BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (24 août 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

24 Août

Tôt ou tard, l’Espagne sera poussée hors de ses enclaves du Maroc

Ceuta-et-Melilla.-Villes-espagnoles-ou-dernieres-colonies-en-Afrique-par-Yves-Zurlo

Ceuta (18 km2) et Melilla (12 km2) sont les deux dernières survivances de l’Espagne coloniale sur le continent africain, fichés dans le nord du Maroc, cernés par la Méditerranée d’un côté, les barbelés de la frontière de l’autre. Elles durent longtemps subir les assauts répétés des hordes de migrants sub-sahariens cherchant à pénétrer en Europe par ces enclaves du royaume d’Espagne mais aujourd’hui, depuis la construction de très efficaces barrières anti-migrants et  l’étroite coopération sécuritaire entre l’Espagne et le Maroc, ces assauts sont pratiquement taris. Le lieutenant-colonel Ambrosio Martin-Villasenor , commandant la Garde civile du royaume d’Espagne dans la ville autonome de Melilla, fut d’ailleurs élevé exceptionnellement, en mai 2014, à la dignité de Compagnon de l’ordre royal du Mérite de Sainte Jeanne d’Arc pour l’intelligence et la détermination avec lesquelles il dirige ses hommes pour faire face aux hordes de migrants sub-sahariens qui se lancent quotidiennement à l’assaut de ce territoire. (Lire « Quand on veut…on peut » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/09/03/bulletin-climatique-quotidien-3-septembre-2015-de-la-republique-francaise/ et https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/05/11/consilium-consulte-n-2014001-portant-promotion-dans-lordre-royal-de-sainte-jeanne-darc/).

En revanche, un problème non moins grave a surgi : la radicalisation islamique d’un nombre de plus en plus élevé de citoyens hispano-marocains vivant dans ces enclaves (ou gagnant la péninsule ibérique). Selon la dernière étude de l’Institut royal Elcano, qui fait référence en la matière, intitulée  » l’Etat islamique (EI) en Espagne  » (publiée en juillet dernier), sur les 124 individus détenus dans le pays pour des activités liées à l’EI entre juin 2013 et mai 2016, près de la moitié étaient des Espagnols. Parmi eux, 71 % étaient nés à Ceuta et Melilla. Selon Fernando Reinares et Carola Garcia-Calvo, les auteurs du rapport, si la région de Barcelone est le premier théâtre de la mobilisation de l’organisation Etat islamique en Espagne, Ceuta est  » le principal foyer de sa composante autochtone « .

L’Institut royal Elcano a dressé le portrait-robot d’un détenu pour ses liens avec l’EI en Espagne : un homme jeune, marié, avec enfants, ayant fait des études secondaires, de nationalité espagnole mais d’origine marocaine (45 %) ou marocaine (41 %). La radicalisation peut s’opérer sur le Web ou pas, dans des lieux de culte, centres culturels, ou prisons. Mais c’est le contact direct avec un agent de radicalisation qui semble décisif.

 » Le problème est avant tout social  » affirme Francisco Herrera, sociologue et Ceutien depuis toujours. L’un de ses confrères, Manuel José Lopez Ruiz, acquiesce :  » Il y a deux Ceuta : le Ceuta qui vit bien, en gros quelque 20 000 fonctionnaires, et le Ceuta qui galère, ceux qui n’ont pas de travail « , reprenant l’argument traditionnel des intellectuels de gauche.

61.+ceuta+city

Ceuta

Le petit centre historique de Ceuta est agréable : des plages, des vestiges de fortifications royales, quelques élégants bâtiments à l’architecture coloniale où flânent des touristes souvent en route pour le Maroc. Quelques minutes en taxi suffisent à monter dans le quartier du Principe où vivent la plupart des maghrébins. On change alors radicalement de décor : il n’y a ici ni hôtels ni grands magasins, peu d’infrastructures, mais un assemblage de maisons multicolores, accrochées à flanc de colline, aux airs de favela. L’insécurité y est élevée : El Principe a longtemps été réputé quartier le plus dangereux d’Espagne.

 » On vit sans problème l’un à côté de l’autre, mais pas vraiment ensemble « , avoue-t-on. La population de Ceuta a toujours été multiculturelle : des chrétiens espagnols, des musulmans nord-africains mais aussi de petites communautés juive et hindoue. Aujourd’hui, près de la moitié (43 %) des 85 000 habitants de Ceuta est musulmane, principalement originaire du Rif marocain.(région traditionnellement christianophobe et rebelle à toute présence occidentale). Peu à peu, la séparation s’est faite territoriale à l’intérieur de Ceuta. Les  » cristianos « , comme on les appelle ici, sont plutôt dans le centre-ville, tandis que les périphéries sont habitées par des musulmans. Les indicateurs sociaux de Ceuta (comme ceux de Melilla) sont parmi les plus mauvais d’Espagne, parfois d’Europe : l’abandon scolaire s’élève à 25,2 %, le taux de chômage à 35 %, celui des jeunes à 67,5 %.

En réalité, voilà où mène l’accueil irréfléchi d’une population allogène envahissante et devenue de fait pléthorique.

 » Au contexte de marginalisation et de pauvreté dans certains quartiers – de Ceuta et Melilla – , s’ajoute un autre ingrédient pouvant expliquer qu’une frange de jeunes musulmans soit encline à se radicaliser : la contagion du Maroc « , estime le journaliste espagnol Ignacio Cembrero, qui vient de publier La Espana de Ala ( » L’Espagne d’Allah « , non traduit), enquête dans laquelle il consacre une centaine de pages aux deux enclaves, sous le titre sans de  » Ceuta et Melilla, villes sans futur « .

Le nord-est du Maroc est en effet un important pourvoyeur de djihadistes. Selon l’étude de l’Institut royal Elcano, sur les 800 Marocains partis en Syrie fin 2013, 35 % venaient de la région Tanger-Tétouan et Alhucemas. Or, les liens sont forts entre les habitants de Ceuta et ceux des villes marocaines voisines. Mais la proximité du Maroc se veut aussi une protection : c’est lui qui envoie l’essentiel des imams dans les mosquées de Ceuta. La promotion d’un islam modéré étant présentée par les autorités marocaines comme une stratégie de lutte contre le radicalisme. Mais constituant peut-être aussi le cheval de Troie du royaume chérifien pour récupérer ces territoires espagnols…

Les autorités de Ceuta se veulent, elles, rassurantes (mais l’expérience prouve que quand on SE VEUT RASSURANT, on n’est déjà plus très loin des mauvaises surprises !). Dans son bureau de la municipalité, costume sombre et moustache impeccable, le président de la ville, Juan Jesus Vivas, du Parti -populaire (PP, conservateur), en place depuis 2001, ne cesse de vanter la  » convivencia  » régnant ici entre communautés. Mais aussi les efforts de sécurisation de ces dernières années, ainsi que l’important investissement social fait dans ces quartiers populaires grâce à des fonds nationaux et européens.  » Ceuta n’est pas le nid de djihadistes que certains décrivent « , proclame l’édile.

adfc19ae1def88439b7b216cb36f01fa

Melilla

 » Ceuta comme Melilla ont été parmi les lieux ayant connu le plus d’opérations de police ces dernières années « , reconnaît Ignacio Cembrero. Après le traumatisme du 11 mars 2004 – où 191 personnes avaient été tuées et plus de 2 000 blessées dans des attentats commis par Al-Qaida contre des trains de la banlieue de Madrid –, l’Espagne a été le pays ayant mené le plus d’opérations policières antiterroristes en Europe (jusqu’aux attentats de novembre 2015 en France). Avec un certain succès, puisque le pays n’a pas connu de nouvelles attaques.

Côté travail, les autorités proposent des  » planes de empleo  » : des jobs sans qualifications, à durée déterminée, ressemblant à nos emplois subventionnés dans nos quartiers malfamés. Mais c’est surtout le commerce dit  » atypique « , en fait la contrebande tolérée, qui fait vivre de nombreuses personnes de part et d’autre de la frontière. Les habitants de la région de Tétouan, au Maroc, voisine de Ceuta, peuvent se rendre sans visa dans l’enclave. En tout, plusieurs milliers de personnes entrent et sortent chaque jour de ces 18 km2, à pied ou en voiture dans d’interminables files d’attente.

A Ceuta, la bataille pour  » l’égalité des droits  » s’est intensifiée sur le terrain politique : des partis à dominante musulmane ont vu le jour, telle la coalition Caballas, qui regroupe deux formations de gauche et est devenue la première force d’opposition. Mayda Daoud milite, elle, au PSŒ. Souriante et énergique, cette toute jeune institutrice qui porte le voile a été élue seconde vice-présidente de l’Assemblée de Ceuta depuis 2015. «  La citoyenneté se reflète dans la représentation « , rappelle-t-elle, soulignant que la sous-représentation des citoyens de confession musulmane a tendance à se résorber ces dernières années. Entendez que les Ceutiens d’origine maghrébine deviennent non seulement de plus en plus nombreux, comme nous l’avons rappelé plus haut, mais aussi de plus en plus influents politiquement. Ils prendront bientôt le pouvoir.

Chez nous, cela porte un nom :  » le Grand Remplacement « .

 

Comme en Egypte, les pyramides ne font plus recette au Louvre

Les touristes ont boudé Paris tout au long du premier semestre de cette année. L’Arc de triomphe, les tours de Notre-Dame ou le musée du Louvre ont subi une baisse de l’ordre de 30% de leur fréquentation, selon les chiffres révélés, mardi 23 août, par le comité régional de tourisme de Paris et de l’Ile-de-France.

louvre-afp

Les pyramides du Louvre

Inquiets pour leur sécurité, les étrangers évitent la France en général et surtout la région parisienne. Au cours du premier semestre, un million de touristes ont fait faux bond aux hôteliers franciliens, par rapport à la fréquentation du premier semestre 2015.

Au total, 14,9 millions d’arrivées hôtelières ont été recensées sur les six premiers mois en Ile-de-France, ce qui marque une baisse de 6,4 %, tirée par la forte désaffection de la clientèle internationale (– 9,9 %). A Paris même, c’est pire (– 11,4 %). Les touristes japonais, chinois ou même italiens se sont envolés vers l’Espagne ou la Grèce, sans passer par la case Paris.

 » Nos indicateurs montrent que cette tendance s’est poursuivie sur la saison estivale « , déplore Frédéric Valletoux, président du comité et maire Les Républicains de Fontainebleau (Seine-et-Marne). Entendez que l’été sera catastrophique.  » Nous estimons que la région a perdu 1 milliard d’euros de retombées économiques entre le 1er janvier et la fin août. Et si cela continue au même rythme, cela fera 1,5 milliard en moins sur l’année, une saignée inédite pour la filière touristique francilienne.  »

MaxPPP TagID: maxnewsworldtwo474836.jpg/Photo via MaxPPP

Pas de files d’attente à la Tour Eiffel, du jamais vu

Conséquence,  » certaines des 75 000 très petites entreprises concernées ne passeront pas l’année « , prévient M. Valletoux. Pour lui, cette  » catastrophe industrielle  » risque de se traduire par un  » plan social majeur  » qui affecterait une partie des 500 000 emplois liés dans la région. Et d’appeler les pouvoirs publics à engager sans attendre  » un plan Orsec « , afin d’aider les entreprises du tourisme à traverser cette crise. En résumé, la courbe du chômage, malgré les tripatouillages opérés par les organismes officiel chargés de l’emploi, n’est pas prête de s’améliorer.

A l’issue du conseil des ministres du 3 août, le gouvernement avait déjà promis  » l’étalement des cotisations fiscales et sociales et des interventions de Bpifrance en matière de trésorerie et de financement « . Ce qui signifie une baisse des rentrées fiscales et un budget de l’Etat encore plus mal en point.

«  On ne pouvait pas faire pire. Bien sûr, les dramatiques attentats de Paris, de Bruxelles et de Nice ont fait fuir les touristes étrangers, mais il y a eu aussi la crue de la Seine, les grèves du transport aérien, le blocage des raffineries, des manifestations musclées, des chauffeurs de taxi qui font le coup de poing, des touristes chinois détroussés… « , énumère Didier Arino, président du cabinet d’études et de conseil Protourisme. Et de conclure :  » Pourtant, la casse est limitée par rapport à des pays comme la Turquie ou la Tunisie, qui subissent des plongeons de 30 %, voire 40 %, de leur fréquentation touristique.  » Quand on n’a plus que ces références à faire valoir…

D’ores et déjà, l’Insee évalue à – 4,8 % le recul de la fréquentation, exprimée en nuitées, dans les hébergements collectifs touristiques au deuxième trimestre en France métropolitaine. Une dégringolade, alors que le premier trimestre avait marqué un rebond de 1,1 %. Entre avril et juin, la baisse est accentuée par la clientèle étrangère (– 8,5 %).  » Le recul de la fréquentation étrangère, plus important qu’au premier trimestre (– 2,7 %), est comparable à celui observé au quatrième trimestre de 2015, à la suite des attentats de novembre « , précise l’Insee.

Ce sont en particulier les voyageurs  » long-courrier  » – Chinois, Japonais et autres Américains –, qui manquent à l’appel. Les même qui avaient permis en 2015 à la France, première destination mondiale, de battre un record, en attirant 84,5 millions de visiteurs étrangers.

tourisme-france-paris_5011631

L’écrin exotique de la Sainte-Chapelle et de la Conciergerie ! Les parfums de l’Orient…

Même Paris-plage, l’archétype du festivisme bobo, n’a pas fait recette et une importante baisse de la fréquentation des berges de la Seine a été observée par les organisateurs. C’est dire…Et c’est tant mieux.

 » On voit très peu de Japonais, surtout depuis janvier. C’est pourtant la clientèle qui fait vivre le Mont à l’année « , témoigne un spécialiste du tourisme au Mont-Saint-Michel, dans la Manche.  » Au total, la fréquentation est en baisse de 10 % sur les sept premiers mois de l’année. L’abbaye a tiré son épingle du jeu en juillet (– 5,6 %), car c’est un mois où la clientèle des visiteurs individuels domine. Or, ce sont surtout les visites de groupes qui se sont réduites « , précise Anne-Flore Marziou, adjointe de l’administrateur pour l’abbaye du Mont-Saint-Michel, gérée par le centre des Monuments historiques.

Sur le mois de juillet, les cent sites du Centre des monuments nationaux ont enregistré une baisse globale de 5 % de leur fréquentation. A noter que si les stars parisiennes font grise mine, le château de Champs-sur-Marne (+ 52 %), en Seine-et-Marne, les remparts d’Aigues-Mortes (+ 30 %), dans le Gard, ou encore les tours de La Rochelle (+ 20 %), autant de lieux éloignés des sentiers battus et donc réputés menacés, ont été plébiscités.

En Ile-de-France, la désaffection des Japonais est la plus forte, avec un déficit de touristes nippons de 126 000, au premier semestre 2016, soit 46 % de moins par rapport à la même période de 2015, sur un total de 723 000 étrangers évaporés. Une perte sèche : l’absence de ces visiteurs, plus dépensiers que les Chinois, représente un manque à gagner estimé à 98 millions d’euros pour la région.

Mais les voyageurs lointains n’ont pas été les seuls à se détourner de la capitale. Au premier semestre, 115 000 Italiens ne se sont pas présentés, entraînant un manque à gagner de 105 millions d’euros pour l’Ile-de-France, le plus gros déficit. Ajoutez-y nos vacances vénitiennes et vous aurez mesuré l’importance de la catastrophe pour la Région !

images1

Vous connaissez nos suggestions pour réduire drastiquement le risque islamiste. Redonnons à la France son roi et c’en sera également fini de la chienlit qui ronge notre pays et fait fuir nos visiteurs.

 

Pourquoi il faut boycotter les produits de Lactalis

Les éleveurs du Grand Ouest font le siège, depuis lundi 22 août, du numéro un mondial de la distribution de produits laitiers, à Laval avec comme mot d’ordre :

 » Lactel ruine les éleveurs « 

Depuis le début de l’été, ce slogan se décline sous de multiples formes : peint sur les bâches des ballots de foin dans les champs, le long des routes de l’ouest de la France, inscrit sur une banderole tirée par un avion qui survole les plages normandes, apposé dans des grandes surfaces sous forme d’autocollants par les agriculteurs ou servant de hashtag sur Twitter.

lactalis-sous-pression_1

L’avertissement illustre la colère des producteurs de lait face à Lactalis. Le numéro un mondial du secteur, plus connu pour ses marques comme Lactel, Bridel, Bridélice ou Président, est accusé d’être le plus mauvais payeur de lait en France et fragiliserait un peu plus une filière en difficulté, affectée par la chute des cours et la surproduction. Pour se faire entendre, l’ensemble des éleveurs des Pays de la Loire, de Bretagne et de Normandie ont été appelés à manifester, lundi 22 août, devant le siège de l’entreprise, à Laval, en Mayenne.

 » Cette action est prévue pour une durée indéterminée, car nous voulons reprendre les négociations et trouver un accord  » sur un meilleur prix du lait, affirmait, lors de l’annonce de cette manifestation, le 12 août, Philippe Jéhan, le président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) de la Mayenne.

La contestation vise les 257 euros pour 1 000 litres que paye le groupe aux éleveurs, soit de 10 à 30 euros de moins que ses concurrents (Bongrain, Sodiaal, Bel, Danone ou des PME du secteur). Or, souligne Jérémy Trémeau, le président des Jeunes agriculteurs de la Mayenne, dans ce département  » le coût de production est de 386 euros pour 1 000 litres de lait, en incluant un salaire d’un smic et demi – ce qui, pour le travail fourni, n’est pas énorme « .

Voilà deux ans que la situation en Europe s’est dégradée, avec la fin des quotas laitiers au 1er avril 2015, le coup de frein aux importations chinoises et l’embargo russe, décrété mi-2014. Cela a créé une situation de surproduction, car la demande interne n’a pas augmenté.

milch-milchprodukte-milchproduktion-milchfett_06

Après avoir atteint plus de 370 euros la tonne en 2014, les cours du lait sont tombés à 305 euros en 2015, avant de chuter autour de 275 euros aujourd’hui, alors que, comme le rappelle Thierry Roquefeuil, le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), les coûts de production sont estimés à 350 euros en France.  » Une catastrophe pour de nombreux producteurs, notamment pour les jeunes « , affirme-t-il.

De fait, le taux de cessation d’activité dans les 60 000 exploitations françaises, qui emploient 110 000 éleveurs, devrait doubler cette année pour avoisiner les 9 %. Or, souligne M. Roquefeuil,  » un éleveur laitier génère six à sept emplois  » (du chauffeur qui vient collecter le lait au vétérinaire).

 » On s’enfonce petit à petit « , déplore Max Vié, le président de l’Organisation des producteurs Normandie Centre, en soulignant le moral très bas des agriculteurs devant l’effondrement des prix :  » Certains font des emprunts à court terme pour boucher les trous. Enormément d’exploitants arrêtent ou projettent de le faire.  »

Marc-Antoine Blot, le responsable du secteur laitier pour les Jeunes agriculteurs de la Manche, confirme les difficultés de trésorerie des éleveurs :  » Dans mon exploitation, nous sommes deux et nos conjointes travaillent à l’extérieur, c’est ce qui nous permet d’y arriver. Les éleveurs travaillent à perte depuis trop longtemps.  » Ce qui est évidemment intolérable.

Et un producteur de l’Orne, qui ne se dit  » pourtant pas un petit « , avec 400 000 litres produits chaque année, anticipe une baisse de chiffre d’affaires de 30 000 euros à la fin de 2016 et envisage de mettre la clé sous la porte, dans un an,  » si les cours ne remontent pas « .

 » Grosso modo, le lait est payé 10 % moins cher qu’ – en 2015 – , qui avait également enregistré un recul de 10 % « , évalue Dominique Barrau, secrétaire général de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Pour lui, la démarche de Lactalis incite  » les autres industriels à tirer les prix vers le bas et à payer moins qu’ils pourraient « .

 » Tous nos industriels, pas seulement Lactalis, font des bénéfices record sur le premier trimestre « , constate M. Trémeau, qui estime ces derniers également concernés par la manifestation du 22 août.  » Mais si Lactalis ne bouge pas, les autres ne bougeront pas « , juge-t-il.

Pour le patron de la FNPL,  » c’est l’illustration de la politique libérale : il s’agit d’acheter le moins cher possible et de gagner des parts de marché « . Cela permet de faire des promotions dans les grandes surfaces.  » Quand vous achetez six packs de lait pour le prix de trois, c’est sur le dos du producteur. Le consommateur devrait en prendre conscience, insiste-t-il. On est en train de détruire une profession.  »

lait

Lactalis réfute l’ensemble de ces critiques. En réponse à une lettre envoyée, le 4 août, par Xavier Beulin, le patron de la FNSEA, à Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis, qui lui demandait une rencontre pour débloquer la situation, le groupe rappelle qu’il ne négocie pas les prix avec les syndicats. Les discussions se font avec son réseau de producteurs, avec lesquels le dialogue n’a jamais été rompu. C’est ce qui s’appelle, en langage clair, diviser pour mieux régner.

De plus,  » on ne peut pas à la fois proposer de se mettre autour d’une table et être sur le pied de guerre en organisant des manifestations « , affirme Michel Nalet, le directeur de la communication de Lactalis.  » Il n’y a qu’en France que le syndicalisme agricole refuse la réalité du marché et s’en prend à une entreprise en particulier, avec un discours irresponsable que le groupe Lactalis a dénoncé et condamne fermement « , écrit le géant laitier dans un communiqué diffusé le 18 août mais qui ferait bien de relire les oeuvres de Maximilien de Béthune, duc de Sully.

Lactel ? Bridel ? Bridélice ? Président ? À vous de voir…

Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Nous sommes davantage familiers, au Conseil dans l’Espérance du Roi, des bestiaires héraldiques…C’est pourquoi nous savourons aujourd’hui une grande première : l’exposition organisée par la Galerie Kugel et entièrement consacré aux horloges automates de la Renaissance, constituant le plus grand bestiaire mécanique de cette époque, entre 1580 et 1630.

bestiary-1
Un bestiaire mécanique
Horloges à automates de la Renaissance

du 9 septembre au 5 novembre 2016

5

Plus de trente automates peuplent l’exposition, constituant ainsi la plus grande collection jamais assemblée. On y découvre une ménagerie d’animaux exotiques : lions, dromadaires, éléphants, ours, singes… À chaque heure ou bien à la demande, les mécanismes des automates s’activent : une gueule féroce s’ouvre, une langue sort, une patte se lève, une queue se balance, tandis que les yeux roulent au rythme de l’horloge. Si les animaux prédominent au royaume des automates, on y croise également des personnages singuliers, notamment un turc à cheval brandissant son cimeterre et des dompteurs d’ours et de lion tirant sur leur corde.

8

De l’époque d’Homère à celle des robots, l’Homme a toujours rêvé de donner vie à un être artificiel. À la fin du Moyen-Âge, le développement de l’horlogerie permit la création des premiers automates, situés à la croisée de la science et des arts. À la Renaissance, ce rêve s’incarna en de luxueuses horloges en forme d’animaux ou de personnages en bronze doré, destinées au plaisir des princes.

30

Ces merveilleux objets combinant l’art de la sculpture, de l’horlogerie et parfois de l’ébénisterie, furent réalisés pour l’essentiel dans la ville d’Augsbourg, alors principal centre artistique germanique. Rivalisant de fantaisie et d’ingéniosité, ils fascinèrent les cours européennes. On les retrouve aujourd’hui dans les plus grands musées historiques : Vienne, Dresde et Munich. Ils servirent parfois de précieux cadeaux diplomatiques. À partir du milieu du XVIe siècle, des horloges automates furent régulièrement envoyées au sultan à Istanbul, dans le cadre du tribut annuel dont l’Empire s’acquittait pour préserver la paix. Au XVIIe siècle, des automates furent offerts, parmi d’autres horloges et curiosités scientifiques, à l’empereur de Chine par les prêtres jésuites qui souhaitaient, par ce geste, propager les idées chrétiennes en Asie.

Près de 400 ans après sa création, ce bestiaire mécanique continue de nous émerveiller.

3

Exposition en accès libre, du lundi au samedi de 10h30 à 19h.

GALERIE J.KUGEL
25 Quai Anatole France
75007 Paris
http://www.galeriekugel.com

Le 24 août 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (24 août 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 1, 2016 à 8:23 #

    LE ROI ET L’IMMIGRATION

    Pour renverser le courant de l’immigration, le Roi restauré devrait:

    1.Réformer le code de nationalité.
    2. Protéger l’identité nationale.
    3. Arréter toute nouvelle immigartion.
    4. Préférence nationale: arréter les pompes aspirantes!
    5. Organiser le retrour des immigrés dans leur pays d’origine.

    1. Réformer le code de nationalité.

    La France n’est pas qu’un territoire de forme exagonale. C’est avant tout LA NATION DES FRANCS QUI A DIEU POUR FONDATEUR. La France est sortie toute entière Chrétienne du Baptistère de Reims et quelques soient nos opinion aujourd’hui, la France possède un histoire, elle cosntitue un héritage commun : ses racines sont Chrétiennes. Réaffirmer le droit à la filiation dans l’esprit du Testament de Saint-Rémy:  » NAIT FRANCAIS TOUT CITOYEN NE DE PERE ET DE MERE CATHOLIQUES  » ; empécher toute naturalisation de citoyen non-Chrétiens, établir pour des immigrés Chrétiens la naturalisation comme procédure unique, instaurer une période probatoire, appliquer la loi sur la déchéance, rendre impossible la double nationalité, mettre fin aux mariages de convenance.

    2. Protéger l’identité nationale de la France.

    Rester maître de nos frontières, règlementer la propriété étrangère, s’opposer à l’influence politique de l’islam, démanteler les ghettos ethniques, contrôler les associations des étrangers.

    3. Arrèter toute nouvelle immigration non-Chrétienne.

    Rendre impossible l’immigration légale de tout citoyens non-Chrétien, mettre fin au regroupement familial en France des immigrés non-Chrétiens, juguler le faux tourisme, réformer le droit d’asile, préférence Chrétienne dans l’immigration.

    4. la préférence nationale: arréter les pompes aspirantes.

    Accorder la priorité d’emploi aux Français, assurer aux Français la priorité d’accès aux logements sociaux, réserver les allocations familiales aux seules familles Française, donner aux Français la priorité d’accès aux aides sociales.

    5.Organiser le retour des immigrés dans leurs pays.

    Proposer une concertation internationale sur les mouvements de population, coupler le retour des immigrés avec l’aide à leur pays d’origine, supprimer les cartes de séjour de 10 ans tacitement reconductibles, prévoir le retour des chomeurs en fin de droit, procéder à l’expulsion effective des clandestins et des délinquants étrangers, organiser le retour chez eux des étudiants étrangers à l’issu de leurs études.

  2. Hervé J. VOLTO septembre 1, 2016 à 8:24 #

    PS : créer un organisme de contrôle des frontière et de contrôle de populations étrangères (à l’image du service des douannes, à renforcer, regrouper certaines compétances aujourd’hui Police de l’Air et les Frontières, les Renseignements Teritoriaux (ex-Renseignements Généraux), la DGSI et les Douannes volantes, avec mission de rendre les fontières étanches à l’immigration clandestine et de controler les étrangers présents sur le territoire national).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :