Communiqué du Conseiller aux Armées du CER.

8 Juin

Révolutionner la Marine ?

Le 6 juin, le Ministre ripoublicain de la Défense, s’adressant au forum de Shangri-La, réuni à Singapour, a plaidé pour une présence renforcée de l’Union européenne – et donc de la France – en mer de Chine où actuellement les tensions sont nombreuses et importantes. Or il est clair que ces opérations de patrouille des eaux de la mer de Chine ne peuvent être conduites que par des unités de type frégate – au moins – capables de démontrer par leur présence une certaine volonté politique – même si celle-ci est volatile en République, surtout à l’approche des échéances électorales…

Dès lors, nos frégates, qu’elles soient ou de non de premier rang, seront appelées à faire encore plus, sachant que les anciens avisos escorteurs, reclassés patrouilleurs hauturiers, bien que disposant encore de systèmes d’armes plus que robustes – il n’est que de penser à l’artillerie principale s’appuyant sur une tourelle de 100 mm – se voient de plus en plus souvent confier des missions de surveillance de zone ou pire encore de surveillance des pêches – en particulier le thon rouge en Méditerranée – pour lesquelles les unités en question sont gravement surdimensionnées.

Dès lors que faire ? La solution pourrait reposer sur l’acquisition – au besoin sous la forme de prêts/locations à moyen terme comme ce fut le cas de L’Adroit – d’une flottille de patrouilleurs dédiés à ce genre de missions, flottille qui pourrait reposer sur le patrouilleur EXID proposé par un consortium constitué de la société rennaise Exid Concept & Developpement, ainsi que du cabinet d’architecture Perspective Design et du chantier Etelium.

Comme l’indiquait Mer et Marine le 25/05, « Long de 29 mètres pour une largeur de 10.4 mètres, ce bateau en composite adopte une architecture de monocoque stabilisé, avec une étroite coque principale et deux flotteurs placés en arrière. Ce design permet de disposer d’une plateforme de grande taille, qui peut être configurée, disent les concepteurs, « pour embarquer des drones, des modules de missions ou des bateaux semi-rigides. Conçu pour la surveillance en haute mer comme dans les zones littorales et les estuaires, ce patrouilleur « dispose d’une plage d’utilisation pouvant atteindre 32 à 40 nœuds selon la motorisation choisie par le client. Nous tablons plutôt sur une propulsion hybride diesel-électrique avec par exemple des hydrojets », explique Régis Coat, président d’Exid. « L’objectif est de disposer d’un bateau, simple, compact, rapide et économique qui dispose d’une bonne autonomie afin notamment de pouvoir accompagner des flottilles de pêche. Il pourrait rester théoriquement 21 jours en opération mais l’idée est plutôt de travailler sur des roulements d’une semaine ».

52644f2612491bbb2c692a4ee5d0a206_html_611ff5e6.jpg.html

En matière d’armement, le bateau peut, toujours selon ses concepteurs, mettre en œuvre depuis les ailerons bordant la passerelle de l’artillerie légère, comme des mitrailleuses multitubes Dillon ou des affûts de 7.62 à 12.7mm. « En fonction des besoins, il est aussi possible d’intégrer devant la passerelle un canon télé-opéré de 20mm ». Ce design, n’est pas sans rappeler, en plus petit, le patrouilleur trimaran Ocean Eagle 43 vendu par CMN au Mozambique, ce matériel représentant une deuxième possibilité… Et par suite un second bâtiment si l’on devait retenir un mode de fonctionnement similaire à celui de l’Adroit, à savoir une expérimentation faite par la Marine sur du matériel restant propriété de l’entreprise constructrice.

Mais il semble bien que cela ne fasse pas partie des priorités, alors même que l’on songe à construire une série de frégates de taille intermédiaire franco-françaises, alors même qu’un projet analogue est à un bon point d’avancement outre-Alpes dans les cartons de Fincantieri et du gouvernement italien, pourtant pas des plus illuminés. Dommage… Espérons que les industriels y songent… et que le Roi, lorsqu’il reviendra, saura faire preuve de la même clairvoyance que celle démontrée dans son récent discours pour le pèlerinage jubilaire au Puy en Velais.

Le 08/06/2016
CC(r) François Romain, CJA, Conseiller aux Armées du Conseil dans l’Espérance du Roi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :