Retour sur la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme.

7 Oct

S’il est une décoration incongrue et opportuniste, c’est bien la  » médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme « . Nous avons déjà fait part de notre point de vue à son sujet le 17 septembre dernier (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/17/a-propos-de-la-medaille-nationale-de-reconnaissance-aux-victimes-du-terrorisme/) et n’y reviendrons donc que pour citer un communiqué du Mouvement Initiative et Liberté (MIL) :

 

Repères : Le décret du 12 juillet 2016 a créé la «médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme». Il s’agit d’une «médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme destinée à manifester l’hommage de la Nation aux victimes d’actes terroristes commis sur le territoire national ou à l’étranger au bénéfice des Français tués, blessés ou séquestrés lors d’actes terroristes commis sur le territoire national ou à l’étranger et aux étrangers tués, blessés ou séquestrés lors d’actes terroristes commis sur le territoire national ou à l’étranger contre les intérêts de la République française».

La création de cette nouvelle médaille pose plusieurs problèmes. La première question porte sur l’opportunité de la création de cette médaille à destination des victimes du terrorisme, la seconde sur l’ordre protocolaire de cette décoration par rapport au système existant préalablement. La création de cette médaille avait pour objectif de rendre hommage aux victimes, sans leur décerner la Légion d’honneur («la Légion d’honneur est la récompense des mérites éminents acquis au service de la nation soit à titre civil, soit sous les armes»), décoration destinée à récompenser les citoyens «les plus méritants dans tous les domaines d’activité» en proposant un symbole nouveau.

Les associations de victimes et de proches des victimes ont, pour la plupart, réagit défavorablement à la création de cette «distinctio» dans la mesure où leurs demandes portent sur la vérité des faits terroristes, sur les démarches administratives, sur la prise en charge des victimes, sur les dédommagements, sur la lutte contre le terrorisme lui-même, mais pas sur l’attribution d’une médaille !

Les associations d’anciens combattants contestent, quant à elles, le fait que cette nouvelle médaille soit placée à un rang hiérarchique supérieur à celles des blessés de guerre. Les médailles décernées par la présidence de la République ont en effet un rang supérieur à celles décernées par le ministère de la Défense. Par ordre d’importance protocolaire, la «médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme» étant décernée par décret présidentiel (et non ministériel) se porte derrière : l’ordre national de la Légion d’honneur, l’ordre de la Libération, la Médaille militaire et l’ordre national du Mérite. Ce qui fait de cette médaille la cinquième décoration la plus importante dans l’ordre de port protocolaire des décorations françaises. Elle arrive ainsi devant les Croix de guerre qui récompensent l’octroi d’une citation par le commandement militaire pour conduite exceptionnelle ou une action d’éclat au feu ou au combat et devant les croix et médailles qui ont la qualité de «titre de guerre» individuel.

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) juge l’attribution d’une décoration aux victimes d’actions terroristes très contestable, dans la mesure où les personnes concernées ont été des victimes passives et ce qu’il leur est arrivé ne correspond pas à un mérite. La solidarité de la France à l’égard des victimes du terrorisme doit évidemment s’exercer, mais par d’autres moyens qu’une médaille (monuments de mémoire, évènements de recueillement collectif, etc.). L’institutionnalisation de cette médaille, par le gouvernement socialiste, acte le caractère pérenne du terrorisme islamiste en France. Il traduit un aveu d’impuissance global. François Hollande et Manuel Valls ne cessent-ils pas de répéter que les terroristes vont revenir… plutôt que de prendre des mesures pour empêcher ce retour.

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) demande une modification immédiate de ce décret pour rétablir l’ordre de préséance des décorations et rétablir les décorations militaires au rang qui leur revient.

Cette nouvelle médaille, si elle était maintenue et décernée, devrait être attribuée par un ministère, celui de l’Intérieur par exemple, et se situer dans l’ordre protocolaire derrière les médailles attribuées aux combattants ou anciens combattants.

Nous ne saurions mieux dire. Rappelant toutefois que cette décoration usurpe le ruban blanc de l’ordre et ardente compagnie royale du Mérite, sous le vocable de Sainte-Jeanne d’Arc, appelé plus communément ordre royal de Sainte-Jeanne d’Arc, institué par le Conseil dans l’Espérance du Roi, le 1er août 2012 (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/08/01/consilium-consulte-n-2012006-du-1-er-aout-2012-instaurant-l-ordre-royal-de-sainte-jeanne-darc/). 

Le 7 octobre 2016.

Publicités

Une Réponse to “Retour sur la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme.”

  1. Hervé J. VOLTO octobre 8, 2016 à 2:43 #

    Oui, s’il est une décoration incongrue et opportuniste, c’est bien la » médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme. Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) juge l’attribution d’une décoration aux victimes d’actions terroristes très contestable, dans la mesure où les personnes concernées ont été des victimes passives et ce qu’il leur est arrivé ne correspond pas à un mérite. La solidarité de la France à l’égard des victimes du terrorisme doit évidemment s’exercer, mais par d’autres moyens qu’une médaille (monuments de mémoire, évènements de recueillement collectif, etc.).

    Pourquoi ne pas fondre cette Médauille au sein de la Légion d’Honneur ?

    On lira avec fruit l’Ordonnance Royale de Louis XVIII du 16 Avril 1824 relative aux Ordres de Chevaleries Français, où on apprend que l’Ordre de la Légion d’Honneur fut institué par Napoléon I°, maintenue par la Restauration, la Monarchie de Juillet, le Second Empire et la République. Et encore plus l’Instruction du Grand Chancelier de l’Ordre Royal de la Légion d’Honneur, pour l’exécution de l’Ordonnance du 16 Avril 1824, et des décisions Royales qui y ont fait suite, concernant les Ordres Français et étrangers.

    Les Ordres dits nationaux de la Rèpublique pourrait être fondus au sein de la Légion d’Honneur. Par exemple : Légion d’Honneur pour le Mérite des Arts et Lettres…

    Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) demande une modification immédiate de ce décret pour rétablir l’ordre de préséance des décorations et rétablir les décorations militaires au rang qui leur revient.

    Cette nouvelle médaille, si elle était maintenue et décernée, devrait être attribuée par un ministère, celui de l’Intérieur par exemple, et se situer dans l’ordre protocolaire derrière les médailles attribuées aux combattants ou anciens combattants.

    Nous ne saurions mieux dire. Rappelant toutefois que cette décoration usurpe le ruban blanc de l’Ordre et Ardente Compagnie Royale du Mérite, sous le vocable de Sainte-Jeanne d’Arc, appelé plus communément Ordre royal de Sainte-Jeanne d’Arc, ou encore Compagnie de Jeanne d’Arc, institué par le Conseil dans l’Espérance du Roi, le 1er août 2012.

    Il est dit dans l’Instruction du 16 Avril 1824 :

    -Les seuls Ordres Royaux avoués (reconnus) sont ceux: 1° du Saint-Esprit; 2° de Saint-Michel; 3° de Saint-Louis; 4° du Mérite Militaire; 5° de la Légion d’Honneur; 6° de Saint-Lazare et de Notre-Dame du Mont Carmel réunis.

    Des Chevaliers modernes peuvent servir aujourd’hui à protéger la Tradition, l’attachement aux racines Chrétiennes de la France, à la Famille, à l’Armée et à la terre natale. Il appartiendra au Roi à venir de restaurer les Ordres de Chevalerie, rajoutant peut-être l’Ordre du Lys insttitué par Charles X pour la Garde Royale et en instituant de nouveau comme l’ORDRE ET ARDENTE COMPAGNIE ROYALE DU MERITE DE SAINTE JEANNE D’ARC, par exemple.

    Les vrais Royalistes comprendront ici que l’une des fonctions Royales soit non seulement rayonner dans le Royaume visible, mais encore de faire rayonner aussi les sujets qui l’entourent: de même que le Soleil, en projetant ses rayons bienfaisants sur les astres qui l’environnent, les fait briller à leur tour. Cette métaphore louis-quatorzienne nous fait comprendre de quelle façon la Royauté, vécue comme l’ascension de chacun vers un idéal moral et politique, est une réalité à nouveau envisageable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :