BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (22 avril 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

22 Avr

On n’a pas si souvent l’occasion…

De rire à propos d’une directive européenne scandaleuse et de la manière dont nos euro-députés gèrent nos intérêts. Alors, ne vous privez pas de voir la vidéo de l’humoriste Nicole Ferroni consacrée à la directive sur « le secret des affaire » (discutée la semaine dernière au Parlement de Strasbourg) et adressée à l’euro-député Constance Le Grip, rapporteur du projet :

https://www.youtube.com/watch?v=AEumtLgNSq8

XSi_B-cg

Nicole Ferroni

Et dans seulement sept mois…

Certains d’entre vous croiront nécessaire de participer à la « primaire » de la droite parlementaire et du centre qui vise à choisir le candidat qui représentera ces partis politiques lors de l’élection présidentielle d’avril 2017.

D’ores et déjà, quelques éléments d’information nous permettent avoir quelques idées sur ce qui se profile face à la gauche actuelle et au Front national. D’autant qu’à un an du premier tour de la présidentielle,  tous les sondages annoncent aujourd’hui l’effondrement du parti socialiste en même temps que la qualification de Marine Le Pen pour le second tour.

Les Républicains (ex-UMP) et leurs alliés observent ce nouveau coup de tonnerre politique (qui leur rappelle évidemment le 21 avril 2002) tout en réfléchissant à la future recomposition du paysage politique qui se construirait sur les ruines du PS. « Le PS va sortir laminé de 2017. Et il y a neuf chances sur dix pour que le vainqueur de la primaire soit le prochain président de la République », observe Bruno Le Maire, candidat à la primaire des 20 et 27 novembre. Même s’ils refusent de le clamer haut et fort pour ne pas enjamber le scrutin de l’automne, les dirigeants du parti Les Républicains (LR) sont convaincus que leur candidat affrontera le FN au second tour. Et c’est là ce qui importe.

Ils se souviennent tellement de l’année 2002 qu’ils veulent tenter d’éviter l’erreur de Jacques  Chirac qui s’était condamné à un quinquennat stérile en refusant d’ouvrir sa majorité. « Il est quasiment certain que notre futur président sera élu avec une partie de l’électorat de gauche. Que fait-on ? Du Chirac 2002 ? Non, car il y aurait un risque d’affaiblissement au premier conflit venu », analyse un conseiller politique de Nicolas Sarkozy.

Parmi les candidats déclarés, Alain Juppé, vivement conseillé en ce sens par Jean-Pierre Raffarin, est le plus tenté par la recomposition politique et l’ouverture de son éventuelle majorité largement au centre et à une partie de la gauche.

France-Aquitaine-Gironde-33.Bordeaux.Présentation du Centre Culturel du Vin à Bordeaux le 25 Janvier 2013.

Ce n’est pas Al Capone, c’est Al. Juppé ! Mais vous devriez vous en méfier quand même

Les autres candidats n’en sont pas si éloignés mais ne veulent pas agiter ce scénario trop tôt, histoire de ne pas effrayer l’électorat de droite avant la primaire et de ne pas réactiver l’argument de l’« UMPS ». « C’est un sujet très important pour la suite, mais c’est tabou. Tenter de faire péter le clivage gauche-droite avant la présidentielle, c’est s’assurer d’avoir 200 députés FN en 2017 », analyse le même conseiller politique de Nicolas Sarkozy.

umps

C’est pourtant ce qu’ils feront malgré vous !

Même Nicolas Sarkozy plaide discrètement en ce sens dans son livre « La France pour la vie (Ed. Plon) » où il se dit fier d’avoir pratiqué l’ouverture en 2007. Souvenez-vous  de  Bernard Kouchner, Éric Besson, Jean-Pierre Jouyet et Martin Hirsch…Avec les résultats que l’on sait. Mais sa future campagne qui se mènera à droite toute ne lui laissera sans doute pas l’occasion d’évoquer tout de suite cette thématique, même si des gens comme Christian Estrosi, élu grâce aux voix de gauche aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (et qui en connaît donc un rayon), tentent de le convaincre.

Seul François Fillon annonce vouloir constituer un gouvernement où il intégrerait des personnalités de la société civile en se passant de la gauche tout comme Bruno Le Maire, lui aussi fermement agrippé au clivage gauche-droite.

Quant au FN, il se projette lui aussi déjà vers un nouveau 21 avril et, contrairement à 2002, les frontistes s’y préparent activement. « Rassembler pour le second tour, c’est un enjeu nouveau par rapport à la présidentielle de 2012, reconnaît Florian Philippot, bras droit de Marine Le Pen. Depuis le lendemain des régionales, nous travaillons à diminuer les craintes des électeurs. » Selon l’analyse des dirigeants frontistes, une victoire d’Alain Juppé pourrait pousser la frange la plus conservatrice de la droite à les rejoindre. Idem en cas de victoire de la gauche, à l’issue de laquelle le FN fait le pari d’un éclatement des Républicains.

Vous savez donc ce qui vous attend et personne ne pourra dire « je ne savais pas  » !

 

Les négriers font le malheur de leurs clients

Ils croyaient à un avenir meilleur que chez eux tant on leur avait dit que l’herbe est plus verte chez nous…Et c’est ainsi que l’Afrique subsaharienne se déverse en Europe avec la complicité des passeurs de tout poil mais aussi de l’oligarchie politico-industrielle qui y trouve la source de son « Grand Remplacement » pour l’une et d’une main d’oeuvre bon marché pour l’autre :

on-vit-ici

Et pourtant, il est bien long le chemin de l’installation en France… Sept années. Sept années de galère pour les arrivants et sept années de malheur pour ceux qui sont sommés de les accueillir. C’est là  le temps nécessaire (statistiquement *) pour que la moitié des hommes venus d’Afrique subsaharienne disposent à la fois d’un travail, d’un logement autonome et d’un titre de séjour de plus d’un an… Les femmes, elles, parviennent à la même situation en une année de moins.

C’est ce qui ressort d’une étude menée par Anne Gosselin du Centre de population et de développement (Ceped) auprès de 2 468 migrants d’Ile-de-France, en 2012 et 2013, et intitulée  » Migrants subsahariens : combien de temps leur faut-il pour s’installer en France « .

Dans ce travail publié par l’Institut national d’études démographiques (INED), la chercheuse pointe le parcours du combattant vécu par les Camerounais, Guinéens, Maliens, Sénégalais, ressortissants de la République démocratique du Congo et de la Côte d’Ivoire, etc. qui arrivent en région parisienne.

MCwz1IB

Ils arrivent

Avec une communauté de près de 1 000 000 de ressortissants, dont 60 % sont installés autour ou dans Paris, les Subsahariens représentent le deuxième groupe d’immigrés en France (13 %), après les Maghrébins (30 %). Et vous voyez là l’extraordinaire abus de langage des médias officiels et des pouvoirs publics lorsqu’ils nous parlent de « REFUGIES » ! L’étude concernant ces Africains, qui représentent 25 % de ceux qui demandent un premier titre de séjour à Paris, selon l’Enquête longitudinale sur l’intégration des primo-arrivants (Elipa, rattachée au ministère de l’intérieur) de décembre 2015, constitue une première. Alors que les politiques utilisent régulièrement le concept d' » intégration « , aucun travail scientifique n’avait été mené concernant l’étape antérieure, celle de l’arrivée et de l’installation.

Un rudiment de comparaison peut juste être fait, à titre indicatif, avec les résultats d’Elipa qui montrent que 61 % des titulaires d’un titre de séjour ont un emploi au bout de trois ans (ce qui revient à noter qu’un tiers des migrants non clandestins – disposant d’un titre de séjour – n’a pas trouvé d’emploi après trois années dans notre pays) , et que seuls 17 % de ce groupe, qui mêle toutes les origines, sont hébergés par un tiers. La chercheuse estime donc que  » la durée nécessaire à l’installation des Subsahariens est très longue et laisse ces populations dans un état de précarité qui conduit à l’altération de leur santé « . Son enquête pointe d’ailleurs que 42 % de ce groupe vit au-dessous du seuil de pauvreté. Une question toute simple vient alors à l’esprit :  » Tout ça pour ça ? « 

migrants-paris-e1461154741547

Ils sont là

Même si les femmes prennent une place croissante dans le flux venu d’Afrique, les hommes restent majoritaires dans ce groupe. La plupart d’entre eux (près de 70 %) viennent en France pour trouver une vie meilleure, 19 % pour continuer des études et 12 % pour rejoindre leur famille (le terrible regroupement familial). La majorité de ceux-ci entrent légalement sur le territoire, avant de se retrouver très vite dans un statut de  » précarité administrative « , version politiquement correcte du  » sans-papiers « . Alors, vous imaginez ce qu’il en est des clandestins…

Si dans tous les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le taux de chômage des immigrés est supérieur à celui des natifs, cette situation est particulièrement vraie en France. Les études de l’OCDE font même de ce facteur une des explications de la difficulté des nouveaux arrivants à s’installer.  » Les hommes entament leur installation en France par une entrée sur le marché du travail. Pour arriver à ce que la moitié d’un groupe vive de son travail – précaire ou non, déclaré ou non – il faut deux années, rappelle la chercheuse. Le logement arrive la troisième année, et les papiers pour une durée supérieure à un an, l’année suivante encore. Pour les femmes, l’ordre n’est pas le même. Elles commencent par accéder à un logement – au bout de deux ans pour la moitié d’entre elles – avant d’obtenir des papiers la troisième année et un travail, au bout de quatre ans.  » Cette différente est intéressante car elle éclaire particulièrement le parcours des uns et des autres dans la société française, dans lequel la part du sexe n’est pas indifférente.

Ses travaux offrent aussi une lecture longitudinale, puisqu’ils portent sur des migrants arrivés entre 1972 et 2012. Ils permettent d’observer que le temps d’installation est resté identique entre 1972 et 2005.  » En revanche, nous notons à partir de 2005 un allongement de cette période, et ce, quel que soit le profil de l’immigré « , ajoute Mme Gosselin.

PR8sp3X

Coucou les revoilà ou l’amalgame entre les migrants et les réfugiés dans les rues de Paris

En l’absence de statistiques, en particulier ethniques, il est difficile de savoir si les résultats seraient identiques sur des groupes de migrants originaires d’autres parties du monde. Il reste cependant clair que dans tous les pays de l’Union européenne, le groupe des migrants subsahariens se vit comme le plus difficile à intégrer. Et encore ne parle-t-on pas dans cette étude des conséquences en terme de santé publique de cette situation : précarité de la santé des migrants mais aussi augmentation du nombre des maladies infectieuses importées sur notre territoire et de leur coût. Une visite de nos hôpitaux publics ne manquerait pas de vous éclairer…

Ne serait-il décidément pas mieux pour tout le monde de tout faire pour rendre ces malheureux à l’affection des leurs…dans leurs pays d’origine ?

* « La statistique est la forme la plus élaborée du mensonge » (William Gladstone)

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Royal_Coat_of_Arms_of_the_United_Kingdom.svg

Sa Majesté la reine Elisabeth II de Grande-Bretagne et d’Irlande (etc.) a eu quatre-vingt dix ans hier jeudi 21 avril 2016 et règne sur son pays depuis près de soixante-cinq ans pour la plus grande joie et à la plus grande satisfaction de ses peuples.

3366648F00000578-3552210-image-m-4_1461255560583

S.M. La reine Elisabeth II et le prince consort le 21 avril 2016

Pendant le même temps, la France a connu neuf présidents de ses Républiques pour le plus grand malheur des Français.

Logo_de_la_République_française_(1999).svg

Cherchons ensemble l’erreur…

 

Le 22 avril 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :