BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (18 juillet 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

18 Juil

 

Quand Le Monde retrouve la mémoire

et prend conscience que le 14 juillet a toujours été le début de la Terreur !

QUO_208_coupee

La Une du Monde daté du 17 juillet

Tout espoir n’est donc pas perdu…

 

Encore que !

Ce qui vient d’arriver à la petite commune de La Bouille (à peine plus de 700 habitants), en Seine-Maritime, située dans une jolie boucle de la Seine et réputée pour ses restaurants gastronomiques mais hélas à seulement quelques kilomètres de Grand-Couronne et donc de la vilaine banlieue de Rouen, laisse pantois.

560px-La_bouille_village

La Bouille et son église Sainte-Madeleine au bord de la Seine

Dans la nuit de samedi 16 à dimanche 17 juillet, SEIZE VÉHICULES (pas moins) ont été détruits par les flammes de plusieurs incendies volontaires, en plusieurs lieux du même village…

LaBouille1-630x0

Véhicule en flamme à La Bouille

Et pourtant, nul quartier malfamé ou autre cité interdite à La Bouille. Seule la proximité géographique de l’agglomération rouennaise où il en va tout autrement laisse entrevoir des pistes. Et, ce, d’autant que quelques jours auparavant une association locale avait réuni plus de 300 Bouillais (les habitant du lieu) pour une magnifique soirée dite… »Cochon grillé » (et vin rouge) !

Blason_ville_fr_La_Bouille_(Seine-Maritime).svg

La Bouille

Les chemins d’Allah sont décidément sans surprise…

 

Ceux des adorateurs du veau d’or non plus

Les résultats d’une enquête d’opinion (le doute commence peut-être à s’installer dans votre esprit), diligentée par la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation européenne d’études progressistes et réalisée par l’IFOP (le doute s’installe à coup sûr) et portant sur…la vision des peuples européens du « Brexit » (alors, là, le doute n’est plus permis : ça sent la manip à plein nez !) viennent d’être publiés.

GoldCalf

Nicolas Poussin, L’adoration du veau d’or

D’après cette enquête et comme on pouvait s’y attendre, le regard porté sur le vote des Britanniques le 23 juin est très sévère. Les personnes sondées espèrent une réaction de Bruxelles à la hauteur de l’audace des sujets de Sa Gracieuse Majesté et qui passe par une concentration autour des pays de la zone euro et un net refus d’un nouvel élargissement, à l’égard de la Turquie comme de l’Ukraine.

On apprend ainsi que les six pays de l’étude* (soigneusement sélectionnés pour être en majorité des « eurobéats« ) considèrent que  » c’est plutôt une bonne chose  » d’appartenir à l’UE : cela va de 59 % en Italie à 89 % en Pologne. Le sondage IFOP montre une nette progression du sentiment européen depuis la décision britannique. En France (67 %) comme en Allemagne (81 %), la progression est de près de 20 points par rapport à 2014.

Les principaux pays européens – à l’exception de l’Italie – n’adhèrent pas à une vision pessimiste de l’après-Brexit. Ils sont 54 % en Allemagne, 47 % en Espagne, 44 % en Pologne, 41 % en Belgique, 37 % en France et 36 % en Italie à considérer que  » l’UE va repartir sur de nouvelles bases et sortira renforcée de cette crise « . A contrario, 41 % des Italiens estiment que le départ d’autres pays va provoquer la disparition de l’UE, ce qui est le cas de 32 % des Français et de seulement 19 % des Allemands. Laissons-leur un peu de temps pour lire le blogue du CER et prendre la mesure de ce qui les attend !

De qui viendra la relance de l’UE ? Les Européens ont peu confiance en leurs dirigeants pour cela (le réalisme commence à percer). C’est le cas de moins de 30 % d’entre eux en Espagne, en France et en Italie. Ils préfèrent que les autres dirigeants européens et les responsables des institutions européennes (Jean-Claude Juncker, Donald Tusk, Martin Schulz)  » engage – nt – une nouvelle relance de la construction européenne « . Et, là, viendra leur plus grande déception. Une seule exception : les Allemands considèrent que leurs dirigeants sont les mieux à même de résoudre la crise. Ils sont 62 % au pays d’Angela Merkel et seulement 29 % chez François Hollande.

L’ IFOP nous dit que les Européens attendent une initiative des six pays fondateurs(Allemagne, Benelux, France et Italie) pour «  créer autour de la zone euro une Europe plus intégrée politiquement et économiquement « . Près d’un tiers des Polonais et des Espagnols n’y sont pas favorables, mais la très grande majorité de leurs compatriotes en sont partisans : jusqu’à 70 % en Pologne, qui ne fait pourtant pas partie de la zone euro…Ce qui laisse envisager que, vraiment, personne n’a rien compris à rien !

Le renforcement des institutions est largement plébiscité, qu’il s’agisse de la création d’un poste de ministre européen des finances ou de l’élection d’un président de l’UE au suffrage universel. Les Allemands (qui l’ont déjà en la personne de Wolfgang Schäuble) sont les moins favorables au ministre européen des finances. Après les soubresauts de la crise grecque en 2015, leur désir d’un tel ministère a baissé de six points en deux ans (de 64 % à 58 %). Ils sont également opposés – comme les Espagnols – à la création d’une armée européenne, souhaitée par les Polonais, les Italiens, les Belges et les Français. Un peu de diversité dans les opinions ne nuit pas à la crédibilité d’une enquête manifestement télécommandée.

La baisse de la livre après le référendum britannique permet de trouver des vertus à un euro malmené et mal aimé depuis la crise des dettes souveraines européennes. Plus des deux tiers des personnes interrogées ne veulent pas d’un retour à une monnaie nationale, à l’exception de l’Italie, où la majorité n’est que de 57 %. En Allemagne, 44 % des sondés souhaitaient un retour au mark en 2014, ils ne sont plus que 33 % désormais. Cela est frappant dans la génération la plus active des 35-49 ans, qui était à 51 % favorable à un retour au mark en 2014. Ils sont 35 % aujourd’hui. La nostalgie de la monnaie nationale a baissé de neuf points en France, de sept points en Belgique et de trois en Espagne nous dit-on. En ajoutant, pour faire bonne mesure, que le rejet de l’euro a progressé seulement en Italie, de sept points en deux ans.

Dans les six pays sondés, le rejet de tout nouvel élargissement de l’UE est massif, ce qui arrange leurs dirigeants qui ne savent pas comment se sortir de leur imprudente vision d’une Europe sans limite. La Turquie concentre les crispations avec, en France et en Allemagne, quasiment neuf personnes sur dix opposées aux discussions avec Ankara, qui viennent pourtant d’être relancées, en raison des accords avec la Turquie dans la crise des réfugiés. Les Européens interrogés sont également plutôt contre une adhésion de l’Ukraine ou de l’un des pays des Balkans. En France et en Allemagne, moins d’un tiers de la population est favorable à une entrée de l’Ukraine. Les Européens préfèrent envisager des partenariats économiques avec l’Ukraine et les Balkans. Les réticences à l’égard de la Turquie restent fortes en France, en Allemagne, en Belgique et en Italie, 42 % à 44 % seulement des habitants sont favorables à une relation économique privilégiée. La Pologne (56 %) et l’Espagne (59 %) entretiennent moins de défiance vis-à-vis d’échanges avec Ankara.

Les Européens interrogés sont globalement assez sévères avec les Britanniques. Ils jugent pour la plupart que le Brexit va  » affaiblir l’économie  » du Royaume-Uni (il est vrai que c’est ce qu’ils entendent de leurs médias depuis le début de la campagne référendaire au Royaume-Uni. Ce formatage des esprits se heurtera sous peu à la réalité des faits économiques). Les Allemands sont beaucoup plus pessimistes (69 %) que les Français (55 %). Alors que plusieurs dirigeants européens ont pressé le nouveau gouvernement britannique d’accélérer le processus de sortie de l’UE, les personnes sondées en Allemagne, en France et en Espagne demandent de l’intransigeance vis-à-vis de Londres. Une majorité estime que le Royaume-Uni ne doit bénéficier d’aucun statut spécifique dans les domaines économiques et commerciaux à l’issue du Brexit ; 47 % des Italiens et des Belges sont également sur cette ligne. Mais la Pologne est la plus tolérante envers le Royaume-Uni – où 800 000 Polonais travaillent – (charité bien ordonnée…), avec 52 % des sondés qui considèrent que l’UE doit se montrer assez conciliante en maintenant des accords économiques et commerciaux préférentiels avec Londres.

Bref, rien de nouveau sous le soleil et surtout dans les colonnes de chiffres des instituts officiels de sondage. Faut-il rappeler une fois de plus que « la statistique est la forme la plus élaborée du mensonge » (Gladstone) ?

Echantillon de 6026 personnes, dont 1004 français, 1000 allemands, 1002 italiens, 1001 espagnols, 1007 belges et 1012 polonais représentatifs de la population nationale âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI – Computer Assisted Web Interviewing) du 28 juin au 6 juillet 2016.

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Le 23 juillet 2016 à partir de 18h30, une vingtaine de montgolfières prendront leur envol depuis la pelouse du château de Brissac, en Anjou.

Unknown

 

En attendant ce bel évènement, découvrez (si vous ne la connaissez pas encore) la belle et majestueuse demeure du duc de Brissac : https://www.facebook.com/chateau.brissac/videos/991131067612074/

Armoiries_cossé_brissac

De Cossé, duc de Brissac : De sable à trois fasces d’or, dentelées par le bas

Le 18 juillet 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :