BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (4/5 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

4 Juin

Enfin une bonne nouvelle !

648452-divorce

La France sortirait-elle enfin des griffes des Lumières et de leurs apôtres soixante-huitards ? Après tant de décennies d’abandons des principes les plus forts (car les plus élémentaires) de la vie conjugale, il semblerait que les couples retrouvent davantage de solidité.

Une étude de l’Insee publiée jeudi 2 juin confirme une tendance observée depuis 2010, celle de la baisse du nombre de divorces en France. 123 500 fins d’union ont été prononcées en 2014, soit 1 400 de moins (− 1,1 %) que l’année précédente. « La propension au divorce, après avoir augmenté régulièrement depuis les années 1970, baisse régulièrement depuis la fin des années 2000 », note l’étude.

Cette tendance s’explique selon l’institut de statistiques par un recul du nombre des divorces plutôt que par la baisse de celui des mariages. Entre 2010 et 2014, le nombre de divorces a baissé de 8 %, alors que le nombre de personnes mariées dans la population ne diminuait que de 1 %.

Hochzeit, Flucht, Kalte FŸ§e, Angst, Junggeselle, Junggesellenabschied, VermŠhlung, Polterabend, Zweifel, Unsicherheit, Trauung, BrŠutigam, Braut, Feigling, Unreif, Notausgang, Fluchtweg, Brautkleid, Trauring, abhauen, Fluchtinstinkt, Ironie, sitzen lassen, blamieren, entkommen, Verlobung, versprechen, anders entscheiden, Schild, Laufen, wegrennen, Hasenfu§, Angsthase, no go, verpatzt, vektor, Button, icon, Ex, Scheiden, Single

Entre 1950 et 1970, le nombre de divorces était relativement stable, à 33 000 par an en moyenne. Il a augmenté avec la loi de 1975 introduisant le divorce par consentement mutuel. L’entrée en vigueur d’une autre loi simplifiant les procédures de divorce a conduit à un pic de 155 300 en 2005. Une décrue s’est ensuite amorcée malgré un léger rebond en 2010.

Aujourd’hui comme depuis les années 1970, le taux de divorce est maximal à cinq ans de mariage : pour 1 000 mariages célébrés en 2009, 24,6 ont été rompus par un divorce en 2014. En quarante ans, la durée moyenne de mariage au moment du divorce est passée de douze ans environ en 1970 à quinze ans pour ceux prononcés en 2008 et les années suivantes.

En 2014, sur 241 292 mariages, plus d’un quart (28 %) sont des remariages pour au moins un des deux conjoints, et un sur dix l’est pour les deux membres du couple. Les personnes contractant un nouveau mariage sont quasiment toutes divorcées (94 %), plus rarement veuves (6 %).

Divorce-par-consentement-mutuel

La France se situe dans la moyenne européenne de 2 divorces pour 1 000 habitants (1,9). L’Italie est le pays où l’on divorce le moins (0,9) et la Lettonie, celui où l’on met le plus souvent un terme à une union (3,5). L’explication est simple et tient à ce qu’il reste des croyances religieuses et des règles de vie enracinées dans la foi.

Pied de nez de l’Histoire pourtant : l’étude est publiée quelques jours après le vote à l’Assemblée nationale du divorce par consentement mutuel sans passage devant le juge aux affaires familiales (histoire de faciliter encore un peu plus les ruptures du mariage). Les époux, accompagnés chacun de leur avocat, pourront négocier leur séparation et la convention de divorce sera enregistrée chez un notaire. Le divorce sera effectif après un délai de quinze jours de rétractation (à peine plus que lors d’un achat électroménager chez Darty !).

47e98__7468

Souhaitons que ce renversement ne soit pas comme ce que l’on dit des hirondelles et du printemps…

 

Quand la réalité rattrape la fiction

On nous raconte que le championnat d’Europe de football (dit Euro 2016), qui se tient à partir du 10 juin pendant un mois dans dix villes de l’Hexagone, doit apporter 1 milliard d’euros à l’économie française. Ce sont en tout cas les estimations de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans un rapport remis au gouvernement le 16 mai. Mais nous avons vu, il y a quelques jours, ce qu’il fallait penser du bénéfice réellement escompté de ce Barnum footbalistique (Lire « Un scandale dans le scandale » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/06/03/bulletin-climatique-quotidien-3-juin-2016-de-la-republique-francaise/).

tmp794889107955253249

L’équipe de France de Football, dite « Les Bleus » !

Hélas, à la veille du coup d’envoi de cette affaire, la multiplication des grèves (SNCF, RATP, raffineries…) et la météo terrible sur une partie du pays douchent tous les espoirs des hôteliers, des restaurateurs et des commerçants. Et Dieu sait qu’ils étaient grands !

Depuis quelques mois, le ciel économique semblait, au dire du gouvernement de la République, enfin s’éclaircir grâce à un produit intérieur brut (PIB) de la France au premier trimestre en hausse de 0,6 %. Dans la foulée, l’OCDE révisait à la hausse son pronostic de croissance pour le pays de + 1,2 % à + 1,4 %, en 2016, et à + 1,5 % en 2017.

Mais l’incidence économique du conflit contre la loi dite « El Khomri » (sic) inquiète. Le premier ministre, Manuel Valls, a agité le chiffon rouge, mercredi 1er juin.  » Oui, ce conflit peut peser sur notre économie, au moment où l’action du gouvernement permet la reprise, la croissance et la baisse du chômage. Et j’ai, parfois un sentiment de gâchis face à cette situation, où le moral des ménages connaît un bond sans précédent et que certains risquent de dévaloriser « , a-t-il avancé en se faisant ainsi le Grand Prêtre de la méthode Coué.

Anti-riot police officers (L) clash with high school students on Boulevard Diderot in eastern Paris on April 5, 2016 in Paris during a protest against the government's planned labour reform. The Socialist government is desperate to push through reforms to France's controversial labour laws, billed as a last-gasp attempt to boost the flailing economy before next year's presidential election. / AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Manifestations contre la loi « El Khomri »

Lors du blocage de raffineries et de dépôts de carburants, à la mi-mai, le prix du gazole s’est envolé de 4,5 % en moyenne (+ 5 centimes d’euros par litre), selon les calculs du cabinet d’études statistiques Micrœconomix.  » Et le manque d’approvisionnement a joué sur la mobilité des consommateurs « , convient Gildas Minvielle, directeur de l’observatoire économique de l’Institut français de la mode.

Le phénomène a notamment frappé les grands centres commerciaux régionaux, tels Rosny 2 (Seine-Saint-Denis), Beaulieu (Nantes) ou Mérignac (Gironde) auxquels les habitués accèdent après quinze à trente minutes de trajet automobile. Pour l’heure, l’institut de conjoncture Cœ-Rexecode chiffre l’incidence de ce mouvement à 0,1 point de PIB. Mais la perspective de grèves illimitées mine le moral des commerçants et des professionnels du tourisme, déjà mis à mal par les conséquences des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie a tiré la sonnette d’alarme, le 25 mai : les réservations dans les établissements hôteliers seraient en chute de 20 % à 50 %. Elles se sont effondrées depuis le début de l’année.

Les manifestations Nuit debout de la place de la République, à Paris, et les violences en marge des manifestations contre la loi « El Khomri « , ont aussi échaudé les touristes asiatiques. Ces derniers sont  » les plus sensibles aux questions de sécurité lors de leurs déplacements « , note Pierre Pellarey, directeur général du Printemps Haussmann, à Paris.

Dans la région parisienne, la fréquentation des touristes japonais est en chute de 56 % au premier trimestre, tandis que celle des Russes a baissé de 35 % et celle des Chinois de 13,9 %, selon le Comité régional du tourisme de Paris Ile-de-France.

L’effet boule de neige est redoutable, souligne Agnès Théodose, déléguée générale du Syndicat national de la restauration thématique et commerciale.  » Pas d’hôtels, pas de réservations au restaurant, dit-elle. A Paris, la fréquentation des restaurants affiche un repli de 14 %, sur la semaine du lundi 16 au dimanche 22 mai. En région parisienne, elle chute de 8 %.  »

Video-Paris-inondations-aout-2011

Et maintenant, le ciel s’en mêle. Les records de précipitations sur les Hauts-de-France, le Centre et l’Ile-de-France ont, partout, affecté l’activité touristique. A Paris, les croisières en Bateaux-Mouches sur la Seine sont interrompues. Les pieds dans l’eau depuis le 31 mai, le château de Chambord (Loir-et-Cher) a fermé ses portes au public. Et bien que Disneyland Paris jure exploiter ses manèges  » comme d’habitude « , la saison des parcs d’attractions ne sera, d’évidence, pas un bon millésime.

En aval, toute la chaîne du tourisme tricolore déraille. Les Galeries Lafayette n’ont  » évidemment  » pas renoué avec les niveaux standards de fréquentation touristique observés avant les attentats du 13 novembre 2015 dans le magasin du boulevard Haussmann, à Paris. Son voisin non plus. Le Printemps  » enregistre 15 % à 20 % de touristes en moins « , rapporte M. Pelarrey. Or la clientèle touristique pèse lourd, pas moins de 40 % de son chiffre d’affaires.

La météo est aussi glaciale chez les enseignes que fréquentent les Français au quotidien. Début 2016, Iri, le panéliste des hypermarchés, misait sur une hausse des ventes de 0,5 % en volumes (de 1 % à 1,5 % en valeur) des Nutella, Danone et autres produits de grande consommation. Or  » on est retombé à zéro « , note Jacques Dupré, directeur des études. Même les cinémas peinent à tirer leur épingle du jeu : la fréquentation en salles a reculé de 1,7 % en mai, le plus mauvais score depuis le début de l’année.

La rupture de tendance est aussi à l’œuvre dans les centres commerciaux.  » La confiance du consommateur a pris une grande claque, alors que le secteur se redressait : le chiffre d’affaires avait progressé de 1,6 % en février, de 1,1 % en mars et de 0,9 % en avril « , déplore Jean-Michel Silberstein, délégué général du Conseil national des centres commerciaux.

L’Institut français de la mode pariait aussi sur une reprise des ventes de vêtements en France en 2016. Il n’en sera rien. Entre janvier et fin avril, elles ont reculé de 1,4 % par rapport à la même période de 2015. Et fin avril, faute de soleil, elles ont plongé. Puis  » la météo tant climatique qu’économique a été catastrophique en mai « , juge le président de la Fédération française du prêt-à-porter, Daniel Wertel, qui s’attend à une chute  » d’au moins 20 % des ventes « , par rapport au même mois en 2015.

Les enseignes de mode redoutent maintenant le temps mort, celui où rien ne se vend avant le démarrage des soldes d’été, le 22 juin. D’ici là, les promotions sauvages vont se multiplier. Chez Promod, les vendeuses susurrent aux clientes que l’enseigne accorde  » exceptionnellement  » 30 % de réduction,  » dès le second article acheté « . Chacun pour soi et advienne que pourra…Les enseignes d’hypermarchés devront aussi rogner sur leurs marges pour écouler les invendus des rayons jardinage, barbecue et insecticides.

Monoprix, lui, fait contre mauvaise fortune bon cœur. L’enseigne, dont les rayons regorgent de maillots, de chapeaux et de débardeurs, a mis en ligne une boutique  » pluie  » pour y vendre trenchs, coupe-vent et parapluies. Michaël Renaud, président de Neyrat, un des rares fabricants restant de parapluies français – il est situé à Autun (Saône-et-Loire) – est heureux : ses ventes auraient bondi de 20 % à 25 % en France au mois de mai. Le malheur des uns, c’est bien connu, faisant le bonheur des autres !

Alors, imaginez ce qu’il pourrait arriver si les « fous d’Allah » décidaient de mettre le pays à feu et à sang pendant les matchs de foot de l’Euro….

Ah, si seulement…

Cette bonne nouvelle concernait la France.

Pour la première fois depuis août 2010 en Espagne, le nombre de chômeurs est redescendu, en mai, sous la barre symbolique des 4 millions, selon les chiffres publiés jeudi 2 juin par le gouvernement de Mariano Rajoy.

Coat_of_Arms_of_Spain_(corrections_of_heraldist_requests).svg

En un mois, Madrid a recensé près de 120 000 chômeurs inscrits en moins, soit 3,89 millions (– 7,7 % en un an). Parallèlement, la Sécurité sociale a recensé 198 000 nouvelles affiliations (+ 2,56 %).  » Bon chiffre. La direction prise est la bonne. Continuons « , a rapidement publié M. Rajoy sur son compte Twitter. A moins d’un mois des élections législatives du 26 juin, auxquelles ils se présentent à sa réélection, le chef de l’exécutif mise sur la reprise économique pour faire campagne. Il part favori dans les sondages, aidé aussi par la zizanie qui règne chez ses adversaires de gauche

Mai, mois qui marque les débuts de la haute saison touristique, est toujours synonyme de boom de l’emploi en Espagne. Selon le World Travel & Tourism Council, 16 % du produit intérieur brut (PIB) espagnol dépend actuellement du tourisme, dopé par l’instabilité dans de nombreux pays nord-africains et, comme nous venons de le voir, les incertitudes qui règnent en France.

Sans surprise, le secteur de l’hôtellerie concentre, à lui seul, plus d’un tiers de la création d’emplois. Il est suivi du commerce et de l’agriculture et, dans une moindre mesure, de la construction, de l’industrie et de l’administration publique.

Même si l’on exclut les variations saisonnières, la baisse du chômage affiche des résultats positifs, avec 44 000 demandeurs d’emploi en moins, et les créations d’emplois nets s’établissent à 36 000.

Néanmoins, tout n’est pas rose au pays de Cervantes car, avec encore 21 % de chômeurs parmi les actifs au premier trimestre 2016, l’Espagne (qui est parvenue à réduire de cinq points le taux de chômage en deux ans) demeure le pays européen le plus frappé par le chômage, derrière la Grèce.

Enfin, la reprise économique, même intense, avec une croissance de 3,2 % du PIB en 2015 et de 0,8 % au premier trimestre 2016, reste encore tributaire de la création d’emplois à durée déterminée (CDD) ou saisonniers et insuffisamment à durée indéterminée (CDI).

Le ministre de l’économie, Luis de Guindos, a salué des chiffres  » positifs « , tout en affirmant qu’il  » reste beaucoup à faire  » pour réduire la part des CDD. Il a évoqué la possibilité de  » pénaliser  » ce type de contrats. Une position qui tranche avec les déclarations du patron des patrons, Juan Rosell, qui, mi-mai, a déclaré que  » le travail fixe et sûr  » est un  » concept du XIXe siècle « . Cela a suscité une vive polémique dans un pays qui souffre encore des conséquences de six ans de crise. Mais ce sont là des arguments dont les patrons français usent également de façon courante ainsi que l’a montré chez nous le conflit contre la loi dite « El Khomri« .

Les économistes s’inquiètent encore des perspectives de retour à l’emploi pour les chômeurs de longue durée, qui représentent actuellement  » plus de 43 % des chômeurs « , rappelle Angels Valls, enseignante à l’Esade Business School de Barcelone.

 » Le rythme soutenu de croissance du pays peut difficilement se maintenir si des mesures ne sont pas prises pour la réinsertion des chômeurs de longue durée « , conclut un rapport publié en mai par la Fondation des études d’économie appliquée (FEDEA) sur  » le legs de la crise « . C’est pourquoi tous les efforts actuels du gouvernement espagnols portent actuellement sur ce domaine. Et c’est aussi pourquoi il importe de mettre rapidement un terme à la crise politique née des élections législatives de décembre dernier et à l’instabilité qui est née des prétentions de la gauche radicale Podemos (Lire « Le culte inepte de Stéphane Hessel » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/05/19/bulletin-climatique-quotidien-19-mai-2016-de-la-republique-francaise/). Selon les économistes, il faudra au pays encore cinq ans environ pour retrouver le niveau d’emploi perdu durant la crise.

la-verdad-sobre-el-video-viral-de-mariano-rajoy-y-su-muchas-tardes-buenas-gracias

Mariano Rajoy

Mariano Rajoy a encore du pain sur la planche. Raison de plus pour que les électeurs espagnols lui laissent les mains libres le 26 juin prochain. C’est le calcul qu’a fait le roi Felipe VI par la dissolution des Cortès.

 

Enfin, au cas où vous ne seriez pas encore convaincus

Amnesty international triomphe grâce à un sondage publié il y a quelques jours : un nouvel « indice d’acceptation des réfugiés » montre que les politiques gouvernementales ne sont pas en phase avec l’opinion publique. Vous observerez cependant que, en vertu de la traditionnelle manipulation des esprits par le lobby immigrationniste, l’ONG citée s’obstine à utiliser l’appellation  » REFUGIES  » à la place de celle, plus véridique, de  » MIGRANTS  » ce qui d’emblée récuse les résultats de son enquête.

Ce-que-vous-pouvez-faire-pour-aider-les-migrants

Une enquête mondiale commandée par Amnesty International qui révèle, paraît-il, qu’une grande majorité de personnes (80 %) accueilleraient les  » réfugiés  » à bras ouverts – beaucoup seraient même prêtes à les prendre chez elles.

Le nouvel indice d’acceptation des « réfugiés » classe 27 pays (sur…197 reconnus par l’ONU !) de tous les continents en fonction de la proportion de leurs habitants qui seraient prêts à laisser des  » réfugiés  » s’installer dans leur pays, dans leur ville, dans leur quartier ou chez eux. Pour l’établir, le cabinet de conseil en stratégie de renommée internationale GlobeScan* a réalisé un sondage auprès de plus de 27 000 personnes.

« Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les gens sont prêts à accueillir les réfugiés, mais les gouvernements apportent à la crise des réponses inhumaines totalement coupées de la réalité de leurs opinions publiques », a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

côte-d'azur_migrants

« L’indice d’acceptation des réfugiés révèle au grand jour le caractère honteux des politiques à court terme des gouvernements face à des gens qui fuient la guerre et la répression. Les gouvernements doivent tenir compte de ces résultats, qui montrent clairement que la grande majorité des gens sont disposés à accueillir des réfugiés dans leur pays et désireux de le faire. »

« La réponse des gouvernements à la crise des réfugiés ne doit pas être dictée par les grands titres des journaux. Trop souvent, les responsables politiques tiennent des discours xénophobes contre les réfugiés pour tenter de gagner en popularité. Cette enquête montre qu’ils n’écoutent pas la majorité silencieuse accueillante, qui prend à cœur la crise des réfugiés. »

Fermez le ban !

La Chine, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont en tête du classement mesurant le degré d’acceptation des  » réfugiés  » par le grand public ; la Russie occupe la dernière place. Mais, tenez-vous bien, selon ce sondage

82% des Français sont favorables à l’accueil des  » réfugiés « .

Mais, en revanche, il apparaît dans l’enquête d’Amnesty international que….seulement 19% d’entre eux, désirent les accueillir dans leur quartier et 9% sont prêts à les accueillir chez eux ! En d’autres termes, les Français interrogés et favorables à l’accueil veulent bien que le pays leur ouvre les portes mais à une condition : qu’ils soient hébergés…chez les autres ! GlobeScan a dû interroger les bobos parisiens :

Dilem_2421c_migrants-mediterranee-1

 

Nous sommes morts de rire. Surtout lorsqu’on lit ceci : « Nous ne nous attendions pas à des niveaux de solidarité si élevés avec les réfugiés, mais ces résultats sont révélateurs de la compassion mobilisatrice que ressentent les gens pour ceux qui fuient la guerre. Ils veulent faire tout ce qu’ils peuvent pour les aider, et non leur tourner le dos. Les responsables politiques feraient bien de s’en inspirer », a déclaré Salil Shetty.

 

Pour remédier à la crise mondiale des réfugiés, Amnesty International appelle donc les gouvernements à réinstaller 1,2 million de réfugiés d’ici à la fin de 2017. C’est beaucoup plus que les 100 000 places offertes chaque année par les gouvernements, mais cela représente moins d’un dixième des 19,5 millions de réfugiés que compte aujourd’hui la planète.

Vous trouverez l’intégralité de la publication d’Amnesty international à l’adresse suivante : http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques-de-presse/Sondage-Refugies-82-des-Francais-sont-favorables-accueil-des-refugies-18427

 

* GlobeScan est un cabinet de conseil en stratégie spécialisé dans l’analyse et la consultation des parties intéressées dans les domaines de la réputation, de la pérennité et de la motivation. Nous aidons les entreprises mondiales, les organisations multilatérales et les ONG internationales à bâtir des relations plus solides, reposant sur une plus grande confiance, avec leurs partenaires, afin de favoriser une réussite durable. GlobeScan mène des enquêtes dans plus de 90 pays et est signataire du Pacte mondial des Nations unies. Créé en 1987, ce cabinet est une entreprise indépendante, détenue par ses dirigeants. Il a des bureaux à Toronto, Londres, San Francisco, Le Cap, São Paulo et Hong Kong.

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

-143-chateau-chambord-CDT41-L-D-Serres

Le château de Chambord, qui est baigné par le Cosson et sur lequel d’importants travaux de restauration* sont en cours, a été durement touché par les graves inondations de ces derniers jours.

Le voici filmé par un drone : https://www.youtube.com/watch?v=ZB8pFGVh1y4

* Nous en parlions ici-même il y a peu à propos des cuisines du château : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/05/23/bulletin-climatique-quotidien-23-mai-2016-de-la-republique-francaise/

Le 4 juin 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

Une Réponse to “BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (4/5 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

Trackbacks/Pingbacks

  1. BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (7 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. by conseilesperanceduroi | actualitserlande - juin 7, 2016

    […] Nous vous avons déjà fait part des inquiétudes concernant le domaine et, en particulier, le château de Chambord à la suite des graves inondations que notre pays vient de connaître (voir la vidéo par le lien suivant : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/06/04/bulletin-climatique-du-week-end-45-juin-2…). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :