Billet d’humeur d’Antonia : Le moment était mal choisi

27 Jan

 

Communiquer n’est pas froisser

648x415_hommage-royalistes-louis-xvi-paris-21012016

En ce jour du 21 janvier 2016, nous étions nombreux à rendre hommage à la mémoire de notre roi Louis XVI, Place de la Concorde à Paris. Monsieur l’abbé de Tanoüarn s’est exprimé, parmi d’autres intervenants.

Il a exposé, à cette occasion, ses convictions sur l’inaptitude de Louis XVI à communiquer et sur ses responsabilités dans la Révolution de 1789.

Il faut que Monsieur l’abbé de Tanoüarn sache qu’il a déçu beaucoup d’entre nous, royalistes fidèles réunis dans leur deuil. Alors qu’il avait quitté la Place avant la fin de ce très respectueux et hommage, Monsieur l’abbé n’a pas pu connaître notre opinion sur son intervention. A nos yeux, celle-ci a raté son but dans l’hommage, à moins que ce but ne fut d’ajouter encore et encore la division entre tenants d’un roi « comme ci » et tenants d’un roi « comme çà ».

Pourtant, monsieur l’abbé sait que la communication est un art subtil. Subtil surtout dans le choix du moment opportun pour émettre son avis.

Cet hommage à la mémoire du roi n’était pas, pour nous, le moment le mieux choisi pour exprimer de telles critiques.

Qu’il soit rappelé à Monsieur l’abbé de Tanoüarn, respectueusement et en toute amitié royaliste, que le 21 janvier, la place de la Concorde, ancienne place Louis XV et lieu du martyre du roi, n’est pas une tribune où chacun vient exprimer ses opinions personnelles sur  » l’ Ancien Régime « , comme le nomment les tenants de la République. C’est un lieu de prières émues, de recueillement endeuillé où, une fois l’an, les fidèles ont la très rare occasion de venir publiquement dire leur deuil, leur chagrin extrême et leur amour pour leur roi sacrifié sur l’autel de Baal à la gloire du Mal.

La mémoire de Louis XVI, quelles que fussent ses erreurs passées, doit être en ce lieu et à cet instant, préservée et chérie. Son âme, si Dieu le permet, doit pouvoir entendre notre affection, sans qu’aucune blessure, aussi minime soit-elle, ne puisse ajouter à son agonie, qui fut aussi celle de la France. Si erreurs il y eut de la part de Louis XVI, sa confession faite à Dieu et à son peuple par son testament, ainsi que son supplice, interdisent que le moindre propos sur son tempérament vienne s’immiscer perfidement dans cette commémoration.

Monsieur l’abbé de Tanoüarn dispose de journaux et tribunes de toutes les sortes où il excelle à captiver ses lecteurs et auditeurs par ses démonstrations brillantes et sa culture immense. Il devrait leur réserver ses dissertations sur l’Ancien Régime pour éviter, lors d’une autre de nos cérémonies commémoratives, de froisser nos lys, décevoir nos âmes déjà dans la peine, et continuer ainsi à nous faire l’amitié de sa bénédiction et d’une homélie plus adaptée à ce douloureux moment de mémoire collective.

Car, Monsieur l’abbé ne peut ignorer qu’en ce jour, en ce lieu et à la  place qui lui fut réservée, il alimentait les polémiques sur l’action de Louis XVI. Polémiques qui, parmi tant d’autres que nous servent les tenants visibles ou cachés de la République, nous divisent et nous anéantissent. Depuis plus de deux siècles, les manœuvres du « grand agrippant » qui tient notre France chérie entre ses crocs, aveuglent nos esprits et étouffent nos actions par les zizanies qu’elles engendrent. N’en ajoutons pas en ce jour qui signe une déchirure. Laissons de côté ce jour-là nos opinions de bataille navale et unissons nos cœurs avec dignité.

L’avenir de la France est à l’unité dans l’action. L’unité de nous tous, royalistes et résistants, vivants dans notre espérance, confiants dans nos prières, impatients dans la résurrection.

De grâce, Monsieur l’abbé, laissez donc de côté vos analyses de brillant penseur. Quittez votre tour d’ivoire et joignez-vous à nous pour reprendre notre château…

Le 21 janvier 2016.
Antonia, Conseiller à l’Information, aux moyens de Communication et à leur usage dans la société du CER.

 

Publicités

4 Réponses to “Billet d’humeur d’Antonia : Le moment était mal choisi”

  1. conseilesperanceduroi janvier 27, 2016 à 6:39 #

    Monsieur l’abbé de Tanoüarn jouit ordinairement d’une grande notoriété au sein du monde royaliste. Son ardeur à défendre la tradition catholique n’y est sans doute pas étrangère.
    Mais sait-on assez son attachement à la branche cadette de la maison de Bourbon, issue de Philippe d’Orléans dit Philippe-Egalité ?…
    Sa réception, l’an dernier dans le pseudo-ordre royal et souverain de l’Etoile et de Notre-Dame du Mont Carmel (excusez du peu) en dit long (lire https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/01/25/les-hochets-dorleans/).

  2. Cril17 janvier 28, 2016 à 10:56 #

    Accord à 100 % avec le fond et la formulation très fine et très choisie du billet d’humeur de votre Conseiller à l’Information, aux moyens de Communication et à leur usage dans la société du CER.

    • alaintexier janvier 28, 2016 à 3:15 #

      Mon accord est identique au vôtre. Merci à Antonia et à vous.

  3. Hervé J. VOLTO février 1, 2016 à 12:35 #

    D’accord à 100 % avec le fond et la forme.

    PROJET D’ALTERNATIVE ROYALE

    LE ROI ET L’INSTRUCTION PUBLIQUE

    Pour transmettre le savoir, il faudrait:

    1. Libérer l’enseignement.
    2. Rétablir la qualité de l’enseignement.
    3. Enraciner l’école dans la Patrie.
    4. Développer le sport.

    1. Libérer l’enseignement.

    Garantir le libre choix de l’école, favoriser les écoles Catholiques, assurer l’égalité de traitement entre enseignement public et privé, instituer le chèque scolaire, donner leur autonomie aux établissements scolaires, diversifier les ressources des établissements, créer des universités Catholiques, libérer l’école de la mainmise syndicale et bureaucratique.

    2. Rétablir la qualité de l’enseignement.

    Transmettre le savoir de base (lecture, écriture, calcul, savoir parler correctement), promouvoir l’émulation et honorer le mérite, contrôler et sanctionner la qualité de l’enseignement, améliorer les compétances des maîtres, revaloriser la fonction des professeurs, assurer la discipline et la sécurité dans les établissements scolaires, rendre l’enseignant inviolable.

    3. Enraciner l’école dans la Patrie.

    Confier l’école primaire à l’Eglise Catholique, garantir la liberté de l’enseignement Catholique dans le secondaire, réhabiliter les enseignements qui confortent l’identité Chrétienne de la France, rétablir l’Histoire de France pré-révolutionnaire et la géographie Française, rétablir l’instruction civique et les cours de morales, protéger l’école des méfaits de l’immigration non-Chrétienne, revaloriser l’enseignement profesionnel, confier l’enseignement professionnel aux… professionnels, favoriser efficacement la recherche scientifique.

    4. Développer le sport.

    Permettre un pratique sportive continue sur le modèle anglo-saxon, offrir un encadrement sportif de qualité, réformer le financement du sport.

     

    LE ROI ET LA CULTURE

    Pour défendre nos racines Chrétiennes, il faudrait :

    1. Libérer la culture.
    2. Défendre le patrimoine.
    3. Défendre la langue Française.
    4. Favoriser la renaissance culturelle.

    1. Libérer la culture.

    Supprimer la Loi gaysot-fabius et la Loi Pleven, et ne sanctionner que le passage à l’acte, non l’opininon. Restaurer la liberté d’expression, lutter contre le conformisme, encourager le mécénat.

    2. Défendre le patrimoine.

    Refuser le déracinement culturel, valoriser le patrimoine monumental, architectural et archéologique, libérer les fêtes religeuses et reconstitutions historiques, réorganiser les musées.

    3. Défendre la langue Française.

    Protéger la langue Française dans notre Pays, veiller au rayonnement intrenational du Français, mettre le Français à l’honneur dans le monde scientifique.

    4. Favoriser la renaissance culturelle.

    Encourager le livre et la presse écrite, stimuler le cinéma Français et europèen, sauver le théatre Français, assurer la promotion de la musique Française, encourager la diffusion de la culture Française dans les médias, préserver les patrimoines culturels Français et les défiscaliser, valoriser la culture Chevaleresque, défendre la culture Chrétienne, soutenir les initiatives Chrétiennes Catholiques (CIVITAS, AGRIFF), aider les missions, favoriser l’évangélisation des banlieues, protéger les musulmans convertis.

    Celà supposerait un Roi restauré pleinement souverain…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :