Nous l’avions annoncée, voici venue la gifle électorale d’Angela Merkel.

4 Sep

Coat_of_arms_of_Mecklenburg-Western_Pomerania_(great).svg

Le parti populiste allemand AfD a enregistré un succès électoral éclatant aujourd’hui dimanche 4 septembre en arrivant deuxième lors de l’élection régionale en Mecklembourg-Poméranie occidentale (Nord-Est), humiliant la CDU de la chancelière Angela Merkel, plombée par sa politique d’accueil des migrants. Comme prévu, les sociaux-démocrates du SPD arrivent en tête avec environ 30 %, soit cinq points de moins qu’en 2011 mais l’AfD avec 21 % devance le parti de Angela Merkel, pourtant élue de la région, qui se classe donc 3e avec de 19 à 20 % des voix, selon les sondages des chaînes publiques ARD et ZDF.

« La cerise sur le gâteau, c’est qu’on laisse la CDU de Merkel derrière nous (…) et peut-être est-ce même le début de la fin pour la chancelière Merkel« , a lancé Leif-Erik Holm, chef de file du parti populiste dans cette région de l’ex-RDA. L’AfD fait ainsi une entrée fracassante au Parlement régional pour sa première participation à un scrutin dans ce Land. Le parti avait fait campagne sur le chaos qu’a provoqué selon lui la décision il y a un an jour pour jour de la chancelière d’ouvrir grand les portes de l’Allemagne aux réfugiés.

Même si seuls quelques milliers de réfugiés sont installés dans le Mecklembourg, « la politique migratoire a provoqué un grand sentiment d’insécurité« , explique Frieder Weinhold, candidat CDU à Wismar, ville de 42 000 âmes sur la Baltique. « Je vote AfD. La raison principale, c’est la question des demandeurs d’asile« , confirme un retraité de Ludwig. « Pour eux, il y a de l’argent, pas pour les retraites (…) Ça me met en colère. » Faute d’alliés, ce parti n’a cependant guère de chance d’accéder à des responsabilités gouvernementales dans la région mais un gros score pourrait compliquer la formation d’une majorité.

L’AfD renforce aussi sa position sur la scène nationale, le parti étant déjà représenté dans la moitié des 16 Länder avec ses succès électoraux dans trois régions au printemps. Or ce scrutin, avec celui de Berlin le 18 septembre, fait figure de répétition générale à un an des législatives.
En difficulté – seulement 44 % lui font confiance pour un quatrième mandat -, la chancelière s’est rendue samedi au Mecklembourg, où se trouve sa propre circonscription électorale, pour mobiliser les foules contre les populistes, ces « gens qui provoquent mais qui n’ont rien fait pour ce Land« . Mais les Allemands ont vu ce que la chancelière a fait pour eux !

Au-delà de la question des réfugiés, l’AfD tire sa force du fait que « beaucoup de gens ne se sentent plus représentés« , reconnaît Frieder Weinhold. Un rejet des élites, nourri par une politique d’austérité régionale.

Désemparés par le succès des populistes, qui ont déjà raflé 24 % des voix en Saxe-Anhalt (ex-RDA) en mars, certains responsables ciblent directement la chancelière et sa politique migratoire. Sa décision il y a un an jour pour jour d’accueillir les réfugiés en masse a « provoqué une scission dans notre société« , peste le chef du gouvernement régional sortant, Erwin Sellering (SPD). Angela Merkel souligne pour sa part toujours que ce choix s’imposait en 2015, même si depuis les deux attaques commises fin juillet par des demandeurs d’asile et revendiquées par l’État islamique, elle a donné un accent plus sécuritaire à sa politique.

Trop tard !

Le 4 septembre 2016.

Publicités

3 Réponses to “Nous l’avions annoncée, voici venue la gifle électorale d’Angela Merkel.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 5, 2016 à 5:22 #

    Les allemands, comme les Français ou les américains, ont eux aussi les c… pleines…

  2. Hervé J. VOLTO septembre 5, 2016 à 5:23 #

    On ne sait pas pourquopi, mais il y a comme une exaspération générales dans l’air…

Trackbacks/Pingbacks

  1. documentation.erlande - novembre 22, 2016

    […] Un parti crédité de 13 % des voix aux prochaines élections législatives et qui a fait du rejet de la classe dirigeante l’un de ses leitmotivs, comme l’illustre son slogan  » Merkel muss weg  » ( » Merkel doit partir « ). Un parti qui, trois ans après sa création, est déjà présent dans dix Parlements régionaux sur seize et qui a même, pour la première fois, devancé la CDU aux élections organisées, en septembre, en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Le propre fief électoral de Mme Merkel (Lire « Nous l’avions annoncée, voici venue la gifle électorale d’Angela Merkel » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/04/nous-lavions-annonce-voici-venue-la-gifle…). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :