BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (17/18 septembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

17 Sep

rip

Mardi 13 septembre, dans la soirée, la ville de Corbeil-Essonnes (Essonne), dans le sud-est de Paris, a été meurtrie par deux fusillades, dans deux affaires apparemment distinctes ce qui nous paraît rejoindre la situation de Marseille. La cité phocéenne a pourtant déjà connu 26 assassinats dans des règlements de compte depuis début janvier 2016 alors qu’il n’y en avait eu que 17 en 2014 et 19 en 2015 !

corbeil-essonnes-le-gerant-dun-bar-tue-par-balles

Bar-Tabac de la Mairie à Corbeil-Essonne

La première a eu lieu en plein centre-ville, dans le bar-tabac de la Mairie, très connu des habitants, sous les yeux de nombreux témoins. La victime n’est autre que le gérant de l’établissement, un certain Ezzedine, une de nos  » Chances pour la France « . Vers 20h30 un homme est arrivé « sur une moto volée et faussement immatriculée« , et est entré dans le bar « une arme dissimulée dans le dos« . Après « une empoignade » avec le gérant à l’arrière de son commerce (entendez  » un règlement de compte « , il a ouvert le feu sur sa victime et lui a effectivement…réglé son compte en le tuant de plusieurs balles. Le principal suspect a été reconnu par plusieurs témoins. Il s’agit d’une « connaissance de la victime« , qu’il côtoyait depuis huit ans et qui « vit dans une chambre jouxtant le bar-tabac« . L’homme est actuellement en fuite. Une enquête a été ouverte pour « homicide volontaire avec préméditation » (cela s’appelle un assassinat) et confiée à la police judiciaire de Versailles.

La même soirée, une autre fusillade, sans lien avec la première nous dit-on, a éclaté vers 22h00. Cette seconde affaire a eu lieu dans le cadre d’affrontements dans le quartier Montconseil, situé au sud de la ville, entre des jeunes de cette zone et d’autres des Tarterêts, un quartier rival du nord de la commune. Une racaille de 19 ans, prénommée…Abdel, une autre de nos  » Chances pour la France « , se trouve actuellement entre la vie et la mort, après avoir été touché d’une balle dans la tête (on s’étonne d’ailleurs des dégâts occasionnés dans ce crâne !). Son « pronostic vital (est) très sérieusement engagé« , a précisé le parquet. Deux autres hommes ont été blessés à l’arme blanche, mais leurs jours ne sont hélas pas en danger.

Sur les lieux du crime, quatre nouvelles  » Chances pour la France « , âgées de 19 à 20 ans, dont trois résidant à Corbeil-Essonnes, ont été interpellées à bord d’un véhicule qui tentait de quitter précipitamment les lieux. Un pistolet automatique a notamment été retrouvé dans leur voiture. Selon le procureur d’Évry,  » plusieurs éléments d’enquête permettent de penser que les quatre personnes interpellées ont participé à la rixe et au coup de feu tiré sur la victime « . Le parquet a ouvert une enquête pour « tentative d’homicide volontaire par arme à feu, violences volontaires avec arme, le tout commis en bande organisée« .

Comme beaucoup le savent, la rivalité entre les quartiers des Tarterêts et de Montconseil existe depuis de nombreuses années à Corbeil-Essonnes. Un peu comme celle que l’on connaît ailleurs entre Benghazi et Tripoli, en Libye, ou Alep et Damas en Syrie !  Après cette nouvelle flambée de violence, la préfecture de l’Essonne, toujours prévoyante, a annoncé dans un communiqué le déploiement de renforts policiers, pour un total de 200 hommes actifs mercredi soir et « possiblement les jours prochains » dans la ville. Quant à la municipalité, jamais en retard en matière de dhimmitude, elle a indiqué qu’elle dépêchait des « personnels qualifiés » dans les deux quartiers pour tenter d’apaiser les tensions !

Réjouissons-nous de tous ces départs précipités mais dont il va falloir accélérer le rythme…si nous voulons que ça change!

 

II. Et une casserole de plus pour Nicolas Sarkozy

Nous évoquions, il y a quelque jours, le rapport parlementaire britannique consacré à l’intervention du pays en Libye, aux côtés de la France, en 2011 (Lire notre article sur le sujet dans le Bulletin climatique de la République françaisehttps://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/15/bulletin-climatique-quotidien-15-septembre-2016-de-la-republique-francaise/).

Ce rapport contient beaucoup de bonnes choses. Il est en particulier très sévère pour les deux responsables européens à cette époque au pouvoir, Nicolas Sarkozy et David Cameron, qui vont prendre l’initiative de cette intervention. Barack Obama est, au départ, plus réticent, mais se laissera convaincre sous la pression de sa secrétaire d’Etat, Hillary Clinton. Or, sans les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne eussent été militairement incapables de mener l’opération.

44b9a0afb581d5514c43d0c22d

Les deux principaux artisans de cette catastrophe

Etabli par la commission des affaires étrangères des Communes, le rapport contient un rappel détaillé des faits. Déclenchée dans la foulée des «  printemps arabes « , une guerre civile s’installe dans la Libye du colonel Mouammar Kadhafi. Le gros d’une insurrection armée naissante, appuyée par l’Arabie saoudite et le Qatar notamment (rappel intéressant quand on se souvient des liens étroits entre Nicolas Sarkozy et ces théocraties de la péninsule arabique), est replié sur la côte Est, à Benghazi. La population civile de la deuxième ville du pays est menacée d’une contre-attaque des colonnes blindées du régime.

La Ligue arabe et l’Union africaine réclament une intervention extérieure. Nombre de journalistes et d’ONG ainsi que quelques intellectuels (au premier rang desquels plastrone Bernard-Henri Levy) pointent le risque d’un massacre de civils à Benghazi de la part de la soldatesque kadhafiste. Le Conseil de sécurité de l’ONU donne son accord à une intervention au nom de la protection des civils. Mais Londres, Paris et Washington vont bien au-delà et, durant plus de deux mois, mènent une campagne de bombardements qui appuie, de facto, l’avance de la rébellion au sol.

images-1

Trop fort, BHL ! A côté, 007 est bien peu de chose

Le rapport britannique dit fort justement qu’on est passé d’une intervention ponctuelle de défense de la population de Benghazi à une opération de changement de régime – que l’ONU n’avait pas votée et à laquelle ni la Russie ni la Chine n’avaient donné leur accord. Le rapport pointe l’irresponsabilité des trois intervenants occidentaux : le régime effondré, l’absence totale d’opposition organisée livre la Libye à la guerre des milices, aux djihadistes et au drame humanitaire des réfugiés. Si l’on n’était pas prêt à un long et coûteux  » suivi  » d’accompagnement politique post-Kadhafi, alors il ne fallait pas appuyer la rébellion.

Les élus britanniques précisent que la menace pesant sur Benghazi a été exagérée et que les raids occidentaux ont abouti à la désintégration d’un Etat qui n’en n’était pas un et l’entrée en action de groupes djihadistes (déjà présents au sein de la rébellion). C’est ce que le Conseil dans l’Espérance du Roi a dénoncé dès sa fondation.

Mais ce qui retient tout particulièrement notre attention dans ce rapport, c’est qu’il consacre six paragraphes au rôle de la France et à ses liens avec le gouvernement britannique de l’époque. Cette partie du rapport se conclue ainsi : «La France a mené la communauté internationale en poussant pour une intervention militaire en Libye en février et mars 2011. La stratégie britannique a suivi des décisions prises en France.» Déclaration qui vient donc appuyer les nombreux articles que nous avons consacrés à cette terrible affaire dont nous n’avons pas fini de payer le prix.

Le résultat de l’intervention des Français, Britanniques et Américains est, selon le document,  » un effondrement politique et économique, des affrontements entre milices et tribus, des crises humanitaires et migratoires, des violations des droits de l’homme à grande échelle, la dissémination des armes du régime de Kadhafi dans toute la région et l’expansion de – l’organisation – Etat islamique en Afrique du Nord « .

Mais le document contient aussi une analyse des motivations de Nicolas Sarkozy, partenaire de M. Cameron dans la décision d’intervenir en Libye, en application de la résolution 1973 des Nations unies. L’élan  » est parti de France « , notent les députés de Westminster. Plus précisément, le document cite une conversation entre des responsables des services secrets français et la secrétaire d’Etat américaine d’alors, Hillary Clinton.

Les objectifs du président français d’alors, tels que rapportés par Sidney Blumenthal, un conseiller de Mme Clinton, seraient de cinq ordres : «  le souhait d’obtenir une plus grande part de la production de pétrole libyenne  » (on peut mesurer aujourd’hui la justesse de l’argument…); celui d' » accroître l’influence française en Afrique du Nord  » (catastrophique); la volonté d' » améliorer sa situation politique en France  » (guère meilleure), de  » répondre aux (…) projets de Kadhafi de supplanter la France en Afrique francophone  » (on en a vu le résultat au Sahel et en République Centrafricaine), enfin, de  » permettre aux armées françaises de réaffirmer leur position dans le monde  » (OUF ! L’ARMÉE NOUS A SAUVÉS !). Cette liste de motifs omet hélas la volonté française de prendre en marche le train du  » printemps arabe  » et de faire oublier le fiasco de Paris en Tunisie. Et quand on pense que Nicolas Sarkozy a l’audace de prétendre à une victoire aux élections présidentielles de 2017 après un tel fiasco…

Mais son rival, Alain Juppé, à l’époque ministre des affaires étrangères, n’est pas oublié par les parlementaires britanniques, qui citent sa présentation exagérément alarmiste de la situation en Libye, lors d’un discours au Conseil de sécurité de l’ONU en faveur d’une intervention.  » La situation sur le terrain est plus alarmante que jamais « , avait alors déclaré M. Juppé, qui avait ajouté :  » Il nous reste très peu de temps, c’est peut-être une question d’heures.  » Interrogé mercredi matin à la BBC, Crispin Blunt, le président (conservateur) de la commission des affaires étrangères des Communes, a estimé :  » Nous avons été entraînés à intervenir par l’enthousiasme des Français.  » Selon la commission,  » des solutions politiques  » auraient été envisageables après que la protection de Benghazi avait été assurée. Mais, le gouvernement britannique, déplorent les députés,  » était exclusivement focalisé sur une intervention militaire « .

Pointant  » l’incapacité  » de Londres à  » analyser la nature de la rébellion en Libye « , en particulier le poids des islamistes extrémistes en son sein, les parlementaires l’expliquent par  » des renseignements incomplets, une connaissance institutionnelle insuffisante « , et le fait d’être  » pris dans l’enchaînement des événements « . Incapable de vérifier la réalité des menaces contre les civils, le gouvernement aurait  » pris pour argent comptant des éléments de la rhétorique de Mouammar Kadhafi « , qui jurait d’écraser la rébellion dans  » des rivières de sang « …

Enfin, les élus insistent sur  » l’incapacité de la communauté internationale à mettre en sécurité les armements abandonnés par le régime Kadhafi « , qui ont essaimé dans toute l’Afrique du Nord et au Sahel. Ils soulignent aussi le peu d’intérêt des Britanniques et des Français pour la reconstruction du pays – moins de 50 % des sommes dépensées pour l’intervention militaire – après la chute de Kadhafi.

slide_230657_1058031_free_01

Nicolas et son pote

Un désastre dont les principaux responsables osent encore se pavaner sur nos écrans. Souvenez-vous d’eux : Nicolas Sarkozy, David Cameron, Barack Obama et Hillary Clinton. Sans oublier bien sûr Bernard-Henri Levy et Alain Juppé…

 

III. Après quelques banques américaines, c’est au tour de la Deutsche Bank (DB)

de passer à la caisse

L’affaire des prêts hypothécaires subprime refait surface et pourrait coûter bien plus cher que prévu à Deutsche Bank (DB). La banque allemande a confirmé, dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 septembre, que le ministère de la justice américaine lui avait proposé un accord à l’amiable : le versement d’une amende de 14 milliards de dollars (12,5 milliards d’euros) pour passer l’éponge sur ses malversations supposées sur le marché immobilier américain entre 2005 et 2007.

La somme faramineuse, si elle était confirmée, pourrait mettre la première banque allemande en très grande difficulté. Or, dans une note publiée le 30 juin, le Fonds monétaire international estimait que Deutsche Bank était l’établissement systémique le plus dangereux au monde, devant HSBC et Credit Suisse, en raison de sa forte exposition à d’autres entreprises et de la forte variation de son cours depuis dix ans.

960-deutsche-bank-slipped-5th-investment-bank-ranking

Cette annonce a donc logiquement fait plonger le titre en Bourse dans les premiers échanges à Francfort vendredi matin. Dans son sillage, Royal Bank of Scotland et Credit Suisse perdaient plus de 4 %, tirant vers le bas l’indice bancaire européen.

Dans son communiqué de presse, paru peu après minuit, DB a tenu à relativiser la portée de l’information. Elle a précisé jeudi que la somme n’était qu’une  » première proposition  » de compensation de la part du ministère de la justice, qui a prié la banque de lui faire une contre-offre, ouvrant la voie à une négociation. Le système américain permet de mettre un terme à une procédure judiciaire en permettant aux parties de s’entendre sur une somme compensatoire qui met fin au procès. Mais il ne faut pas se faire trop d’illusions, le ministère américain de la justice est en général sûr de son affaire sur ce terrain…

Deutsche Bank a indiqué qu’elle  » n’avait aucunement l’intention  » de verser une amende de cette ampleur.  » Les négociations n’en sont qu’à leur commencement. Deutsche Bank s’attend à ce que le montant final se situe au niveau de la concurrence, qui s’est déjà entendue avec le ministère de la justice américain à des montants bien plus faibles « , précise le communiqué. A l’amiable, les banques ont négocié des amendes aux montants très variables : au printemps, Goldman Sachs s’était acquitté d’une somme de 5 milliards de dollars pour son rôle dans l’affaire des prêts hypothécaires subprime, contre 15 milliards avancés au départ par les autorités. JPMorgan Chase, en revanche, a versé 13,4 milliards de dollars d’amende en 2013 pour son rôle dans cette affaire.
Mais,pour la banque allemande, le risque est énorme : elle n’a provisionné que 5,5 milliards d’euros pour  » risques judiciaires  » dans son bilan et le dossier des subprimes est loin d’être la seule procédure judiciaire en cours. Le dernier dossier en date de DB concerne une affaire de blanchiment d’argent en Russie, qui occupe également la justice américaine.

Si le montant de 14 milliards de dollars est, de l’avis des spécialistes, étonnamment élevé, la négociation à venir survient au pire moment : en pleine campagne pour la présidentielle américaine en novembre. Les candidats, et au premier chef la démocrate Hillary Clinton, régulièrement accusée d’être proche de Wall Street, pourraient porter le cas sur la scène politique. La banque allemande est l’une de celles qui ont le plus spéculé sur le marché hypothécaire américain, dont l’effondrement a privé de leur logement des millions d’Américains.

Or, Deutsche Bank est actuellement au plus mal. Au dernier trimestre, elle a dégagé un résultat tout juste positif, à 20 millions d’euros, et a vu ses performances reculer dans presque tous ses secteurs d’activité. Comme l’ensemble du secteur bancaire, elle souffre du contexte économique actuel et de la faiblesse des taux d’intérêt. Mais ses piètres résultats sont liés au plan d’économie et de réduction des risques en cours, qui comprime mécaniquement le chiffre d’affaires.

Cette stratégie de redressement, lancée par le directeur de la banque depuis un an, John Cryan, n’a pas réussi à convaincre les investisseurs, qui boudent toujours le titre. A Francfort, l’action titre avoisine les 14 euros, contre plus de 100 euros il y a dix ans. Les investisseurs redoutent une augmentation de capital, ce qui dissoudrait la valeur de leur titre. L’option a jusqu’ici été rejetée par M. Cryan, mais, en raison des faibles bénéfices actuels, la marge de manœuvre est de plus en plus réduite.

1264145-14-milliards-dollars-deutsche-bank

Les autorités de contrôle bancaire aussi peinent à faire confiance à l’établissement allemand. Lors des derniers tests de résistance européens, dont les résultats ont été publiés fin juillet, la banque s’est classée parmi les établissements les plus faibles des 51 banques analysées, à cause de niveaux de capitaux propres jugés trop faibles. Aux Etats-Unis, sa filiale a échoué aux tests de résistance. Les régulateurs américains ont jugé insuffisante sa gestion du risque et son contrôle interne.

La fermeture du dossier subprime serait en tout cas une épine de moins dans le pied de DB, déjà boursouflé par de multiples procédures judiciaires. L’affaire des prêts hypothécaires américains remonte à la période d’avant la crise de 2007, dont elle est considérée comme la cause directe. Comme d’autres banques, DB a réalisé à cette époque d’énormes profits en spéculant sur le marché immobilier américain.

Où sont-ils passés ? Voilà une bonne question.

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Pour ceux que la vie de cour passionne :

Parution fin octobre 2016 du dernier livre d’Alexandre Maral 

9782262047795

 

avec une préface de Stéphane Bern. En voici la présentation :

« Pour la première fois, les portraits croisés des femmes qui firent Versailles, de Madame de Maintenon à Marie-Antoinette.

Résidence des trois derniers rois de France de l’Ancien Régime, Versailles fut aussi le séjour de leurs épouses : Marie-Thérèse, qui y mourut en 1683, Marie Leszcynska, qui y vécut de 1725 à 1768, et Marie-Antoinette, qui y fut dauphine en 1770, puis reine de 1774 à 1789.

phod7e9b628-c0f8-11e5-a9a7-f498ecbb74e8-805x453

Chacune à sa manière, ces trois personnalités ont laissé leur empreinte à Versailles, celle de Marie-Antoinette étant aujourd’hui la plus lisible. Les membres féminins de la famille royale occupèrent également une place importante à Versailles, de la sémillante duchesse de Bourgogne sous Louis XIV aux inoxydables filles de Louis XV.

chateau-versailles-03-galerie-des-glaces

D’autres femmes, enfin, illustrèrent Versailles : une Madame de Maintenon, devenue l’épouse secrète de Louis XIV, les nombreuses favorites de Louis XV, de Madame de Mailly à Madame Du Barry en passant par l’indétrônable Madame de Pompadour, les amies de Marie-Antoinette, la duchesse de Polignac notamment. Conçu et rédigé sur les lieux mêmes qu’elles ont hantés, ce panorama de la composante féminine de la résidence en majesté du pouvoir offre un aperçu sur les conditions de vie des femmes à la cour, une étude sur leur rôle social, culturel et éventuellement politique, une réflexion enfin sur leurs destinées, souvent improbables, toujours exceptionnelles. »

c_christian_milet_-_chateau_de_versailles

« Femmes de Versailles », Alexandre Maral, Perrin, 2016, 350 p.

 

Le 17 septembre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

2 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (17/18 septembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO septembre 17, 2016 à 4:37 #

    Le Groupe Royaliste d’Initiative et de Proposition Politique est un mouvement Royaliste. Cela signifie que son objectif est de favoriser la restauration de la Royauté. Le GRIPP s’implique dans une démarche d’unification DE TOUS LES ROYALISTES, sous réserve du respect de quatre conditions :

    1) mener un combat contre le mondialisme (moratoire de la dette publique, protection de notre agriculture et de notre industrie, retour au franc et réintégration de la Banque de France dans l’appareil d’Etat (alors qu’elle a été privatisée en 1973), retour à l’étalon or );
    2) afficher notre vocation Chrétienne (respect de la vie de la conception à la mort, affirmation de la famille fondée sur le mariage d’un homme et d’une femme, responsabilité des parents pour l’éducation de leurs enfants , soutien politique des communautés Chrétiennes dans les pays où elles sont menacées, liberté religieuse dans les Etats musulmans, Politique d’immigration : oui à l’immigration, mais une immigration européenne, de culture Chrétienne. Respecter le principe : « cujus regno, ejus religio »);
    3) participer aux luttes que mène le peuple avec les organisations qu’il se donne (le GRIPP recherche l’alliance avec d’autres organisations Royalistes, à condition qu’elles respectent les critères définis ci-dessus. Parallèlement, pour répondre à la grave crise que connaissent les populations, le GRIPP pense utile de prendre des contacts avec des organisations politiques, Royalistes et non Royalistes, pour leur proposer de mettre en place ensemble un « Conseil Français de la Résistance à l’Occupant » (CFRO) sous forme d’un cartel d’organisations);
    4) considérer que le changement de pouvoir ne pourra se faire QUE par les élections (Usage de la propagande et de l’agitation. La propagande consiste à diffuser globalement l’ensemble des idées portées par un parti politique relativement au projet de société que celui-ci propose. L’agitation consiste à diffuser un message restreint, souvent formulé à travers un slogan ou un mot d’ordre (tel que, par exemple « pour l’enseignement libre », « non à l’avortement » ou encore « Moratoire de la dette publique », etc) illustrant tel ou tel aspect de la mise en oeuvre du projet de société considéré, ou allant dans le sens de cette mise en oeuvre. L’intérêt de l’agitation réside dans la possibilié de mobiliser de larges masses du fait que l’objectif est limité. La décision a été prise par ale GRIPP de conduire son action politique en utilisant d’une manière complémentaire l’agitation et la propagande. La propagande doit se développer à la fois sur un plan général et sous forme de slogans spécifiques. Quant à l’agitation, il paraît judicieux au GRIPP de décliner son combat selon trois axes : un axe spirituel, un axe idéologique et un axe économique).

    Les exemples de christianophobie abondent. C’est actuellement le terrain de lutte privilégié de CIVITAS. Mais nous savons que cette organisation a pour seul objectif de construire en France un lobby chrétien. C’est du gâchis alors qu’il y a, relativement, une forte mobilisation sur ce thème avec, très probablement, un important potentiel de développement. Le fait que des slogans tels que « La France est Chrétienne et doit le rester » aient été présentés sur des banderolles lors d’une récente manifestation montre que ce mouvement est naturellement porteur d’une alternative politique. Il ne manque qu’un parti pour lui donner clairement cette dimension. Il nous faut donc, là aussi, mener le combat à l’intérieur de ce mouvement pour que celui-ci prenne en charge des mots d’ordre ouvertement anti-républicains.

    Le GRIPP a commencé à prendre des contacts avec des organisations politiques, Royalistes et non Royalistes, pour leur proposer de mettre en place ensemble un « Conseil Français de la Résistance à l’Occupant » (CFRO) sous forme d’un cartel d’organisations.

    Selon le blog du MNR — le Mouvement National Républicain fondé par Bruno Mégret —, le coup d’envoi de la manœuvre aurait été donné le 5 février 2011.

    À l’appel de l’institut Civitas, une centaine de personnes venues de toute la France dont un grand nombre d’élus ou d’anciens élus locaux ont travaillé le 5 février à Paris pour examiner les possibilités offertes aux catholiques de faire entendre leur voix aux municipales de 2014 et d’entrer dans les conseils municipaux […]
    Annick MARTIN, vice-président du MNR et
    Yann PHELIPPEAU, secrétaire général adjoint du mouvement, mais aussi
    Carl LANG, président du Parti de la France, et
    François FÉRRIER pour la Nouvelle Droite Populaire
    ont répondu à l’invitation de Civitas et ont assisté au colloque. Ils ont pu, à cette occasion, discuter avec le secrétaire général de Civitas de l’intérêt de monter des actions de synergie pour les municipales

    Source : Le site du Mouvement National Républicain (MNR).

    Le IVe Congrès nationaliste du 10 avril 2011

    Le compte-rendu du site du Congrès nationaliste
    Le Congrès Nationaliste rassemble plusieurs acteurs de la réunion du 5 février, accompagnés d’autres responsables. Sont en effet présents :

    Alain ESCADA (président de Civitas ),
    Carl LANG (président du Parti de la France ),
    Jérôme BOURBON (directeur de Rivarol ),
    Thibaut de CHASSEY (président du Renouveau français ),
    Roger HOLEINDRE (président du Cercle national des combattants ),
    Louis LEFRANC (directeur de L’Héritage ),
    Oleg TIAHNYBOK (président du Parti national ukrainien « Svoboda »),
    Alberto TORRESANO de la Falange espagnole ,
    Vincent REYNOUARD.
    Source : Le site du Congrès Nationaliste.

    Note sur le journal Rivarol et son directeur Jérôme BOURBON
    Cet hebdomadaire — destiné aux nationalistes catholiques —, ne cesse de célébrer les différents apôtres de l’idéologie nationaliste et du compromis nationaliste. Le caractère œcuménique de Rivarol peut être illustré par la diversité des invités d’honneur du banquet des 60 ans de Rivarol qui rassemblait le 21 mai 2011 :
    Vincent REYNOUARD, collaborateur à Rivarol (au moins jusqu’en 2012) [1]
    Pierre SIDOS, président fondateur du parti Œuvre Française,
    Robert SPIELER, de la NDP et chroniqueur régulier à Rivarol,
    Thibaut de CHASSEY du Renouveau Français,
    Jérôme BOURBON.
    Source : Le blog Synthèse nationale de Roland HÉLIE.

    La fête de sainte Jeanne d’Arc du 8 mai 2011

    Le compte-rendu du site du MNR
    Cet évènement permet, semble-t-il, de mesurer les forces du mouvement politique naissant. Écoutons Jean-Claude PHILIPPOT, Délégué aux relations extérieures pour l’Institut Civitas, et, alors, membre du Bureau National du MNR, nous faire le compte rendu des différentes manifestations organisées ce jour-là.

    8 mai 2011 : Fête de Ste Jeanne d’Arc,
    La France catholique, nationale et identitaire se réveille. Elle est de retour. L’identité nationale, une valeur ringarde et dépassée ? Pas du tout. Les deux défilés qui ont été organisés à Paris le 8 mai démontrent le contraire.

    LE PREMIER, le matin, organisé à l’appel

    de NDP,
    de Troisième Voie,
    du Renouveau français,
    du GUD et
    de Terre & Peuple
    a réuni 1500 jeunes nationalistes autour du thème « la France est de retour : tous contre le mondialisme.

    Les participants à cette manifestation ont pu entendre des discours sortant de ce politiquement correct habituel qui n’est que du sida mental. Signalons parmi les discours,

    Pierre VIAL, qui montra la filiation entre les Versaillais de 1870 et SARKOZY, comment le peuple de France est victime d’une bourgeoisie apatride qui organise l’invasion de notre pays ;
    Ro­bert SPIELER (président de NDP), qui a lancé un vibrant appel à la libération de la France et de l’Europe, à la création d’une Europe des nations, indépendante des États-Unis et alliée de la Russie ;
    Serge AYOUB (président de Troisième Voie) qui a rappelé quant à lui la grande continuité du peuple de France de souche qui, depuis Charles Martel, a toujours répondu « présent » face aux envahisseurs et qui saura demain faire la même réponse.
    LE SECOND, l’après-midi, organisé par l’Institut Civitas dans le cadre d’un hommage national, a rassemblé près de 5000 catholiques répondant à l’appel d’un comité de parrainage où toutes les sensibilités catholiques traditionnelles étaient représentées et où, s’agissant des responsables politiques,

    Annick MARTIN (président du MNR ) voisine avec
    Carl LANG (président du PdF ), avec
    François FERRIER (du bureau politique de la NDP ), avec
    Pierre SIDOS (président de l’Œuvre Française ), avec
    Pierre BERNARD (président de l’Alliance Royale ) et
    Thibaut de CHASSEY (directeur du Renouveau français )…
    Source : Le site du Mouvement National Républicain (MNR).

    L’Œuvre Française est un mouvement nationaliste d’obédience pétainiste :

    L’Œuvre française incarne en toute légitimité l’expression publique de la pensée nationaliste, dont le socle demeure le patriotisme national traditionnel. Celui qui a permis à la France historique de se constituer, d’être et de durer comme une unité de destin dans l’universel. Les grandes références d’un nationalisme français, débarrassé de tout esprit partisan, étant
    la remise en état de la société réalisée à l’époque du Consulat de Bonaparte,
    la mystique du territoire prônée par BARRÈS,
    l’empirisme organisateur explicité par Charles MAURRAS,
    avec en complément des apports nouveaux sociologiques formulés par Édouard DRUMONT, Alexis CARREL, Henry COSTON, Maurice BARDÈCHE.
    Source : Le blog de L’Œuvre Française.

    Conclusion

    L’œcuménisme nationaliste, en plus de la multiplication des mouvements maurrassiens, s’élargit maintenant tous azimuts aux nationalistes révolutionnaires, aux sedevacantistes, aux néo-nazis et même aux militants païens antichrétiens.

    Le « XIVe Forum de la Nation » du 15 octobre 2011
    À Lyon, ce jour là, se rassemblent de nouveau, les principaux acteurs de cette tentative. Sous la présidence d’Yvan Benedetti, directeur de jeune.nation.com, on retrouve :

    Pierre SIDOS (invité d’honneur),
    André GANDILLON (président des Amis de Rivarol et directeur de Militant),
    Jérôme BOURBON (Directeur de Rivarol),
    Gaël de CRÉPY (Renouveau français)… ont répondu à l’appel.
    Le banquet du soir est animé par le chanteur « Docteur Merlin ».
    Source : Le blog Synthèse Nationale de Roland HÉLIE.

  2. Hervé J. VOLTO septembre 17, 2016 à 4:38 #

    Face à la violence sournoise qui s’exerce partout, contre l’âme des nos enfants, contre les Catholiques, contre le traditions de notre Pays, contre son Histoire, contre la sécurité et l’honneur de la France, nous, Royalistes, nous devons opposer SANS RELACHE nos valeurs Chrétiennes, familiales et patriotiques.

    Les Monarchistes sont les seuls qui peuvent répondre à l’appel d’Alain Finkielkraut demandant de ne pas “oublier les Français de souche”.

    -Avant d’être Royaliste, je suis Catholique et Français; je dirai même que je suis Royaliste parce que Catholique et Français (Maurice d’Andigné).

    Le Royalisme est-il plus identitaire que ne peut l’être la république?

    Régulièrement, nous pouvons observer des Royalistes rejoignant les groupes identitaires ou bien des identitaires se déclarant plutôt Royalistes. Car le nationalisme intégral porte au Royalisme, le Roi étant l‘incarnation de la nation et le Père du Peuple. Et on retrouve beaucoup d’identitaires et de Royalistes dans les manifs anti-mariage gay et anti-avortement. Avec les Bonnets Rouge -qui ne sont pas des beaufs grégaires mais seulement des braves gens excédés!- ils portent le même dynamisme et témoignant de la vitalité de ces Français décidés à reprendre leur destin en main. Aussi, identitaires et Royalistes appelant-ils à un sursaut national, toutes tendances confondues…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :