BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (18 octobre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

18 Oct

 

I. Avant la guerre civile…

la guérilla urbaine a commencé

Après la violente attaque au cocktail Molotov qui a blessé quatre policiers, dont deux grièvement, à Viry-Châtillon dans l’Essonne, près de la cité de la Grande Borne, il y a à peine une semaine, des policiers ont de nouveau été pris dans un guet-apens suivi d’échauffourées avec une centaine de jeunes dans le quartier malfamé du Val-Fourré, à Mantes-la-Jolie (Yvelines), dans la nuit de samedi à dimanche (Lire « Les zones de non droit de la République française » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/10/10/billet-dhumeur-du-sieur-du-plessis-les-zones-de-non-droit-de-la-republique-francaise/).

img_8748

C’était un abri-bus du Val-Fourré

Vers 22H30, la police a été appelée dans la cité du Val-Fourré, dans l’ouest de la ville, pour une fausse alerte à une « voiture brûlée« . Arrivés sur place, les agents de la brigade anticriminalité (BAC) font face à une centaine de racailles qui s’en prennent à leur véhicule à coups de cocktails Molotov et de jets de pierres. « Heureusement, sans parvenir à y mettre le feu« , d’après la source policière. Les renforts reçoivent le même traitement à leur arrivée…

Alors que les échauffourées se déroulent dans l’obscurité puisque les lampadaires sur la voie publique ont été cassés (qui va payer ?), la cinquantaine de policiers mobilisés parvient à repousser le groupe de jeunes avec des tirs de Flash-ball et de grenades lacrymogènes.

val-fourr-630x0

C’était la mairie-annexe du Val-Fourré

Les voyous décident alors de se rendre sur la dalle du Val-Fourré, pour s’en prendre au bâtiment annexe de la mairie, brisant des vitres à coups de jets de projectiles (qui va payer ?), a confirmé un porte-parole de la mairie à l’AFP. La police parvient à les disperser avant qu’ils ne puissent pénétrer dans le bâtiment, vers 01H00 du matin.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a salué dimanche le « professionnalisme » des policiers mobilisés qui ont su « repousser les assaillants » sans faire de blessé. Et c’est là que le bât blesse. Quand se décidera-t-on en effet à tirer, à balles réelles, dans le tas de vermine qui gangrène nos banlieues ? Ce serait une oeuvre de salubrité publique.

resize

Brochette de « Chances pour la France » au Val-Fourré

L’enquête à été confiée au commissariat de Mantes-la-Jolie. Et des patrouilles supplémentaires ont été dépêchées en renfort dimanche matin (mais qui va payer ?) : « Une vingtaine de fonctionnaires de la BAC vont patrouiller la nuit prochaine dans le Val-Fourré« , a-t-on indiqué de source policière.

La semaine dernière, 35 kg de résine de cannabis avaient été saisis dans ce quartier. « Les violences urbaines sont peut-être en lien avec ça« , selon la même source. Vous aurez compris qu’il est interdit de saisir les produits stupéfiants qui font leur commerce comme il est interdit de mettre en place des moyens de surveillance de leurs trafics puisque la destruction d’une caméra gênante était à l’origine de l’attaque aux cocktails Molotov de la semaine dernière à Viry-Châtillon. Et quelques naïfs (à moins qu’il s’agisse de complices) prétendent encore que tous ces « jeûûûnes » sont autant de  » Chances pour la France  » !

La cité du Val-Fourré, où les violences contre la police et les pompiers sont récurrentes depuis plusieurs jours, est d’ailleurs connue, comme bien d’autres, pour ce genre de trafic. Ajoutez-y le nombre exponentiel d’agressions d’enseignants et de chefs d’établissement dans ces zones de non droit et vous admettrez que la guerre est déclarée.

Alors, permettez-nous de répéter notre conclusion de l’article cité plus haut en référence :

Il est temps que la peur change de camp.

Si le gouvernement de la France avait conscience de ses responsabilités (qu’il a tant voulu exercer et qu’il continue de vouloir assumer) et le courage inhérent à celles-ci (en termes non conformes aux règles de la politesse nous dirons que » si ce gouvernement était couillu « ), il prendrait les décisions suivantes :

1/ faire boucler par les forces de l’ordre, de façon inattendue et brutale, toutes les voies d’accès et de sortie du quartier (de la Grande Borne -Essonne-),

2/ donner l’ordre à nos forces armées, avec couverture aérienne (hélicoptères et drones) et blindée, de prendre d’assaut l’intégralité de ce territoire de non droit,

3/ en opérer le ratissage intégral, rue par rue, barre d’immeuble par barre d’immeuble, appartement par appartement, des caves aux terrasses,

4/ interpeller tout individu considéré comme suspect, saisir toute arme réelle ou par destination ainsi que tout objet ou substance susceptible d’être en rapport avec quelque trafic que ce soit et, bien sûr, abattre tout individu manifestant la moindre velléité de rébellion.

Il déciderait évidemment aussi de déchoir de la nationalité française tout individu réputé impliqué dans les trafics en question et les violences évoquées puis de les expulser ou, à défaut d’accueil par un pays étranger, de réintroduire à cet effet la peine de relégation.

images1

Tout cela bien sûr si nous avions un gouvernement digne de ce nom. Pour le reste, à vous de voir…Car, aujourd’hui c’est ça :

resize-1

II. Pendant ce temps-là, les USA s’arment pour la guerre du futur

Grâce au Conseiller aux Armées du CER vous êtes régulièrement informés de la situation mondiale en matière d’armement. Il y a deux ans déjà que vous connaissez l’existence des canons lasers, une arme redoutable du futur. Le CER a mis en garde, dès novembre 2014, contre le risque de prolifération de ces armes (Lire « Attention, danger ! Les risques du canon laser de marine » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/11/24/attention-danger-2/). Aujourd’hui, le lancement du destroyer américain Zumwalt, de la classe DGG 1 000, en est un exemple.

Bien réel, ce bateau de guerre est présenté comme le destroyer américain du futur, électronique, furtif, puissant comme aucun autre avant lui avec ses 14 000 tonnes, et capable, demain, de tirer des armes laser. Le tout premier DDG 1000, baptisé Zumwalt, en mémoire d’un célèbre amiral, a été officiellement mis en service par la marine américaine samedi 15 octobre, lors d’une cérémonie à Baltimore. Un événement qualifié de  » bond en avant  » pour la Navy par le secrétaire à la marine, Ray Mabus.

160421-n-ye579-005-1024x683

Le Zumwalt

Le Zumwalt quittera les chantiers de Bath Iron, dans le Maine, pour rejoindre son port d’attache, San Diego, en Californie. La silhouette de l’énorme destroyer rompt avec les standards habituels, réduite à une pointe de flèche acérée surmontée d’une pyramide tout en angles, sans aucune aspérité. Le navire compte un équipage réduit de 140 militaires. Il emportera hélicoptères, drones et forces spéciales. Sa coque dissimule 80 silos à missiles, mais aussi des pièces d’artillerie de 155 mm pour frapper à 100 km dans les terres, soit «  les canons navals les plus lourds installés depuis des décennies « , a souligné Chris Cavas, expert du journal américain Defense News, qui a pu embarquer en juin.

Le Zumwalt est un avatar de la  » guerre des étoiles  » lancée par Ronald Reagan dans les années 1980, l’un de ces programmes militaires censés garantir aux Etats-Unis une avance technologique définitive sur la Russie. Dans sa catégorie,  » c’est le plus imposant au monde après les croiseurs nucléaires russes de la classe Kirov « , écrit le site français spécialisé Mer et Marine, et sa furtivité est étonnante. «  Selon l’US Navy, la signature radar est 50 fois inférieure à celle des précédents destroyers. Un pêcheur de la région de Bath, qui a croisé la route du mastodonte lors de ses essais, a indiqué que, sur son radar, l’écho renvoyé par l’USS Zumwalt le faisait passer pour un minuscule bateau de pêche de 12 à 15 mètres.  »

realite-rejoint-science-fiction-canon-laser-a-l-blbal2

Canon laser

Le navire s’inscrit dans les technologies de rupture que veut mettre au point le Pentagone, ajoute Thibault Lamidel, animateur du blog  » Le Fauteuil de Colbert « . Ses moteurs à induction, produisant la considérable énergie de 78 mégawatts, devraient permettre, à terme, de mettre au point les armes électromagnétiques – des canons sans poudre, lançant des munitions à 400 kilomètres de portée avec une vitesse plusieurs fois supersonique – ou les armes à énergie dirigée – micro-onde et laser. Le Zumwalt va de pair avec le nouveau porte-avions Gerald-R. Ford, de classe CVN-78, aux catapultes électromagnétiques et aux lasers d’autoprotection.

unknown

Le Gerald-R. Ford

Mais le Zumwalt, pour l’heure, est …un peu seul. La marine avait prévu d’en acquérir trente-deux. Elle s’arrêtera à… trois. A plus de 6 milliards de dollars l’unité (5,5 milliards d’euros), sans compter les frais de développement, le programme dépassera les 20 milliards. En 2009, le ministère de la défense a arrêté les frais en décidant de privilégier les destroyers de classe Arleigh Burke, un peu plus légers, un peu moins furtifs, mais tout aussi performants et pour moins cher.

photo-usn-burkeiia5

Classe Arleigh Burke

Pour toutes les armées modernes, la course à la technologie est à risque.  » Pour payer de tels navires, la marine renonce à l’autre condition de la supériorité, le nombre et la présence, rappelle Thibault Lamidel. Aujourd’hui, l’US Navy compte 320 à 340 bateaux, et il lui en faudrait au moins 400 pour être une marine globale présente partout dans le monde comme le souhaitait Reagan.  »

fae805af697f4381118eceb540286dc3

Zumwalt

Pour ce spécialiste, le Zumwalt  » reste un exercice technologique « . Incapable pour le moment de renverser un rapport de force dans la région Asie-Pacifique. Mais suffisamment impressionnant pour  » faire de la diplomatie navale de prestige  » en direction de la Chine.

Hélas, à côté de tout cela la Royale fait bien pâle figure. Sans projet, sans moyens, sans budget…ou si peu. 

III. D’autant que la Libye est de plus en plus malade

Il y a longtemps qu’après avoir dénoncé la folie de l’intervention militaire de l’OTAN (France en tête) en Libye en 2011, nous dénonçons aussi les illusions des Nations unies quant à la mise en place d’un gouvernement fantoche à Tripoli (Lire « Le bourbier libyen » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/12/16/bulletin-climatique-quotidien-16-decembre-2015-de-la-republique-francaise/  et aussi « La tribu ou le tyran, entre les deux leur coeur balance » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/15/bulletin-climatique-quotidien-15-septembre-2016-de-la-republique-francaise/).

Voici une preuve supplémentaire de notre lucidité. Vendredi dernier, un groupe issu de l’ex-bloc pro-islamiste, évincé au printemps par le premier ministre fantoche Sarraj, s’est emparé d’une enceinte du Parlement. Ce n’est peut-être pas encore un coup d’Etat au sens classique du terme, la Libye fragmentée n’ayant plus de centralité politique à conquérir. Mais il ne s’agit pas moins d’un coup de force visant à déstabiliser le statu quo.

En s’emparant vendredi 14 octobre du complexe Rixos, enclave hôtelière de luxe au cœur de Tripoli, transformée en siège des assemblées postrévolutionnaires, un groupe issu du défunt bloc politico-militaire Fajr Libya (Aube de la Libye, d’inclination islamiste) affiche clairement son objectif : ébranler le fragile édifice ébauché par les Occidentaux afin de sortir la Libye de son chaos post-Kadhafi.

Le dirigeant parrainé par les Nations unies, Faïez Sarraj, chef du gouvernement d’union nationale établi à Tripoli depuis sept mois et demi, s’en remettra-t-il ? Si les milices, qui ont affiché une neutralité bienveillante lors de son arrivée dans la capitale à la fin du mois de mars le soutiennent, il devrait survivre à l’épreuve. Mais le défi qui lui est lancé du cœur même de Tripoli promet sans nul doute de laisser des traces, soulignant de manière criante la précarité de son assise. Déjà confiné en Tripolitaine (Ouest) puisque la Cyrénaïque (Est) le rejette, M. Sarraj se voit désormais affaibli au sein même de l’aire régionale où il exerçait une autorité fragile, mais non encore ouvertement contestée.

le-premier-ministre-designe-du-gouvernement-libyen-d-union-nationale-gna-fayez-al-sarraj-c-et-son-gouvernement-le-11-juillet-2016-a-tripoli_5635917

Le gouvernement de M. Sarraj

L’homme qui se dresse publiquement contre lui est précisément l’ex-premier ministre qui l’avait précédé. Khalifa Al-Ghwell était le chef du  » gouvernement de salut national  » (une de ces entités auto-proclamées qui fleurissent toujours dans ces pays mahométans) qui avait régné sur la Tripolitaine entre 2014 et 2016, une autorité de facto non reconnue par la communauté internationale. Ce gouvernement était l’émanation du bloc Fajr Libya, une coalition  » révolutionnaire  » au sein de laquelle les forces islamistes exerçaient une influence significative et dont l’affrontement avec le camp anti-islamiste, rassemblé autour du général Khalifa Haftar, avait plongé la Libye dans la guerre civile à l’été 2014.

Evincé au printemps par l’émergence du nouveau pouvoir de M. Sarraj, fruit d’un accord politique signé en décembre 2015 à Skhirat (Maroc) sous les auspices de l’ONU, M. Ghwell avait quasi disparu de la scène publique. Samedi, il a pourtant fait sa réapparition dans l’enceinte du Rixos, au lendemain de la prise de contrôle de l’enclave par un groupe armé sympathisant. Il a lu un communiqué demandant à ses anciens ministres de  » reprendre leurs fonctions  » et  » suspendant  » les ministres actuellement sous l’autorité de M. Sarraj. Les Nations unies et les capitales occidentales (toujours promptes à se mêler de ce qui ne les regarde pas) ont aussitôt  » condamné  » l’initiative de Khalifa Al-Ghwell, réaffirmant leur soutien à l’autorité de Faïez Sarraj. Dimanche, la situation était tendue à Tripoli bien qu’aucun combat d’ampleur ne fut rapporté.

Selon des sources à Tripoli, M. Ghwell a habilement exploité des tensions internes aux forces soutenant formellement M. Sarraj. Un des facteurs ayant précipité la crise semble en effet le non-versement des salaires à la brigade chargée de la sécurité du Rixos. La grogne qui a agité cette dernière aurait ainsi permis à M. Ghwell de s’introduire au cœur de cette enceinte qui accueillait le Conseil d’Etat, la seconde Chambre prévue par l’accord de Skhirat.

Des informations non confirmées font état d’un soutien dispensé aux rebelles du Rixos par certaines milices radicales de Tripoli, dont celle de Salah Badi.  » La crise actuelle illustre l’échec de Sarraj, commente un Tripolitain averti. Il était censé unifier les milices dans une force de sécurité intégrée. Il n’en a rien été. Il y a toujours un vide sécuritaire. M. Ghwell et les adversaires de Sarraj ne font que s’introduire dans ce vide.  » Ça, c’est la Libye !

2132648-libye-tripoli-l-objectif-incertain

Le défi émanant des réfractaires du Rixos dans la capitale s’ajoute à celui qui conteste l’autorité de M. Sarraj en Cyrénaïque dont le chef de guerre, le général Khalifa Haftar, chef en titre de l’Armée nationale libyenne, ne reconnaît pas la légitimité du gouvernement d’union nationale de Tripoli. Le danger pour M. Sarraj serait de voir une connivence s’établir entre ses rivaux de l’Est et de l’Ouest.

M. Ghwell en a en tout cas exprimé le souhait en lançant samedi un appel aux autorités de l’Est. Alors que les forces qui lui sont loyales – principalement issues de la cité portuaire de Misrata – essuient de lourdes pertes dans leur offensive contre l’organisation Etat islamique à Syrte, M. Sarraj résisterait difficilement à l’agrégation de ses adversaires épars dans un front uni.

Ne vous y trompez pas, nous avons encore bien du souci à nous faire quant à la rive sud de la Méditerranée.

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

chateau-d-angers-panoramique_image-max

Au logis royal du château d’Angers

Jusqu’au 15 janvier 2017, exposition

« Le goût de la parure. Portraits du château de Versailles »

0b94786a-52d4-aa69-456b-b9e7732e4020file

Après les expositions « Sacres royaux, de Louis XIII à Charles X » au palais du Tau à Reims, « Le salon de George Sand » à Nohant, en 2014, et « De Versailles à la Motte Tilly, l’abbé Terray, ministre de Louis XV » au château de la Motte-Tilly en 2015, le quatrième volet du partenariat entre le château de Versailles et le Centre des monuments nationaux (CMN) se tiendra au château d’Angers du 15 octobre 2016 au 15 janvier 2017 grâce au prêt exceptionnel d’une quarantaine d’œuvres des collections du château de Versailles.

Cette nouvelle exposition intitulée « Le goût de la parure. Portraits du château de Versailles » est consacrée aux bijoux dans la peinture du XVIIe au XIXe siècle et se tiendra dans le logis royal du château d’Angers, résidence des ducs d’Anjou.

16807210

Louis XIV

Du règne de Louis XIV au Second Empire, vingt-huit tableaux, huit gravures et une gouache permettront d’évoquer la typologie des parures : colliers, bagues, pendants d’oreilles, mais aussi boucles de souliers ou de ceintures, médaillons ornés de brillants et de pierres, ou encore, pierres cousues sur des costumes. L’exposition mettra en effet en évidence les différentes fonctions des parures comme les cadeaux diplomatiques entre la France et les cours européennes ou leurs ambassadeurs, les présents pour les étrennes des membres de la famille royale ou les cadeaux de mariage.

14-501782

Louis XV

Les portraits des rois et reines exposés seront par ailleurs une précieuse source iconographique concernant les joyaux de la couronne et leurs usages. Ce trésor, enrichi par chaque souverain français, a partiellement traversé les péripéties de l’Histoire, mais de nombreuses parures et pierres le composant ont disparu.

angers-bijous-626

Marie-Louise et le Roi de Rome

Admirer la parure dans le portrait revient également à s’interroger sur l’image que le modèle a voulu donner de lui-même, qui se présente alors dans ses plus beaux atours. C’est aussi pour le peintre l’occasion de montrer son talent et sa virtuosité pour rendre l’éclat des pierreries, perles et diamants. Enfin, l’exposition permettra de mieux saisir l’évolution des usages et des formes des bijoux soumis, comme le costume, à la mode et au goût du temps.

22363110

Marie-Caroline duchesse de Berry

Le 18 octobre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

4 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (18 octobre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO octobre 20, 2016 à 10:54 #

    L’opération Sentinelle est une opération de l’Armée française déployée au lendemain des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015, pour faire face à la menace terroriste et protéger les « points » sensibles du territoire. Elle est renforcée depuis les attaques du 13 novembre 2015 en Île-de-France. Décidée par le président de la République française François Hollande, l’opération Sentinelle vient renforcer la sécurité sur le territoire national en complément du plan Vigipirate. Elle est opérationnelle depuis le 12 janvier 20151.
    10 412 militaires sont déployés, dont 6 000 en Île-de-France. Ce dispositif est complété par 4 700 policiers et gendarmes et doit être maintenu au moins jusqu’à l’été 2016. Ces forces sont chargées de sécuriser 830 points sensibles en France : lieux de culte, écoles, représentations diplomatiques et consulaires, organes de presse sont surveillés 24 heures sur 24.

  2. Hervé J. VOLTO octobre 20, 2016 à 10:57 #

    Les attentats de Paris, New York, Madris, Londre, Bruxelles, Nice traduisent malheureusement le prix fort du sang que nous, Occidentaux, nous payons pour notre naïveté collective et l’irresponsabilité de nos dirigeants euro-mondialistes :
    – Naïveté pour avoir accepté, au nom du laïcisme, de la démocratie et des Droit de l’Homme, les dérives communautaristes sans réagir.
    – Naïveté pour n’avoir pas compris que la liberté totale de circulation Schengen confondue avec l’absence de contrôle allait d’abord profiter aux mafieux et aux terrrosites, donc aux assassins.
    – Irresponsabilité pour n’avoir pas traqué et sanctionné fermement tous les trafiquants d’armes qui agissent aux quatres coins de la planète.
    – Irresponsabilité de notre Gouvernement républicains, en particulier, qui a refusé de rétablir des relations de coopération de sécurité et d’échanges de renseignements avec Damas, rangé par idéologie parmi les pestiférés.

    Le problème n’est plus de savoir s’il faut appliquer la déchéance de la nationalité. La question fondamentale est de se départir rapidement de notre naïveté collective et de faire face avec responsabilité à la menace d’une cinquième colonne qui se joue de nos démocraties. Il nous faut lutter de façon implacable contre ces assassins. Pour celà, il faut avoir le courage d’en finir avec la laïcité, de sortir de la démocratie et, par là-même, de la République…

Trackbacks/Pingbacks

  1. BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (9 décembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. | actualitserlande - décembre 10, 2016

    […] Nos médias officiels se sont réjouis à juste titre de la reprise de Syrte, sur la côte libyenne, aux djihadistes de l’organisation Etat islamique qui s’en étaient emparés en 2014. Mais ils se sont montrés particulièrement discrets sur la réalité de la situation politique dans le pays et, en particulier, à Tripoli où siège le gouvernement fantoche de Faïez Sarraj activement soutenu par les Nations unies et les capitales occidentales (Lire « D’autant que la Libye est de plus en plus malade » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/10/18/bulletin-climatique-quotidien-18-octobre-…). […]

  2. BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (13 février 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE:I. La guerre civile qui vient-froide,tiède,chaude ou brûlante,la « démocratie  c’est la guerre de tous contre tous-et varia | «actualitserlande - février 13, 2017

    […] Ce n’est pas faute de les avoir alertés, comme par exemple dans notre article intitulé « Avant la guerre civile, la guérilla urbaine a commencé » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/10/18/bulletin-climatique-quotidien-18-octobre-…). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :