BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (23 mai 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

23 Mai

Terrorisme : la France cible de choix

Alors que l’Assemblée nationale votait sans difficulté, jeudi 19 mai, la troisième loi de prolongation de l’état d’urgence, cette fois pour deux mois jusqu’au 26 juillet, le gouvernement affirme que la menace terroriste reste à un niveau extrêmement élevé.

Pour Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, qui s’exprimait mardi 17 mai devant les députés de la commission des lois, « la France continue de représenter une cible prioritaire en raison du combat résolu qu’elle mène contre le djihadisme au Sahel, en Irak et en Syrie ». Et, pour étayer la réalité de cette menace, il précisait que, depuis le début de l’année, ont été opérées sur le territoire national « 101 interpellations en lien direct avec le terrorisme djihadiste, donnant lieu à 45 mises en examen et 33 [mises sous] écrou ».

En vérité, le ministre de l’intérieur se trompe sur les motivations réelles des terroriste à l’égard de notre pays et, qui plus est, ne prend pas la mesure de la signification de ses statistiques.

Chlodwigs_taufe

Le baptême de Clovis

Quel est en effet l’élément déterminant de la haine des islamistes ? Les Français l’ont oublié (il est vrai qu’on les y a beaucoup aidé) mais la France est la fille aînée de l’Eglise ! La valeur symbolique, en termes de religion, de toute agression à son égard est donc non seulement énorme mais déterminante, dans le monde musulman.

Quant aux statistiques dont se prévaut et se félicite le ministre, elle ne font hélas que traduire la triste réalité : le nombre de terroristes en puissance dans notre pays, ayant pour la plupart…la nationalité française ! Rappelons à Bernard Cazeneuve notre règle arithmétique, toute de bon sens : s’il n’a avait pas de musulmans chez nous il n’y aurait pas d’islamistes radicaux.

Le 10 mai, le directeur des services de renseignement français remettait ça et livrait devant la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale une analyse tout aussi inquiétante. « La France est aujourd’hui, clairement, le pays le plus menacé » affirmait Patrick Calvar, patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), selon le compte rendu de son audition publié le 18 mai. Cible prioritaire de l’organisation Etat islamique, la France est également visée par Al-Qaida au Maghreb islamique, qui « considère toujours la France comme l’ennemi numéro un ». Et, selon M. Calvar, « Al-Qaida dans la péninsule arabique nous stigmatise de la même façon ».

Le patron de la sécurité intérieure n’a guère de doutes. « Nous savons que Daech [acronyme arabe de l’EI] planifie de nouvelles attaques, en utilisant des combattants sur zone (NDCER: les musulmans de nos banlieues), en empruntant les routes qui facilitent l’accès à notre territoire,(NDCER: en se mêlant aux hordes de migrants qui envahissent le continent européen)* et que la France est clairement visée. »

Celui qui dirige depuis mai 2012 le renseignement intérieur s’attend même à des attentats d’une nature différente de ceux qui ont frappé Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015. « Nous risquons d’être confrontés à une nouvelle forme d’attaque : une campagne terroriste caractérisée par le dépôt d’engins explosifs dans des lieux où est rassemblée une foule importante, ce type d’action étant multiplié pour créer un climat de panique », a-t-il prévenu devant la commission présidée par le député socialiste de Corrèze, Philippe Nauche. M. Cazeneuve ne cache pas que l’Euro de football, qui commence le 10 juin, puis le Tour de France en juillet sont des événements susceptibles d’être visés.

Pour M. Calvar, l’Europe devrait durcir considérablement la répression du trafic d’armes pour compliquer l’approvisionnement de ces terroristes. Il cite en exemple le Royaume-Uni, où « il est pratiquement impossible, aujourd’hui, de se procurer des armes à feu ». Rappelons cependant à M. Calvar qu’il faudrait commencer par « vider les stocks » d’armes de guerre dans les cités de nos banlieues en les faisant boucler par nos forces armées et nettoyer des caves aux greniers, rue par rue et barre d’immeuble par barre d’immeuble. Il serait médusé et pétrifié par tout ce que l’on y trouverait…

Cubs_of_the_Khilafah

Mais il pointe également le nouveau type de menace que représenteraient les enfants partis avec leurs parents sur le théâtre d’opérations terroristes. Il estime leur nombre à 400. Il y voit de « réels problèmes de sécurité car ces enfants sont entraînés, instrumentalisés par Daech », comme l’a montré récemment une vidéo diffusée par l’Etat islamique. « Ces enfants sont ainsi conditionnés. Ils s’entraînent aux armes à feu », a-t-il expliqué, affirmant disposer de « vidéos montrant des enfants qui exécutent des prisonniers ». M. Calvar ne serait pas aussi surpris s’il avait lu le blogue du CER depuis qu’il existe. Il aurait été convaincu du danger que représentent tous ces criminels, ayant échappé sur place à la mort et qui sont de retour chez nous avec la bénédiction des pouvoirs publics. Il aurait également pris conscience de l’intérêt de les mettre définitivement hors d’état de nuire : à défaut d’une condamnation à mort, dont on nous dit qu’elle n’est plus dans l’air du temps (ce qui reste à démontrer), la relégation systématique et définitive dans l’un des bagnes réhabilités serait une mesure de salubrité publique.

« L’Europe est en grand danger », alerte Patrick Calvar qui appuie son information par le commentaire suivant : « Les extrémismes montent partout » et « l’ultra-droite n’attend que la confrontation » !

Et M. Calvar d’exprimer enfin une remarque pertinente sur le nouveau risque vis-à-vis duquel nous mettons en garde depuis des mois : la Libye. « Il y a quelques semaines, pour la première fois, nous avons interpellé trois individus qui partaient pour la Libye, ce qui signifie que des filières pourraient se mettre en place », a-t-il ainsi révélé, indiquant également que de nombreux Tunisiens « et un peu moins de Marocains et d’Algériens » s’y installent. Mais il n’a pas encore osé la vérité : ces maghrébins ont tous, ou peu s’en faut, de la famille en France ! C’est la Cinquième colonne que nous dénonçons depuis si longtemps…

Quant à ce qu’il appelle « la confrontation » avec les forces patriotiques, l’homme n’a guère de doutes : « Cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu. Encore un ou deux attentats, et elle adviendra. Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires » !!!

Tant de lucidité nous laisse pantois.

* Lire « France Inter, des professionnels de la désinformation et de la manipulation » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/11/17/france-inter-des-professionnels-de-la-desinformation-et-de-la-manipulation/).

La preuve : de Roissy à Karpathos

Fut le dernier voyage de soixante-six passagers du vol MS 804 d’EgyptAir, détruit en vol alors qu’il devait atterrir au Caire quelques dizaines de minutes plus tard.

avion-dEgypt-Air-620x330

Car l’hypothèse d’un attentat ne fait plus guère de doute malgré la discrétion de violette des autorités concernées. Il n’empêche, les enquêteurs s’affairent. Toutes les bandes de vidéosurveillance des bagages qui ont été chargés dans les soutes de l’avion ont été passées au crible. Pour déterminer notamment si des objets ont pu être glissés dans les valises des passagers. De son côté, la gendarmerie  » est en train de visionner les vidéos autour de l’avion « . L’objectif est, là aussi, d’identifier toutes les personnes qui ont eu accès à l’appareil : passagers, membres d’équipage, personnels d’entretien, de ménage, de ravitaillement.  » Aucune faille ou personne suspecte  » n’a, pour l’instant, été remarquée.

Selon Paris Aéroport, les mesures de sécurité à Roissy n’ont pas été renforcées depuis jeudi 19 (jour du drame) car elles seraient déjà à leur niveau maximal. De son côté, la direction générale de l’aviation civile (DGAC) confirme que  » les dernières dispositions de renforcement – du dispositif de sécurité – remontent à mars « . A cette époque, la police aux frontières (PAF) a mis en place des  » profileurs « , des agents de sécurité chargés d’identifier des passagers suspects aux postes d’inspection filtrage. Dans le même temps, les fouilles aléatoires ont été augmentées ainsi que les rondes d’équipages cynophiles pour détecter des explosifs. Mais que nous dit-on des employés d’aéroports « à haut risque » (entendez issus de l’immigration musulmane) ?

On nous assure que le niveau de sécurité a été relevé depuis les attentats de novembre 2015….Mais doit-on le croire ? Les 86 000 détenteurs de badges rouges, qui permettent d’accéder aux différentes zones réservées de Roissy, ont été vérifiés un par un. Vingt-sept d’entre eux se sont vu retirer leur habilitation.(Tiens, tiens ! Le risque est donc bien réel (Lire « Belgique, les langues se délient » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/04/18/bulletin-climatique-quotidien-18-avril-2016-de-la-republique-francaise/).

A l’avenir, le dispositif de sécurité devrait être encore augmenté. Paris Aéroport a prévu d’investir à cet effet 650 millions d’euros entre 2016 et 2020. L’essentiel de cette enveloppe sera consacré à acquérir des tomographes de nouvelle génération pour détecter les explosifs avant le chargement en soute des bagages. Après un appel d’offres, Paris Aéroport devrait tester de nouveaux portiques de sécurité, notamment conçus par le groupe Safran, qui combinent la reconnaissance faciale et numérique lors du contrôle des passeports.

Et si on décidait d’être davantage sélectif dans le recrutement ?…

Car ça ne va pas s’arranger

Les mineurs étrangers isolés sont de plus en plus nombreux dans les campements à Paris, à Calais mais aussi dans bien des villes moyennes de notre pays. Ils seraient entre 8 000 à 10 000 en France métropolitaine, selon France Terre d’Asile, et autant en outre-mer (Lire « Heureusement, à Mayotte, il y a les citoyens » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/05/21/bulletin-climatique-du-week-end-2122-mai-2016-de-la-republique-francaise/). Après un hébergement de quelques jours payé par l’Etat, le temps de vérifier leur âge, un nouveau parcours commence, que nous raconte Le Monde.

images

 » Dans la petite cuisine vétuste, d’une maison nantaise, Aboubakari mélange au fond d’un gros fait-tout des oignons bruns, des carottes et des choux. Le garçon joue sa réputation sur son  » riz gras  » du soir. A chaque instant, il goûte et assaisonne, l’œil rivé sur les trois kilos de riz qui cuisent à côté. Le chemin qui l’a mené du Mali en France a été long, mais depuis quatre mois, il dort dans le même canapé, assure ses tours de cuisine et de ménage, comme les vingt-quatre autres garçons d’un des deux squats d’adolescents de la ville.

Aboubakari est arrivé en octobre 2015 à Nantes (NDCER: Personne ne nous dit comment ce gamin est « arrivé » à Nantes et moins encore en France. Or c’est bien là la question principale pour mettre un terme à ces filières). Envoyé à l’hôtel par l’association mandatée par le conseil départemental, il a raconté son histoire et montré ses papiers.  » Le 28 décembre, le gérant a repris ma clé de chambre et m’a mis dehors.  » L’association, qui a refusé de répondre à nos questions, a estimé qu’il avait plus de 18 ans, que son extrait de naissance n’était pas le sien. Alors pour éviter de dormir à la rue, il a rejoint la  » maison des enfants « , comme on l’appelle ici.

Aboubakari n’est pas un cas isolé. Ses colocataires, Guinéens, Maliens, Camerounais, Bangladais ou Pakistanais, ont aussi vu leur minorité niée par le conseil départemental. La prise en charge des mineurs étrangers isolés incombe au département et lui coûte cher, 12 millions d’euros en 2015. A l’été 2015, le conseil départemental de la Loire-Atlantique a tout simplement décidé d’arrêter de les accueillir, avant d’être condamné dix-neuf fois par la justice.  » Comme le département faisait la sourde oreille aux premiers jugements, le juge a ajouté ensuite une astreinte financière pour qu’il recommence à héberger les enfants « , rappelle Yann Chaumette, un des avocats qui suit le dossier.

Les associations estiment que les départements minorent de plus en plus le taux de reconnaissance des moins de 18 ans pour rester financièrement à flot… (NDCER: heureusement qu’il y a les contraintes financières, elles atténuent un peu la catastrophe !) Ce serait vrai pour la Loire-Atlantique et pour tous les autres lieux d’arrivées importantes. Depuis 2015, les adolescents migrent de plus en plus souvent seuls, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU. Ainsi, 51 mineurs ont choisi Nantes pour terminus en 2011 et 430 en 2015, rappelle Fabienne Padovani, la vice-présidente (PS) aux familles et à la protection de l’enfance du conseil départemental.

l13-3402

 » Ici, environ 70 % des enfants arrivés seuls sont pris en charge, mais ce taux baisse « , regrette Carine Rolland, une médecin généraliste bénévole de Médecins du monde (MDM), pivot de la mission nantaise consacrée à ce public. Face aux dénis de minorité les plus manifestes, la justice est sollicitée.  » Il y a quelques semaines, il a suffi au juge des enfants de recevoir Bouna pour conclure qu’il avait nettement moins de 18 ans. D’autres fois, lorsque le département estime qu’un extrait de naissance n’appartient pas à un jeune, on tente de récupérer les extraits de naissance du reste de la famille pour prouver qu’il n’a pas usurpé d’identité « , explique Amandine Le Roy, avocate.  » Reconnaître le droit à l’enfance de ces garçons est essentiel « , observe-t-elle. Cela leur permet d’accéder à une protection aujourd’hui et après leur majorité. Dans le cas contraire, toutes les portes se ferment : logement, école, accès aux soins…  » Quand on réfute la minorité d’un jeune qui a des papiers prouvant qu’il a 16 ou 17 ans, on le tient du même coup à l’écart des Restos du cœur prévus pour les adultes « , s’insurge Carine Rolland.

Installées dans la même rue à Nantes, la Cimade, Gasprom et MDM forment un réseau d’aide, complété par le Réseau éducation sans frontières (RESF) et le collectif Uni(e)s contre une immigration jetable.  » Chacun intervient avec ses compétences « , observe Michel Rafin, de Gasprom. Pour RESF, Bahija Kourisna, une enseignante du public, frappe aux portes du privé  » puisque le rectorat refuse de scolariser ceux que le département veut faire passer pour majeurs « .

Et tous les mardis, Carine Rolland tient une permanence. Un lieu d’écoute et bien plus. Le 10 mai, Mamadou, un jeune Malien, raconte une nouvelle fois son histoire, comme pour exorciser son mal.  » Depuis que j’ai vécu dans la forêt, que j’ai marché sans fin dans le désert, que j’ai été poursuivi par les policiers à Ceuta et que mon ami Amara, avec qui j’étais parti, est mort… il y a cette voix qui m’appelle, me poursuit « , confie-t-il. Le docteur Rolland écoute, lui prend une main, lui offre un sourire profond. Elle vérifie qu’il prend bien son traitement. Elle veut le revoir très vite, inquiète de laisser repartir un gamin aussi mal en point. »

sdf

Nous en avons la larme à l’oeil ! Mais toutes ces bonnes personnes croient-elles que nous allons pouvoir accueillir toute la misère du monde encore longtemps ?

En 2015, la seule Loire-Atlantique (c’est-à-dire ses contribuables) a dépensé 112 millions d’euros pour les mineurs, 12 millions pour les étrangers. Or, cinquante nouveaux mineurs arrivent chaque mois à Nantes. Et de l’avis général, cette migration adolescente s’amplifie ce printemps.

Ils sont quasiment tous musulmans…

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

cuisine-et-service-de-table-set-de-table-france-chateau-de-cha-7486543-set-de-table-chcb25-63c7e_570x0

OUVERTURE DES CUISINES DE CHAMBORD

L’ouverture des cuisines du XVIIIe siècle, nouvellement restaurées, s’inscrit dans les grands projets d’aménagement de l’année 2016 du domaine national de Chambord. Accessibles au public pour la première fois de leur histoire à partir du 29 avril prochain, les cuisines permettent aux visiteurs d’approfondir leurs connaissances sur le quotidien des occupants du château de Chambord.

jmb_3140_1_2_2

Les cuisines furent aménagées à la fin du XVIIIe siècle lorsque les haras royaux entretiennent à Chambord des centaines de chevaux. Le directeur des haras, le marquis de Polignac, loge alors dans le château. Les anciennes cuisines du XVIIe siècle, datant de l’époque Louis XIV, aménagées dans l’enceinte basse, laissent place à des écuries. Les services de bouche sont ainsi relogés au rez-de-chaussée du donjon.

loclisation-cuisine

Aménagées à partir de 1782, les nouvelles cuisines reprennent la distribution traditionnelle des grandes demeures. La grande cuisine dans laquelle sont préparés et cuits les mets, est complétée par une boulangerie, une pâtisserie et un garde-manger Ces pièces s’accompagnent d’installations provisoires, comme un poulailler construit dans la cour du château, au pied de la tour de la chapelle.

Au-dessus de ces pièces, des appartements situés en entresol permettent de loger le personnel chargé du bon fonctionnement des cuisines. Seuls les domestiques prennent leurs repas en cuisine, les hôtes et convives sont servis dans les salles à manger situées au premier étage.
Abandonnée depuis la Révolution française, la salle principale est modifiée à la fin du XIXe siècle.

timthumb.php
La restitution du mobilier et des ustensiles :
La restauration des murs de cette salle s’accompagne d’une restitution du mobilier d’après des modèles d’époque et d’ustensiles de cuisine authentiques en usage à la fin du XVIIIe siècle. Validée par un comité scientifique, cette évocation a été rendue possible par l’étude des sources archivistiques et iconographiques. Les objets en grès et en terre proviennent des fouilles des latrines du château. Les cuivres du XVIIIe siècle ont été acquis par le domaine national de Chambord et certains ont été déposés par le Mobilier national. Les chenets, les moulins à café et les broches proviennent des collections du musée des Arts décoratifs et du musée du design de Bordeaux.

Le 23 mai 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :