BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (14 avril 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

14 Avr

 » Et Paris qui bat la mesure
Paris qui mesure notre émoi... »

d6c1133d8e54af2d50202373e7894

La Valls est finie !

Manuel Valls, Premier ministre, s’est brièvement exprimé, mi-figue mi-raisin, dans le quotidien Libération de mercredi 13 avril, sur le mouvement  » NUIT DEBOUT « , en tentant de ne pas couper les pont avec des manifestants qui lui sont pourtant hostiles mais aux projets desquels…il ne comprend rien. Voici ce qu’il en a dit :

 » Il ne faut pas se plaindre de voir des jeunes se réunir, agir et rêver de collectif. C’est le signe que la société française a un souffle. Mon rôle est de faire que ces énergies soient associées à un travail collectif pour que cet élan soit constructif pour tout le monde […] Quand toute la société se questionne sur son avenir, la jeunesse s’interroge aussi. « 

Avec des paroles aussi fortes et pertinentes, nul doute que la France sera sauvée…

 

Et encore une loi pour les banlieues !

La France n’en peut plus du cancer immigrationniste dont les métastases sont partout et la rongent jusqu’à son âme. La France n’en peut plus des innombrables politiques de la ville qui la ruinent* en prétendant chaque fois acheter plus efficacement la paix sociale. Mais la France n’en peut plus de mesurer chaque jour davantage les échecs de ses gouvernements en la matière…depuis plus de quarante ans (les derniers actes terroristes aussi bien que les trafics d’armes et de stupéfiants dans les banlieues l’attestent).

Alors, que pensez-vous que François Hollande et ses ministres aient trouvé à lui proposer de neuf ? Une nouvelle loi pour ces foutues banlieues, dite  » EGALITE ET CITOYENNETE  » !

En présentant, mercredi 13 avril, son projet de loi en conseil des ministres, et en organisant, dans la foulée, un comité interministériel à Vaulx-en-Velin (Rhône) – commune dont la secrétaire d’Etat à la ville, Hélène Geoffroy, était maire –, Manuel Valls veut compléter la palette de mesures annoncées lors des deux précédents rendez-vous déjà consacrés à ces sujets et qui avaient été présentées comme « la réponse » à ce qu’il avait appelé un « apartheid territorial, social et ethnique ». Un certain nombre des mesures, qui avaient été annoncées en mars 2015 ou qui seront présentées mercredi, nécessitaient une transposition législative.

Un premier comité interministériel à l’égalité et la citoyenneté, organisé le 6 mars 2015 avait listé quelque soixante-cinq mesures réaffirmant la République dans la vie quotidienne des Français ! Le projet de loi inscrit les déclinaisons législatives de certaines de ces dispositions dans son titre I.

Il prévoit ainsi d’encourager la participation citoyenne des jeunes, avec la création pérenne de la réserve citoyenne et la généralisation du service civique (un objectif de 350 000 jeunes est fixé pour 2018). Dans le même sens, le projet autorise un « congé d’engagement » bénévole pour les responsables associatifs (six jours dans l’année).

Classement en zone franche urbaine, lieu dit le Plateau. Barre HLM des 3000, construite dans les annees 1960, demolition prevue courant 2009, peinture arc en ciel, multicolore. construction

Barre HLM

Dans un second chapitre, le projet met en musique les annonces liées à la réforme de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU – qui impose un taux de 25 % de logements sociaux), qui avaient été faites le 26 octobre 2015, pour « casser les logiques de ségrégation et d’apartheid » dénoncées par le premier ministre, et favoriser la mixité sociale. L’idée centrale était de mieux répartir l’offre de HLM sur le territoire et d’éviter les « concentrations de pauvreté ». Le gouvernement a voulu durcir le ton face aux maires récalcitrants à construire des logements sociaux et permettre à l’Etat de prendre la main en cas de défaillance, par l’intermédiaire de ses préfets (Lire « Le cancer gagne Ormesson-sur-Marne » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/09/16/le-cancer-gagne-ormesson-sur-marne/).

Un système national d’enregistrement des demandes de HLM est d’ailleurs créé afin de parvenir à une plus grande transparence des attributions. Les surloyers payés par les ménages au-dessus des plafonds sont augmentés. Le texte autorise également le préfet à délivrer directement des autorisations d’urbanisme dans les communes dites « carencées » (en deçà du taux de 25 % de HLM obligatoire).

De nouvelles mesures de ce troisième rendez-vous sont, elles, prises en compte dans le troisième chapitre du projet de loi, et intitulé « Pour l’égalité réelle ». Entre autres dispositions, il fait de l’amélioration de la maîtrise du français une « priorité nationale » en prévoyant différentes formations pour tous les publics concernés, aussi bien à l’école, au travail ou dans le cadre de l’intégration des étrangers. Mais, en vérité, tant que cette disposition ne sera pas l’unes des principales conditions à l’obtention de la nationalité française, rien ne se fera.

couverture1

Maîtrise de la langue française : y a du boulot

Un volet spécifique ouvre plus largement l’accès à la fonction publique afin de diversifier son recrutement : la « troisième voie » réservée aux candidats issus du monde associatif, syndical ou politique est élargie à tout public, quel que soit son parcours, et une disposition permet aux jeunes peu ou pas qualifiés d’intégrer les postes de catégorie B. Attendez-vous donc à être confrontés, aux guichets des administrations ou des collectivités locales, à des interlocuteurs incultes et illettrés auprès desquels vous n’obtiendrez ni renseignement fiable ni bien sûr l’aide espérée…

Enfin, comme attendu, le texte modifie la loi de 1881 sur la liberté de la presse, pour faire entrer les délits qualifiés de racistes et les discriminations dans le droit commun. Il durcit ainsi les peines encourues et élargit à tous crimes et délits les circonstances aggravantes.

B7GB8lMCEAADjaE.jpg-large

La XVIIe chambre du Tribunal correctionnel de Paris va mourir d’embolie !

* Plus de CENT MILLIARDS D’EUROS au cours des dix dernières années…

 

L’échec du démantèlement de la « jungle » de Calais

On nous avait annoncé, à grand renfort de fifres et de tambourins (entendez de discours ministériels et de désinformation médiatique), le démantèlement du bidonville de Calais occupé par des milliers de migrants illégaux. En tout cas de sa partie sud…Il faut bien reconnaître aujourd’hui que ce « geste fort » du gouvernement est un échec.

D’abord, les migrants migrent toujours ! Vendredi 8 avril ce sont deux premiers migrants, une Afghane de 38 ans et son fils de 22 ans (la mère fut donc mariée avant 16 ans) qui ont été « secourus » par des gendarmes à Croix-en-Ternois (Pas-de-Calais). Le lendemain samedi, treize Iraniens, dont trois mineurs, ont été retrouvés dans un camion frigorifique, sur une aire d’autoroute de l’A26, dans l’Aisne et le lundi suivant, au petit matin, entre Saint-Omer et Calais, ce sont 20 migrants érythréens et afghans, dont sept mineurs, qui ont été retrouvés dans trois camions différents. Les autorités se sont réjouies…qu’ils soient sains et saufs ! Chouette, on va pouvoir les supplier de déposer une demande d’asile.

Aerial-view-of-a-makeshift-camp

La « jungle » de Calais

Ces données montrent combien de ces migrants échouent à franchir la Manche mais la comptabilité des passages, elle, n’existe pas. Et, pendant ce temps-là, le panorama sur la « jungle » de Calais est toujours le même : une étendue continue de bâches bleues truffée du blanc des caravanes et des grandes tentes collectives. Le bidonville semble désormais d’un seul tenant tant les abris y sont serrées, imbriqués presque les uns dans les autres.

Entre le 29 février et le 16 mars, 7,5 des 18 hectares de ce camp où s’arrêtent les migrants sur le chemin de l’Angleterre, ont pourtant été démantelés, si l’on en croit les déclarations officielles : 328 personnes ont été relogées sous les grandes tentes de la sécurité civile et 254 ont accepté de partir en centre d’accueil et d’orientation (CAO), ailleurs en France ; souvent après un passage par les conteneurs du centre d’accueil provisoire (CAP) où 315 migrants de la zone sud ont aussi posé leur baluchon (la plupart du temps un ces sacs en plastique interdits dans les supermarchés et non-biodégradables…).

Mais d’après Christian Salomé, de l’Auberge des Migrants, l’équation est différente.  » Un quart des évacués est parti vers Paris ou d’autres petits campements voisins  » comme celui de Norrent-Fontes qui a grossi tout à coup de 50 nouveaux venus, et «  la moitié s’est tout simplement déplacé d’une centaine de mètres pour se réinstaller dans la zone nord « . La préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, est d’ailleurs bien obligée de reconnaître que le nord pourrait  » avoir grossi d’un tiers « . L’objectif de  » dégonfler  » le lieu et  » d’offrir à chacun un logement digne « , comme l’a plusieurs fois répété le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, n’a donc pas été atteint. Mais qui pouvait en douter ?

Sur le terrain, la situation est pire qu’avant. Les Soudanais ont été les premières concernés. La disparition de leur quartier les a obligés à chercher asile au nord. Hier installés par trois ou quatre dans des abris de bois, ils ont dû trouver place au milieu des Afghans ou s’entasser sous une tente. Mais les autres ethnies continuent à « s’entrechoquer« , tels les Erythréens et les Africains sub-sahariens…

img56104d5fd4055

Bagarre entre migrants à Calais

Si Fabienne Buccio compte officiellement 1 639 migrants dans la  » jungle « , l’Auberge des migrants, qui a mobilisé 14 personnes entre le 29 mars et le 5 avril pour un recensement, en dénombre, elle, 3 376 hors des infrastructures gérées par l’Etat. Si on y ajoute les conteneurs, le foyer des femmes et les tentes de la Sécurité civile, plus de 5 000 migrants seraient encore à Calais, en dépit de toutes les évacuations faites par le ministère de l’intérieur depuis fin octobre.

Mais tous ces braves gens s’organisent. Par exemple, Shahid un Pakistanais. Assis au milieu de son échoppe de fortune, cet ancien policier (à ce qu’il prétend !) de 36 ans, à qui l’Italie a reconnu le statut de réfugié, est venu depuis Catane, en Sicile, après quatre ans de recherche vaine d’emploi là-bas, sachant que la France est devenue la poubelle de l’Europe. Les revenus de son petit bazar de l’avenue principale lui permettent de payer les 600 euros du loyer mensuel (on ne saura pas à qui) et d’en envoyer 300 à sa famille. A Peshawar, son épouse, ses cinq enfants et ses parents comptent sur lui. Alors Shahid et son ami se relaient vingt-quatre heures sur vingt-quatre. «  Ici, le produit phare, c’est la cigarette « , confie-t-il et pour faire de la marge, il roule lui-même le tabac importé de Belgique (en contrebande bien sûr), sans savoir pour combien de temps il est là…Nous non plus.

CAMP_2593355a

L’organisation de la « jungle » vue d’Angleterre

Le rêve du ministre de l’Intérieur de voir disparaître cette  » jungle « , pour ne maintenir à Calais que le parc de conteneurs, un foyer pour femmes et un ensemble de tentes de la Sécurité civile – soit un total de 2 000 places organisées et contrôlées –, s’éloigne chaque jour davantage.  » Le démantèlement de la zone nord n’est pas à l’ordre du jour dans les deux mois à venir « , répètent à l’unisson les organisations humanitaires. Comme ici les pouvoirs publics sont toujours en réaction et jamais en anticipation, ils attendent de voir combien de nouveaux venus vont arriver avec les beaux jours et la fermeture de la route des Balkans… »Mais ils attendent aussi de savoir s’il y aura un “Brexit” – une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne – ou non… « , observe avec pertinence un associatif.

Le démantèlement de la moitié sud du camp en mars a envoyé vers Paris de nombreux migrants… et leurs passeurs. Selon une source policière, des départs pour les îles Britanniques se font désormais depuis l’Ile-de-France ! Par ailleurs, d’autres campements s’installent en chapelet sur la côte nord jusqu’à la frontière avec la Belgique. Quant à Cherbourg (Cotentin), la ville dont l’ancien maire n’est autre que Bernard Cazeneuve, est déjà devenue un lieu de passage vers la Grande-Bretagne, avec 400 tentatives répertoriées sur les deux premiers mois de l’année.

cazeneuve_pays_sipa

Et pourtant on l’aime bien Bernard Cazeneuve. Même quand il est perplexe !

Comme nous le répétons souvent, l’évolution naturelle d’un cancer ce sont les métastases…jusqu’à la mort, lorsqu’il n’est pas traité.

 

Economie : le FMI est très inquiet

IMF

Le Fonds monétaire International a publié hier mardi 12 avril ses dernières prévisions : elles sont inquiétantes pour l’économie française et mondiale.

Pour la France, l’organisation installée à Washington attend une croissance de 1,1% cette année. Soit le même niveau qu’en 2015, mais bien en dessous de ce qu’espère le gouvernement – et cela malgré les taux d’intérêt à zéro et le pétrole pas cher. En tous cas, si cette prévision du FMI se confirmait, la France s’installerait tout au fond de la classe européenne puisque seulement trois pays sur les dix-neuf de la zone euro feraient moins bien : Italie, Grèce et Finlande. Evidemment, les conséquences sur l’emploi seraient catastrophiques.

la_france_perd_sa_place_5_place_mondiale

Mais le FMI n’est pas plus optimiste pour l’économie mondiale. Un signe d’ailleurs ne trompe pas. Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds, qui a une nature vraiment optimiste ne rit plus du tout. Elle craint vraiment qu’une nouvelle crise économique mondiale éclate. Et pour deux raisons (que nous avons déjà évoquées et qui se confirment). D’abord, il y a à la fois trop d’argent sur la planète (à cause des politiques monétaires accommodantes partout et, en particulier, au sein de l’Union européenne) mais pas assez de confiance pour lancer des projets d’investissement. Et surtout, il y a des raisons politiques et géopolitiques. Le mot n’est pas utilisé, mais celui qui vient à l’esprit, c’est le chaos. La guerre est partout, une crise migratoire catastrophique et non maîtrisée, un projet européen à l’agonie, des crises économiques en cascades dans les pays émergents, des dirigeants en fin de mandat ou discrédités (Obama, Merkel, Hollande, Cameron, Dilma Roussef au Brésil) etc. etc. Et, donc, Christine Lagarde elle-même, peu suspecte de gauchisme, met en cause la déconnection entre les élites et les peuples. On croit rêver.

lagarde

Si seulement ils nous avaient écoutés !

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Profitez de ces instants avant que Calais ait été rayée de la carte de France par les migrants

Calais – Cité internationale de la dentelle et de la mode

 » Décrayonner « 

indexaa-365x527

La Cité internationale de la dentelle et de la mode (CIDM) consacre jusqu’au 13 novembre une exposition à la styliste parisienne Anne Valérie Hash. L’exposition retrace ses treize premières années de création.

Dès l’entrée, le fil de l’exposition « Décrayonner » est lancé. Anne Valérie Hash aime en découdre avec les codes et avec les genres. Déconstruire pour reconstruire. C’est dans cet esprit qu’elle a conçu en 2001 sa première collection Fillemâle dans laquelle elle « débâtit entièrement un vestiaire masculin pour rebâtir un vestiaire exclusivement féminin ». Des pièces surprenantes qui ouvrent cette rétrospective de treize années de création à la CIDM.

1995251144_d5835c10d78632211f91d2c04979bb60_835471309_B978293402Z.1_20160403164209_000_GHD6H26DM.1-0

Le parcours proposé par la commissaire de l’exposition, Sylvie Marot, s’ouvre sur une galerie de contrastes. Celui des couleurs : le blanc, le noir. Celui des matières : la dentelle, la toile de coton. Et chemin faisant, le contraste des finitions. Sur plusieurs pièces, « on devine dans ses coupés francs et frangés le goût de l’inachevé, dans le non ourlé la trace de l’arrachement. Des bords laissés à vif voire volontairement effilochés », souligne Sylvie Marot, spécialiste en arts de la mode.

12141875_1720198994860095_1093205013_n

L’exposition se termine en revanche sur des robes sophistiquées d’une élégante finesse dans lesquelles la dentelle a toute sa place. Une des créations en dentelle a d’ailleurs été confiée à la CIDM pour le fonds du musée. « Il s’agit d’une combinaison à empiècements de dentelles, significative du travail d’Anne Valérie Hash : mélange masculin-féminin, maîtrise des incrustations de dentelles, décontraction du porté alliée à une sophistication des matières », souligne la direction de la Cité de la dentelle. Une pièce à découvrir parmi la centaine exposée jusqu’à l’automne à la CIDM.

1336181193_B978293402Z.1_20160403164209_000_GHD6H274K.1-0.jpg

Le 14 avril 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :