BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (10 mai 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

10 Mai

Comment fonctionne un réseau de passeurs dans le Calaisis ?

grâce à la Cinquième colonne !

Un groupe de « Français » de papier et de Kurdes de souche faisait passer quinze personnes en Angleterre par semaine, dans une sorte de nouveau commerce triangulaire entre Calais, Grande-Synthe et l’Angleterre.

Ces six hommes – trois « Français » et trois Kurdes iraniens ou irakiens – étaient convoqués au tribunal de Dunkerque pour  » aide à l’entrée, la circulation ou le séjour irrégulier d’un étranger en France en bande organisée « , vendredi 6 mai dernier, mais seuls les deux maillons faibles de la filière de passeurs démantelée en février à Grande-Synthe (Nord) avaient fait le déplacement : Romain le chauffeur et Zidan, un Irakien. Ce dernier assure être venu depuis l’Italie dans la jungle de Grande-Synthe pour « protéger ses neveux en attente d’un passage pour la Grande-Bretagne » (quelle belle âme !), avant d’être « contraint de travailler pour les passeurs. » Contraint par qui ? Contraint comment ? Nous ne le saurons pas.

Dans-camp-Grande-Synthe-mars-2016_0_730_475

Le camp de migrants de Grande-Synthe

Pourtant, après plusieurs mois d’enquête, la police avait mis au jour un réseau complet. Il y avait le chef présumé, un Iranien, Kapa ; deux frères, Morad et Youssef, gérants « français » d’un café à Grande-Synthe, soupçonnés d’officier comme  » banquiers  » et dont le commerce servait de quartier général. S’y ajoutait Amir, un Iranien, venu à Grande-Synthe pour passer en Grande-Bretagne ; lui faisait office d’homme de confiance pour les dépôts d’argent et aussi de rabatteur. Kapa est en fuite et les trois autres, courageux mais pas téméraires, se sont dispensés de paraître au tribunal.

Qu’importe, dans la salle d’audience, on s’est raconté l’histoire de ces absents grâce auxquels  » plus de 15 personnes passaient en Grande-Bretagne chaque semaine « , a rappelé le substitut du procureur. Kapa  » passeur très expérimenté « , était le cerveau, a-t-il souligné, mais  » nous sommes aujourd’hui face à une mise en lumière de l’appui logistique et financier sans lesquels les passeurs ne peuvent pas travailler « , a-t-il insisté. Comprenez deux choses : la première c’est que les passeurs…passent avec leur bétail, d’Afrique ou d’Asie jusqu’en Europe (que ce soit par les Balkans ou par la Libye) et la seconde c’est qu’ils rencontrent sur place notre Cinquième colonne indigène mais quand même issue de l’immigration, il y a plus longtemps !

Dans le camp de Grande-Synthe, un rabatteur, qui pouvait être Zidan ou Amir, amenait des clients vers Kapa. Ce dernier proposait les tarifs : entre 10 000 et 14 000 euros pour un passage garanti, avec complicité du chauffeur, et 4 400 euros sans complicité. Ensuite, il fallait rapatrier l’argent, une étape où les deux frères cafetiers entraient en action. D’abord sous leur nom, puis sous d’autres identités, ils faisaient auprès du comptoir Western Union les retraits que les migrants ne peuvent pas réaliser et prenaient une commission de 10 %. L’enquête a relevé les traces de 150 opérations pour un montant de 319 000 euros. De quoi arrondir généreusement les fins de mois de tous ces filous.

Avant d’être remis au passeur, cet argent pouvait être confié à Amir, homme de confiance, qui ne le débloquait qu’une fois reçu le signal de l’arrivée effective en Grande-Bretagne. Ces opérations de confiance lui rapportaient chaque fois entre 200 et 600 euros. Zidan, lui, rabattait des clients et aurait touché de son propre aveu 4 000 euros entre le 1er décembre, date où il est arrivé à Grande-Synthe et la mi-février, moment du démantèlement de l’organisation. De Kapa, il ne reste que son profil Facebook…avec des photos de voitures de luxe.

Le tribunal a condamné par contumace, à six ans de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 euros, ce passeur aguerri. Un mandat d’arrêt international a été émis à son encontre. Zidan et Amir devront purger deux ans d’emprisonnement, payer une amende de 10 000 euros pour le premier et de 8 000 pour le second. Les frères Morad et Youssef, qui étaient sous contrôle judiciaire, sont interdits de tenir un café pendant cinq années. En outre, Youssef est condamné à deux ans de prison et 20 000 euros d’amende, son frère à un an et 5 000 euros. Comme chacun devrait le savoir, ces peines sont évidemment fictives puisqu’elles ne seront jamais accomplies…

Vous étonnerez-vous que Morad et Youssef aient conservé leur nationalité française ?

Comment se fait l’information médiatique sur les djihadistes ?

grâce encore à la Cinquième colonne !

BFM-TV a annoncé, vendredi 6 mai, la fin de sa collaboration avec le chercheur Romain Caillet, considéré comme « un des meilleurs experts français du djihadisme« *. Cette décision fait  » suite aux informations dévoilées  » mercredi par L’Obs, révélant que le  » consultant djihadisme  » de la chaîne faisait l’objet d’une fiche  » S  » et avait un temps défendu les thèses djihadistes.

fiche-s-lexpert-du-djihad-romain-caillet-remercie-de-bfmtv

Romain Caillet dans ses pompes et dans ses oeuvres

Alors qu’il vivait au milieu des années 2000 en Egypte, Romain Caillet avait fait la connaissance, par un ami commun, des frères Clain, qui ont revendiqué en chanson les attentats du 13 novembre. Ses relations troubles lui vaudront d’être placé en garde à vue en janvier 2008, dans le cadre du démantèlement de la filière irakienne dite  » d’Artigat « , animée par Fabien Clain.

Mais la retranscription d’une de ses déclarations aux enquêteurs, exhumée par L’Obs, se retourne aujourd’hui contre lui :  » Sur le djihad, je ne suis plus d’accord avec les Clain. Depuis mars 2007, je ne suis plus pour le djihad parce que je m’oppose au fait d’entraîner des jeunes pour se sacrifier à mourir sans avoir acquis au préalable les bases de l’islam  » prétend-il avec la plus grande ambiguité.

Romain Caillet, converti à l’islam en 1997, se définit aujourd’hui comme un  » musulman conservateur « , ni djihadiste ni salafiste,  » désenchanté par tous les courants « . Ce qui ne l’empêche pas de côtoyer régulièrement les djihadistes les plus actifs et le rend ainsi indispensable aux médias paresseux de notre pays qui disposent ainsi de sources de quasi première main.

De son  » aventure intellectuelle  » djihadiste, l’expert a conservé une fiche  » S « , qui lui vaut de réapparaître de temps à autre en marge de certains dossiers terroristes, au gré des répertoires téléphoniques épluchés par les enquêteurs. Lui continue d’assumer ces relations héritées de son passé, qui constituent aujourd’hui près d' » un tiers de ses sources « . Un numéro d’équilibriste qui l’oblige à afficher une certaine neutralité dans la presse pour conserver sa crédibilité auprès de ses contacts, y compris lorsqu’il s’agit de réagir à son éviction de BFM-TV :  » J’ai été djihadiste, puis antidjihadiste. Aujourd’hui, je me positionne comme un chercheur : mon rôle n’est ni de combattre ni d’approuver, mais d’expliquer.  » Mais bien sûr…

ob_622ec8_cyt5ezpvaaazlvl

Romain Caillet…avec sa charmante épouse marocaine et leur rejeton

 » Ce n’est pas une question de fond, c’est une question de confiance : celle-ci est rompue « , explique  Hervé Béroud, directeur de la rédaction de BFM-TV. La chaîne reconnaît qu’elle savait que M. Caillet avait eu une  » proximité  » avec des djihadistes, ce qui n’avait jamais posé problème. En tout cas tant qu’on ne le savait pas !  » Mais, dans toutes les recherches que nous avons faites, je n’avais pas vu que Romain Caillet était fiché “S” et, surtout, qu’il avait été favorable au djihad, explique M. Béroud. Or, j’estime qu’il ne peut venir chez nous pour s’exprimer sur le terrorisme sans jouer cartes sur table en nous en parlant avant. On aurait alors pu prendre une décision en connaissance de cause.  »

3055431745_1_3_MWwlWNiK

De son côté, Romain Caillet déplore simplement le  » déballage public  » de sa vie privée, occasionné par cette polémique.

Il n’a pas changé.

* Lire à cet effet l’édifiant plaidoyer des journaliste de Libération en faveur de leur collègue djihadiste : http://www.liberation.fr/france/2016/05/06/romain-caillet-ecarte-de-bfmtv-quel-gachis_1451022

 

Il y a du progrès mais il reste encore tant à faire…

On nous dit que la préférence nationale s’est doucement instillée au pays des Lumières…C’est en tout cas ce que veut nous faire croire le Défenseur des droits, Jacques Toubon, à chaque page d’un rapport intitulé « Les droits fondamentaux des étrangers en France » et rendu public lundi 9 mai.

89ac615464bea0c59cebf942d45e0

Sous les ors de la République

Si M. Toubon n’emploie jamais l’expression politiquement marquée de « préférence nationale », il montre combien l’accès à des droits aussi fondamentaux que la scolarisation ou la santé peut être entravé pour les extra-nationaux. Pire, il rappelle qu’on n’interroge même plus ces discriminations, tant elles se sont banalisées. « L’idée de traiter différemment les personnes n’ayant pas la nationalité française, de leur accorder moins de droits qu’aux nationaux est si usuelle et convenue qu’elle laisserait croire que la question de la légitimité d’une telle distinction est dépourvue de toute utilité et de tout intérêt », note-t-il tristement dès les premières lignes de son travail. On s’étonne qu’il puisse s’en étonner sauf à oublier combien il oublie lui-même qu’il fut  garde des Sceaux, ministre de la Justice et ministre de la Culture avant de sombrer dans la présidence du conseil d’orientation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration ! Et depuis qu’il a endossé l’habit de Défenseur des droits en juillet 2014, c’est pire encore (Lire « Plus collabo, tu meurs ! » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/04/19/bulletin-climatique-quotidien-19-avril-2016-de-la-republique-francaise/).

Le rapport du jour est d’autant plus important que, selon lui,il concerne aussi les Français d’origine, puisque, à ses yeux, « le respect des droits des étrangers est un marqueur essentiel du degré de défense et de protection des droits et libertés dans un pays ». On voit bien qu’il n’a pas tout compris…

3169651-jpg_2824179

On comprend mieux pourquoi on parle de la « jungle« 

En octobre 2015, il avait déjà signé un rapport sur Calais qui a contraint le gouvernement à faire un grand pas vers de nouvelles solutions d’hébergement mais aussi à penser la scolarisation des enfants et à prendre en compte les jeunes isolés dans la « jungle ». Au lieu de refuser cette ignoble traite négrière et infantile en raccompagnant tous les mineurs là d’où ils n’auraient jamais dû partir : auprès de leurs parents.

Cette fois, dans « Les droits fondamentaux des étrangers en France », M. Toubon enchaîne 305 pages de relevés et d’analyses sur le sort réservé aux migrants. Et c’est ainsi qu’il nous refait le coup des « chibanis« , ces retraités maghrébins qui doivent prouver un certain nombre d’années de séjour légal en France s’ils veulent percevoir le minimum vieillesse. Une obligation qui, par définition, n’incombe pas aux Français.

En matière de prestations familiales, le rapport relève que, non content de faire vivre une distinction entre les enfants français et étrangers, le code de la sécurité sociale  conduit à des refus de prestation pour les jeunes algériens, turcs, marocains, camerounais et bosniaques vivant en France. Oubliant que seul le refus d’accorder des prestations sociales permet de contenir voire d’empêcher un déferlement plus important encore de ces hordes migrantes.

Mais c’est surtout l’écart entre les droits officiellement proclamés et les droits effectivement exercés qui choque Jacques Toubon. Ainsi, le Défenseur a été saisi à de multiples reprises, pour le refus de scolariser des enfants dont les parents ne sont pas en séjour régulier ou sont sans domicile, alors que la scolarisation d’un enfant entre 6 ans et 16 ans est obligatoire en France. Ceci démontre, s’il en était besoin, combien il faut revoir notre législation sociale et précisément scolaire si l’on veut mettre un terme à l’acculturation mortifère dont nous parlons si souvent (Lire par exemple « Le poids de l’accueil ? » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/04/15/bulletin-climatique-quotidien-15-avril-2016-de-la-republique-francaise/).

En matière d’accès aux soins, le rapport « déplore la persistance de pratiques illégales, non isolées, dans l’accès aux titres de séjours pour soins », comme si la France avait vocation à soigner les misères de la Terre entière. Sur les réfugiés, ce n’est pas mieux. Alors que le gouvernement se félicite d’avoir amélioré la situation des demandeurs d’asile grâce à la loi du 29 juillet 2015, leur situation serait encore trop difficile, aux yeux de M. Toubon, qui insiste pour « que tous les demandeurs d’asile se voient versées dans les plus brefs délais et avec effet rétroactif les allocations auxquelles ils ont droit depuis le 1er novembre 2015 », date de l’entrée en application de la nouvelle loi…Comme si les innombrables appels d’airs mis en place au temps des vaches grasses devaient être maintenus alors qu’elles maigrissent !

XVM53d1b192-1f31-11e5-ab2b-d0ac3dc9d915

Devant la préfecture du Rhône

Sont aussi analysées les difficultés qu’ont les personnes issues de l’immigration à faire venir leur famille pour une simple visite…de découverte avant le regroupement familial. En dépit de l’engagement pris en 2012 par le ministre de l’intérieur de l’époque (inénarrable Manuel Valls) d’améliorer l’accueil, « les “refoulements” persistent à l’entrée de plusieurs préfectures et constituent une entrave inacceptable au droit des étrangers à voir examiner leur situation », déplore l’ardent Défenseur des hordes migrantes qui va jusqu’à prétendre que les migrants se voient exiger des papiers qu’ils n’ont légalement pas à fournir. Voire qu’ils ne pourront jamais produire…C’est peut-être pourquoi la rumeur publique les nomme des « sans papiers » !

Faut-il rappeler à Jacques Toubon ce vieil adage : « Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés » ?

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

La galerie des Carrosses du château de Versailles

020101

La Grande Ecurie du château de Versailles

Située dans la Grande Écurie du roi et fermée au public depuis 2007, ouvrira à nouveau ses portes à partir du 10 mai 2016, grâce au mécénat de la Fondation d’entreprise Michelin.

Récemment restaurée, cette collection de carrosses, l’une des plus importantes d’Europe mais encore largement méconnue du public, sera présentée dans un nouvel espace muséographique.

68864C80-1FA0-127A-B656-A20CA5EE5092File

Roue du carrosse de Charles X

Conçus pour frapper les esprits, les carrosses de Versailles sont des chefs-d’oeuvre d’art total. D’un luxe ostentatoire, ornés à profusion d’ors et de sculptures, ils ont été réalisés par les meilleurs artistes de la Cour.

Au-delà de sa qualité artistique, la collection est aussi en quelque sorte un « Salon de l’Auto des XVIIIe et XIXe siècles » présentant les plus beaux prototypes et les dernières avancées de la carrosserie française en matière de confort, de performance et de technique : traction, direction, suspension, premiers coupés, décapotables, etc.

DCB9C49E-00DC-1EF8-A2E3-94BAF3CD368BFile

Carrosse du baptême du duc de Bordeaux

Chaque carrosse raconte également une page de l’Histoire de France à travers un événement dynastique ou politique : baptême, mariage, sacre, funérailles. Surtout, la collection constitue le témoignage le plus vivant de la vie de Cour et des fastes sous l’Ancien Régime, l’Empire et la Restauration.

CHAR

Char funèbre de Louis XVIII

La réouverture de la galerie sera l’occasion pour les visiteurs de découvrir au plus près ces voitures de grand apparat, comme les berlines du mariage de Napoléon Ier, le carrosse du sacre de Charles X, le char funèbre de Louis XVIII, mais aussi les petits carrosses des enfants de Marie-Antoinette et une étonnante collection de traîneaux de fantaisie réalisés sous le règne de Louis XV.

carrosse_sacre_Charles_X_zonecentrale

Carrosse du sacre de Charles X

Le 10 mai 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :