BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (7 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

7 Juin

Tout fout le camp, mon pauv’ Monsieur !

Même les travaux des champs

850 000 contrats saisonniers devraient être signés prochainement dans l’agriculture pour donner un coup de main à nos paysans en vue des récoltes diverses et, bien sûr, des traditionnelles vendanges. Qui n’a pas connu cela dans se jeunesse ?

carte_saisonnier

Dans les Côtes d’Armor par exemple, la coopérative de Paimpol recherche de 2 000 à 2 500 « plumeurs de coco » qui vont ramasser les haricots. A partir du mois de juillet, il va y avoir les artichauts, tous les légumes, les fruits. Rien que pour les melons, ce sont environ 2 000 personnes dont on a besoin. Un millier pour les échalottes. Et puis bien sûr il y a les vendanges. A elles seules, elles vont permettre d’embaucher 336 000 personnes.

Les exploitations commencent à publier leurs petites annonces, dans la presse locale et même….Le Bon Coins, sur Internet. Dans les régions où se concentrent les récoltes, Pôle Emploi centralise les annonces. Mais le mieux c’est encore de passer par l’Anefa. L’Anefa, c’est le Pôle Emploi de la production agricole. Ils ont sur leur site une « bourse à l’emploi« . On peut y trouver toutes les coordonnées des exploitations qui recrutent et on peut proposer directement sa candidature. Quand on cherche un job saisonnier dans l’agriculture, c’est par là qu’il faut passer.

Emplois-saisonniers-comment-eviter-les-arnaques-1030x515

On peut facilement trouver du travail, d’autant que ces dernières années, les candidatures ne se bousculent pas. Les exploitants ont souvent du mal à trouver de la main d’oeuvre. Et surtout à la garder. Comme ce producteur de mirabelles, en Lorraine, qui l’an dernier avait signé 50 contrats le lundi matin et qui s’était retrouvé, à la fin de la journée, avec seulement 20 saisonniers. Le travail est souvent jugé trop dur ! Habitués que sont trop de jeunes à ne plus faire grand chose de leurs dix doigts.

Traditionnellement les saisonniers sont des locaux et des étudiants, mais les choses changent. On voit de plus en plus de chômeurs, bien éloignés de l’adolescence (30, 40, 50 ans), qui viennent à ce type travail saisonniers parce qu’ils sont depuis longtemps sans emploi, ou en fin de droit. Ils viennent un peu pour s’occuper ou surtout pour arrondir leurs fins de mois.

Mais la grande nouveauté de ces cinq dernières années, ce sont les  » travailleurs détachés « . Les agriculteurs, lassés de ne pas trouver de main d’oeuvre sur place, font appel à des sociétés prestataires qui proposent leurs propres salariés, de l’Europe de l’est ou du sud. Une main d’oeuvre habituée aux travaux des champs, rude à la tâche et efficace, qui ne fera pas faux-bond. Une forme nouvelle et institutionnalisée par l’Union européenne de l’ancien esclavage tel que la Rome antique en avait la pratique ! La présence de ces sociétés a doublé en cinq ans, d’après l’Anefa, pour atteindre environ 10% de la totalité.

saisonniers

Mais ne vous y trompez pas, nous verrons bientôt prospérer des officines proposant d’employer des migrants, entrés par effraction sur le sol européen. Avant que cela devienne obligatoire.

Avec la bonne conscience d’accomplir une oeuvre humanitaire…

 

Mais ne croyez pas que tout aille mieux aux Etats-Unis

L’économie américaine n’a créé que 38 000 emplois en mai, ce qui a jeté un froid sur la solidité de la croissance. Pour retrouver un chiffre aussi faible, il faut remonter à septembre 2010. Mais une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, le département du travail a également annoncé, vendredi 3 juin, avoir drastiquement révisé à la baisse les statistiques de mars et d’avril avec respectivement 186 000 et 123 000 créations. La chute est impressionnante par rapport à la moyenne de 2015 qui avait été de 219 000 créations par mois.

Donald Trump, le candidat à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle, jamais avare de critiques, a qualifié ces chiffres de l’emploi de  » bombe « . Sans aller jusque-là, force est de constater qu’ils ont pris à contre-pied tous les économistes qui tablaient en moyenne sur 160 000 créations d’emplois.

US-FederalReserveSystem-Seal.svg

La seule bonne nouvelle dans ces statistiques est, elle-même, en trompe-l’œil. Si le taux de chômage est en effet tombé à 4,7 %, c’est avant tout pour de mauvaises raisons. Il n’y a pas nécessairement moins d’Américains à la recherche d’un emploi. La baisse s’explique essentiellement par la quantité de gens qui, par découragement, sortent des statistiques. C’est très exactement ce que l’on observe en France, sans que les autorités l’avouent !

La proportion d’Américains qui ont un travail ou qui en recherchent effectivement un, chute à 62,6 % contre 63 % en mars, soit 458 000 personnes. C’est le plus mauvais chiffre depuis le début de l’année et un niveau proche de celui de la fin des années 1970. Sur le plan sectoriel, mis à part le domaine de la santé qui a recruté 46 000 personnes en mai, c’est la bérézina. Le secteur de l’extraction minière est toujours sur la même tendance récessive avec 11 000 destructions d’emplois. L’industrie en a perdu 18 000, les services aux entreprises 10 000, les entreprises de construction 15 000 et le secteur des télécoms et de l’information 34 000…

A propos de ce dernier secteur, certains expliquent que la grève chez l’opérateur de télécoms Verizon a pu jouer un rôle dans la chute des créations d’emplois. Une interprétation qui est relativisée par Andrew Zatlin, analyste chez SouthBay Research :  » La dernière fois que Verizon a affronté une telle grève, en août 2011, cela avait eu un faible impact sur les créations d’emplois « , ajoutant que les 35 000 grévistes, qui n’ont plus été comptabilisés dans les statistiques du département du travail, sont globalement compensés par le recrutement d’intérimaires pour les remplacer. Or, le secteur de l’intérim a lui aussi souffert en mai avec la perte de 21 000 postes.

De son côté, Paul Ashworth, de Capital Economics, qui était l’un des plus pessimistes dans ses prévisions pour le mois de mai avec 120 000 créations d’emplois, invoque également des arrêts de production de composants dus au tremblement de terre au Japon, qui a des répercussions sur le secteur automobile américain. Seule petite éclaircie dans cet océan de mauvaises nouvelles : la hausse des salaires, meilleure que prévu. Mais avec une progression de 0,2 % en mai et de 2,5 % sur un an, il n’y a pas de quoi parler d’emballement, qui pourrait avoir des effets inflationnistes spectaculaires.

Ceux qui espéraient assister à une remontée des taux d’intérêt dès la réunion de la Fed, le 15 juin, en sont sans doute pour leur frais. Mario Draghi et la Banque centrale européenne en premier lieu.

1557554_1465241269_1555347-1464375147-1547487-1461781014-1547482-1461780187-1542484-1460101447-912703-1379335665-janet-yellen-4

Janet Yellen, Directrice de la Fed

 » Après ce rapport sur l’emploi décevant, une deuxième hausse des taux – après celle de décembre 2015 – semble impossible « , affirme Christophe Barraud, économiste chez Market Securities. L’économie américaine a fait quasiment du surplace au premier trimestre avec une croissance de seulement 0,2 % (0,8 % en rythme annuel), et ces chiffres de l’emploi montrent que le rebond au deuxième trimestre ne s’annonce pas aussi spectaculaire que certains l’avaient anticipé. Le ralentissement de la progression de l’activité dans les services confirme la fragilité du contexte.

Une décision de la Fed est d’autant moins attendue que son Comité de politique monétaire se réunit une semaine avant le vote du  » Brexit  » au Royaume-Uni. Un scrutin qui pourrait déboucher sur une forte instabilité sur les marchés financiers en cas de victoire du non. Le feuilleton de la hausse des taux n’est donc pas près de trouver son épilogue.

Draghi-tmagArticle

Mario Draghi, Président de la BCE

Mario Draghi a encore bien du souci à se faire…

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

timthumb.php

Nous vous avons déjà fait part des inquiétudes concernant le domaine et, en particulier, le château de Chambord à la suite des graves inondations que notre pays vient de connaître (voir la vidéo par le lien suivant : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/06/04/bulletin-climatique-du-week-end-45-juin-2016-de-la-republique-francaise/).

Le domaine de Chambord (Loir-et-Cher) annonçait hier lundi qu’il lance un appel aux dons, avec la Fondation du patrimoine, pour réparer les dégâts liés aux inondations. Cet appel est adressé aux « petits et grand mécènes français et étrangers« .

Le château de Chambord a rouvert au public ce lundi, ses collections n’ont pas été détériorées, mais le domaine a subi des dégâts. Les fonds serviront aux « travaux de première urgence« , qui concernent « les voiries autour du château, les allées et les routes du domaine pour la circulation des visiteurs« , « le mur d’enceinte« , qui compte trois brèches, « le système de défense anti-incendie du château« , et « le remplacement des arbres arrachés« , précise le communiqué.

Ces réparations coûteront « des centaines de milliers d’euros« , et « les assurances et les aides publiques contribueront pour partie à faire face à l’urgence de la situation, mais de manière insuffisante« , souligne la Fondation du patrimoine. La convention de financement sera signée aujourd’hui mardi au château de Chambord en présence de la ministre de la Culture.

Chambord compte sur nous !

chambord404x211

Le 7 juin 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

Une Réponse to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (7 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

Trackbacks/Pingbacks

  1. BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (7 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. by conseilesperanceduroi | actualitserlande - juin 7, 2016

    […] BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (7 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :