BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (10/11 septembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

10 Sep

I. Les avorteurs tremblent

Depuis que la diffusion d’un clip télévisé de sensibilisation à la trisomie 21 a amené le Conseil supérieur de l’audiovisuel à contester cette initiative au nom…du respect du droit à l’avortement !

 » CHÈRE FUTURE MAMAN, N’AIE PAS PEUR « 

Ces mots d’apparence anodine sont au cœur d’une polémique mêlant questions morales, éthiques et juridiques. Prononcés dans un clip de sensibilisation à la trisomie 21 jugé ambigu par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), ils ont conduit sept jeunes adultes trisomiques à saisir le Conseil d’Etat, dont l’audience se tenait mercredi 7 septembre, pour défendre leur droit à s’exprimer. Une démarche inédite.

Au centre du débat, un spot télévisé de sensibilisation lancé en 2014 par un collectif d’organisations européennes à l’occasion de la Journée mondiale de la trisomie du 21 mars. Dans cette vidéo de 2 minutes 30, plusieurs jeunes trisomiques européens, dont des Français, s’adressaient à une femme enceinte d’un enfant trisomique, inquiète, en l’assurant de leur capacité à mener une vie heureuse. Entre mars et avril 2014, plusieurs chaînes françaises en avaient diffusé un extrait de 30 secondes à titre gracieux dans leur espace publicitaire, à la demande des associations.

La vidéo a été vue plus de sept millions de fois sur YouTube. Mais sa diffusion au sein des espaces publicitaires des chaînes avait entraîné une  » intervention  » du CSA, qui l’avait estimée en juin 2014  » susceptible de porter à controverse  » et ne relevant pas d’un  » message d’intérêt général « , condition autorisant sa diffusion gratuite pendant le temps publicitaire. Les sept jeunes trisomiques estiment que cette position relève de la  » censure « , et bafoue leur droit d’expression.

 » Pourquoi, parce qu’ils sont handicapés, ne seraient-ils pas autorisés à s’exprimer à la télévision comme tous les autres citoyens ? « , interroge Corinne Bebin, dont le fils Clément fait partie des requérants. Le groupe a choisi de saisir le Conseil d’Etat sans avocat, un geste symbolique.  » Pour une fois, ils veulent que leur parole soit entendue, sans qu’on parle à leur place « , précise Corinne Bebin.

Deux autres organisations qui avaient participé au financement de la campagne de sensibilisation demandent aussi au Conseil d’Etat d’annuler la décision du CSA : l’association Les amis d’Eléonore, qui regroupe des familles de personnes trisomiques, mais aussi la Fondation Jérôme Lejeune, impliquée dans la recherche sur la trisomie 21 et l’une des principales organisations du mouvement pro-vie, militant contre l’avortement.

A leurs yeux, la position du CSA estimant que le clip ne relève pas de l’intérêt général est incompréhensible.  » La vraie question, c’est de savoir si le bonheur des enfants trisomiques est d’intérêt public ou non « , assène Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, qui dénonce  » la priorité du droit à l’avortement sur le droit d’expression des trisomiques « .

Pour justifier sa position, le CSA avait indiqué que la finalité du clip, parce qu’il s’adressait à une future mère, pouvait «  paraître ambiguë et ne pas susciter une adhésion spontanée et consensuelle « . Dans un communiqué expliquant cette position, l’instance avait indiqué avoir reçu des plaintes, l’amenant à considérer le message du clip comme  » susceptible de troubler en conscience des femmes qui, dans le respect de la loi, avaient fait des choix de vie personnelle différents « .

 » Le tabou autour de l’avortement empêche toute discussion sur l’intégration des personnes trisomiques dans la société « , regrette Corinne Bebin, qui rejette fermement l’idée que le clip visait à convaincre une femme enceinte d’un enfant trisomique de poursuivre sa grossesse.

«  On ne veut pas convaincre, mais informer. Dire aux gens que, non, ça n’est pas la fin du monde et qu’une vie est possible. Différente, certes, mais heureuse quand même « , indique une autre mère, membre des Amis d’Eléonore.

Mercredi, la rapporteure publique du Conseil d’Etat a demandé à ce dernier de ne pas suivre les demandes des requérants, estimant que l’adresse du clip à une future mère lui conférait un aspect trop engagé, et donc non susceptible d’être diffusé dans un espace publicitaire. Un choc pour les requérants, qui espèrent que le Conseil d’Etat  » saura redonner aux trisomiques le droit fondamental de s’exprimer « .

Le sentiment de culpabilité de certains, face à l’avortement, doit-il être mieux protégé que le droit à la parole des enfants trisomiques ? Nous posons la question.

 

II. Impôts : l’arnaque

Nous montrions vendredi dernier combien la politique fiscale de François Hollande au cours des quatre premières années de son quinquennat fut catastrophique pour les Français (Lire « Et, maintenant, un quinquennat pour qu’il ne vous reste rien » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/09/bulletin-climatique-quotidien-9-septembre-2016-de-la-republique-francaise/). Nous y annoncions aussi un projet du gouvernement de réduction d’impôts en 2017 pour des raisons purement électoralistes.

impots

Ces mesures ont été annoncées le 9 septembre et, comme nous nous y attendions, il s’agit d’une nouvelle arnaque, en particulier pour les ménages.

Le cadeau que l’on prétend leur faire prend la forme d’une décote de l’impôt sur le revenu (pour l’impôt 2017 acquitté sur les revenus de 2016) d’environ 20% pour les catégories basses des classes moyennes : elle s’appliquera à taux plein pour les célibataires avec un salaire jusqu’à 1 700 euros par mois net (ristourne de 190 euros), les couples gagnant jusqu’à 3 400 euros net, les familles avec deux enfants avec des revenus jusqu’à 4 100 euros (ristourne de 360 euros). Pour éviter l’effet de seuil, la mesure continuera de profiter partiellement aux célibataires gagnant jusqu’à 1.900 euros, aux familles de deux enfants gagnant jusqu’à 4.500 euros. Au total, cette mesure cible environ 5 millions de foyers, qui verront leur note baisser d’en moyenne 200 euros, soit un coût de 1 milliard pour les finances publiques. Ces cadeaux de dernière minute ont évidemment une visée toute politique, ultime tentative d’incarner le slogan présidentiel du « ça va mieux », et surtout d’effacer le sentiment de « ras-le-bol » fiscal persistant qui plombe le bilan du quinquennat.

imgscan-contrepoints-2013-2148-impots-hollande-1024x709

Mais, en réalité, le geste reste modeste, bien inférieur aux 2 milliards un temps évoqués pour des raisons liées à un mauvais contexte de croissance et au nécessaire respect de l’engagement de réduction de déficit auprès de Bruxelles.

Si le gouvernement avait, au nom de la « justice sociale », visé les classes aisées pour ses hausses de 2012 et 2013 –nouvelle tranche supérieure à 45%, mise au barème des revenus du capital, coup de rabot sur le quotient familial… –, d’autres ont eu un impact bien plus large, touchant aussi les classes moyennes –gel du barème de l’impôt sur le revenu, fiscalisation des heures supplémentaires, fiscalisation de la part employeur des complémentaires santé, fin d’avantage fiscal pour certains parents isolés… A l’inverse, selon la même logique de « justice sociale », les baisses, depuis 2014, ont bien, elles, été ciblées sur les imposés les plus modestes, bénéficiant en tout à 8 millions de ménages (dont 1 million qui est sorti de l’impôt ou a évité d’y entrer), mais pas aux autres redevables de l’IR plus riches, soit 10 millions de ménages pour qui la note n’a cessé d’être plus salée.

Au total, se sont donc surtout les classes moyennes qui ont fait les frais de ces folies. En redonnant quelques miettes aux tranches les plus basses de celles-ci, le gouvernement n’améliorera pas de façon significative le pouvoir d’achat de l’ensemble et l’impact sur la consommation, principal moteur de notre économie, sera nul.

impots2013

D’autant que les plus modestes de nos compatriotes, ceux qui on davantage bénéficié des baisses de 2014 ou qui n’en ont pas du tout bénéficié puisqu’ils ne sont pas imposables, ont été frappés par d’autres mesures douloureuses telles que la hausse de la TVA, le relèvement progressif des taxes sur les carburants, la fin des exonérations de cotisations sociales salariales sur les heures supplémentaires, le petit rehaussement des cotisations retraites et la montée de la fiscalité locale !

A qui le futur candidat François Hollande fera-t-il avaler ses nouvelles couleuvres ?

 

III. Sens commun : nous avions prévenu

96325895

Depuis le début de la tentative d’entrisme de quelques renégats de La Manif pour tous avec leur mouvement Sens Commun, au sein de l’UMP puis des Républicains, nous avons tenté de leur faire comprendre sans succès que,  » Quand on veut dîner avec le diable il faut une longue cuillère  » (Lire « Nous les avions prévenus » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/01/23/bulletin-climatique-du-week-end-2324-janvier-2016de-la-republique-francaise/). Alors, de plats de lentilles en autres reniements, ces pitres errent depuis de l’un à l’autre des caciques du parti. Souvenez-vous de ce que déclarait la porte-parole de Sens Commun lors des premières grandes manoeuvres en vue de l’organisation de la primaire de la droite et du centre : « Si le programme du candidat à la primaire ne tient pas compte de nos propositions, on n’hésitera pas à dissoudre l’association« …Lisez maintenant les livres-programmes de chacun des candidats à cette fameuse primaire et vous comprendrez pourquoi Sens Commun est cocu.

Alors, voici maintenant la réaction que viennent de publier les Jeunes Pour la France, après le dernier avatar en la matière que fut il y a quelques jours le ralliement de Sens Commun à la candidature de…François Fillon :

 » Que reste-t-il des grands principes de Sens Commun ? De cet espoir suscité au lendemain des mobilisations contre le Mariage Pour Tous ? De cet élan qui devait préfigurer le renouvellement de la vie politique à droite ?

La réponse à cette question nous est arrivée le 31 août 2016 : Sens Commun va porter la candidature de François Fillon pour la primaire de la droite et du centre ! Vous ne voyez pas le rapport ? Pourtant, cette décision consacre les renoncements de cette formation politique, finalement avalée tout rond dans le broyeur politique des Républicains.

Flash-back. Nous sommes le 26 novembre 2013 : un communiqué de presse nous annonce le lancement d’un mouvement porteur d’espoir : Sens Commun ! Une charte séduisante, des convictions, de la cohérence, de l’enthousiasme, des jeunes en politique. Tout semblait réuni pour renverser la table, et faire inscrire de force dans le programme de l’UMP, puis des Républicains, l’abrogation de la très scandaleuse Loi Taubira.

On leur faisait confiance, puisque dans leur rubrique « Vos questions », ils indiquaient :

« Si nous ne parvenons pas à faire entendre nos principes fondateurs et à en marquer le programme des Républicains, quelle qu’en soit la raison, nous ne resterons pas dans un mouvement qui nous utiliserait comme de simples alibis ».

De belles promesses, pour sûr !

31 août 2016, campagne des primaires de la droite et du centre. Sens Commun suscite désormais, chez de nombreux Français attachés aux vraies valeurs de la droite, la méfiance, la défiance voire le sentiment d’avoir été trahis. Pourquoi cela ?

La déception et l’amertume ressenties à l’égard dudit mouvement sont le fruit de renoncements en cascades, observés depuis les élections régionales.

Sens Commun s’est converti à l’électoralisme. Quelques places de conseillers régionaux, quelques circonscriptions pour 2017, et le tour est habilement joué par les Républicains ! Les chevaliers de la famille sont devenus des agneaux, les domestiques de leur « famille politique ». Quel bilan pour les conseillers régionaux de Sens Commun en faveur de la famille ? Leur passivité face au pass contraception et aux subventions LGBT, notamment en Pays de La Loire ?

Chacun peut apprécier, à titre d’exemple, la dimension surréaliste de cet interview de Jérôme Duchesne, responsable Sens commun en Loire Atlantique, au média Breizh Info :

« On était au courant, quand même, que la région finançait le lobby gay. Mais on ne peut pas juste foutre le bordel, passez-moi l’expression, sans proposer des choses. Un vote de contestation ne change rien. »

L’illustre Jésus Christ disait pourtant : « Si vous rougissez de moi, je rougirai de vous devant mon Père ». Méditation.

Nous apprenons maintenant que Sébastien Pilard, ancien Président de Sens Commun et Conseiller Régional en Pays de la Loire, « fermement opposé au Mariage Pour Tous », a décidé pour sa part de soutenir Nicolas Sarkozy, lequel s’est quand même publiquement moqué de ses militants le 15 novembre 2014, lorsqu’il a déclaré vouloir « abroger puis réécrire la loi Taubira », avant de se raviser dans son livre « La France Pour la Vie ». La cohérence semble portée disparue…

La fraicheur, l’enthousiasme et la jeunesse font maintenant place à un sentiment de déjà vu : une démarche d’entrisme qui échoue, des cadres qui en ont pour leur argent puisqu’ils ont obtenu des mandats, et des militants déconfits. Du classique, en somme. Sauf que ce qui est plus grave, c’est de décevoir ces jeunes qui se sont engagés, et de les avoir utilisés comme des cautions, consciemment ou inconsciemment.

Par ailleurs, le choix de soutenir François Fillon est des plus cocasse. Le candidat souhaite, paraît-il, réécrire la loi Taubira, conserver le mariage homosexuel tout en réfomant la filiation. Ceux qui ont de la mémoire se souviendront que François Fillon préparait, en 2009, un texte de loi créant un « statut du beau parent », qui aurait eu pour effet de créer une filiation homoparentale sans le mariage. Soit l’inverse de ce qu’il propose aujourd’hui.

Sans doute François Fillon et Sens Commun invoqueront le droit à l’oubli, maintenant que leur union est scellée.

Cette décision semble également être une erreur tactique. Si l’on en croit les sondages, François Fillon (crédité de la quatrième place) n’est pas plus en position de gagner que Jean-Frédéric Poisson. Quitte à soutenir un « petit candidat » (expression générique mais teintée de mépris), Sens Commun ferait mieux de soutenir celui qui se rapproche le plus de ses valeurs, en l’espèce Jean-Frédéric Poisson, candidat qui démontre sa probité et sa cohérence doctrinale.

Mais nous passons à côté de l’essentiel. Cette position de circonstance est probablement une manoeuvre destinée à froisser le moins possible le clan Sarkozy, en vue d’un ralliement d’ores et déjà écrit à ce dernier, lors du deuxième tour de la primaire. La boucle sera bouclée…

Charles Péguy disait :

« Taire la vérité, n’est-ce pas déjà mentir ? […] Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires ! »

Pour résumer le propos, Sens Commun est actuellement en vacances dans le pays de l’absurdie. Pas certain qu’ils en reviennent…« 

manif_pour_tous_13012013_021

Que pourrions-nous ajouter, nous qui battions le pavé lors des grandes manifestations de la Manif pour Tous en 2012 et 2013 ?

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Alors, ne manquez pas la superbe exposition du château de Chantilly

chateau-de-chantilly_reference

Le Grand Condé

Le rival du Roi-Soleil ?

unnamed-1

Du 5 septembre 2016 au 2 janvier 2017, le Domaine de Chantilly mettra à l’honneur, dans la salle du Jeu de Paume, l’un des personnages les plus flamboyants de l’Histoire de France, Louis II de Bourbon, prince de Condé (1621-1686), mieux connu sous le nom de « Grand Condé« .

rc3a9ception_du_grand_condc3a9_c3a0_versailles_jean-lc3a9on_gc3a9rc3b4me_1878

Cette exposition – la première sur le sujet ! – permettra de découvrir la personnalité de celui qui fut à la fois le plus grand guerrier de son temps et un véritable héros, mais aussi un rebelle lors de la Fronde. Elle invitera le visiteur à se demander si le premier prince du sang a rivalisé avec son cousin Louis XIV, dans les domaines politique, militaire mais aussi artistique et culturel (en faisant de Chantilly un « anti-Versailles », plus libre et tolérant), mais aussi à voir combien il fut, finalement, l’un de ses plus grands serviteurs.

crvcghmwyaegwyr

Amateur d’art, le Grand Condé le fut assurément. L’exposition sera l’occasion de découvrir les joyaux de sa collection de peintures, où les maîtres anciens (Van Dyck) côtoyaient les plus grands peintres du règne de Louis XIV (Le Brun, Mignard). Le prince fut également un amoureux des lettres et du théâtre, accueillant Molière, Racine, Boileau ou La Fontaine au sein de son château de Chantilly. Seront réunis plus de 120 œuvres et documents historiques de première importance, avec des prêts prestigieux venant des plus grands musées français et étrangers (musée de l’Armée, château de Versailles, musée du Louvre, Victoria and Albert Museum, etc.). Parmi ces œuvres, certaines regagneront Chantilly pour la première fois depuis la Révolution !

800px-grand_conde_louvre_mr3343

C’est en effet le Grand Condé qui transforma Chantilly pour en faire une résidence de prestige. Il fit appel au jardinier André Le Nôtre pour créer le somptueux parc qui nous est parvenu, et au fameux maître d’hôtel Vatel pour d’organiser les fêtes brillantes qui ont fait la réputation de Chantilly. Les visiteurs pourront redécouvrir la formidable histoire d’un Vatel alors grand ordonnateur des plaisirs du prince mais déshonoré par le retard de l’arrivée de la marée lors des réjouissances organisées par le Grand Condé en l’honneur du roi en 1671. Sa fin tragique – il se passa une épée à travers le corps – contribua à forger sa légende et un document d’époque jamais exposé viendra nous raconter cette histoire.

blason_conde

Le 10 septembre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

3 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (10/11 septembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 10, 2016 à 1:34 #

    LE ROI ET LA FAMILLE

    Pour la préférence familiale, le Roi devra:

    1. Rendre à la Famille ses droits légitimes.
    2.Donner aux familles les moyens d’exister.
    3.Protéger les enfants.

    1. Rendre à la famille ses droits légitimes.

    Remettre le mariage à l’honneur : affirmation et défense de la Sainteté du mariage, préférence religieuse dans la fiscalité et la succession, redonner aux parents la responsabilité de l’instruction et de l’éducation de leurs enfants, sanctionner pénalement tout défaut d’éducation, instaurer le suffrage universel intégral où le père peut voter pour ses fils mineurs et la mère pour ses filles mineures, réprimer l’adultaire, l’abandon de famille, les violences conjugales, la drogue, l’abus d’alcool. La PMA est autorisée uniquement pour les couples mariés. La GPA est un crime et un délit.

    La Noblesse, c’est la reconnaissance publique du rôle social de la famille.

    La Royauté, c’est le couronnement de la famille et de l’Etat.

    Voulus Chrétiens.

    2. Donner aux familles les moyens d’exister.

    Créer le revenu maternel ou parental pour les Français, donner un satut à l’activité de mère de famille, réserver les allocations familiales aux couples Français mariés, créer des aides pour les femmes seules en difficultè avec enfants, créer pour les Français le pret familial au logement.

    3. Protéger les enfants.

    Choisir la Vie, permettre l’adoption prénatale, faciliter l’adoption des enfants Français abandonnés, défendre les enfants contre la violence et la pronographie, interdire toute propagande homosexuelles aux enfants mineurs. L’adoption ne sera possible que par un couple hétérosexuel marié à l’église.

  2. Hervé J. VOLTO septembre 10, 2016 à 1:34 #

    LE ROI ET LA FISCALITE

    Pour en finir avec un fiscalisme qui tue la compétitivité des entreprise et le pouvoir d’achaht des consomateurs, il faut :

    1. Libérer le travail.
    2. Favoriser la famille.
    3. Aider les paysans.
    4. Aménager la fiscalité Royale.
    5. Supprimer la fiscalité locale.

    1. Libérer le travail.

    Défiscaliser les heures supplémentaires, réduire les prélèvements obligatoires, interdire constitutionnellement les prélèvements obligatoires au-delà de 23% du revenu (sauf cas d’effort de guerre exeptionnel), supprimer l’impôt sur l’entreprise et toute impositon sur la sucession et la donation des entreprises commerciales et industrielles.

    2. Favoriser la famille.

    Suspension constitutionnelle des prélèvements des droits de succession et de donation aus sein de la famille, suppression de l’ISF, garantir le droit de propriété et le droit à la transmission de la propriété.

    3. Aider les paysans.

    Interdir constitutionnellement toute taxation foncière sur le non-batie, réexamen de la parafiscalité agricole, développement du commerce de proximité, céeune diposition permettant aux agriculteurs d’écouler leur surplus de prodiuction sur les marchés ruraux et de proximité..

    4. Aménager la fiscalité Royale.

    Allègement des droits de mutation à titre honéreux (interdiction constitutionnelle de plus de 6%), interdiction Constitutionnel de tout Impôt sur la Fortune, supression de l’Inpôot sur les sociétès, révison de la règle du décalage de un moi en matière de TVA, supprimer constitutionnellement la TVA sur les activités hotellières et de restauration.

    5. Supprimer la fisaclité locale.

    Supprimer les administrations territoriales, les Conseils cantonaux, Généraux et Régionaux, et revenir au systèmes des prefets représentants le gouvernement dans sa province, supprimer les Cantons, les Départements, les régions et revenirs aux provinces. Seul l’Etat catholique et Royal percevra des impôts. Les collectivités territoriales recevront des dotations de l’Etat Catholique et Royal.

  3. Hervé J. VOLTO septembre 10, 2016 à 1:35 #

    LE ROI ET LA CULTURE

    Pour défendre nos racines Chrétiennes, il faut :

    1. Libérer la culture.
    2. Défendre le patrimoine.
    3. Défendre la langue Française.
    4. Favoriser la renaissance culturelle.

    1. Libérer la culture.

    Supprimer la Loi gaysot-fabius et la Loi Pleven, et ne sanctionner que le passage à l’acte, non l’opininon. Restaurer la liberté d’expression, lutter contre le conformisme, encourager le mécénat.

    2. Défendre le patrimoine.

    Refuser le déracinement culturel, valoriser le patrimoine monumental, architectural et archéologique, libérer les fêtes religeuses et reconstitutions historiques, réorganiser les musées.

    3. Défendre la langue Française.

    Protéger la langue Française dans notre Pays, veiller au rayonnement intrenational du Français, mettre le Français à l’honneur dans le monde scientifique.

    4. Favoriser la renaissance culturelle.

    Encourager le livre et la presse écrite, stimuler le cinéma Français et europèen, sauver le théatre Français, assurer la promotion de la musique Française, encourager la diffusion de la culture Française dans les médias, préserver les patrimoines culturels Français et les défiscaliser, valoriser la culture Chevaleresque, défendre la culture Chrétienne, soutenir les initiatives Chrétiennes Catholiques (CIVITAS, AGRIFF), aider les missions, favoriser l’évangélisation des banlieues, protéger ls musulmans convertis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :