BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (14 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

14 Juin

 » Un acte terroriste abject. » Et après ?

Les poncifs habituels des responsables politiques de la République se succèdent et se ressemblent depuis l’assassinat terroriste de deux policiers, hier lundi 13 juin dans les Yvelines.

20160614PHOWWW00149

« Tronches de cake« , mardi 14 juin à l’Elysée

Après les fortes paroles de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur qui ouvrent notre Bulletin, il y eut le commentaire plein de bon sens de François Hollande, président de la République : C’est  » un odieux assassinat « . Rapidement suivi par un tweet de Manuel Valls, Premier ministre, digne de notre attente :  » Un couple de policiers assassinés sauvagement, une famille anéantie… Pensées pour les proches et les collègues. » Sans oublier celui qui court après une tardive mais vaine reconnaissance…Nicolas Sarkozy, ancien président de la République :  » Cet odieux attentat endeuille la Nation et heurte nos consciences. (…) C’est la République qui est visée et la Nation entière qui est prise pour cible. »

Et les uns comme les autres d’ajouter un couplet sur  » l’émotion  » qui envahit, paraît-il, tout le pays et un autre sur «  toute la lumière (qui) sera faite dans cette affaire « …Et dire que nous sommes en  » état d’urgence  » !

Larossi Abballa dans une vidéo postée sur son compte Facebook.

Larossi Abballa

Tout cela est pathétique face à la terrible réalité : un assassin islamiste de 25 ans, Larossi Abballa, présenté dans les médias comme « Français » originaire de Mantes-la-Jolie, « défavorablement » connu des services de police et de la justice pour de nombreux actes de délinquance (vols, violences, recel, trafics, etc) mais aussi déjà condamné en février 2013 à…trois ans de prison (dont six mois avec sursis), pour avoir participé à une filière d’acheminement de jihadistes vers le Pakistan, mais libéré en octobre de la même année ! Nous ne le répèterons jamais assez :

QUI SONT LES VÉRITABLES COUPABLES ?

Français, quand vous déciderez-vous à prendre enfin votre destin en main ?

 

Mais les crimes islamistes ne touchent pas seulement l’Occident

Le rythme des assassinats s’accélère au Bangladesh. Et le quatrième pays musulman au monde s’enfonce lentement dans la terreur.

Au cours des dix-huit derniers mois, 48 assassinats ont eu lieu au Bangladesh, dont 28 revendiqués par Al-Qaida et l’organisation Etat Islamique (EI). Et ce ne sont plus seulement les blogueurs défendant le sécularisme vivant à Dacca, la capitale, qui sont visés, mais des anonymes de tout le pays : un moine bouddhiste, un travailleur humanitaire italien, des militants de la cause homosexuelle. Vendredi 10 juin, un employé d’un temple hindou périssait sous les coups de machette. Le dimanche précédent, c’était un épicier chrétien et l’épouse d’un officier de police connu pour avoir arrêté des militants islamistes.

Manifestation-militants-islamistes-Dacca-12-f-vrier-2013

Manifestants islamistes à Dacca

Le tout dernier,Rezaul Karim Siddique, n’était que l’un des 1 200 professeurs de l’université de Rajshahi, au nord du pays. Aimé de ses étudiants, plutôt discret, il n’avait jamais reçu de menaces. Ce samedi 23 avril, à 7 h 30, il sort de chez lui dans une ruelle étroite et silencieuse pour se rendre à l’université. Peut-être allait-il lire à ses étudiants quelques passages du Long Voyage vers la nuit, du dramaturge américain Eugène O’Neill, l’un de ses ouvrages favoris, ou projeter un énième film de Charlie Chaplin ? A une centaine de mètres de chez lui, quatre hommes l’ont frappé sur la nuque à la machette, avant de s’enfuir en moto aux cris de  » Allah est grand « . L’assassinat sera revendiqué un peu plus tard par l’EI.

 » Il était pourtant bon musulman, ne critiquait pas l’islam. Pourquoi s’en sont-ils pris à mon mari ?  » Son épouse, Hosne Ara, se pose la question jour et nuit. Le chagrin pèse sur son corps : ses gestes sont lents, ses paupières mi-closes, et c’est à petits pas qu’elle se dirige vers la chambre où le professeur avait l’habitude de se retirer. Sur sa table de chevet, les œuvres de George Orwell ou de Shakespeare sont rangées à côté du Coran. Un tapis de prière est disposé dans un coin à côté d’instruments de musique qui occupaient souvent ses soirées.  » Il passait son existence dans ce tout petit monde, chuchote Mme Ara, ses étudiants, sa cithare et ses livres.  »

Rezaul Karim Siddique n’a pas été tué au hasard. Son meurtre a même été minutieusement planifié.  » Les assaillants le surveillaient depuis une semaine. C’est à chaque fois le même mode opératoire, explique Mohammad Shamsuddin, le commissaire de police de Rajshahi. Un homme conduit la moto, les trois autres tuent leur cible à coups de machette, et en trois minutes ils sont repartis.  » Les tueurs portent sur eux des grenades ou des pistolets au cas où ils seraient pris à partie par la population ou poursuivis par la police.

Après chaque attaque, des hommes sont arrêtés puis relâchés au bout de quelques mois, faute de preuves. Les confessions obtenues sont peu crédibles du fait de l’usage répandu de la torture.  » Ils sont difficiles à identifier. Ils changent d’apparence physique et communiquent entre eux via des applications sophistiquées que moi-même je ne connais pas « , admet M. Shamsuddin.

Sur les murs de l’université où enseignait Rezaul Karim Siddique, de grands points d’interrogation ont été peints en rouge sang à côté de son nom.  » Les hindous ou les chrétiens sont tués parce qu’ils appartiennent à une autre religion que l’islam, les blogueurs sont tués parce qu’ils défendent le sécularisme, mais pourquoi tuer un professeur d’anglais  musulman ? « , se demande Shahnaz Yasmeen. Cette ancienne directrice du département d’anglais a repris les cours avec appréhension car elle n’a pas compris. Elle n’a pas compris que l’ISLAM, C’EST LA MORT.

Ce n’est pas la première fois que le Bangladesh est touché par une vague de terrorisme. En 2005, des centaines d’attentats à la bombe avaient frappé le pays. Mais malgré les revendications de ces derniers mois d’Al-Qaida ou de l’EI, la première ministre, Sheikh Hasina, montre du doigt ses adversaires politiques, qu’elle accuse de vouloir  » déstabiliser le pays et le gouvernement « .  » Les attaques sont perpétrées par des Bangladais qui ont sans doute des liens avec l’EI et Al-Qaida, sans qu’on les connaisse précisément « , explique un analyste qui requiert l’anonymat pour  » raisons de sécurité « .  » La crise est grave et pourrait avoir des conséquences sur les pays voisins, comme l’Inde et le Myanmar « , ajoute-t-il.

 » La première ministre ne veut pas voir la menace islamiste, car elle est obsédée par ses opposants. Mais pourquoi le Bangladesh résisterait-il davantage au djihad global qu’un autre pays musulman ? « , s’inquiète un diplomate européen plus lucide. La revue Dabiq, organe d’information de l’EI, consacre de longs articles au Bangladesh, comme dans son numéro du mois d’avril.  » Un petit nombre de moudjahidines avec des moyens limités sont capables de cibler et d’intimider différentes sectes d’infidèles n’importe où dans la région « , y clame le chef de l’EI au Bangladesh, insistant sur la  » position géographique stratégique  » du Bengale pour la poursuite du djihad global.

Les assassinats de ces derniers mois ne sont que la crête d’une vague d’intolérance qui submerge le pays. Qu’elle semble loin, cette année 1971 où tout un peuple arrachait son indépendance au Pakistan au nom du sécularisme – à l’époque, la culture syncrétique du Bengale dominait sur l’islam politique.  » Le Bangladesh est devenu inconscient de son intolérance « , lâche le diplomate européen.

Le pays est pris dans une fuite en avant vers l’intolérance, le gouvernement pour des raisons politiques et les militants pour des raisons idéologiques. Cette radicalisation pourrait mettre à mal la stabilité du pays. Les minorités appartenant à d’autres confessions que l’islam ne représentent déjà plus que 9 % de la population, contre 20 % en 1971.

Quelques jours avant sa mort, le professeur Siddique s’était rendu dans son village d’origine de Bagmara, ancien bastion d’islamistes radicaux.  » Il disait qu’aider son village à prospérer, c’était comme aider la nation à prospérer « , se souvient son épouse. Il avait aidé à rénover la petite mosquée, et invitait régulièrement des imams à prêcher. Il avait aussi construit, en bambou, une petite école de musique. Enfant, il rêvait d’apprendre à jouer d’un instrument, mais son père le lui avait interdit. «  Alors il voulait offrir aux jeunes ce dont il avait été privé, témoigne le professeur de musique, mais il y a maintenant des rêves impossibles dans notre pays, car trop dangereux.  »

Ne reconnaissez-vous pas dans tout ceci des situations qui s’installent insidieusement chez nous ? Ne reconnaissez-vous pas la même recherche du consensus et des bienfaits de la folle  » politique de la ville  » de notre gouvernement ?

french-president-francois-hollande-poses-with-children-and-residents-as-he-visits-clichy-sand-during-a-trip-focused-on-urban-policy-in-clichy-sous-bois_2527211

François Hollande et ses potes

Français, quand vous déciderez-vous à prendre enfin votre destin en main ? Quand vous serez morts ?

 

Ils sont prêts à tout pour empêcher le « Brexit« 

Alors, qu’attend le gouvernement français pour en profiter ?

Les eurocrates de Bruxelles on tellement peur que les Britanniques larguent les amarres qui les lient encore à l’Union européenne (ce qui signifierait rapidement l’explosion de l’UE), qu’il sont prêts à tous les sacrifices…idéologiques.

images-1

Alors que, depuis un mois, plus aucune décision importante susceptible de fâcher Londres n’est prise par la Commission européenne, son administration, les instances parlementaires ou économiques de l’Union, pétrifiées à l’idée de favoriser le départ du Royaume-Uni, on apprend que même la Cour européenne de justice vient de rendre une décision favorable autant qu’inattendue au pays de sa gracieuse majesté !

La Cour a accordé en effet à Londres le droit de limiter certaines aides sociales aux migrants européens en estimant qu’il s’agissait d’une discrimination « indirecte » mais acceptable, afin de protéger les finances de l’État. Il s’agit là de l’un des sujets les plus sensibles de la campagne pour le référendum sur l’appartenance du pays à l’Union européenne.

Dans le système actuel en effet, les autorités britanniques vérifient d’abord si la personne réside bien légalement dans le pays avant de lui ouvrir le droit à ces allocations. Un procédé « discriminatoire » aux yeux de l’exécutif bruxellois, qui estime qu’il suffit d’y résider de manière habituelle pour pouvoir en bénéficier.

Le Royaume-Uni, invoquait lui l’arrêt Brey, et soutenait que « l’État d’accueil peut légitimement exiger que les prestations sociales ne soient octroyées qu’aux citoyens de l’Union qui remplissent les conditions pour disposer d’un droit de séjour sur son sol« . Ces conditions étant, pour l’essentiel, prévues dans une directive de l’Union.

Les juges ont tranché :  » La Cour rejette l’argument principal de la Commission selon lequel la législation britannique impose une condition supplémentaire à celle de la résidence habituelle, contenue dans le règlement« .

« Le Royaume-Uni peut exiger que les bénéficiaires des allocations familiales et du crédit d’impôt pour enfant disposent d’un droit de séjour dans cet État. Bien que cette condition soit considérée comme une discrimination indirecte, elle est justifiée par la nécessité de protéger les finances de l’État membre d’accueil « , a indiqué la Cour de justice de l’UE dans un communiqué.

Les aides sociales aux migrants d’origine européenne installés au Royaume-Uni sont l’un des sujets au centre de la campagne pour le référendum prévu le 23 juin sur le maintien ou non du pays dans l’Union européenne. L’approche restrictive de la Grande-Bretagne en la matière avait reçu l’aval des 27 autres Etats membres de l’UE à l’occasion de l’accord négocié en février dernier avec son Premier ministre David Cameron pour qu’il fasse campagne en faveur du maintien dans l’Union.

images

Cet accord va d’ailleurs bien plus loin. Il autorise Londres à actionner un « frein d’urgence » durant sept ans, avec la possibilité de l’étendre deux fois pendant trois ans ; un frein qui permet de couper dans les aides sociales aux non-Britanniques en cas « d’afflux de travailleurs d’autres Etats membres d’une magnitude exceptionnelle« , avec l’aval de Bruxelles et des autres pays de l’Union.

Intéressante perspective qui devrait amener immédiatement le gouvernement français à réclamer, sur le sujet des travailleurs venus des pays de l’Union, l’application de la clause de la nation la plus favorisée !

Et, bien sûr, d’y ajouter la suppression des aides sociales et autres allocations alléchantes pour tous les migrants extra-européens…

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Jubilé de la Supplique à Dieu pour le retour du Roi

Pèlerinage extraordinaire

maxresdefault

Chers amis et pauvres pèlerins du Roi,

Pour le 50ème pèlerinage mensuel de la Supplique de Pontmain, nous organisons en ce lieu un pèlerinage extraordinaire de deux jours, les vendredi 17 et samedi 18 juin 2016.

Pourquoi extraordinaire ?

Parce que ce Jubilé a lieu le 17 juin, le jour-même de l’anniversaire du message du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie (17 juin 1689), message destiné au fils aîné de son Cœur, le roi de France Louis XIV.
Cela fait maintenant plus de 4 années que nous organisons ce pèlerinage mensuel de la Supplique… Le premier eut lieu le 17 janvier 2012, mais le 2ème… eut lieu le 17 juin 2012 !

Aussi ces deux jours seront à la fois deux jours de prières et d’information/formation :

. Prière d’abord, tout spécialement le vendredi 17 juin avec la Supplique qui aura lieu comme à l’accoutumée de 14h00 à 17h00, d’abord dans la chapelle des Missions (au rez-de-chaussée du Bât. des Oblats, derrière le chœur de la basilique), puis en continuant sur le parvis, devant la statue de Notre-Dame, pour des prières publiques de supplication pour le salut de la France par le retour de son Roi, le roi du Ciel, comme l’a rappelé sans cesse Jeanne d’Arc.

Il est à remarquer que pour ce Jubilé, la Supplique du 17 juin tombera un vendredi, jour de la Passion et de l’ouverture du Cœur de Jésus.

. Information et formation ensuite, avec 3 conférences pendant ces deux jours sur un thème unique : Le Sacré-Cœur de Jésus et la France.

Vous tous, bonnes gens de bonne volonté, qui avez l’amour de votre pays chevillé au cœur et inquiets du salut de la France, venez sans tarder implorer « Notre-Dame de Pontmain, la Madone de la France en péril » (Cit. Mgr Richaud, Évêque de Laval – Lettre pastorale du 2 janvier 1940).
Je vous y attends !

Pour toute information et/ou inscription (chambres et repas), merci de contacter uniquement : François-Xavier PACHOT – dit Chouandecoeur (au 06 07 50 26 58 ou à chouandecoeur@orange.fr.

Vive Jésus, Christ et Roi de France, par Marie Reine !

François-Xavier PACHOT (dit Chouandecoeur)

 

Le 14 juin 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

3 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (14 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Cril17 juin 15, 2016 à 2:36 #

    merci.
    Voir la dernière version enrichie grâce à l’apport de la charte de Fontevrault

     » Vers un appel historique du 17 juin 2016, pour sortir du cauchemar et échapper au chaos et à l’abîme vers lesquels la France se précipite ? … »

    http://cril17.info/

  2. Cril17 juin 15, 2016 à 5:03 #

    Excusez-moi si j’abuse de votre hospitalité, actualité sur Internet oblige !

    Vers un appel historique du 17 juin 2016, pour sortir du cauchemar et échapper au chaos et à l’abîme vers lesquels la France se précipite ? … [ Addendum 16 h 30 ]

    http://cril17.info/

Trackbacks/Pingbacks

  1. Vers un appel du 17 juin 2016 ?… « cril17.info - juin 15, 2016

    […] Jubilé de la Supplique à Dieu pour le retour du Roi […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :