BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (4 octobre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

4 Oct

388662181_small

I. Aux armes citoyens !

Les nouvelles vont vite ! Et les appels à la révolte du Conseil dans l’Espérance du Roi se répandent.

Ainsi, nos trois articles consacrés à la répartition autoritaire de milliers de migrants dans les villages de France, à la suite du démantèlement de l’ignoble bidonville de Calais font mouche. Il y eut d’abord « Les nouveaux représentants de la République en mission« (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/14/bulletin-climatique-quotidien-14-septembre-2016-de-la-republique-francaise/) qui fustigeait la malhonnêteté et le passage en force des pouvoirs publics à l’égal des citoyens et de leurs édiles. Nous y soumettions en particulier les propositions suivantes :

400px-reprc3a9sentant_en_mission

 » Face à cette forfaiture chaque Française et chaque Français doit se dresser dans une démarche de salut public :

1/ en recherchant et en identifiant dans chaque commune la moindre possibilité d’accueil de ces migrants,

2/ en attirant l’attention de ses édiles sur le danger de la démarche ministérielle et en leur exposant vigoureusement les moyens de s’y opposer,

3/ en organisant, avec l’aide des concitoyens volontaires, tous moyens susceptibles de constituer des obstacles administratifs ou matériels à la réquisition des locaux concernés. Les évènements survenus à Forges-les-Bains (Essonne) la semaine dernière sont en la matière un cas d’école. »

Dans le deuxième, intitulé « Centres d’accueil pour migrants: les boniments de Bernard Cazeneuve » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/?s=les+boniments+de+bernard+cazeneuve&submit=Recherche), nous pointions du doigt les pressions de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, et d’Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, sur les parlementaires afin qu’ils tentent de  » convertir  » les maires de leur circonscription aux bienfaits de l’accueil des migrants en question. Nous disions en particulier ceci :

les-ministres-de-l-interieur-et-du-logement-bernard-cazeneuv_2845578

 » (…) dans une seconde lettre envoyée aux députés, Mme Cosse et M. Cazeneuve appellent les parlementaires à « contribuer à réaliser un travail d’information, de sensibilisation et de pédagogie auprès des élus locaux de (leurs) territoires ». Après les Représentants en mission, voici venir les Parlementaires en mission. Autant de missionnaires du » Grand Remplacement « . »

Enfin, dans le troisième, intitulé « L’habit ne fait pas le moine » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/10/01/lhabit-ne-fait-pas-le-moine/), nous moquions les préfets, factotum du gouvernement, à propos de la saisie par celui de la Drôme du tribunal administratif à seule fin de faire interdire le référendum souhaité par le conseil municipal et les habitants d’Allex (Drôme) pour manifester leur hostilité à l’accueil imposé de migrants dans un château de la commune. Notre conclusion y était celle-ci :

cape-prefet-013

 » Le Conseil dans l’Espérance du Roi affirme sa solidarité avec la municipalité et les habitants d’Allex et les incite, comme il l’a déjà fait pour toutes les autres villes et villages de France à résister à l’invasion autant qu’à l’oppression. »

François Hollande a annoncé le démantèlement complet du camp de migrants de Calais, baptisé « la jungle de Calais », d’ici la fin de l’année. Plus de 10 000 de ces migrants vont donc être répartis dans différents centres situés dans tous les coins du pays.

Mais, aujourd’hui, nombreux sont les habitants qui sont hostiles à l’accueil des migrants de Calais (et d’ailleurs) dans leur commune et le font savoir, exigeant en outre d’être consultés.

A Saint-Denis-de-Cabanne, une petite commune de la Loire, comptant 1280 habitants, 250 personnes ont manifesté samedi 1er octobre, à l’appel du Front national. Le mois prochain, le village devrait accueillir 50 migrants issus du camp de Calais. Nicolas Bay le secrétaire général du Front national était présent, et a dénoncé « ces accueils forcés aux frais du contribuable ».

Autre exemple, à Allex, un village de 2500 habitants dans la Drôme, où le maire s’est vu refusé par l’Etat l’organisation du référendum qu’il souhaitait mettre en place pour l’accueil de migrants. Depuis quelques semaines, les habitants expriment leur mécontentement alors que leur commune devrait héberger 50 migrants dans un château des alentours, baptisé Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO).

Dimanche, à Louveciennes, une ville située à l’ouest de Paris, les élus ont rejoint les habitants pour manifester contre la création d’un camp d’une vingtaine d’hectares qui devrait être établi sur le site de Villevert. Une centaine de migrants déplacés de Calais devraient l’occuper. Cette semaine, le site a été la cible d’un incendie volontaire, comme le fut celui de Forges-les-Bains (Essonne).

unknown

Manifestation de Louveciennes

Et ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres déjà connus ou à venir. Une chose est sûre, depuis le début du mois de septembre les évènements de ce genre se multiplient un peu partout en France, témoignant de la colère des citoyens.  Ces décisions politiques sont d’autant moins tolérables que la plupart des migrants que l’on installent dans ces centres d’accueil ne sont pas éligibles au statut de réfugié.

La durée d’examen de leurs dossiers les mènera inéluctablement jusqu’à la prochaine législature, laissant aux successeurs la responsabilité improbable de leur renvoi. C’est avec ces méthodes que l’on crée le  » Grand Remplacement « .

Pour nous, comme nous le disons souvent, c’est bien plus simple :

images1

II. Attentat terroriste de Nice : les mensonges de Bernard Cazeneuve

Les policiers nationaux étaient-ils assez nombreux le soir du 14-Juillet sur la promenade des Anglais ? Cette question, au centre d’une polémique entre Bernard Cazeneuve et Christian Estrosi après l’attentat de Nice, est toujours d’actualité. L’émission « Quotidien » de Yann Barthès a dévoilé, jeudi 29 septembre, les extraits d’un rapport de la police judiciaire qui contredit la version avancée par le gouvernement, mais aussi par la municipalité.

unknown

C’est pas beau de mentir

Ce rapport, qui émane de la sous-direction antiterroriste (Sdat) de la direction centrale de la police judiciaire, revient sur deux points clés : le nombre de véhicules de police présents ce soir-là et la façon dont le camion a été stoppé.

« La police nationale était présente. Des véhicules de police rendaient impossible le franchissement de la promenade des Anglais« , avait assuré le ministre de l’Intérieur après l’attentat. Mais le rapport de la Sdat, lui, ne repère qu’un seul véhicule sérigraphié de la police nationale qui, à 22 heures 34 minutes et 28 secondes, « active ses gyrophares et prend en charge le camion terroriste« . Mais, très vite, le fourgon de police se retrouve bloqué par les passants, et doit zigzaguer entre les personnes blessées et paniquées.

Après les attentats, le ministre de l’Intérieur avait affirmé que le « dispositif de protection » mis en place à Nice ce soir-là avait « permis à la police nationale d’intercepter le camion et de mettre un terme à sa course meurtrière« .

Là encore, la Sdat contredit les explications officielles. « A 22 heures 35 minutes et 46 secondes, le camion terroriste cale. Il ne repartira plus« , notent les enquêteurs. Ce n’est que 43 secondes plus tard que les policiers arrivent derrière le camion. S’ensuit une fusillade qui dure 1 minute et 15 secondes. Le terroriste est abattu à 22 heures 37 minutes et 44 secondes par les policiers.

Le ministre de l’Intérieur a-t-il été mal informé ou a-t-il tenté sciemment de désinformer les Français ? Nous lui posons la question.

III. Brexit : une fois encore nous avions raison

Que n’avaient-ils pas annoncé comme catastrophes, tous ces prophètes européistes de malheur ? Si les Britanniques votaient en faveur du Brexit, ce serait à coup sûr l’effondrement de l’économie du Royaume-Uni et de toutes ses institutions ! Bref, la disparition du royaume de sa Gracieuse Majesté. Heureusement, nous étions là…pour soutenir le moral des troupes et affirmer qu’il ne se produirait rien de ce que nos élites politiques et leurs complices médiatiques prétendaient (Lire « Une fois de plus, prenons date » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/01/bulletin-climatique-quotidien-1er-juillet-2016-de-la-republique-francaise/  et aussi « C’est elle qu’il leur faut » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/13/bulletin-climatique-quotidien-13-juillet-2016-de-la-republique-francaise/ ).

C’est pourquoi les dernières nouvelles en provenance Grande-Bretagne nous réjouissent.

Cent jours après le vote pour sortir de l’Union européenne, le cataclysme économique n’a pas eu lieu. Les premières statistiques sont rassurantes : si un léger ralentissement de l’économie du Royaume-Uni est perceptible, il est particulièrement modeste.

Vendredi 30 septembre, l’indice du secteur des services est venu confirmer cette impression : il est en hausse de 0,4 % en juillet par rapport à juin. C’est un peu moins que le rythme du deuxième trimestre (0,6 %), mais cela reste soutenu. Cet indicateur était très attendu, le secteur des services représentant les quatre cinquièmes de l’économie britannique, et il s’agissait de sa première publication pour la période d’après le référendum du 23 juin.  » Une récession sera presque certainement évitée cette année « , estime Scott Corfe, le directeur du Centre for Economics and Business Research.

Ces statistiques viennent s’ajouter à une série d’autres indicateurs encourageants. La consommation des ménages a continué comme si rien ne s’était passé, le chômage n’a pas progressé, le secteur de la construction reste solide… La période d’avant le référendum, elle, n’a pas connu de ralentissement, contrairement à ce que craignaient de nombreux économistes. Les statistiques publiées vendredi indiquent une croissance de 0,7 % au deuxième trimestre, et de 2,1 % sur douze mois (juillet 2015-juin 2016). Des résultats qui font s’étrangler François Hollande !

Darren Morgan, de l’Office national des statistiques, toujours très prudent, peut désormais affirmer sans crainte :  » Ces données viennent soutenir le point de vue qu’il n’y a pas de signe de choc sur l’économie.  »

Comment expliquer cette bonne tenue économique ? Une nouvelle erreur collective des économistes, qui avaient tous averti d’un ralentissement en cas de vote pour le Brexit ? Ou le calme avant la tempête ?

 » Le Brexit n’a pas encore eu lieu et son effet n’est que retardé « , estime Iain Begg, professeur à la London School of Economics et ardent militant du maintien de son pays dans l’UE. La première ministre, Theresa May, n’a effectivement pas encore fait appel à l’article 50 du traité de Lisbonne, qui lancera officiellement le processus de retrait de l’UE, en ouvrant une période de négociations de deux ans. L’échéance est repoussée au printemps 2017

Tous les grands instituts économiques continuent donc de parier sur un ralentissement de la croissance en 2017. Le consensus tournant autour de 1 %, moitié moins que le rythme d’avant le référendum. Selon certains, deux mécanismes de diffusion du Brexit sont en cours. Le premier vient de la chute de 10 % de la livre sterling. Dans ce pays qui importe plus qu’il n’exporte, cela pourrait renchérir les prix. Pour l’instant, l’inflation n’est que de 0,6 %, mais elle pourrait monter aux alentours de 2 % au cours du premier semestre 2017, selon la Banque d’Angleterre. Ce qui n’a, avouons-le, rien de dramatique. C’est d’ailleurs, rappelons-le, l’objectif poursuivi par la BCE de Mario Draghi qui tarde à y parvenir !

Le second mécanisme de contamination est encore plus lent. Face à l’incertitude, les entreprises pourraient geler ou repousser leurs investissements. Nissan, qui possède à Sunderland (nord-est de l’Angleterre) la plus grosse usine automobile du pays, en fabriquant un demi-million de véhicules par an, vient d’avertir : elle gèle ses investissements jusqu’à ce que l’issue du Brexit soit claire.  » Nous l’avons dit au gouvernement – britannique – : si vous voulez savoir si nous investirons ou non, il faut que vous nous disiez quelles seront les conditions des relations entre le Royaume-Uni et l’Europe « , explique Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan, dans un entretien accordé à Bloomberg. Sachons donc être patients et faisons confiance à Theresa May.

Le gouvernement japonais a également tiré la sonnette d’alarme. Dans un mémo envoyé à Downing Street, il prévient :  » Les entreprises japonaises dont le siège européen est au Royaume-Uni pourraient décider de le transférer en Europe continentale.  » Paroles…paroles…comme le chantaient Dalida et Delon !

unknown-1

D’ailleurs, pour l’instant, face au flou des négociations sur le Brexit, les multinationales étrangères préfèrent attendre. Si Londres réussit à obtenir le maintien du Royaume-Uni au sein du marché unique, les menaces ne seront pas mises à exécution. Et si Londres réussit à rester une place financière et commerciale attrayante (ce dont elle a toujours eu le secret), on ne se souviendra même pas que certains en ont douté.

Du côté des entreprises britanniques, dans cette période d’attente, souvent comparée à une  » drôle de guerre  » entre Londres et Bruxelles, la plupart des chefs d’entreprise semblent détendus.  » J’ai passé beaucoup de temps, ces dernières semaines, avec des groupes patronaux, et l’ambiance qui domine, c’est : “le gouvernement et Bruxelles finiront bien par trouver une solution”, témoigne Anand Menon, qui dirige le groupe universitaire UK in a changing Europe.

Enfin, la relative bonne santé de l’économie britannique jusqu’à présent doit aussi beaucoup au soutien apporté par les autorités. La Banque d’Angleterre a réduit, en août, son taux d’intérêt, de 0,5 % à 0,25 %, et elle a entamé un nouveau programme de desserrement monétaire. Mais cela pourrait n’être qu’un début (Lire « Une fois de plus, prenons date » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/01/bulletin-climatique-quotidien-1er-juillet-2016-de-la-republique-francaise/).

2406

Theresa May et Philip Hammond

A cela s’ajoute un possible plan de relance budgétaire. Philip Hammond, le ministre de l’économie, doit présenter son budget fin novembre. Il a laissé entendre qu’il allait desserrer l’austérité menée depuis six ans. Si les signes de ralentissement se multiplient d’ici là, son plan de soutien pourrait prendre de l’ampleur.

Bref, les Britanniques n’ont pas dit leur dernier mot face aux injonctions de l’Union européenne.

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

L’imprévisible pape François se porte au secours de la France

francois-lavion-dimanche-2-octobre-retour-bakou_0_730_491

Interrogé sur la théorie du genre dans l’avion qui le ramenait dimanche soir 2 octobre de Bakou (Azerbaïdjan), le pape François a critiqué son enseignement dans les manuels scolaires français, tout en se montrant compréhensif vis-à-vis des personnes homosexuelles et transsexuelles. Un message particulièrement fort qui a rendu Najat Belkacem folle de rage mais nous permet de retrouver un peu d’espoir. Voici un extrait de ses propos :

http://www.ktotv.com/video/00106558/gender-le-pape-francois-contre-l-endoctrinement

Le 4 octobre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Advertisements

Une Réponse to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (4 octobre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO octobre 8, 2016 à 1:04 #

    Aux armes citoyens ! Car contre la violence sournoise qui s’exerce partout, contre l’âme de nos enfants, contre les Catholiques, contre les traditions de notre pays, contre son histoire, contre la sécurité et l’honneur de la France, le Royaliste se doit d’opposer sans relache ses valeurs Chrétiennes, familiales et patriotiques!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :