BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (3/4 septembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

4 Sep

Si près et pourtant si loin de la réponse

« Refaire la démocratie », est le titre d’un livre de l’historien Michel Winock et du président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone. Ces deux compères y proposent de moderniser la Vème République…Un ambitieux programme.

43b52842663fa6e4100c72751d08de6f-2

Leur ouvrage, publié vendredi 2 septembre, est le fruit d’une réflexion menée par un groupe de travail qui comprend, entre autre, des constitutionalistes et des parlementaires de tous bords dont Bernard Accoyer (Les républicains), ancien président de l’Assemblée.

Une proposition phare se dégage, déjà partagée par beaucoup de responsables politiques en quête de renouveau : le retour au septennat !… mais non renouvelable. Ce groupe de travail a fait le constat que les institutions actuelles de la Républiques sont fatiguées. Certes, elles offrent au Président, dans les moments de crise, comme en 2008 sur l’économie, et depuis 2015 avec les attentats, une capacité de réaction (dans un cadre stable) que nous envient un certain nombre d’autres pays. Ainsi l’avait voulu le général De Gaulle.

Mais dans la vie quotidienne, la Vème République, telle qu’elle fonctionne, accentue les blocages et les pesanteurs. Le processus de fabrication des lois traine en longueur et crée plus de dissensus que de consensus. Les auteurs formulent 17 propositions de réformes mais la clef de voûte des institutions c’est bien sûr le président de la République, et c’est donc au mandat de celui-ci qu’ils attachent la plus grande importance.

Mais c’était déjà pour moderniser les institutions que le quinquennat avait été institué en 2002 ! Or, que constatent les auteurs ? Qu’après 3 quinquennats (Chirac, Sarkozy, Hollande) passablement inutiles, au cours  desquels le sentiment d’impuissance publique et la frustration des citoyens se sont accrus, on est, disent-ils, en droit de  s’interroger sur ce mode d’exercice du pouvoir suprême. Pourquoi ne nous ont-ils pas écouté alors que cela fait déjà quinze ans que la plupart d’entre nous s’élèvent contre le quinquennat ?

L’élection du président tous les 5 ans, suivie immédiatement des législatives, annihilent en outre le rôle du parlement… Le président de la République est devenu un super-Premier ministre et, de ce fait, perd de sa hauteur censément arbitrale. L’accélération du temps médiatique, le tout-info, Internet sont des données aggravantes. Ajoutez-y que, aussitôt élu, le chef de l’Etat et sa maigre majorité ne pensent plus qu’à organiser leur prochaine réélection et vous comprendrez  pourquoi ces institutions sont devenues mortifère pour notre pays.

Ce n’est pas le caractère éruptif et clivant de Nicolas Sarkozy qui a changé la nature de la fonction, puisque le mou et synthétiseur Hollande se retrouve, lui aussi, esclave de la frénésie ambiante. Si l’on donne du temps au chef de l’Etat, si le mandat des parlementaires n’est plus calqué sur le sien et surtout si on lui interdit de penser à sa réélection devenue impossible, les auteurs de ce livre estiment que toute notre démocratie pourrait s’apaiser…en revenant au septennat. Ils ne voient pas, en réalité, que ce à quoi ils aspirent porte un nom : le Roi !

Cette élection du président de la République au suffrage universel est en effet un moment d’hallucination collective que l’on a réussi à faire aimer de nos compatriotes en leur faisant croire qu’ils avaient ainsi la maîtrise de la désignation du chef de l’Etat et de sa politique. Doux rêveurs…On le mesure, en ce moment, par la surenchère de propositions inapplicables, non finançables, socialement intenables, ou tout simplement inconstitutionnelles que les déjà très nombreux candidats pour 2017 formulent à longueur de meetings ou d’émissions. L’élection présidentielle est un évènement, un feuilleton, qui pallie le manque de confrontation des idées et fait croire tous les 5 ans (ou 7 ans) que l’impuissance publique n’est due qu’au caractère trop agité, ou trop mou, du président sortant alors qu’elle résulte tout simplement de l’absence de stabilité et d’action fondée sur le temps long.

Qui en effet peut avoir, mieux que le roi, l’autorité, l’équité et le rôle fédérateur nécessaires à l’unité autant qu’à l’épanouissement de la diversité des peuples ? Le caractère héréditaire et successible du véritable principe monarchique (à ne pas confondre avec une pseudo-monarchie élective) ainsi que les règles spécifiques de dévolution de la couronne en France lui assurent la clé de sa légitimité politique : l’indépendance. Celle-ci, illusoire dans le système républicain actuel (le Président de la République n’étant jamais que le représentant éphémère d’une coterie quand il n’est pas le fruit d’une campagne publicitaire promue et financée par un parti politique, un groupe social ou un milieu culturel), lui permet d’être le représentant unique, permanent ( » En France, le roi ne meurt jamais » ) et incontestable de la nation aux yeux du monde autant que des citoyens.

couronne-bleue-du-roi-de-france

Alors, encore un petit effort, messieurs, et vous réclamerez notre Roi !

 

C’est pourtant ce que nous annonçons depuis longtemps

Paradoxalement, l’affaiblissement de l’Etat islamique (EI) en zone irako-syrienne constitue un facteur qui renforce le risque terroriste chez nous. On sait déjà, dans l’histoire du terrorisme, que quand ses organisations sont en difficulté sur zone, elles recherchent toujours l’occasion de commettre des attaques à l’extérieur. Mais nos responsables politiques auraient dû savoir aussi que le deuxième facteur inquiétant tient à la menace du retour : on sera à un moment ou à un autre confronté au retour d’un grand nombre de combattants français et de leurs familles.

Les services de renseignement (dont nous avons récemment vu que leur fiabilité était contestable), annoncent des chiffres qui tournent toujours autour de 2 000 Français impliqués, c’est-à-dire partis, en transit ou souhaitant se rendre en Syrie, dont environ 700 sont sur zone. Mais le processus ayant déjà commencé, nous avons aussi quelques indications d’ordre judiciaire. L’augmentation est exponentielle : on avait 26 procédures en 2013, et 136 en 2015. Le parquet de Paris suit aujourd’hui 324 dossiers : 183 enquêtes préliminaires et 141 informations judiciaires. Hélas, seuls 25 dossiers ont été jugés ou sont en attente de jugement, ce qui donne une idée du travail qui reste à accomplir. Au total, 982 individus font ou ont fait l’objet d’enquêtes judiciaires pour du terrorisme islamiste : 280 sont aujourd’hui mis en examen, dont 167 sont en détention, et…577 font l’objet d’un mandat de recherche ou d’un mandat d’arrêt.

Ces chiffres vertigineux (et probablement sous-estimés) donnent une idée de ce qui nous attend avec le retour annoncé de ces innombrables  » Chances pour la France  » avec femmes et enfants.

Pourtant la réponse à apporter n’est pas si complexe. Tous ou presque sont identifiés. Leurs contacts en France devraient l’être également ce qui doit nécessairement faciliter leur surveillance puis leur mise hors d’état de nuire. Souvenez-vous de ce que nous écrivions ici même à propos de l’un des djihadistes d’origine niçoise ( « La Côte d’Azur n’est plus ce qu’elle était » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/16/bulletin-climatique-du-week-end-1617-juillet-2016-de-la-republique-francaise/) :

 » L’un des dossiers terroristes considéré comme la matrice de la vague d’attentats actuelle, celui de la cellule dite de « Cannes-Torcy », démantelée entre septembre 2012 et février 2014, visait déjà la ville de Nice et ses rassemblements de foule. A l’époque, les enquêteurs avaient déjoué in extremis un attentat, trois jours avant le début du carnaval. C’était un banal contrôle à la frontière turco-grecque, le 7 janvier 2014, qui avait trahi celui qui aurait pu en être l’auteur, Ibrahim B., 24 ans.

Après seize mois en Syrie, le djihadiste avait tenté de revenir discrètement par voie terrestre, via la route des migrants*. Il avait été localisé en France, le 22 janvier 2014, et avait été interpellé au domicile de son père, le 11 février, démontrant ainsi le bien fondé de notre théorie selon laquelle les familles et/ou les proches des terroristes sont quasiment toujours impliqués dans l’assistance dont ils bénéficient dans nos pays. Les enquêteurs avaient alors découvert dans les parties communes de l’immeuble du père plusieurs charges explosives dissimulées. D’après le réquisitoire du parquet, Ibrahim B. avait sans doute été « mandaté pour un attentat-suicide ». »

Et, pour une fois, la justice est de notre côté : le parquet de Paris a décidé fin avril 2016 un durcissement considérable de sa politique pénale en criminalisant des dossiers correctionnels. Désormais il qualifie de crime, donc passible de vingt ou trente ans de prison, des infractions liées au terrorisme considérées jusqu’ici comme des délits, passibles de dix ans. L’objectif de cette nouvelle stratégie pénale est de « protéger la société en laissant plus longtemps en prison » des individus qui rentrent du djihad.

En réalité, il y a mieux à faire encore. A défaut de la réintroduction de la peine capitale (qu’il faudra bien un jour évoquer) pour ces individus et tous leurs complices avérés, il est essentiel de les déchoir de la nationalité française (quand ils l’ont) dès leur départ connu. Cette simple mesure en fait automatiquement des étrangers illégaux en cas de retour. S’ils persistent néanmoins à pénétrer sur notre territoire, il importe de les condamner à des peines qui les mettent définitivement hors d’état de nuire comme de tout prosélytisme. Seule la prison à perpétuité (sans aucune possibilité d’en sortir) est acceptable et la forme la plus adaptée nous paraît être la relégation au bagne. Par ailleurs, tous leurs proches doivent être expulsés de notre territoire ou relégués.

remigrationQuebec-702x336

C’est l’un des éléments constitutifs de la REMIGRATION.

 

Même si le gouvernement n’en prend pas le chemin…

Les reconduites à la frontière ont en effet diminué de 19,8 % sur les six premiers mois de l’année, révèle Le Figaro dans son édition du vendredi 2 septembre. « Depuis janvier, les expulsions de clandestins ont concerné 2 000 individus de moins que sur la même période l’an dernier », détaille le quotidien, qui s’est procuré les données de la Direction générale des étrangers en France, pour le premier semestre 2016.

Ce document est réalisé par le Département des statistiques, des études et de la documentation (DSED) de cette administration directement rattachée au ministère de l’intérieur. « Le cumul 2016 des “retours”, “réadmissions” dans l’espace Schengen et autres “renvois” a concerné 8 660 illégaux du 1er janvier au 30 juin 2016, contre 10 800 étrangers en situation irrégulière éloignés durant la même période de l’année précédente », rapporte le quotidien.

KRmbWblbl4aDoTwuggV44WPgNm8

« La pression migratoire aux frontières a en revanche explosé, principalement celle avec l’Italie (+ 287 % de “non-admissions” depuis janvier) », note Le Figaro, qui ajoute que « la police a refoulé 23 900 migrants qui voulaient entrer en France au premier semestre, contre 6 189 durant les six premiers mois de l’année 2015. » D’ailleurs, les Calaisiens en savent quelque chose puisqu’il arrive tous les jours davantage de migrants illégaux dans le bidonville de la  » Jungle « , en provenance principalement de la botte italienne.

 » Plus de 17 000 reconduites à la frontière ont été effectuées en 2015, contre 15 253 en 2014 « , avait prétendu en octobre  2015 le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, en s’adressant aux forces de l’ordre à l’Ecole militaire à Paris. Conclusion :

Unknown

Bernard Cazeneuve

Mais, depuis, Bernard Cazeneuve a (mal) lu le blogue du CER !

Mardi 30 septembre dernier, nous pointions du doigt le scandale du bidonville (dit la « jungle« ) de Calais en insistant sur les promesses successives d’évacuation du ministre de l’Intérieur qui n’ont abouti…qu’au doublement du nombre de migrants clandestins qui occupent les lieux ! (Lire « La jungle de Calais, c’est pire que jamais » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/08/30/bulletin-climatique-quotidien-30-aout-2016-de-la-republique-francaise/).

People stand at a site dubbed the "New Jungle", where some 3,000 people have set up camp -- most seeking desperately to get to England, in Calais on September 21, 2015. The slum-like migrant camp sprung up after the closure of notorious Red Cross camp Sangatte in 2002, which had become overcrowded and prone to violent riots. However migrants and refugees have kept coming and the "New Jungle" has swelled along with the numbers of those making often deadly attempts to smuggle themselves across the Channel. AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

Vue sur le bidonville de Calais

Piqué au vif, le ministre a réagi dans un entretien au journal Nord Littoral mis en ligne dans la soirée de jeudi 1er septembre : le gouvernement va « poursuivre avec la plus grande détermination » le démantèlement du camp de migrants de Calais, promet le Bernard Cazeneuve. Si l’on en juge par les résultats obtenus à ce jour, nous avons des raisons d’être dubitatifs…

« Nous avons déjà procédé au démantèlement de la zone sud au début du mois de mars dernier, et nous avons déjà commencé celui de la zone nord (…) Cela doit se faire par étapes, en commençant par créer davantage de places d’hébergement en France pour désengorger Calais » a prétendu le locataire de la Place Beauvau qui s’est rendu, vendredi, sur place. Il devait rencontrer la maire (Les Républicains) de la ville, l’inénarrable Natacha Bouchart, et s’entretenir avec un collectif d’acteurs économiques du Calaisis « directement concernés par la problématique migratoire ». Entendez qu’il s’agit des commerçants et transporteurs victimes quotidiennes de ces plus de dix mille « Chances pour la France » qui occupent la Côte d’Opale.

Photo-prise-lors-de-la-manifestation-des-riverains-a-Calais-samedi

Manifestation d’acteurs économiques à Calais

« Je n’arrive plus à entendre qu’on va démanteler le camp en plusieurs mois », a réagi, avant leur rencontre, Mme Bouchart sur Europe 1. « L’expérience a été faite et le nombre de migrants a quasiment doublé », a-t-elle ajouté, plaidant pour une action immédiate et non pas « par étapes » comme l’avance le ministre mais oubliant de rappeler qu’elle fut et reste l’une des complices de ce « Grand Remplacement« , à la tête de la mairie de Calais mais aussi en prenant l’une des vice-présidences de l’assemblée régionale, sur la liste de Xavier Bertrand élue LR grâce aux voix de gauche contre Marine Le Pen.

4858534_3_c85f_natacha-bouchart-au-touquet-le-12-septembre_c663484d44acaedbf56cb98adac1c65b

C’est elle, Natacha Bouchart

Dans son entretien, le ministre fait valoir que les pouvoirs publics ont déjà commencé la dissolution de la partie nord du bidonville, par le biais d’un « référé pour fermer les lieux de vente illégaux installés sur la jungle ». Mais ce processus a été interrompu par une décision de justice, précise-t-il, en référence au veto du tribunal administratif de Lille à cette demande. « J’ai saisi le Conseil d’Etat à ce sujet », ajoute M. Cazeneuve. Quand on connaît le peu d’empressement du Conseil d’Etat à favoriser l’expulsion des migrants…

En parallèle, l’Etat compte intensifier les départs volontaires (sic) en créant d’ici à la fin de l’année « 2 000 nouvelles places d’hébergement en centre d’accueil et d’orientation [CAO] » et « 6 000 places en centres d’accueil pour demandeurs d’asile [CADA] ». Depuis leur ouverture, en octobre, 5 528 migrants en provenance de Calais ont déjà été accueillis dans les 161 CAO disséminés dans toute la France, souligne le ministre. Le gouvernement entend aussi offrir 5 000 nouvelles places d’hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile en 2017, qui s’ajouteront aux « 10 000 places en CADA » établies « depuis le début du quinquennat ».

Hélas, tous ces chiffrent signifient que le gouvernement français n’est plus capables, sauf en paroles, de faire face à l’invasion dont notre pays est victime. 

La preuve en est que le nombre de personnes vivant dans la « jungle » de Calais a très fortement progressé depuis deux mois. La préfecture du Pas-de-Calais a annoncé, le 19 août, qu’ils étaient désormais 6 901 à y vivre, un record depuis la création du camp au printemps 2015 mais, en vérité, plusieurs associations humanitaires et un syndicat de police estiment quant à eux qu’environ 10 000 personnes résident dans le bidonville (on nous en annonçait 3000 l’année dernière !).

Le ministre de l’intérieur a également annoncé le déploiement de près de 200 hommes en renfort des 1 900 policiers et gendarmes présents sur Calais : « Cinquante-quatre policiers de la police aux frontières et deux unités de forces mobiles supplémentaires, soit 140 CRS, affectés en priorité à la rocade et sur l’A16 ; ce qui permettra de redéployer les effectifs des BAC pour la sécurité des riverains de la rocade et du centre-ville. » Ces effectifs supplémentaires auront pour objet « de renforcer la lutte contre ces assauts de camions sur la rocade », précise-t-il mais avouant aussi par là :

1-180

Horde sauvage à l’assaut de camions (vous remarquerez que ça les met en joie)

1/ que les habitants de Calais (tant dans le centre-ville qu’en bordure de la rocade qui mène au port) sont en danger permanent et

2/ que les  poids-lourd qui se dirigent vers la Grande-Bretagne continuent à être attaqués et pris d’assaut par ces hordes sauvages et violentes si généreusement accueillies sur notre territoire alors qu’elles devraient en être expulsées manu militari.

Vous avez encore des doutes ? Alors, regardez ceci : http://www.francetvinfo.fr/france/nord-pas-de-calais/migrants-a-calais/calais-les-agriculteurs-appellent-au-secours_1806639.html

M. Cazeneuve a aussi fait savoir que le président, François Hollande, se rendra « fin septembre » dans la cité portuaire, pour « poser la première pierre de Port Calais 2015 », et « s’adressera à cette occasion à tous les Calaisiens ».

Nous sommes morts de rire…jaune.

 

Pourtant, « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

 

Le 4 septembre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (3/4 septembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 4, 2016 à 1:12 #

    CONCLUSION . LES INSTUTIONS : REDONNER LA PAROLE AU ROI.

    Pour que le Roi de France retrouve la parole, il lui faut :

    1. Restaurer la souveraineté Royale.
    2. Libérer les Français de tout féodalités.
    3. Etablir la préférence Chrétienne, familiale et nationale.
    4. réformer le code de nationalité.
    5: Supprimer la carte de séjour de 10 ans renouvelable de plein droit.
    6. Instituer pour les français le revenu maternel ou parental.
    7. Assurer le chèque scoalire aux Français de milieu modeste.
    8. Mettre en place la régulation des échanges économiques mondiaux, sortir de l’Union Européenne et soutenir l’Europe des patries Chrétiennes et Couronnées .

    1. Restaurer la souveraineté Royale.

    Réviser les artciles 6 et 7 de la constitution, donnant au Roi les pouvoirs du Président de la République, supprimer l’article 89 empéchant que la forme républicaine de gouvernem,ent ne puisse l’objet d’un révision contitutionnelle, ou changer complètement la contitution la France, permettre en tout cas au Roi de régner ET de gouverner, réserver au Roi l’exclusivité du pouvoir exécutif, l’initiative des lois et de dissolution, et lui permettre de casser toute décision de justice et de juger en dernier recours, d’arbitrer entre jusitice civile et justice adminsitrative, de présider en personne le Conseil Supérieur de la Magistrature et la Haute Cour de Justice, instaurer le scrutin proprtionnel aux élections législatives et locales, établir le droit pour toute personnes Français physique et morale d’être reçut par le Roi, créer le référendum d’initiaitve Royale, donnant la parole au peuple suir les grands problèmes de socièté, préciser le rôle du Conseil Consitutionnel et le fusionner avec le Conseil de la Couronne, un organe composé de 6 Pairs Ecclésiaitiques et de 6 Prince du Sang de la Maison de Bourbon, établir la primauté du droit interne sur le droit intrenational.

    2. Libérer les Français de tout féodalités.

    Mieux séparer la politique de l’administration, supprimer l’ENA, renforcer la tutelle politique de l’administration des finances, supprimer le système syndical et son monople, et le remplacer par le corporations de métier, abroger ls lois liberticdes Pleven et gayssot-Fabius, contrôler les aides publique accordées aux lobbies, donner aux pouvoir publiques un focndement cosntitutionnel.

    3. Etablir la préférence Chrétienne, familiale et nationale.

    Refaire du Chef d’Etat le Roi Roi Très Chrétien de France et de Navarre, Co-Perince d’Andorre et Empereur des Chrétiens, du Siège Apostolique le Bienfaiteur Héréditaire, de l’Eglise Romaine le protecteur perpétuel, des Lieux Saints le défenseur Souverain du droit, affirmer les racines Chrétiennes de la France, inscrire les préceptes Chrétiens dans la constitution, retirer aux commune la propriété des édifices religieux et luers gestion et le donner à l’Etat Catholique et Royal, réserver à l’Eglise Catholique d’être la seule religion de l’Etat Royal, défendre le clergé, les oeuvres Chrétiennes, les missions dans les banlieues, en Outre-Mer et à l’étranger, favoriser par des mesures économiques et autres moyens la formation de la famille Française et l’accomplissement des devoirs qu’elle comporte, et particulièrement les familles nombreuses, réserver aux seules familles Française l’exclusivité des allocations familiales, seront interdis la double nationalité aux étrangers non-Chrétiens et le droit de vote, seuls les étrangers de confession Catholique résidant en France ont droit de vote : ce droit de vote ne concerne que les élections municipales. Seuls des citoyens Français ont accès aux emplois civils et militaires de l’Etat.

    4. Réformer le code de nationalité.

    Réaffirmer le droit à la filiation dans l’esprit du Testament de Saint-Rémy:  » NAIT FRANCAIS TOUT CITOYEN NE DE PERE ET DE MERE CATHOLIQUES  » ; empécher toute naturalisation de citoyen non-Chrétiens, établir pour des immigrés Chrétiens la naturalisation comme procédure unique, instaurer une période probatoire, appliquer la loi sur la déchéance, rendre impossible la double nationalité, mettre fin aux mariages de convenance.

    5: Supprimer la carte de séjour de 10 ans renouvelable de plein droit.

    Supprimer les cartes de séjour de 10 ans tacitement reconductibles, prévoir le retour des chomeurs en fin de droit, procéder à l’expulsion effective des clandestins et des délinquants étrangers, organiser le retour chez eux des étudiants étrangers à l’issu de leurs études.

    6. Instituer pour les Français le revenu maternel ou parental.

    Créer le revenu maternel ou parental pour les seuls Français, donner un satut à l’activité de mère de famille Françaie, réserver les allocations familiales aux couples Français mariés, créer des aides pour les femmes seules en difficulté avec enfants, créer pour les Français le pret familial au logement.

    7. Assurer le chèque scolaire aux Français de milieu modeste.

    Garantir le libre choix de l’école, favoriser les écoles Catholiques, assurer l’égalité de traitement entre enseignement public et privé, instituer le chèque scolaire, donner leur autonomie aux établissements scolaires, diversifier les ressources des établissements, créer des universités Catholiques, libérer l’école de la mainmise syndicale et bureaucratique.

    8. Mettre en place la régulation des échanges économiques mondiaux.

    Proposer une conférence internationale sur l’assainissement des relations économiques mondiales, assurer le filtrage des fluxs commerciaux, aider nos entreprises sur les marchés extérieurs, reconquérir le marché intérieur, repenser les mécanismes d’aide aux pays en voie de dévelopepement, intégrer les préoccupations non marchandes dams la régulation de la compétition internationale.

     

    9. Sortir de l’Union Européenne et soutenir l’Europe des patries Chrétiennes et couronnées

    Rompre avec l’eurocratie, renégocier les traités, organiser la sorti de la France de l’Union Européenne et travailler pour une Europe des des patries Chrétiennes et couronnées en aidant au retour des Monarchies dans tous les pays européens encore en république et en organisant une Table Ronde des cousins Royaux déjà régnant.

     

    Hervé J. VOLTO, CJA, Président Honaoraire de la Charte de Fontevrault (Président 1991-1994), membre du Chapitre Général et Délégué Officiel pour l’Italie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :