BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (30 juin 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

30 Juin

Pourquoi est-ce la fin programmée de l’Union européenne ?

Avant tout…parce que personne n’y croit ! Ensuite parce que personne n’avait réellement cru au départ du Royaume-Uni. Pas plus là bas qu’ici. Mais aussi parce que, contrairement à ce qu’on nous raconte, les principales conséquences du « Brexit » ne seront pas économiques ou financières, mais politiques.

europe-dechiree-24d2d

En Grande-Bretagne, le vote a déjà ouvert une crise politique dont ni les tenants ni les adversaires du « Brexit » n’avait mesuré l’importance potentielle (relance de l’indépendantisme écossais, débat sur le statut de l’Ulster, voire sur celui de Gibraltar). Quant à la City de Londres, elle va plus que jamais se recentrer sur son rôle de paradis fiscal. Sur le continent, où l’Union européenne reposait sur l’équilibre des trois plus grands pays (France, Allemagne, Royaume-Uni), l’Allemagne devient la seule grande puissance dominante – elle pèse désormais presque un tiers du PIB et 40 % de l’industrie du nouvel ensemble – ce qui ne va pas manquer de nourrir bien des inquiétudes voire des hostilités. Mais elle perd les bénéfices qu’elle tirait de son alliance de fait avec l’Angleterre, souvent au détriment des intérêts français.

Pourtant, c’est surtout l’effet domino, c’est-à-dire de contagion de la liberté, qui va se faire sentir. Le choix des Anglais montre qu’il peut y avoir une vie après l’Union européenne – et qu’on peut concevoir l’Europe autrement. Tous l’ont compris, même s’ils ne le disent qu’en cachette. Les Slovaques, qui vont prendre ces jours-ci la présidence de l’Union européenne, sont eux-mêmes des eurosceptiques. Les opinions défavorables à l’Union européenne l’emportent déjà sur les opinions favorables en France, en Espagne, en Islande et en Grèce. Dans d’autres pays, comme les Pays-Bas, le Danemark, la Finlande, le Portugal, la Hongrie, voire la Pologne, d’autres référendums ne sont pas à exclure. C’est précisément ce que nous souhaitions du départ des Britanniques.

Mais attention car la bête n’est pas encore morte et la résilience des institutions européennes, organisées pour confisquer et conserver le pouvoir au seul service du mondialisme et du cosmopolitisme contre les peuples…est grande.

En théorie, le départ des Anglais pourrait permettre de relancer la construction européenne sur de meilleures bases. Mais en pratique, cela ne se produira pas. Pour « refonder l’Europe », comme François Hollande n’hésite pas à le dire, il faudrait commencer par prendre la pleine mesure de ce qui s’est passé, c’est-à-dire comprendre ce que les citoyens ne veulent plus. Mais c’est l’inverse qui se passe, puisqu’on s’entête jour après jour à expliquer que ceux qui renâclent sont des ignorants, des ringards, des xénophobes, des vieux, etc., et que pour leur faire accepter la potion il va suffire de doubler la dose de cette amère potion. La République ne fonctionne pas ? Il faut plus de République. Le communisme a échoué ? Il faut plus de communisme…

ob_36d66e_europe-migrants

La seule leçon que les despotes de l’Union européenne tireront de ce scrutin est qu’il faut décidément tout faire pour empêcher les peuples de s’exprimer. La folie consiste à refaire toujours la même chose en espérant chaque fois obtenir des résultats différents. Mais les mêmes causes produisant les mêmes effets, on va continuer à mettre de l’huile sur un feu qui finira par tout embraser.

Et c’est tant mieux car il nous rendra libres.

 

En voici d’ailleurs un nouvelle preuve

L’Assemblée Nationale française a transposé le 9 juin 2016, la directive européenne « BRRD » ( Bank Recovery and Resolution Directive – en novlangue dans le texte -). Rappelons que cette directive « BRRD », permet, lorsqu’une banque fait faillite, de solliciter les actionnaires (rien de plus normal), ensuite les détenteurs d’obligations émises par la banque (normal également) et, si cela ne suffit pas – voici l’innovation déterminante de cette directive – de ponctionner les comptes des clients, ce qui n’est rien d’autre qu’un vol légal, une remise en cause du droit de propriété, un véritable scandale. Normalement seuls les comptes de plus de 100 000 euros peuvent servir au renflouement, mais cette garantie s’avère illusoire et tous les épargnants seront évidemment touchés.

Mais, cerise sur le gâteau, nos députés ont élargi cette directive aux assurances.

La conséquence est simple : en cas de défaut d’une société d’assurances, tous les détenteurs d’une assurance-vie pourront voir le versement de leur prime suspendu pour une durée indéterminée et ne pourront pas sortir de leur contrat pour récupérer leur mise.

ob_75322e_faillite-banques-directive-brrd

Les Français doivent savoir que, sous la pression de Bruxelles, tous les mécanismes permettant aux banques et aux sociétés d’assurances de se renflouer sur les comptes des particuliers sont maintenant mis en place en cas de risque «systémique». En d’autres termes, ce ne seront pas les responsables des malversations ou autres stupidités de gestion qui paieront mais leurs victimes !

Il est donc urgent de retrouver notre souveraineté budgétaire et monétaire afin de mettre un terme à cette politique, conduite par les gouvernements de fausse droite comme de vraie gauche, qui, sous les diktats de l’Union Européenne, conduira à la ruine des Français.

 

Et ça ne s’arrange pas en Corse

Corsica-Shield-2_375in

Dans un article déjà ancien nous pointions du doigt les caractéristiques mafieuses de la Corse (Lire https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/10/29/le-billet-dhumeur-du-sieur-du-plessis-kalliste-ou-le-cadeau-empoisonne-de-louis-xv/). Depuis, rien ne s’est arrangé bien au contraire tant l’Etat est aux abonnés absents. Nous en voulons pour preuve le dernier rapport sur  » le crime organisé corse  » pour l’année 2015 et le début 2016 du service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique sur la criminalité organisée (Sirasco) de la police judiciaire. Il indique que le silence des armes que l’on observe actuellement signifie surtout que la  » recomposition du paysage criminel s’est stabilisée à mesure que les protagonistes sont décédés ou ont été incarcérés « .

Mais ce rapport confidentiel révèle que la chute du nombre d’assassinats, de quinze en 2013 à quatre en 2015, a aussi permis à la justice de libérer des moyens pour travailler sur un thème encore tabou : la pression mafieuse sur la démocratie et l’économie locales. Et, là…attachez vos ceintures !

Il est rare qu’un service spécialisé de l’Etat le formule avec autant de certitude, mais, pour le Sirasco,  » la pénétration du grand banditisme dans la politique locale s’explique par les importants enjeux économiques liés à la commande publique et à la gestion du domaine foncier public « . Cette nouvelle orientation est illustrée par les suites données à l’enquête sur l’assassinat du directeur général des services du département de Haute-Corse Jean Leccia, le 23 mars 2014, un soir d’élection municipale. Au point mort sur les causes de l’exécution de ce haut fonctionnaire territorial reconnu, sans lien avec le monde criminel, l’enquête a pourtant donné lieu, en 2015, à l’ouverture d’un véritable front judiciaire sur les dérives du monde politique local incarné par le député (apparenté PRG) Paul Giacobbi qui fut, jusqu’à la fin 2015, le patron politique et économique de l’île.

Sept nouvelles enquêtes ont été confiées, en 2015, au pôle économique et financier (PEF) de Bastia grâce aux éléments découverts dans le seul dossier de l’assassinat de M. Leccia. Parmi ces affaires, des soupçons sur des marchés publics – notamment l’entretien et l’aménagement du réseau routier de la Haute-Corse –, sur des emplois fictifs, sur des détournements de fonds publics et des faits de corruption. Dans l’ensemble de ces dossiers financiers, se félicite le Sirasco,  » le recours aux techniques d’investigations habituellement utilisées contre le grand banditisme se révèle souvent pertinent et efficace « .

La fonction publique territoriale insulaire emploie un tiers de la population active corse,  » conférant aux élus locaux, dit le rapport, non seulement la fonction d’employeur mais également un rôle de prospecteur d’aides publiques en provenance de l’Etat et des institutions européennes, ainsi que le pouvoir de répartir des fonds publics, d’octroyer des subventions, d’attribuer des marchés publics, de délimiter des zones constructibles et de délivrer des permis de construire « .

La manne est importante. A elle seule, la dernière tranche du plan exceptionnel d’investissements (PEI) mis en place par l’Etat pour aider l’île à rattraper son retard en matière d’infrastructures, d’équipements et de services collectifs est de 537 millions d’euros pour une enveloppe totale de 2 milliards d’euros. Les dernières opérations retenues devront être programmées avant la fin 2016 et débuter avant le 31 décembre 2018.  » La concurrence entre les entreprises susceptibles de bénéficier de ces aides publiques est appelée à s’intensifier « , dit le Sirasco. Entendez que quelques éliminations de gêneurs ne vont pas manquer d’intervenir…

Dans ce contexte d’économie sous perfusion, les élus  » sont des partenaires et/ou des cibles précieuses pour les groupes criminels qui peuvent tenter en amont d’infiltrer ce milieu politique en faisant élire des membres de leur famille ou de leur clan et, en aval, chercher à – le – corrompre ou à – l’ – intimider pour favoriser leurs intérêts « . Et d’ajouter que  » la fonction d’élu local, en Corse, permet souvent de faire le lien entre le monde légal et illégal « . Et, là, tout est dit. Trois parties du territoire sont particulièrement ciblées, selon le Sirasco :  » la Plaine orientale et son fort développement immobilier « ,  » la microrégion de la Balagne pour le développement très dynamique du tourisme  » et  » l’extrême sud de la Corse qui a fait de la déclaration de constructibilité des terrains un enjeu économique majeur « .

Ce service pointe également l’existence d’une  » prédation criminelle sur la réserve foncière corse « . La politique de décentralisation a en effet rendu l’exploitation du domaine foncier très rentable. Malgré l’adoption d’un plan d’aménagement et de développement durable de la Corse (Padduc), les 360 maires sont  » souvent, dit le Sirasco, prescripteurs en matière de développement économique, ce qui explique la corruption de certains d’entre eux et les pressions dont d’autres sont victimes. (…) Le domaine foncier cristallise les rivalités entre les clans criminels et est à l’origine des pressions qu’ils exercent sur les élus locaux « .

La commune de Sarrola, par exemple, située en périphérie d’Ajaccio, fait aujourd’hui l’objet d’un développement périurbain et commercial sans précédent, notamment sous la houlette de Patrick Rocca, le très entreprenant acquéreur de la compagnie maritime SNCM, devenue Corsica Linea. La population va passer de 2 000 à 6 000 personnes d’ici à 2018.  » Pour autant, souligne le Sirasco, les établissements et équipements publics n’ont pas été prévus, démonstration sans doute que le maire de cette commune n’a peut-être pas été totalement maître des décisions qu’il a pourtant été amené à valider.  »

justice-aveugle-et-sourde-en-corse-magc3a0-ettori-blog

Le rapport s’intéresse également à  » l’infiltration des instances décisionnelles par les clans criminels « . Pour s’accaparer la richesse foncière ou le droit de construire, le crime organisé s’intéresse ainsi de près, d’après le Sirasco, au conseil scientifique régional du patrimoine naturel, dont les avis peuvent lever des interdictions de construire et à la société d’aménagement foncier et d’établissement rural de Corse, qui autorise les accroissements des exploitations. Ces clans utiliseraient également  » des prête-noms comme pour le domaine de Murtoli, entre Sartène et Bonifacio, où se louent, sur 2 000 hectares, d’anciennes bergeries luxueusement réaménagées  » ou pour  » des projets immobiliers, en Balagne – qui – ont récemment fait l’objet d’investigations « .

Enfin, pour mener à bien leurs opérations lucratives, ces  » clans criminels s’appuient sur des professions réglementées, comme les notaires « . Le Sirasco précise que «  le faible nombre de dénonciations de projets immobiliers frauduleux ou suspects reçues par l’organisme antiblanchiment Tracfin peut être un indice des pressions qui pèsent sur ces professionnels « . Cela s’appelle toujours…l’omerta.

En Corse, cela fait des siècles que «  plus ça change et moins ça change « .

 

Radio Courtoisie : Post scriptum

Communiqué de la communauté des producteurs d’émissions

Dans son Libre Journal du lundi 27 juin au soir, Henry de Lesquen, président de Radio Courtoisie, a évoqué le « remue ménage » mené par « des félons » dans le but de « détruire la radio » mais a conclu que « tout allait bien »…

La communauté des producteurs de Radio Courtoisie, ceux qui ont déjà été “sanctionnés” et ceux qui sont en voie de l’être, tient à répondre aux propos de Henry de Lesquen et à son mépris pour cette équipe d’une fidélité à toute épreuve, attachée aux auditeurs par une amitié si ancienne.

Forte d’une quarantaine de patrons ou suppléants d’émissions, notre communauté produit des programmes radiophoniques, pour certains de ses membres depuis la création de la radio, chaque semaine, bénévolement, pour défendre et illustrer l’identité et la culture françaises.

Par respect pour l’esprit de notre radio et la liberté de penser de nos auditeurs, aucun de nous n’a utilisé la radio pour servir ses campagnes électorales : deux municipales à Versailles ou présidentielle aujourd’hui pour Henry de Lesquen.

Nous exigeons donc de nouveau que Henry de Lesquen abandonne immédiatement sa fonction de président de Radio Courtoisie qui n’est pas compatible avec sa candidature personnelle à l’élection présidentielle, et qu’il supprime toute référence à Radio Courtoisie ou liens vers elle, sur son site et ses différents comptes ou pages des réseaux sociaux, de telle sorte que ses propos personnels inadmissibles n’impliquent ni notre radio ni les membres de notre communauté.

Nous redisons la profonde indignation que nous inspire la diffusion à répétition par Henry de Lesquen de propos du regretté Serge de Beketch, propos que Henry de Lesquen utilise à ses fins personnelles de pouvoir au sein de la radio, sans en avoir obtenu l’autorisation des ayants droit de notre ami disparu.

Paris, le 28 juin 2016.

Sans commentaire.*

* Sauf à vous conseiller la relecture du Billet d’humeur du sieur Du Plessis d’hier : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/06/29/billet-dhumeur-du-sieur-du-plessis-le-crime-du-boulevard-murat-ainsi-que-agatha-christie-aurait-pu-nommer-cette-triste-affaire/

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

tb.php

Parution du Lien légitimiste n° 69

Sommaire:

— Un peuple corrompu… par Gérard de Villèle, CJA.
— Idéologie ou historiographie. L’évolution de l’image politique de Jeanne d’Arc depuis le XVe siècle par Olivier Bouzy.
— Mélanges. De quelques livres reçus…
— Louis XVI et Marie-Antoinette. Un couple en politique, par Claudine Wolikow.
— Économie et royauté [4] Une économie empirique au service de l’homme heureux par Gabriel Privat.
— Les libres propos de Catoneo : La mémoire d’un ordre naturel.
— Invasion migratoire. Ce que dit vraiment le Pape… et l’Église par Frédéric Rouvillois.
— Note de lecture [12] de Philippe de Lacvivier : Le Vicaire du Christ, secours du chrétien.

Demandez un exemplaire au format pdf !

Il vous sera envoyé par retour de courriel.

Une_69mini

Une en format PDF

LE LIEN LEGITIMISTE

Bimestriel : six numéros par an. 20 pages

Abonnement papier : 30 euros

Abonnement électronique (fichier pdf envoyé par courriel) : 10 euros

Abonnement couplé : 35 euros

Adresse postale : 2, Le Petit-Prix, 37240 La Chapelle-Blanche-Saint-Martin

Tél. 02 47 59 68 76

Courriel : gerard@villele.com

 

Le 30 juin 2016.
Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :