BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (9 mars 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

9 Mar

MONTAGNE-QUI-ACCOUCHE-OURIS

Le souriceau de la montagne Fabius*

23400880236_2179e66011_z

Laurent Fabius prenant la présidence de la COP21

Nous vous avions prévenus. Le Barnum de la COP 21, c’était de la frime ! (Pour vous rafraichir la mémoire lire « Beaucoup de bruit pour peu de chose » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/12/14/bulletin-climatique-quotidien-14-decembre-2015de-la-republique-francaise/). En voulez-vous les preuvse pour ce qui est de la France ? Les voici.

De Notre-Dame-des-Landes à la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires, en passant par le préjudice écologique, le gouvernement avance d’un pas pour reculer de deux. « L’environnement est quantité négligeable pour ce gouvernement », tempête Benoît Hartmann, porte-parole de France nature environnement, la principale fédération des associations de protection de la nature.

L’épisode qui s’est déroulé à l’Assemblée nationale, mardi 1er mars, résume l’ambiguïté de l’exécutif : le gouvernement a tenté lui-même de torpiller la reconnaissance du préjudice écologique, promise depuis 2013, une des mesures phares de sa loi sur la biodiversité qui reviendra en deuxième lecture devant les députés à partir du 15 mars.

L’écologiste Barbara Pompili, tout juste nommée secrétaire d’Etat à la biodiversité, s’est trouvée en situation de défendre devant la commission de développement durable de l’Assemblée nationale un amendement gouvernemental mettant en pièces le principe du pollueur-payeur et acceptant ainsi (pour justifier son maroquin) d’avaler une énorme couleuvre ! L’amendement exonérait de toute réparation le responsable d’un préjudice résultant d’une activité autorisée par les lois. Une « régression incompréhensible », pour le juriste Laurent Neyret. Et, pour les écologistes, un véritable « droit à polluer ».

barbara-pompili-le-18-juin-2015-a-l-assemblee-nationale-a-paris_5408109

Barbara Pompili à l’Assemblée nationale

Devant le tollé provoqué, le gouvernement a dû battre en retraite. La ministre de l’environnement, Ségolène Royal, a assuré, mercredi 2, que cette disposition avait été « déposée un peu trop précipitamment par les services qui ont cru bien faire »….

Pourtant, à lire l’exposé des motifs de l’amendement, le but de l’exécutif était clair : éviter, est-il écrit, « un risque juridique excessif » pour les milieux économiques. Un quasi copié-collé de la position du Medef, qui lors de l’examen au Sénat disait craindre « des risques juridiques pour les entreprises ».

La ligne du gouvernement n’apparaît pas moins brouillée, sur le dossier de la transition énergétique et du nucléaire. En se déclarant, fin février, « prête à donner [le] feu vert » à la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires, Mme Royal n’a certes pas dérogé à la lettre de la loi de transition énergétique promulguée en août 2015. Celle-ci prévoit une baisse de la part de l’atome dans le bouquet électrique national (de 75 % à 50 % d’ici à 2025), mais ne programme nullement l’abandon de cette énergie.

Mais la ministre a paru donner quitus au président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, qui prévoit d’investir plus de 50 milliards d’euros dans la modernisation du parc nucléaire, avec la ferme intention de maintenir en activité 56 de ses 58 réacteurs. Dans son rapport publié début février, la Cour des comptes a pourtant estimé que le cap de 50 % d’électricité d’origine nucléaire doit mener à la fermeture de « 17 à 20 réacteurs ».

Le gouvernement est maintenant attendu sur la programmation pluriannuelle de l’énergie – le véritable instrument de pilotage de la transition énergétique – qui devait être présentée le 8 mars à un comité de suivi. Elle fixera, en se projetant à l’horizon 2023, la trajectoire à suivre pour les différentes filières. Seule une baisse effective du poids du nucléaire – arrêt de réacteurs à la clé – donnerait aux énergies vertes la possibilité de monter en puissance. Un scénario peu probable.

Sur le dossier emblématique de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la ligne du gouvernement apparaît encore plus floue entre le premier ministre, partisan de commencer les travaux au plus vite, la ministre de l’environnement, qui a demandé des expertises supplémentaires, et le chef de l’Etat, qui a proposé un référendum local, aux contours indéterminés…Loin d’apporter une solution, ces incohérences ont stimulé à la fois le camp des opposants à l’aéroport et celui de ses partisans. L’épisode des boues rouges de Gardanne (Bouches-du-Rhône) a aussi illustré les contradictions internes au gouvernement avec Manuel Valls et Ségolène Royal s’affrontant sur la question du rejet d’effluents toxiques en Méditerranée.

Malgré ses promesses, François Hollande n’a pas su imposer une politique environnementale claire, refusant notamment d’avancer sur la mise en œuvre d’une vraie fiscalité écologique, instrument essentiel d’une transition écologique. Le premier acte de Mme Royal à son arrivée à l’hôtel de Roquelaure en avril 2014 fut d’enterrer l’écotaxe, un dispositif destiné à taxer le fret routier. Adepte d’une « écologie non punitive », Mme Royal n’a admis qu’une concession : l’introduction, lors du débat sur la loi de transition énergétique, en juillet 2015, d’une forte augmentation de la taxe carbone.

« L’abandon de l’écotaxe et de toute fiscalité écologique » ou ses « positions ambiguës, notamment sur le diesel, sont des choix incompréhensibles, estime Corinne Lepage (LRC-Cap21), ancienne ministre de l’environnement. Sur les pesticides, sur la qualité des eaux et sur le nucléaire, son bilan est égal à zéro. On aura entendu beaucoup d’envolées lyriques sur l’exemplarité de la France, mais l’exemplarité n’est pas au rendez-vous. »

Comme nous l’avions annoncé en décembre, il s’agit bien du  » souriceau du mont Fabius*. »

* Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, présidait la COP21.

 

Des discussions de marchand de tapis

Là encore, nous l’annoncions dans notre Bulletin climatique du 21 octobre 2015 (Lire « Quand Angela Merkel achète les tapis d’Erdogan » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/10/21/bulletin-climatique-quotidien-21-octobre-2015-de-la-republique-francaise/). Le président de la République turque, en bon vendeur de tapis, profite de l’anarchie provoquée au sein de l’Union européenne par le raz-de-marée migratoire et des suppliques d’Angela Merkel, dépassée par ses folles décisions de l’été dernier, pour faire monter les enchères.

Les bases d’un accord ont donc été jetées mardi 8 mars entre l’Union européenne et la Turquie pour stopper l’afflux de migrants. Bruxelles se donne jusqu’au 17 mars pour examiner les propositions d’Ankara qui réclame six milliards d’euros, soit le double de ce que prévoyait l’accord précédent, auquel devraient s’ajouter une ouverture débridée des attributions de visas aux citoyens turcs ainsi que la reprise des négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’UE ! C’est ce que nous avions prévu…mais ces gens sont fous.

648x415_francois-hollande-premier-ministre-turc-ahmet-davutoglu-gauche-lors-sommet-entre-ue-turquie-7-mars-2016-bruxelles

Les pitres hilares de Bruxelles (sauf François Hollande roulé dans la farine !)

Un deuxième sommet entre l’Union européenne et la Turquie a donc été fixé au 17 mars, ce qui donne dix jours aux deux parties pour s’entendre sur les moyens de résoudre la crise migratoire.

Ankara a proposé de reprendre tout migrant indésirable en Europe et de le renvoyer ensuite vers son pays d’origine à la condition que l’Union européenne accueille en contrepartie un syrien, actuellement dans un camp en Turquie. Il s’agit en résumé d’échanger un migrant illégal contre un réfugié reconnu comme tel. Imaginez-vous combien de réfugiés nous devrons accueillir avec ce petit jeu ? Alors que la seule réponse est : O migrant illégal et O réfugié.

Si un accord est trouvé sur cette formule d’ici le 17 mars, une noria humaine sera appelée à se développer à grande échelle. L’objectif est à la fois de renvoyer le plus grand nombre possible de migrants illégaux actuellement sur le territoire européen et de rendre sans objet le recours aux filières de passeurs, par les migrants potentiellement légaux. Vous y croyez, vous ? Nous pas du tout.

Pour le prix de leur coopération, les Turcs prétendent doubler le tarif. Là où les Européens pensaient poser sur la table trois milliards d’euros pour la construction et l’entretien de camps aux normes européennes en territoire turc, désormais Ankara veut six milliards.(Lire « La lune de miel entre Angela Merkel et Alexis Tsipras ne va pas durer » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/03/08/bulletin-climatique-quotidien-8-mars-2016de-la-republique-francaise/). La Turquie veut aussi accélérer une procédure promise pour ses ressortissants, afin que d’ici le mois de juin, ils ne soient plus soumis à un visa pour les séjours de courte durée.

Depuis début 2015, l’Union européenne, a accueilli plus d’un million de demandeurs d’asile fuyant la guerre et la pauvreté, notamment en provenance de Syrie. Mais combien de migrants économiques illégaux ? La chancelière allemande, Angela Merkel, le Premier ministre britannique, David Cameron et le président François Hollande se sont pourtant félicités des propositions qu’ils estiment à même de mettre fin à la crise migratoire. François Hollande a jugé que la Turquie devait « être aidée, puisqu’elle accueille 2,5 millions de réfugiés aujourd’hui« . Selon le président français, la Turquie doit aussi « être soutenue pour ce qu’elle doit faire« , à savoir « les procédures de réadmission et la lutte contre les trafics et les passeurs« .

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ont aussi abordé la situation en Grèce. Ils se sont engagés à l’aider à régler le problème des 30 000 migrants bloqués sur son territoire. Mais ils n’ont pas dit comment ni avec quel budget…

648x415_embarcation-migrants-approche-cotes-grecques-apres-avoir-traverse-mer-egee-24-novembre-2015

Mais que fait l’Europe pour contrôler la mer Egée et les détroits entre la Turquie et la Grèce, ce qui serait la solution la plus sûre et la moins coûteuse ? RIEN.

 

Mais ne croyez pas que… » Lampedusa, c’est fini « 

Aquarius-sosmed

L’Aquarius, navire affrété par Médecins du Monde et SOS Méditerranée, a sauvé 74 migrants au large des côtes libyennes (Lire « Nous fûmes encore pionniers » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/02/15/bulletin-climatique-quotidien-15-fevrier-2016-de-la-republique-francaise/). L’Aquarius, un navire affrété par Médecins du Monde et l’ONG SOS Méditerranée, a effectué lundi sa première opération de sauvetage en mer, recueillant 74 de migrants, dont 16 adolescents de 14 à 17 ans, au large des côtes libyennes.

Ceci pour rappeler à ceux qui l’auraient oublié que les hordes barbares qui submergent l’Europe n’ont pas renoncé, contrairement à ce que l’on tente de nous faire croire, à traverser la Méditerranée de la Libye vers le sud de l’Italie. Et, en particulier, les migrants économiques qui viennent d’Afrique subsaharienne et que l’on retrouve principalement en France. Il ne faut pas oublier en effet que l’intérêt des pays de l’Union européenne comme des Etats-Unis est de concentrer les regards sur la Turquie « amie » (voir ci-dessus) pour cacher ce que l’on ne saurait voir c’est-à-dire la situation catastrophique de la Libye. Et, si vous lisez régulièrement notre blogue, vous savez pourquoi.

857704-aquarius

Allahou akbar ! C’est encore loin la France ?

Après une alerte lancée vers 6 h par le Centre de coordination maritime (MRCC) basé à Rome signalant deux embarcations en détresse, l’Aquarius a repéré une demi-heure plus tard l’une des embarcations pneumatiques. Au total, « ce sont 74 personnes dont 10 femmes âgées de 20 à 26 ans et 16 garçons mineurs âgés de 14 à 17 ans qui ont été sauvées d’une noyade imminente au vu de l’état de l’embarcation dans laquelle elles ont été trouvées », a détaillé SOS Méditerranée, l’ONG qui a affrété ce bateau sur la route des migrants pour leur porter secours, en dramatisant la situation pour les besoins de sa cause.

« Les rescapés étaient partis vers minuit d’une plage de Libye dans ce bateau, endommagé au bout de six heures de navigation », a-t-elle ajouté. Car, non seulement ils ne savent toujours pas nager (Lire « Aux nageurs sans frontière » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/09/19/aux-nageurs-sans-frontiere/) , mais ils confondent encore pirogue et Zodiac !

« Les personnes recueillies viennent du Sénégal, de Gambie, du Nigeria, du Mali, de Sierra Leone, du Cameroun, de Guinée Conakry et de Guinée-Bissau ainsi que de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso », précisait naïvement l’ONG qui démontrait ainsi combien l’amalgame migrants-réfugiés, cher à nos médias militants, est une escroquerie.

440px-Poseidon_Penteskouphia_Louvre_CA452

Ποσειδῶν

L’Aquarius s’est ensuite lancé à la recherche d’une deuxième embarcation signalée par Rome, qu’il n’était toujours pas parvenu à localiser mardi soir. Peut-être un mauvais coup de Poséidon (Ποσειδῶν) pour se venger des violations de la mer Egée !

L’équipage de l’Aquarius est composé d’une dizaine de marins et d’une équipe de Médecins du monde, médecins, infirmiers et un interprète. Cet ancien garde-côtes allemand (ça ne s’invente pas. « Angela, sors de ce corps !« ) peut accueillir jusqu’à 500 personnes. Le budget de ses opérations de sauvetage, prévues pour durer trois mois, est de 975 000 euros, financé par des dons, notamment grâce à une collecte sur internet.

cooktoo_haddock_2

La plupart des sauvetages sont aujourd’hui effectués par les garde-côtes italiens ou des navires militaires proches des cotes européennes et qui volent au secours des « marins d’eau douce » (comme aurait dit la capitaine Haddock), mais SOS Méditerranée explique que l’Aquarius est le seul bateau à rester sur place, en haute mer, avec pour seul but de sauver la vie des migrants…

Ces braves gens n’ont manifestement pas tout compris aux « Grandes Invasions barbares » ni aux meilleures méthodes pour s’en préserver.

D’ailleurs….

Si vous doutiez encore des méfaits de la néo-colonisation de Marseille par les « Chances pour la France » (après les Phocéens venus d’Izmir -Turquie- ) en voici la dernière manifestation.

14 personnes ont été interpellées lundi 7 mars en fin de journée dans les fameux quartiers nord de Marseille. Ces individus, tous âgés d’une vingtaine d’années, seraient, selon les investigations menées par la brigade de répression du banditisme (BRB) de la PJ marseillaise, impliqués de près ou de loin dans le braquage du casino d’Aix-en-Provence, perpétré le 13 février dernier à 2h du matin.

648x415_photo-prise-12-janvier-2012-policiers-lors-operation-lutte-contre-trafics-drogues-armes-cite-bassens-quartiers

Pendant plusieurs semaines, la PJ a effectué des perquisitions fructueuses à travers la ville ainsi que de nombreuses écoutes téléphoniques qui ont permis de cibler les 4 suspects présumés qui ont pénétré, armés de leur arme de guerre préférée -la kalachnikov AK47-, cette nuit-là dans le temple du jeu aixois, ainsi que le chauffeur qui les attendait dehors. Alors que nombre des 600 joueurs encore sur place avaient pensé à une attaque terroriste après deux coups de feu tirés en l’air, le commando vêtu de tenues de peintres était reparti vers Marseille avec un butin somme toute assez maigre.

Hier, des complices présumés, dans la fourniture d’armes en amont et dans le recel des jetons en aval, ont aussi été appréhendés, ainsi que les compagnes de certains suspects.

Ils font tous partie d’une bande « défavorablement connue des services de police » (selon la terminologie officielle pour dire « bande de malfrats« ) pour des trafics de stupéfiants et des braquages de commerces à Marseille.

Bref, la vie banale de la deuxième ville de France…

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

020101

Prochaine réouverture de la galerie des Carrosses, à la Grande Ecurie du château de Versailles

Muse_des_carosses_531661b8ef

La galerie des Carrosses du château de Versailles, située dans la Grande Écurie du roi et fermée au public depuis 2007, ouvrira à nouveau ses portes à partir du 10 mai 2016, grâce au mécénat de la Fondation d’entreprise Michelin. Récemment restaurée, cette collection de carrosses, l’une des plus importantes d’Europe mais encore largement méconnue du public, sera présentée dans un nouvel espace muséographique.

carrosse_sacre_Charles_X_zonecentrale

Carrosse du sacre de Charles X

Conçus pour frapper les esprits, les carrosses de Versailles sont des chefs-d’oeuvre d’art total. D’un luxe ostentatoire, ornés à profusion d’ors et de sculptures, ils ont été réalisés par les meilleurs artistes de la Cour.

Au-delà de sa qualité artistique, la collection est aussi en quelque sorte un « Salon de l’Auto des XVIIIe et XIXe siècles » présentant les plus beaux prototypes et les dernières avancées de la carrosserie française en matière de confort, de performance et de technique : traction, direction, suspension, premiers coupés, décapotables, etc.

Le_baptme_duc_de_Bordeaux_zonecentrale

Carrosse du baptême du duc de Bordeaux, futur comte de Chambord

Chaque carrosse raconte également une page de l’Histoire de France à travers un événement dynastique ou politique : baptême, mariage, sacre, funérailles. Surtout, la collection constitue le témoignage le plus vivant de la vie de Cour et des fastes sous l’Ancien Régime, l’Empire et la Restauration.

char-funebre-1

Carrosse funéraire du roi Louis XVIII

Le 9 mars 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

2 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (9 mars 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO mars 9, 2016 à 6:57 #

    Que tout celà ne nous fasse pas oublier nos agriculteurs/éleveurs/marins-pécheurs Français !

    PROJET D’ALTERNATIVE ROYALE

    LE ROI ET L’AGRICULTURE

    Pour la survie du monde agricole, il faut:

    1. Favoriser l’équilibre financier des entreprises.
    2. Procurer de nouveaux débouchés à l’agriculture.
    3. Améliorer la situation des agriculteurs.
    4. Faire revivre le monde rural.

    1. Favoriser l’équilibre financier des entreprises.

    Rétablir la préférence communautaire dans l’attente de rétablir la préférence Française, assurer la succession des exploitants, accepter le caractère pluraliste de l’agriculture, créer un satut de pluri-actif agricole, instituer un moratoire des dettes.

    2. Procurer de nouveaux débouchés à l’agriculture.

    Rechercher l’autosuffisance alimentaire, miser sur la qualité du produit, développer les cultures à vocation industrielle, permettre aux producteurs agricoles d’écouler leur surplus de production sur les marchés locaux et dans les commerces de proximité en zone rurale, créer ou recréer et développer les foires et marchés agricoles et les commerces ruraux, favoriser le commerce de proximité.

    3. Améliorer la situation des agriculteurs.

    Engager une politique de prix permettants des revenu agricoles dignes, supprimer l’impôt sur le foncier non-bati, revaloriser les retraites, réduire la bureaucratie agricole, réduire la chaine de dsitribution alimentaire, rendre la liberté aux agriculteur (fin du système syndical, proportionelle intégrale pour les élections aux chambres d’agriculture, suppression de tout droit de succession sur la propriété agricocle batie et non batie).

    4. Faire revivre le monde rural.

    Lutter contre la désertication des campagnes et assurer les services publics en mileux rural, préserver les communes rurales, susciter la création de d’emplois à la campagne, développer l’animation scociale et culturel des campagnes, mettre en valeur le patrimoine chatelain Français (sur l’exemple des Chateaux de la Loire), freiner la pratique des remembrements, valoriser les forêts, promouvoir la pêche sportive, créer un Conseil de Pêche, Chasse, Nature et Traditions.

    Actions prioritaires à mettre en oeuvre pour les agriculteurs, éleveurs, marins-pécheurs :
    1. Remettre la dette des agricuklteurs, éleveurs, marins-pécheurs selon leur situation économique.
    2. Intégrer les coûts de production les contraintes d’environnement.
    3. Renégocier la valeur ajoutée de la chaîne alimentaire.
    4. Développer les biocarburants.

    Masia avant de mettre en route ce programme, consulter les principaux eponants du monde agrcicole : syndicats, coordinations professionnelles.

    Hervé J. VOLTO, CJA, Président Honaoraire de la Charte de Fontevrault (Président 1991-1994), membre du Chapitre Général et Délégué Officiel pour l’Italie

Trackbacks/Pingbacks

  1. BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (20 avril 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. par conseilesperanceduroi I. Corse : après les mafias voici venir la cocaïne-et varia | actualitserlande - avril 21, 2017

    […] Mais la fragilité de cet accord , dès son origine, sautait aux yeux tant elle dépendait du bon vouloir du dictateur ottoman. C’est d’ailleurs ce que nous dénoncions dans plusieurs de nos article de ce blogue (Lire entre autres « Des discussions de marchands de tapis » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/03/09/bulletin-climatique-quotidien-9-mars-2016…). […]

Répondre à Hervé J. VOLTO Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :