BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (19 avril 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

19 Avr

Plus collabo, tu meurs !

648x415_defenseur-droits-jacques-toubon-16-juillet-2014-a-paris

Jacques Toubon, ancien ministre de la Culture d’Edouard Balladur (1993-1995) puis ministre de la Justice d’Alain Juppé (1995-1997) et actuel Défenseur des droits promu par François Hollande est atteint du syndrome de Stockholm. Parti d’une virulente critique de la présidence de François Mitterrand il est arrivé à la collaboration la plus rampante avec la désastreuse fin de règne de François Hollande. Et tout particulièrement dans les thèmes chers aux plus ardents promoteurs du métissage socio-culturel. Sans doute les prébendes exigent-elles quelques gages…

Comme le temps est loin où Jacques Toubon se faisait l’ardent défenseur de la langue française et la Francophonie !

Le Défenseur des droits, vient en effet de saluer dans un communiqué la campagne lancée ce lundi matin par la ministre du Travail, Myriam El Khomri et destinée à lutter contre les discriminations à l’embauche.

vignette_twitter_discriminations

Selon Jacques Toubon, qui court désespérément après sa reconnaissance par les apôtres du « Grand Remplacement« , cette nouvelle campagne est importante, car  » les discriminations fondées sur l’origine, qui mettent à mal le principe d’égalité, restent fréquentes. » Le Défenseur des droits en profite (au cas où on l’aurait oublié) pour rappeler qu’il a lancé, le mois dernier, un appel à témoignages sur son site Internet ! En voici la preuve :

http://www.defenseurdesdroits.fr

Grâce à lui, les moins de 35 ans qui estiment avoir été victimes de discrimination lors de leur recherche de stage ou d’emploi peuvent ainsi saisir directement le Défenseur des droits, de façon anonyme. Il s’agit, nous dit-on, de mieux prendre en compte la réalité des discriminations touchant notamment les personnes dont le nom ou la couleur de peau, par exemple, laissent supposer une origine étrangère, afin de mieux lutter contre ces comportements.

la-campagne-de-sensibilisation-a-la-discrimination-a-l-embauche-11534272usgua_1713

Une chose est sûre. Jacques Toubon n’a pas tout compris au « Grand Remplacement » et moins encore au concept de REMIGRATION…

 

Plus dilapidateur, tu meurs aussi

La France ne compte pas moins de dix minima sociaux, dont bénéficient plus de quatre millions d’allocataires (et dont une bonne partie venus d’ailleurs…) : le revenu de solidarité active (RSA), l’allocation de solidarité pour les personnes âgées (ASPA), l’allocation adultes handicapés (AAH), l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI), l’allocation de solidarité spécifique (ASS), l’allocation veuvage (AV), le revenu de solidarité outre-mer (RSO), la prime transitoire de solidarité (PTS), l’allocation temporaire d’attente (ATA) et l’allocation pour demandeur d’asile (ADA) !!!

exoneration-fiscale-minima-social

Comment voulez-vous avec tout ça que la situation économique de notre pays soit florissante ?

Eh bien il faut que vous sachiez…que cela ne suffisait pas. Le député PS de Saône-et-Loire, Christophe Sirugue, vient de nous en inventer un nouveau avec la bénédiction du Premier ministre, Manuel Valls.

Dans son rapport, intitulé « Repenser les minima sociaux : vers une couverture socle commune », le député de Saône-et-Loire appelle à réformer les minima sociaux pour les rendre « plus cohérents et plus équitables » (entendez qu’il va falloir payer encore plus). « La nécessité d’agir est bien une évidence : aujourd’hui, ni la simplicité, ni l’égalité de traitement des allocataires ne sont garanties, écrit-il. Les dix minima sociaux existants se caractérisent par la complexité et la diversité des règles applicables aux allocataires. »

En premier lieu, comme il l’a expliqué au quotidien Libération, M. Sirugue propose de « supprimer la barrière d’âge ». Les jeunes en activité seraient donc éligibles à ces allocations dès l’âge de 18 ans, et non à 25 ans comme c’est le cas actuellement. Le député estime qu’une telle mesure coûterait environ 3,5 milliards d’euros, et de ce fait il ne demande pas qu’elle soit applicable dès le 1er janvier 2017. Il préfère laisser le paiement à ceux qui suivront…

hlm

« Priver la très grande majorité des jeunes de l’accès à notre dispositif universel de lutte contre la pauvreté ne me paraît plus acceptable, poursuit-il. Cette condition d’âge (…) empêche de lutter efficacement contre la pauvreté des plus jeunes, dont la hausse depuis 2008 est malheureusement frappante. (…) Acceptons à gauche de dire qu’empêcher de voir un jeune commencer sa vie dans la précarité, ce n’est pas de l’assistanat, mais de l’investissement. » Ben voyons !

M. Sirugue propose ensuite trois scénarios au gouvernement pour simplifier les minima sociaux. Celui qu’il recommande consiste à fusionner tous les minima sociaux dans une « couverture socle », d’un montant de 400 euros par mois. Cette allocation pourrait être complétée soit si le bénéficiaire est une personne âgée ou handicapée, soit s’il est en situation d’insertion professionnelle. « Cette solution apporte plus de clarté, de cohérence et d’égalité », affirme le député. Elle permettrait surtout de déverser la manne des contributions sur davantage encore de migrants et autres « réfugiés« .

561bbaf0c46188c4498b4600

Jour de marché à Mantes-la-Jolie (après avoir touché le RSA et autres gâteries)

Selon un deuxième scénario, il propose, dès le 1er janvier 2017, le maintien des dispositifs existants avec des paramètres modifiés, « en allongeant par exemple certaines durées selon les allocations » ou en rendant « plus prévisibles les montants versés aux allocataires du revenu de solidarité active (RSA) ». Ce qui signifie, en langage clair, augmenter lesdites sommes.

La troisième possibilité consiste à fusionner les dispositifs pour n’en garder que cinq à l’horizon 2020….Mais, ne rêvez pas, c’est celle qui a le moins de chance d’être retenue.

Les recommandations formulées par Christophe Sirugue ont été saluées, lundi 18 avril, par Manuel Valls, le Premier ministre. « L’ensemble des propositions visant à simplifier et harmoniser les prestations doivent être mises en œuvre très rapidement, a fait savoir M. Valls dans un communiqué. Car la complexité crée de l’inégalité. » Des mesures devraient être prises dès 2017. Autrement dit, après lui le déluge.

M. Valls souhaite également que les propositions « de plus long terme » préconisées par M. Sirugue « fassent l’objet d’un travail approfondi » permettant de s’engager dans une « réforme d’ampleur dans les prochains mois ».

politiquefamiliale

Un moyen de réduire le nombre d’allocataires

Jean-Michel Baylet, le ministre (RG) des collectivités territoriales, s’est dit favorable à un élargissement du RSA aux moins de 25 ans, « un geste fort en direction de la jeunesse ». Mais Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a au contraire dénoncé des propositions « démagogiques ». « Le seul objectif du gouvernement socialiste, c’est soit de faciliter les licenciements, soit de créer de l’assistanat, a-t-il jugé. On pourrait très bien créer des emplois jeunes qui permettent aux jeunes de s’insérer, mais je refuse qu’on donne de l’argent sans une compensation de travail. »

Ces gens sont fous !

 

Brexit : les grandes manoeuvres (suite)

Nous évoquions il y a peu les grandes manoeuvres médiatiques visant à démobiliser les partisans d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne (Lire « Les grandes manoeuvres ont commencé » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/04/02/bulletin-climatique-du-week-end-23-avril-2016-de-la-republique-francaise/). Sachez que ça continue…en pire !

À deux mois de l’échéance fatidique, le gouvernement britannique commence à fourbir ses armes pour éviter le fameux Brexit. Le référendum portant sur la question de l’appartenance à l’UE du Royaume-Uni se tiendra en effet le 23 juin prochain. Et la victoire du « oui » constituerait un important camouflet pour le Premier ministre David Cameron qui fait campagne contre cette possibilité.

200px-George_Osborne_0437

George Osborne

Histoire de bien faire prendre conscience aux citoyens britanniques des enjeux du scrutin (du point de vue de Bruxelles), son chancelier de l’Échiquier, George Osborne, a publié ce lundi 18 avril une analyse émanant paraît-il du Trésor et se penchant sur les conséquences fatalement catastrophiques d’un Brexit. Accrochez-vous, ça va tanguer.

Divers scénarios ont été étudiés par l’exécutif britannique. Le Trésor a plus spécifiquement communiqué sur l’hypothèse qu’il considère comme la plus plausible à savoir un scénario « à la canadienne« . Dans ce cas de figure, le Royaume-Uni quitterait l’UE mais négocierait un accord de libre-échange avec l’Union.

HM_Treasury_nouveau

Logo du Trésor de Sa Majesté

Le Trésor britannique estime alors que le Royaume-Uni verrait ses exportations minées, que l’investissement des entreprises serait plombé et que certaines entreprises délocaliseraient une partie de leur activité sur le continent. À ce titre, il faut rappeler qu’en février dernier, la banque HSBC (dont on connaît l’honnêteté !) indiquait qu’elle envisageait de déplacer pas moins de 1 000 postes de Londres vers Paris en cas de Brexit (Lire « Mais l’UE lâche ses chiens de garde » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/02/20/bulletin-climatique-du-week-end-2021-fevrier-2016-de-la-republique-francaise/).

Au final, le Trésor considère que d’ici à 2030 le PIB britannique serait inférieur de 6% à ce qu’il serait sans Brexit. Ce qui appauvrirait chaque ménage britannique de 4 300 livres (ou 5 400 euros) ! Rien que ça.

En brandissant les résultats de cette analyse, George Osborne n’a pas lésiné sur la mise en scène, ce lundi. Le chancelier de l’Échiquier a évoqué « un choc économique violent à court terme » qui ferait payer aux familles « un lourd tribut économique » en cas de Brexit et a assuré qu’il était « illusoire » de penser que Londres pourrait alors trouver un quelconque accord avantageux avec l’UE.

Sauf qu’évidemment, les partisans du Brexit voient dans cette étude un instrument de propagande gouvernementale. « Ils avancent toujours les chiffres négatifs sur le Brexit et jamais les positifs parce que cela fait partie de leur conspiration (qui consiste) à nous maintenir de force dans l’UE« , a déclaré l’ancien ministre et membre eurosceptique du Parlement conservateur John Redwood à la BBC. De son côté, le maire de Londres Boris Johnson, la figure la plus populaire du camp pro-Brexit, a affirmé dans les colonnes du Daily Telegraph que « tous les suspects habituels sont là à essayer d’embrouiller l’opinion britannique et à la persuader qu’elle doit accepter la perte de souveraineté démocratique au prix de la prospérité économique« .

natixis-logo

Mais, comme si une manipulation ne suffisait pas, les eurolâtres se sont acoquinés avec la banque française Natixis pour enfoncer le clou du désastre d’un Brexit : le Royaume-Uni verrait sa croissance s’élever à 0,5% au lieu de 2%, soit 1,5% de perte de PIB sur une seule année. Le tribut est plus lourd pour les comptes publics puisque le déficit, au lieu de passer sous les 3% du PIB et d’atteindre 1,9% gonflerait alors à 5,1%. Si l’on en croit bien sûr les analystes financiers en question…

Le think tank OpenEurope qui assure être « neutre » sur la question du Brexit, avait lui publié une étude le 13 avril dernier, nettement moins pessimiste que celle du gouvernement. Sur 2030, il chiffrait ainsi l’impact économique entre 0,5 et 1,5% du PIB. « Les prévisions du gouvernement sont plus pessimistes (que celle d’OpenEurope), moins précises et moins susceptibles de se produire sans pour autant être complètement improbables« , considère Raoul Ruparel l’un des auteurs de cette étude, interrogé par BFMBusiness.com.

Dans tous les cas, la décision finale reviendra au peuple britannique. À l’heure actuelle, les sondages donnent le « Oui » et le « Non » au coude-à-coude. Ce week-end, une enquête réalisée par The Economist montrait que l’un comme l’autre étaient à 39%. Clairement, tout se jouera du côté des nombreux indécis (12% des personnes interrogées).

Saint_George_and_the_Dragon_by_Paolo_Uccello_(Paris)_01

Paolo Uccello, Saint-Georges terrassant le dragon

«À la fin de chaque vérité il faut ajouter qu’on se souvient de la vérité opposée.» (Blaise Pascal)

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Publication d’une thèse considérable (soutenue en 2012) de M. Jacques Jalouneix

L’héraldique en Limousin (XIIe-XXIe siècle)

test

Thèse de doctorat en Histoire de l’art
Sous la direction de Michel Pastoureau.

Résumé

Cette thèse sur  » L’héraldique du Limousin du XIIe au XXIe siècle  » répond à un double objectif. D’une part, recenser toutes les armoiries portées par les familles et les communautés ayant ou ayant eu des liens avec le territoire de la région administrative du Limousin actuel (départements de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne) entre le XIIe et 2012.

545px-Blason_département_fr_Corrèze.svg

Les quatre vicomtés du Limousin (Comborn, Ventadour, Turenne, Limoges)

Les armoiries des familles ont été prises en compte sans distinction d’origine sociale. Les armoiries des communautés sont celles de collectivités territoriales, associatives, professionnelles et religieuses. Chaque famille et communauté fait l’objet d’une courte notice accompagnée de références notamment bibliographiques. Une table héraldique d’ensemble a été créée. Ce corpus héraldique rassemble au total plus de 5000 armoiries.

Blason_Maison_de_Damas.svg

Vicomté d’Aubusson

D’autre part, présenter un certain nombre d’observations et de réflexions sur cette héraldique régionale en distinguant quatre périodes: le Moyen Age, l’époque moderne, le Premier Empire et l’époque contemporaine. Pour chacune de ces périodes, on s’est attaché à faire ressortir les caractéristiques et les originalités de l’héraldique du Limousin.

Cette recherche a été complétée par 4 annexes concernant respectivement : la géographie et l’histoire de la région, la cartographie de ce territoire, un document inédit « L’Armorial de Limoges  » (fin XVIe siècle) et des photographies d’armoiries.

Un document essentiel pour tous ceux qui s’intéressent l’héraldique.

 

Le 19 avril 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :