BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (29 juillet 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

29 Juil

 

Voici pourquoi l’Islam et son terrorisme ont toute chance de gagner dans la  France républicaine

À l’inverse, pour nous royalistes, « Le roi de France est empereur dans son royaume, car il ne se reconnaît pas de supérieur en matière temporelle » (Jean de Blanot)

 

Les médias veulent nous refaire le coup de  » l’anonymisation  » des crimes islamistes

Il ont, pendant longtemps, tout fait pour cacher dans leurs articles et autres commentaires les identités des voyous comme des criminels issus de l’immigration. Certains tentent d’ailleurs de poursuivre cette action de désinformation en pensant tromper nos concitoyens sur les réalités de notre sociétés et limiter ainsi le développement de mouvements politiques critiques comme le Front national.

Le développement rapide et intense du terrorisme islamique dans notre pays et ses conséquences sur l’opinion publique réveille les vieux démons de la dissimulation, à la fois au sein des pouvoirs publics et de leurs complices des médias officiels. Ces derniers prétendent, depuis quelques temps, que la publication d’images des terroriste comme de leur identité présente  » un risque de glorifier les djihadistes ou de participer à la terreur que ceux-ci recherchent. « 

Et déjà, mercredi 27 juillet, Le Monde, BFM-TV, Europe 1 et France Médias Monde (RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya) ont annoncé qu’ils ne publieraient plus de portraits des auteurs d’attentats.

 » Depuis l’apparition du terrorisme de l’organisation Etat islamique – EI – , Le Monde a plusieurs fois fait évoluer ses usages, a écrit Jérôme Fenoglio, le directeur du quotidien. A la suite de l’attentat de Nice, nous ne publierons plus de photographies des auteurs de tueries, pour éviter d’éventuels effets de glorification posthume.  »

 » Nous voulons éviter de mettre les terroristes au même niveau que les victimes, dont nous diffusons des photos « , a expliqué Hervé Béroud, directeur de la rédaction de BFM-TV. La chaîne d’information en continu a ainsi renoncé à passer un cliché d’Adel Kermiche, pour ne pas  » véhiculer l’image du jeune beau gosse souriant montré sur la photo, alors qu’il vient d’égorger quelqu’un « . Soit, le motif est honorable. Mais quid des identités de ces racailles, encore considérées par beaucoup comme autant de  » Chances pour la France  » ?

Pour le moment, il semble que ni Le Monde ni BFM-TV ne veulent cesser de donner les noms des auteurs d’attentats. M. Béroud note que le procureur de la République de Paris, François Molins, a donné, mardi soir, le nom d’Adel Kermiche. Et estime que les patronymes sont un  » élément d’information « , au même titre que les parcours des terroristes. Ce que nous approuvons totalement.

Europe 1, elle, se « distingue » en choisissant de ne plus nommer les djihadistes. N’est-ce pas renoncer à une information ?  » Non, si on ne s’interdit rien sur le portrait de la personne : d’où vient-elle, quel est son rapport à la religion ? « , prétend Nicolas Escoulan, directeur de la rédaction. A France Médias Monde, les antennes seront  » extrêmement parcimonieuses  » dans la diffusion des noms, selon son communiqué.

Ces choix sont loin de faire l’unanimité.  » Tout est affaire de mesure, de prudence et de bon sens « , a jugé dans Le Figaro Alexis Brézet, directeur des rédactions  » Il nous faut résister à cette course à l’autocensure et aux grandes déclarations d’intention « , a, pour sa part, déclaré Michel Field, le directeur de l’information de France Télévisions, dans un e-mail aux salariés, redoutant des  » effets pervers « .

 » Si on cache les photos ou les identités des auteurs d’attentat, c’est leur ouvrir encore plus la porte « , regrette Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste du djihadisme. Penser que les terroristes agissent pour avoir leur photo dans les médias,  » c’est trop se concentrer sur leur profil psychologique « , avance-t-il, avant d’ajouter : « Les djihadistes commettent, avant tout, des actes politiques au nom d’une organisation, l’Etat islamique.  »

David Thomson, journaliste à RFI et connaisseur du djihadisme, a également émis des réserves :  » Le processus d’héroïsation se fait lui aussi au sein de la “djihadosphère”. (…) Certes, les médias de masse amplifient ce phénomène, mais l’essentiel ne se joue pas là « , a-t-il exposé à Libération, notant au passage que les djihadistes apprécient particulièrement les photos montrant la  » faiblesse  » du pouvoir dans les pays occidentaux, comme celle de policiers en pleurs.

Hervé Béroud, de BFM-TV, entend la critique mais répond : «  Je ne pense pas que ne pas diffuser les photos des djihadistes va les empêcher d’agir ! Ce serait trop simple… Notre choix est destiné à nos téléspectateurs.  »

L’idée d' » anonymiser  » les terroristes a émergé plus récemment.  » Pourquoi pas un pacte par lequel tous les médias s’engagent à ne mentionner les tueurs que par des initiales, à ne pas publier leurs photos, à ne pas donner de détails biographiques qui permettent de les identifier ? « , a même demandé le psychanalyste Fethi Benslama dans Le Monde.

Ces polémiques s’accompagnent ces derniers temps d’une question plus vaste : en couvrant de façon extensive les attentats et l’émotion qu’ils suscitent, les entreprises de presse, de radio et de télévision favorisent-elles la diffusion d’un sentiment de terreur ?  » Les médias sont l’oxygène du terrorisme « , a ainsi assuré le juge antiterroriste David Benichou sur France Inter le 25 juillet. Ce qui n’est pas faux.

 » Que faut-il faire, ne plus en parler, banaliser ? C’est un gros danger « , estime M. Béroud.  » C’est la poule et l’œuf « , juge Johan Hufnagel, directeur des éditions de Libération. Ce dernier remarque que les pays ayant des médias faibles ou contrôlés ne sont pas épargnés par le djihadisme. Ou que le public critique les chaînes de télévision si celles-ci tardent à lancer leur couverture en direct d’un attentat. Mais qui ose avouer que c’est à cause de la dictature de l’image ? C’est un peu comme ces embouteillages qui ont lieu sur une voie autoroutière parce que les automobilistes ne veulent rien rater de l’accident qui a eu lieu sur l’autre voie !

Mais on leur a tant fait croire que l’émotion prime la réflexion…

 

La Commission européenne a pris peur

Peur que des sanctions financières à l’encontre de l’Espagne et du Portugal ne déclenche non seulement la colère de ces deux pays mais favorise aussi les velléités de sortie de l’Union de quelques autres…C’est le risque que nous évoquions dans un article précédent (Lire « Et pendant ce temps-là, l’Union européenne punit les pays méritants » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/20/bulletin-climatique-quotidien-20-juillet-2016-de-la-republique-francaise/).

 » Brexit  » oblige. Devant le risque de donner des arguments aux forces politiques qui honnissent l’Union européenne, la Commission a finalement proposé, mercredi, d’annuler les sanctions financières envisagées à l’encontre de l’Espagne et du Portugal, prenant à contre-courant les ultimes rumeurs dans les couloirs de l’institution – et décevant les tenants de la rigueur financière, l’Allemagne en tête.

Au terme d’une réunion du collège des commissaires focalisée largement sur cet épineux sujet, l’exécutif européen a annoncé qu’il allait proposer au Conseil (les Etats-membres) de ramener à zéro les amendes infligées à ces deux Etats coupables de n’avoir pas pris les mesures nécessaires pour ramener leurs déficits budgétaires dans les clous du Pacte de stabilité et de croissance.

En l’occurrence, c’est bien une discussion strictement politique qui s’était déroulée, mercredi matin à la Commission.  A en croire des sources internes à la Commission, ils n’auraient été qu’une « poignée » parmi 28 à s’opposer à ce geste, à mettre en avant l’ampleur des dérapages des deux pays – des déficits situés respectivement à 5,1% et 4,4% pour Madrid et Lisbonne en 2015 – et à s’inquiéter du signal laxiste que risquent d’envoyer les Européens. Le discours dominant, relayé par le vice-président de la Commission, Vladis Dombrovskis, à la fin de la réunion, a surtout été de mettre en avant les efforts budgétaires et les réformes structurelles menées par ces deux pays au cours des dernières années, qui font face, malgré tout, à une équation sociale complexe, avec un chômage très élevé, surtout chez les jeunes.

Pour ne pas trop prêter le flanc à la critique des tenants de la rigueur, Bruxelles avance toutefois le fait que les règles européennes permettent désormais cette flexibilité. De fait, l’annulation des amendes est la conséquence de mesures correctrices proposées, entre temps, par les Etats (une hausse de la fiscalité en Espagne et un gel de dépenses au Portugal). Ce qui prouve que l’arme de destruction massive qu’auraient constitué les amendes a conservé une fonction de dissuasion. Et la question d’éventuelles sanctions concernant l’attribution des fonds structurels européens dans les deux pays reste posée pour cet automne. Tous deux sont désormais mis en demeure de ramener leur déficit sous les 3% du PIB, en 2016 pour le Portugal, et en 2018 pour l’Espagne.

En prenant cette décision, la Commission prouve qu’elle a compris qu’elle ne pouvait pas appliquer bêtement les règles d’un pacte stupide, imposé par l’Allemagne. Pour Grégory Claeys, économiste chez Bruegel et auteur d’une récente analyse sur le cadre budgétaire européen, il faudra un jour repenser ces dispotitions afin qu’elles incitent surtout à éviter les dérapages en période de croissance. « La pratique actuelle défie ce qu’on a appris en économie depuis des décennies », tranche-t-il.

On s’en doutait. Dommage que Wolfgang Schäuble, ministre des finances d’Allemagne, reste prisonnier de ses vieilles compétences.

 

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

va_ecouen_fb2

Le château d’Ecouen, musée de la Renaissance expose

Du 15 juin 2016 au 30 janvier 2017

« De laine et de soie : la tapisserie aux XVIème et XVIIème siècles« 

En cette année où la France remet la tapisserie à l’honneur (Voir notre article consacré à l’inauguration de la Cité de la tapisserie d’Aubusson et à l’exposition des Gobelins : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/04/bulletin-climatique-quotidien-4-juillet-2016-de-la-republique-francaise/), vous ne pouvez vous dispenser d’une visite au château d’Ecouen.

o_tapisserie_tete_de_christ

La collection de tissus du musée national de la Renaissance comporte des pièces allant du début du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle. Elle est composée de vêtements et d’ornements liturgiques, d’accessoires de costume civils, de fragments d’étoffes, de dentelles et de tapisseries.

ojupiteretlatone

Pour des raisons de conservation, cette collection ne peut donc pas être présentée en permanence au public ainsi, dès l’ouverture de la salle en 1990, elle est présentée par roulement. Après un accrochage consacré au textile d’ameublement et à sa place primordiale dans le décor intérieur (2014), et un accrochage dédié au costume (De la tête aux pieds, 2015), le musée national de la Renaissance propose une présentation autour de la tapisserie du 15 juin 2016 au 30 janvier 2017.

t_tapisserie_de_la_tenture_des_fructus_belli_le_diner_du_general

Plus qu’aucun autre art, la tapisserie est à la Renaissance, l’expression de la richesse et du pouvoir. Élément de confort, elle protège contre le froid et les courants d’air, orne les murs des résidences, mais elle est aussi un vecteur d’apparat.

5eme_piece_-_adultere_de_david_et_bethsabee_david_recoit_urie_et_lenvoie_a_la_mort_par_un_ordre_secret_urie_prend_conge_de_sa_femme_et_meurt_sous_les_murs_de_rabba

Le 29 juillet 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :