Des oraux de rattrapage du bac reportés pour cause de Ramadan ?

4 Juil

Pour concilier l’Aïd-el-Fitr, qui marque la fin du ramadan, et le début des oraux de rattrapage du bac, l’administration propose de reporter au lendemain les épreuves pour les élèves concernés. Pour beaucoup, c’est une atteinte à la laïcité.

Faut-il aménager les épreuves du bac en fonction des pratiques religieuses des uns et des autres? La Maison des examens qui gère l’organisation des épreuves du baccalauréat  en Ile-de-France, a pris une initiative dénoncée par certains comme un excès de zèle, voire une manière de provoquer la polémique avant qu’elle n’advienne.

Comme la fin du ramadan, la grande fête de l’ Aïd-el-Fitr risque de tomber (la date est fluctue d’un jour à l’autre) pendant le début des oraux de rattrapage du bac, l’administration offre aux élèves concernés la possibilité de remettre au lendemain leur examen. C’est peu dire que cette note adressée le 30 juin aux proviseurs des lycées des académies de Paris, Versailles et Créteil, est contestée dans son principe.

« On anticipe une revendication qui n’a pas encore été formulée: l’administration fabrique elle-même le problème, on marche sur la tête! », fustige dans Le Figaro Charles Arambourou, responsable laïcité de l’Union des familles laïques (Ufal).

Pour les défenseurs de la laïcité, le zèle montré par Vincent Goudet, directeur de la Maison des examens, outre qu’elle fait entrer la religion dans le calendrier du bac, elle est aussi discriminatoire.

Une note qui promet de semer « une belle pagaille »

Une impossibilité pratique se profile à l’horizon. « Ce genre de note peut créer une belle pagaille« , juge Philippe Tournier, proviseur du lycée parisien et secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale (Snpden). Dans les colonnes du  Parisien  il juge « inconcevable » de faire le tour des effectifs pour demander qui fait l’Aïd.

En dehors de ce risque d’improvisation dans l’organisation même des épreuves, un problème de discrimination se pose. Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, « l’administration n’a pas à anticiper les éventuelles demandes, pour la bonne raison que cette démarche revient à assigner les élèves à leurs pratiques religieuses« . Surtout, s’il admet que les autorisations d’absence peuvent être accordées le cas échéant, elles « ne sont pas données de droit mais seulement à titre exceptionnel« . Autrement dit, les défenseurs de la laïcité voient ici le risque d’un dangereux précédent.

http://www.bfmtv.com/societe/des-oraux-de-rattrapage-du-bac-reportes-pour-cause-de-ramadan-1000662.html

Bravo et merci Najat Belkacem !

Ministre de l’éducation dite « nationale » de la République dite « française« 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :