Communiqué du Conseiller aux Armées du CER

12 Mai

L’Adroit, une occasion manquée

Ainsi que l’indiquait Mer et Marine dans son édition du 11/05, « le patrouilleur hauturier L’Adroit a quitté hier le SNMG2, force navale de l’OTAN déployée en mer Egée dans le cadre de la crise des migrants. Après avoir participé pendant près de trois semaines à cette opération, recueillant notamment des informations au profit des garde-côtes turcs et grecs, le bâtiment, relevé par l’Enseigne de Vaisseau Jacoubet, a mis le cap sur Toulon. C’est là que s’achèvera, dans quelques jours, son ultime déploiement au profit de la Marine nationale, qui le rendra en juillet à son propriétaire, DCNS. Le groupe naval mettait L’Adroit, prototype de sa nouvelle gamme d’OPV réalisés aux normes civiles (aujourd’hui commercialisée par Kership), à disposition de la flotte française depuis octobre 2011 ».

« Le partenariat, qui portait sur une période initiale de trois ans, a été renouvelé à deux reprises mais prendra fin cet été. La marine, malgré l’intérêt de disposer d’une plateforme supplémentaire au moment où sa flotte de patrouilleurs est sous tension, n’a en effet pas prévu d’acquérir le bâtiment. Ce dernier lui aura néanmoins été très utile pendant quatre ans et demi, contribuant à ses missions mais aussi à différentes expérimentations, dont celle d’un premier drone aérien embarqué à voilure tournante, le Camcopter S-100 de Schiebel. Les solutions techniques imaginées par DCNS sur cet OPV ont également permis aux marins français d’éprouver certains concepts afin de mieux définir le futur programme des bâtiments d’intervention et de surveillance maritime (BATSIMAR).

3e7ea696b5e13fe8ee21f3f3b68388c2_html_4dda1f36.jpg.html

Afin d’aider son propriétaire à le vendre à une marine étrangère, l’ultime déploiement du patrouilleur sous pavillon français avait donc une consonance commerciale, avec des opérations de soutien à l’exportation en Amérique latine, en Afrique du sud ou encore en Egypte. Mais le déploiement de quatre mois a également été très opérationnel. L’Adroit, rappelle la Marine nationale, s’est illustré en assurant une assistance médicale au profit d’un marin allemand au large du Cap Vert. Il a également mené des missions de police des pêches et de surveillance de la Zone Economique Exclusive française des îles Eparses, dans le canal du Mozambique, avant d’intégrer l’opération européenne Atalante de lutte contre la piraterie puis d’être réassigné en Méditerranée au sein du SNMG2. « Il aura parcouru plus de 18 000 nautiques, été successivement sous le contrôle de CECMED, CECLANT, COMSUP FAZSOI et ALINDIEN, puis été intégré au sein de forces multinationales européenne et OTAN. L’ensemble du spectre des missions pouvant être confiées à un patrouilleur hauturier aura ainsi été balayé », souligne l’Etat-major ».

Il n’est certes pas intelligent de pleurer sur le lait renversé, mais il n’en reste pas moins qu’à un moment où la composante de patrouille est au plus juste, pour ne pas dire gravement déficitaire, l’absence d’acquisition de l’Adroit de la part de la Marine rend encore plus difficile la situation, obligeant des unités encore fortement armées, comme les anciens avisos escorteurs, désormais déclassés à patrouilleurs hauturiers (dotés d’une artillerie principale de 100 mm), à effectuer… des missions de police des pêches, comme nous l’avons comme nous le voyons depuis plusieurs années désormais en Méditerranée en ce qui concerne le thon rouge…

Force est de constater, une fois de plus, le manque de clairvoyance de ceux qui croient gouverner la France… caractéristique que l’on peut retrouver dans l’absence de collaboration réelle dans le domaine des nouvelles frégates de taille intermédiaire, qui auraient pu être conçues au moindre coût avec nos amis et alliés italiens, lesquels, forts de leur retour d’expérience acquis dans le cadre du programme américain LCS, travaillent depuis beau temps sur un patrouilleur hauturier fortement modulaire (projet PPA de Fincantieri, visible sur le site de la société) qui risque d’être très proche au final… de nos FTI. Combien d’occasions la France devra-t-elle encore manquer avant que nos concitoyens se persuadent qu’il est grand temps de rappeler le Roi ?

Le 11/05/16
CC(r) François Romain, CJA, Conseiller aux Armées du Conseil dans l’Espérance du Roi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :