la nationalité et le sentiment de la patrie elle est française », et la parole à Ernest Renan qui, dans un discours prononcé à La Sorbonne en mars 1882, déclarait :

« Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs, l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. »

Malgré l’Internationale socialiste de Marx et « la nation voilà l’ennemie » de Rockefeller, l’amour de la patrie était encore chevillé au cœur d’une majorité de Français vers la fin des années 50.

Un peu plus tard Sartre encensait « les porteurs de valise du FLN », unique « interlocuteur valable » avec lequel de Gaulle traita. Six ans après l’air d’Évian polluait le Quartier Latin.

Les fils de la Révolution avaient réalisé que les grands ancêtres n’avaient pas écrit l’acte de naissance sur une page blanche mais sur une feuille de papier à entête de la France.

Afin que le mot abhorré soit oublié, ils ont taillé dans l’enseignement de l’Histoire et pour éviter une éventuelle rupture d’amnésie, ils ont inventé la repentance envers un passé présenté comme une succession d’heures plus sombres les unes que les autres.

À partir de là, même la transmission de l’héritage culturel fut considéré comme une atteinte au libre choix des citoyens, quant au souvenir des racines chrétiennes dont l’odeur nauséabonde agresse le nez délicat de B. Cazeneuve…

Pour meubler le vide ils ont institué les valeurs de la République dont on cherche toujours le contenu spécifique. Qu’importe, elles seules éclairent vos pensées ; d’ailleurs pour vous éviter l’effort de penser, ils ont revu l’apprentissage de la langue française, outil par lequel la pensée s’exprime.

Résultat, la France n’étant plus digne de notre amour, il suffit d’aimer la République Française pour vivre ensemble. Le hic est, qu’il soit sans sel, sans sucre ou sans matières grasses, on n’aime pas un régime, on le subit ; et péniblement quand il s’agit d’un régime politique sans idées et sans volonté autres que celles de gagner quelques points dans les sondages.

Pour remettre le pays en ordre de marche, il faut vaincre les forces centrifuges, corporatismes, avantages acquis, communautarismes…, faire accepter des sacrifices équitablement partagés et persévérer dans l’effort.

Pour que ce qui est nécessaire devienne possible, la voix du Pays réel devra préalablement prononcer la nullité du divorce franco-français afin qu’après avoir retrouvé l’amour de la France, les Français redécouvrent l’envie de faire fructifier et transmettre l’héritage qu’ils ont reçu à leur naissance.

Contre la coalition des rongeurs installés dans le fromage de la République, des médias et des apologistes de la culture contemporaine, la guerre de libération de la voix du Pays réel sera difficile et longue ; c’est pourtant le prix à payer pour que, dans la France de demain, nos enfants ne soient plus déshérités du legs accumulé par leurs anciens, souvent au péril de leur vie.

Prends ton fusil Grégoire

Prends ta gourde pour boire…

Pierre Jeanthon, CJA.

http://vexilla-galliae.fr/actualites/politique/1554-divorces-a-la-francaise

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :