BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (16/17 avril 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

17 Avr

Le Saint-Père entend des voix !

24y7rk8

Migrants à Lesbos

Le pape François a visité hier le camp d’accueil des migrants de l’île de Lesbos , en Grèce. Il en est reparti avec, dans son avion, une douzaine travailleurs « bien formés » et assez jeunes pour assurer le renouvellement de la population âgée de la Cité du Vatican, suivant en cela les préceptes de la chancelière allemande Angela Merkel !

Le Saint-Père a profité de son voyage de retour pour répondre à quelques questions des journaleux qui n’ont pas manqué de l’accompagner dans cette mission de sauvetage. Voici quelques extraits de l’entretien :

Pourquoi ce voyage ?
« Ça a été une inspiration, il y a une semaine, de l’un de mes collaborateurs. J’ai accepté tout de suite, tout de suite. Ce que j’ai vu aujourd’hui au camp de réfugiés était à pleurer. »

Pourquoi ces trois familles ?
« Tout a été fait dans les règles. Ils ont des papiers. Les trois gouvernements [Vatican, Italie, Grèce] ont donné leur accord. Ce sont des hôtes du Vatican. Je n’ai pas fait de choix entre chrétiens et musulmans. Ces trois familles avaient les papiers en règle. Ce n’est pas un privilège. Tous les douze sont enfants de Dieu. »

Pourquoi ce geste ?
« Je répondrais en citant mère Teresa. On lui demandait pourquoi elle faisait autant d’efforts pour aider les gens à mourir. Elle a répondu : C’est une goutte dans la mer, mais après cette goutte, la mer ne sera plus la même. C’est un petit geste, de ces petits gestes que nous devons tous faire. Tendre la main à qui en a besoin. »

Quelle doit-être la politique européenne ?
« Il y a un mot qui dans notre culture semblait avoir été oublié après la guerre : aujourd’hui il existe des ghettos. Et certains des terroristes sont fils et petits-fils de personnes nées en Europe. Que s’est-il passé ? Il n’y a pas eu de politique d’intégration. Et cela pour moi c’est fondamental. Aujourd’hui l’Europe doit retrouver cette capacité, qu’elle a toujours eue, à intégrer*. Cela a enrichi sa culture. Nous avons besoin d’une éducation à l’intégration. Je comprends que les peuples aient une certaine peur. Nous devons être très responsables dans l’accueil. Comment s’intègrent ces gens ? Construire des murs n’est pas une solution. Nous devons faire des ponts, mais ceux-ci se font de façon intelligente, avec le dialogue. Fermer les frontières ne résout rien. A la longue cela fait mal au peuple qui le fait. L’Europe doit faire très vite des politiques d’intégration, de croissance, du travail, de réforme de l’économie. Toutes ces choses sont des ponts qui permettront de ne pas faire de murs. »

5721229_migrants-rome_545x460_autocrop

Bienvenue à Rome !

* Faut-il rappeler au Saint-Père que l’Europe a en effet toujours su intégrer les populations les plus diverses mais…toutes chrétiennes. Faut-il lui rappeler aussi que l’on intègre pas une population musulmane. Pas plus en Grèce qu’en Italie ou au Vatican…

 

Mais pendant ce temps-là

lybie

Migrants clandestins quittant la Libye pour l’Italie

La « route du sud » empruntée par les migrants originaires d’Afrique sub-saharienne ne désemplit pas de candidats au voyage. Les côtes libyennes servent de nouveau et de plus en plus (au fur et à mesure que l’étau se resserre sur la « route des Balkans » et la mer Egée) au passage des hordes de migrants économiques en quête d’une herbe plus verte que chez eux.

Mais, au lieu de verrouiller les eaux territoriales de la Libye, comme nous le réclamons depuis plus de quatre ans, ou même le canal de Sicile, les autorités italiennes ont endossé des tenue de « maîtres nageurs sauveteurs » pour porter secours à ces envahisseurs. Résultat, le porte-hélicoptères Cavour, vaisseau amiral pour l’opération « Sophia » déployée par l’Union européenne (UE) depuis 2015, afin de lutter contre les trafiquants sur la « route du sud » (celle des migrants voulant gagner l’Europe depuis les côtes libyennes), est devenu une gigantesque bouée de sauvetage !

Nave Cavour 46

Porte-hélicoptères Cavour

Il y a quelques jours, l’Italienne Federica Mogherini, haute représentante pour les affaires étrangères de l’UE, était en visite express à bord du navire. Une visite symbolique, un an après que 800 migrants se soiet noyés au large de Lampedusa. L’Europe avait alors lancé, en urgence, la fameuse opération « Sophia ». Croyez-vous que Bruxelles s’en morde aujourd’hui les doigts ? Pas du tout.

A ce jour, d’après les chiffres communiqués à bord du Cavour, la mission permis de « sauver » 12 600 vies depuis septembre 2015 (entendez qu’elle a imposé à l’Europe et à ses citoyens l’arrivée de 12 600 parasites) : « Vous pouvez être fiers d’avoir sauvé des vies, ici, alors qu’ailleurs en Europe, nous ressentons de la honte pour les murs qui s’érigent », insiste avec le plus totale inconscience Mme Mogherini. Un message à l’attention toute particulière des Italiens, très inquiets des barrières que les Autrichiens sont en train d’aménager à leur frontière avec l’Italie, Vienne anticipant aussi le retour de la « route du sud» et voulant barrer la route aux futurs migrants.

Surtout, l’ex-ministre des affaires étrangères italienne vient faire acte de présence à un endroit de la Méditerranée qui risque, après une relative accalmie en 2015, de redevenir très sensible dans les semaines qui viennent, en raison de la « saison des migrants », comme on dit à Lampedusa, qui devrait revenir avec les beaux jours.

Mme Mogherini compte d’ailleurs bien, lundi 18 avril, lors d’un conseil des ministres des affaires étrangères et de la défense, proposer que l’opération « Sophia » soit prolongée et que son mandat soit modifié : « Parmi les options que je vais proposer, il y aura la possibilité que les vaisseaux, concentrés pour l’instant dans la partie sud de la Méditerranée centrale, puissent croiser un peu plus vers l’est », explique-t-elle. Une façon, dit-elle, de » prévenir les arrivées depuis l’Egypte, et plus seulement depuis la Libye. » Mais c’est évidemment un mensonge puisqu’il ne s’agit pas de « PREVENIR » les arrivées mais, au contraire, de les « FACILITER » au prétexte de porter secours et de sauver des vies ! (Lire « Hep taxi ! » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/02/17/bulletin-climatique-quotidien-17-fevrier-2015de-la-republique-francaise/ et vous comprenez tout).

61714adbfc1daf5ff4ccdf1f43db8b4c

Federica Mogherini à bord du Cavour

L’opération « Sophia » a fait couler beaucoup d’encre quand elle a été décidée : c’était une des premières fois que l’Europe déployait des moyens militaires coordonnés pour résoudre un problème de sécurité intérieure (24 des 28 Etats membres sont impliqués, deux des cinq frégates, en plus du Cavour, sont allemandes ; la France a mis un avion à disposition). A ce jour, depuis le début de la mission, seules 68 personnes « suspectées » de trafics ont été arrêtées puis livrées à la justice italienne, et 104 embarcations « neutralisées ». Cela paraît bien peu au regard des moyens militaires déployés. Ces chiffres illustrent la difficulté à laquelle fait face l’Europe dans cette région avec des réseaux de passeurs sophistiqués, et une zone à surveiller si vaste qu’elle représente six fois la surface de l’Italie. Mais ils illustrent surtout l’absence totale de volonté politique pour mettre un terme définitif  à ces trafics qui rendent tellement service aux négriers du  grand patronat et aux acteurs du « Grand Remplacement« …

Pour l’instant, dans l’île de Lampedusa, comme sur le Cavour, personne n’a encore observé un véritable regain d’affluence sur la route de la Méditerranée centrale. Deux bateaux seulement venant de Turquie avec des Syriens à bord ont été interceptés. « Sur les migrants qui sont ici, dans les “hot spots” [centre d’accueil et de tri] de Lampedusa, nous avons surtout des Africains : des Gambiens, des Ivoiriens, des Nigériens, etc. Et beaucoup de mineurs : ils sont 99 en ce moment, avec une moyenne d’âge de 15 ans », se désole Sarah Tyler, une volontaire de l’association Save The Children, rencontrée à l’entrée du « hot spot » de Lampedusa.

En vérité « Sophia » ne sera pleinement efficace envers cette nouvelle traite négrière que si ses navires peuvent s’approcher au plus près des côtes libyennes, dans les eaux territoriales du pays. Or, pour ce faire, Bruxelles prétend qu’il faudrait  » l’autorisation expresse du gouvernement libyen » !  Or, dans ce pays en plein chaos, il n’y a pas de gouvernement (merci l’Otan, merci Nicolas Sarkozy et merci BHL !). Alors, que fait-on ? On attend, bien sûr…

La mort de l’Europe, sans doute.*

* Voici une vidéo, montrant une récente rixe entre migrants à Paris, qui vous en dira plus long qu’un texte : https://www.youtube.com/watch?v=iMzDMIcKaAE&feature=youtu.be

Virus Zika : les conséquences apparaissent

La ministre de la Santé a indiqué ce matin sur RMC qu’un cas de microcéphalie faisait l’objet d’investigations poussées actuellement en Martinique. Il existe en effet une « suspicion très sérieuse » liant cette malformation à une infection maternelle pendant la grossesse par le virus Zika.

sn-mosquitoes_2

Le moustique tigre, responsable de la transmission

Si de nombreux éléments n’ont pas été révélés par Marisol Touraine, cette dernière a, a contrario, tenu à préciser que l’infection avait probablement eu lieu par le biais d’une piqûre de moustique et non par voie sexuelle. On ignore par contre l’âge de l’enfant, si la suspicion de microcéphalie avait été signalée avant la naissance, si l’infection par le virus Zika de la mère avait été détectée pendant sa grossesse et d’une manière générale quel a été son suivi. S’il était confirmé, il s’agirait du premier cas français de microcéphalie liée au virus Zika, depuis l’épidémie polynésienne de 2013-2014.

Plus de 15 000 personnes ont été infectées par le virus Zika depuis la fin 2015 aux Antilles et en Guyane. Avec plus de 12 000 cas, la Martinique est le département le plus fortement touché. On compte 130 femmes enceintes ayant été infectées par le virus, dont 75 en Martinique. Sur l’île, la confirmation biologique de l’infection par le Zika est désormais réservée aux femmes enceintes et aux personnes présentant des complications neurologiques.

Depuis quelques semaines, toutes les femmes enceintes et non plus seulement celles chez lesquelles une infection par le virus Zika a été observée, bénéficient d’une surveillance échographique mensuelle, évidemment prise intégralement en charge par l’Assurance maladie. Cette mesure s’applique également en Guyane, où le suivi des femmes enceintes est cependant plus difficile, en raison de l’isolement de certaines populations. Il y a quelques semaines, il avait été précisé qu’une suspicion de microcéphalie concernait une femme enceinte guyanaise, mais aucune nouvelle précision n’a encore été donnée sur ce cas. Si le suivi mensuel de toutes les femmes enceintes s’est imposé, c’est non seulement parce que les formes asymptomatiques du Zika sont les plus nombreuses, mais aussi parce qu’outre la microcéphalie d’autres atteintes neurologiques sont redoutées après infection par ce virus. Y compris chez l’adulte.

En dehors des territoires français, l’épidémie continue à faire rage dans un grand nombre de pays d’Amérique du Sud et notamment au Brésil. Le pays recense désormais 745 nourrissons atteints de manière certifiée d’une microcéphalie, dont 157 sont décédés depuis le mois d’octobre 2015. Cette épidémiologie justifie les recommandations invitant les femmes enceintes à éviter les zones infestées, lancées notamment par l’OMS, ainsi que la demande de Marisol Touraine aux femmes habitant les régions à risque d’éviter tout simplement…d’être enceintes ! La lucidité de notre ministre de la Santé nous impressionne toujours.

Carte-Aedes-Albopictus3-1024x628

En France, ces préconisations semblent être prises très au sérieux : le départ des touristes français vers les Antilles ont connu une diminution de 21 % en février, selon des chiffres présentés hier par le Syndicat des agences de voyages. Mais le plus préoccupant réside dans le fait que le moustique vecteur de l’épidémie est désormais implanté dans de nombreux département métropolitains.  La plupart des experts, tel le professeur Arnaud Fontanet de l’Institut Pasteur, estiment que l’hypothèse d’une épidémie dans cette région du monde ne peut être exclue. « L’épidémie existera partout où il y a ce type de moustiques Aedes qui transmet le virus. En Afrique comme en Asie, notre hypothèse est que le virus a déjà circulé, à des taux même élevés. En France métropolitaine, où le moustique Aedes albopictus est présent dans le sud de la France, on aura des cas groupés. Peut-être qu’une épidémie pourrait se dérouler à la Réunion » indique Arnaud Fontanet. Il insiste également sur le fait que l’accent doit être mis sur l’amélioration des programmes d’éradication des moustiques, qui pour l’heure n’ont donné que des résultats insuffisants. « L’exemple du Brésil est clair : il y avait, là, déjà, des mesures contre la dengue, transmise par le même moustique, et cela n’a pas empêché la propagation du virus Zika » fait-il remarquer.

Et bientôt, le retour de la peste !

 

Heureusement, il y a encore les souverains belges

51ed60ed35705d9341936ee4

Un sondage commandé par l’émission « Place Royale » indique que 69% des Belges font confiance au roi Philippe qui vient de fêter ses 1000 jours de règne. On y apprend également que 77% des sondés estiment que le roi et la reine des Belges ont eu un comportement exemplaire face aux attentats qui ont frappé Bruxelles.

13029534_10153368394387161_3530929505694771609_o

Le 17 avril 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (16/17 avril 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. NOEL avril 17, 2016 à 9:31 #

    Le Pape donne l’exemple de l’accueil des étrangers sans distinction de religion. C’était déjà une exigence dans l’Ancien Testament…Quant au Nouveau, relire Mt 25!

Trackbacks/Pingbacks

  1. actualitserlande - janvier 17, 2017

    […] trafics et des pires exactions (Lire « Mais pendant ce temps-là… » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/04/17/bulletin-climatique-du-week-end-1617-avri… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :