BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (29/30 octobre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

29 Oct

I. Ne vous y trompez pas !

C’est un immense hangar où s’alignent Rangers et treillis derrière un long comptoir. On y entre en tenue civile, on en sort en tenue militaire. En apparence tout au moins. La mue ne prend que quelques dizaines de minutes, le temps d’enlever un à un ses vêtements et de revêtir l’uniforme camouflage…

Au premier jour de leur formation comme réservistes de l’armée de terre, en ce début de vacances de la Toussaint, de nombreux jeunes volontaires s’apprêtaient à rejoindre le camp militaire de La Courtine (Creuse) pour une expérience pilote de formation militaire initiale des réservistes (FMIR), regroupant, pour la première fois, des régiments venus de toute la France. L’armée l’a mise sur pied pour répondre aux nouveaux objectifs de recrutements – son vivier de réservistes doit grimper de 28 000 à 40 000 d’ici à 2019 – et tester un nouveau modèle de formation, qu’elle espère moins coûteux et plus efficace.

unknown

A La Courtine, les volontaires, âgés sauf exception de 17 à 35 ans, ont treize jours pour apprendre le fonctionnement et la discipline de l’armée, les gestes qui sauvent, manier une arme, tirer et passer, in fine, du statut de civil à celui de militaire de réserve.

Pour certains, la transition est brutale. Loïc, 19 ans, jette des regards interrogateurs autour de lui. En moins de deux heures, ce lycéen de l’île d’Oléron (Charente-Maritime) s’est retrouvé en treillis avec un fusil Famas et un masque à gaz entre les mains. «  Ça fait bizarre, confie-t-il. C’est un monde tellement à part… En plus je viens d’un lycée relax où on tutoie les profs. Je ne m’attendais pas à avoir une arme aussi tôt. Je ne réalise pas qu’elle est vraie.  »

D’autres volontaires sont plus à l’aise, déjà familiers du milieu militaire, voire décidés à s’engager plus tard dans l’armée active. Antonin, 18 ans, endosse son nouvel uniforme sans difficulté.  » J’attendais ça depuis longtemps « , souffle-t-il. Ce lycéen d’Angoulême (Charente) est venu contre l’avis d’une partie de sa famille.  » Mon cousin et mon frère ne comprennent pas qu’on puisse s’engager dans l’armée, même comme réserviste. Pour eux, ça fait un peu facho « , raconte-t-il stupéfait que ses proches puissent être aussi décérébrés.

Ici, chacun arrive avec son histoire, parfois compliquée, et des comptes à régler : l’un veut prouver à son père, ancien militaire, qu’il  » est un homme  » ; une autre, qui aspire à devenir photographe de mode, souhaite montrer à sa famille qu’elle n’est  » pas qu’un physique et une princesse  » ; un troisième y voit le moyen de  » reprendre confiance en – lui –  » après avoir été harcelé au collège. Au fond, comme dans l’ancien temps autrement plus efficace du service militaire.

Mais presque tous disent s’être engagés en raison des attentats qui frappent la France depuis 2015.  » Entre nous, on les appelle “la génération Charlie Hebdo”, raconte l’adjudant, initiateur de tir au combat. Les attentats ont eu l’effet d’un électrochoc pour ces jeunes. Ils se disent qu’avec la réserve, ils vont peut-être pouvoir devenir acteurs face au terrorisme.  »

Les mêmes mots reviennent dans la bouche des jeunes :  » Aider « ,  » protéger la population « ,  » servir « ,  » être utile  » et  » soulager les militaires « , sursollicités entre leurs missions à l’étranger et l’opération  » Sentinelle  » en France.

 » Je n’aurais jamais cru être là, un jour, s’étonne Mégane, assistante-vétérinaire de 22 ans, en regardant son uniforme et son attirail. Le déclic, c’est le 13 Novembre. J’étais en larmes. Je me suis dit : “Il faut le faire payer à ceux qui nous ont attaqués et protéger les gens”. Quentin, un lycéen venu d’Orléans, a lui aussi décidé de s’engager dans la réserve  » à cause des événements  » :  » J’ai vu la photographie de l’intérieur du Bataclan avec les cadavres, raconte-t-il. Ça m’a donné la rage que des innocents meurent comme ça.  »

unknown-1

Signe des temps, le vocabulaire a changé.  » Il y a encore deux ans, quand les militaires demandaient aux jeunes, lors de leur journée défense et citoyenneté, ce qui pourrait déclencher leur engagement à servir la France, ils répondaient “le maintien de la paix”. Désormais, c’est “la guerre contre le terrorisme” « , explique un officier supérieur. Aux yeux de cette génération qui n’a connu ni la guerre ni le service militaire, le temps de la paix semble révolu, et l’engagement militaire nécessaire. Alleluia !

Si les attentats ont suscité une augmentation des candidatures, selon le ministère de la défense, ils ont également modifié le profil des réservistes, qui ont rajeuni de façon spectaculaire. Sur les 118 stagiaires de La Courtine, 45 % ont moins de 20 ans.

A l’affût de la moindre baisse de moral, les formateurs couvent leurs réservistes. Ils sont conscients de leurs sacrifices – renoncer à une partie des vacances et des week-ends pendant toute la durée du contrat, de un an à cinq ans. Ils savent surtout que ces volontaires sont devenus précieux pour soulager le fardeau des militaires, mais que leur investissement reste fragile.

capture-d_c3a9cran-2015-04-26-c3a0-13-59-08

Au bout de trois jours, six stagiaires ont déjà abandonné. Parmi eux, Alicia, 17 ans, qui cherche un emploi depuis deux ans.  » Ma famille me manque trop et c’est trop dur, confie-t-elle. Je voulais entrer dans l’armée pour calmer mon impulsivité mais plus on me donne des ordres, plus ça m’énerve, et je pète un plomb.  » Elle n’a encore rien dit à sa famille de peur de décevoir son père, ancien militaire.

Pour les formateurs, issus de l’armée active ou eux-mêmes réservistes, ces quelques départs sont des  » échecs « , » du temps et de l’argent gâchés « . Ils s’attendent à d’autres abandons lors des séances de tir à balles réelles, six jours après le début de la formation. Une étape clé.  » Le tir, c’est le cap, le passage du virtuel au réel, affirme le commandant en charge du suivi de l’instruction des réservistes. Les formateurs sont habitués à ces réticences. L’un d’eux résume :  » On dit à ceux qui veulent abandonner après le tir : “Si tu as surmonté ça, tu as fait le plus dur. Tu as franchi la première étape pour devenir un soldat”.  »

Ces jeunes réservistes sont-ils prêts à franchir les autres ?  » J’ai peur que ce soit un engagement un peu “bobo”, ou parce que c’est la mode, avance un chef de groupe. Est-ce que ces jeunes comprennent vraiment ce que ça implique ? S’il y a un conflit, ils peuvent être appelés. Pendant une ronde “Sentinelle”, ils peuvent être pris pour cible. Est-ce qu’ils sont prêts à donner leur vie pour la France ? C’est une vraie question.  » Quoi qu’il en soit, leur démarche est digne d’intérêt et de gratitude dans les temps que nous vivons.

5021400_6_1c5a_embarquement-dans-les-camions_c08f1eae30191cdbd185fa71fc5c8663

Une seule précaution s’impose cependant : veiller à une sélection drastique des candidature et refuser tout ceux qui, faits de sac et corde, finiraient par constituer autant de chevaux de Troie de la barbarisation de nos armées*.

* Lire « Bravo mais attention danger » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/11/23/bulletin-climatique-quotidien-23-novembre-2015de-la-republique-francaise/) et aussi « Il est temps de nous entendre » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/08/il-est-temps-de-nous-entendre/).

 

II. Les amis de François Hollande pris de panique

A six mois de l’élection présidentielle, le chef de l’Etat est affaibli comme jamais, banni même par une partie de son propre camp politique, plongé comme rarement au fond du lac.

En cause, l’incertitude générale qui règne au sommet de l’Etat autour de l’élection présidentielle. Non seulement la perspective de remporter le scrutin en mai 2017 n’est partagée par presque aucun responsable du PS, mais, pire, c’est l’identité même du candidat qui fait défaut.  » Beaucoup vivent une forme de défaite intériorisée « , reconnaît le député de Seine-et-Marne Olivier Faure, qui faisait partie de l’équipe de campagne de François Hollande en 2011-2012.  » Nous sommes dans du jamais-vu : à six mois de la présidentielle, alors même que nous sommes au pouvoir, nous n’avons aucun leader sûr et solide « , renchérit son collègue de Gironde, Gilles Savary.

francois-hollande-le-30-septembre-2014-a-l-elysee-a-paris_5121010

François Hollande

A l’Elysée, le chef de l’Etat se retrouve la cible de rêves de putsch. La crise de nerfs, selon les jours, frôle la crise de régime. Claude Bartolone, président socialiste de l’Assemblée nationale et troisième personnage de l’Etat, furieux des propos peu flatteurs employés à son égard par M. Hollande dans le livre, pousse tous les feux pour promouvoir une candidature alternative, avec en tête de sa liste de vœux l’ancienne garde des sceaux et icône de la gauche morale, Christiane Taubira ! Avec elle, il est sûr de gagner…

Le patron du Palais-Bourbon se fait surtout le relais de la colère des troupes parlementaires socialistes contre le président de la République. Celle-ci est telle que certains n’hésitent plus à employer des comparaisons quasi outrancières contre ce dernier, suggérant chez lui une forme de folie destructrice qu’il est urgent de stopper.  » C’est notre Trump à nous, il faut absolument qu’on arrive à l’enjamber « , lâche, ulcéré, l’un d’entre eux.

Le gouvernement est devenu une pétaudière. En privé, les ministres avouent être totalement dépassés, et beaucoup ont du mal à masquer leur déception à l’encontre de M. Hollande.  » On se dit qu’aucun d’entre nous ne méritait une telle fin de mandat « , se lamente l’un d’entre eux. Chez les plus remontés, la rage prend vite des airs de vengeance.  » Qui va se mouiller pour Hollande s’il est candidat ? Qui va aller s’épuiser pour lui après tout ce qu’il a fait ?  » grince un autre.

Le doute existe désormais au sein du PS sur les capacités du chef de l’Etat à remporter la primaire de janvier 2017. Un tel scénario, inimaginable il y a encore un mois, serait une forme d’humiliation suprême pour le président, battu par son ancien ministre de l’économie Arnaud Montebourg.  » Il y a deux ans, on se demandait si François Hollande pouvait gagner la présidentielle. Il y a un an, s’il pouvait être au second tour. Maintenant, on se demande carrément s’il peut être candidat à la primaire. Quelle chute vertigineuse pour un président sortant !  » n’en revient pas un membre du premier cercle autour de Manuel Valls. Ils auraient mieux fait, tous autant qu’ils sont, de lire le blogue du CER dès après l’élection de François Hollande, en mai 2012.

L’élimination précoce du chef de l’Etat provoquerait surtout la mort quasi certaine, et pour de longues années, du camp dit  » réformiste  » chez les socialistes. Cette disparition éventuelle est la source principale de la panique généralisée. C’est la raison pour laquelle, depuis une semaine, le premier ministre s’emploie à réveiller les consciences dans la majorité, agitant le spectre d’une gauche de gouvernement  » pulvérisée « ,  » atomisée  » ou  » sortie de l’Histoire « . Ils auraient mieux fait, tous autant qu’ils sont, de lire le blogue du CER dès après l’élection de François Hollande, en mai 2012. Pour vous en convaincre c’est facile, il suffit de reprendre l’intégralité de nos articles, sujet par sujet grâce à notre excellent moteur de recherche. TOUT Y EST !

La tragédie des socialistes tient dans le fait qu’aucune bonne solution ne se dessine pour eux à l’horizon. Personne dans leurs rangs n’incarne un recours indiscutable. Manuel Valls ne cache pas qu’il se prépare à toutes les éventualités, y compris celle d’un renoncement de M. Hollande, mais le premier ministre constate qu’il ne fait toujours pas l’unanimité chez ses camarades de Solférino. Pire, ses sondages pour 2017 sont aussi catastrophiques que pour le président, preuve que dans l’opinion, le couple exécutif, lié par l’exercice du pouvoir, dévisse de concert.

le-jour-ou-francois-hollande-a-cru-que-manuel-valls-l-avait-trahi_exact540x405_l

Manuel Valls et François Hollande, le couple infernal

Parallèlement, les hypothèses Christiane Taubira ou Ségolène Royal, testées récemment dans la presse (prouvant ainsi le rôle complice des médias officiels dans la destruction de notre pays), ne trouvent pas non plus d’acheteurs. Résultat, c’est toujours l’hypothèse Hollande qui s’impose. Comme une malédiction pour ses troupes et comme une fausse bénédiction pour l’Elysée.

Fidèle à son tempérament, M. Hollande fait mine de ne pas être affecté par la tempête qu’il affronte. Il continue à présider comme avant, comme si de rien n’était. Il visite des entreprises, reçoit à l’Elysée les syndicats de policiers, discourt sur  » la volonté inépuisable  » de François Mitterrand à l’occasion du centenaire de la naissance de ce dernier, ou sur  » les corps intermédiaires si nécessaires et utiles à la démocratie « , comme vendredi 28 octobre devant le Conseil économique, social et environnemental…

Pas question donc pour le président de la République de changer quoi que ce soit. Ni accélération de son calendrier – il dira en décembre, et pas avant, s’il est candidat ou pas à un nouveau mandat – ni emportement, toujours mauvais conseiller selon lui. Mais pas de grande explication non plus pour purger la crise actuelle, en tout cas pas dans l’immédiat.  »  Contre tous ceux qui jouent l’empêchement, M. Hollande, lui, parie sur le pourrissement. Mais dans quel sens faut-il l’entendre ?

En réalité, le chef de l’Etat surveille de près les moindres mouvements. Ces derniers jours, il s’est assuré du soutien à toute épreuve de ses fidèles au sein du PS. Il a également vérifié que Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du parti, certes critique, ne le lâcherait pas à trois mois de la primaire, et que M. Valls, bien qu’entreprenant, n’avait pas les moyens politiques de ses ambitions.

Les enquêtes d’opinion, qui le donnent cinquième du premier tour de la présidentielle, glissent sur lui. Au contraire, il y relève qu’aucun autre socialiste ne fait mieux que lui. La nouvelle passerait presque pour bonne à ses yeux ! Il resterait donc le meilleur – ou le moins pire – pour perdre en 2017.

François Hollande

François Hollande, le moins pire ?

Cette stratégie, qui tient à la fois du coup de poker et du trou de souris, donne des sueurs froides à Manuel Valls. Pour lui, aucun rebond n’est possible si le chef de l’Etat ne ressuscite pas sa stature présidentielle et ne théorise pas un nouveau projet pour le pays, capable d’emporter le peuple de gauche. La politique du moindre mal ne peut conduire qu’au désastre électoral, prévient-il en privé.  » Il faut aller à la présidentielle pour gagner, pas pour sauver les meubles « , explique M. Valls.

Bref une pathétique fin de règne qui sent la gangrène…

 

III. Et pendant ce temps-là…

Les migrants économiques illégaux sont de plus en plus nombreux, depuis le début de semaine, à avoir disposé leurs tentes de fortune, étendu du linge entre des arbres, déroulé des couvertures de survie le long des artères et des quais du nord de Paris.

camp-migrants-la-chapelle

Jugez-en

 » Selon les associations qui font des maraudes ici, même si tout décompte est très compliqué, on est passé d’environ 1 500 migrants à 2 200 en quelques jours « , estime Colombe Brossel, adjointe socialiste à la mairie de Paris chargée de la sécurité et de l’intégration. Sous le métro aérien de la station Stalingrad, des grillages restreignent pourtant les possibilités depuis l’intervention policière de septembre. Reste le terre-plein de l’avenue de Flandre et le quai de Jemmapes.

Alentour, beaucoup d’hommes et d’adolescents. Quelques femmes, aussi.  » Au moins 50 nouveaux migrants arrivent chaque jour à Paris « , précise Mme Brossel. Mais vous pouvez parfois doubler ce nombre…Tous assurent vivre ici depuis plusieurs semaines. Soudan, Afghanistan, Erythrée, Libye, Egypte, etc. A chacun son exil, à chacun ses besoins en matière de papiers, de logement, de nourriture, de soins médicaux…

campement-migrants-stalingrad-paris-maxnewsspecial035238

Vendredi matin, selon plusieurs témoins cités par l’AFP,  » une trentaine de migrants  » ont été contraints de monter dans un bus de la police. Une  » opération de contrôle « , selon les CRS, censée vérifier la situation administrative des occupants et l’état sanitaire du campement. Houssam El Assimi, traducteur bénévole et Parisien bien connu des réfugiés arabophones, préfère bien sûr parler de  » rafles « . Ça frappe davantage les imaginations des bobos droit-de-l’hommistes tel Baptiste Pelletan. Ce dernier est membre d’une association, Le Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants, (entendez un des innombrables lobbies immigrationnistes) qui donne des cours de français à  » environ 500 apprenants chaque semaine « .

Quel lien entre la situation du Nord-Est parisien et le démantèlement du bidonville de Calais ? Mme Brossel concède  » une porosité  » ayant toujours entraîné un va-et-vient. Bernard Cazeneuve réfute pourtant avec insistance tout  » mouvement de migrants « ces derniers jours entre ces deux villes distantes de 300 km.En visite dans un centre d’accueil et d’orientation à Gelos (Pyrénées-Atlantiques), le ministre de l’intérieur a annoncé vendredi 28 octobre vouloir démanteler  » dans les jours qui viennent  » les campements de la capitale.

des-migrants-essentiellement-originaires-d-afghanistan-du-soudan-et-d-erythree-a-proximite-des-jardins-d-eole-dans-le-nord-de-paris_5608359

Ça ne s’invente pas !

Au fait, à combien de démantèlements de camps de migrants en sommes nous dans la capitale ?….

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

C’est pourquoi, après avoir décrit l’état catastrophique de notre capitale, nous sommes heureux de souhaiter la bienvenue à Sa Majesté la reine Letizia d’Espagne qui viendra honorer de sa présence, lundi 31 octobre, au Grand Palais de Paris, le 24e Congrés mondial contre le cancer.

la-reine-letizia-d-espagne-et-le-roi-felipe-a-madrid-le-14-avril-2016_exact1024x768_p

Le 29 octobre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

5 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (29/30 octobre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO octobre 29, 2016 à 10:46 #

    La Reine d’Espagne,… , est… d’origine espagnole ! C’est très important pour un epopulation en majorité favorable à leur Monarchie.

    En France, personne n’étant définitivement d’accord sur qui a le droit de monter sur le Trone, à l’heure où la République pourtant est moribonde, le Roi est donc caché.

    Une prophétie disait que le Roi reviendrait en France après l’annonce de la véritable descendance Royale par des voix étouffées.

    A l’heure où une immigration-invasion d’une envergure jamais vue risque de plonger le Pays dans le cahos et laguerre civile, il m’est apparu bon de renovoyer les vrais Royalistes à un article paru sur le blog de la Charte de Fontevrault, LE SECRET DU GRAND MONARQUE, annonçant le Roi à venir HENRI V DE LA CROIX (comme il y eu un Philippe VI de Valois) comme descendant par son père du Masque de Fer -la branche Aînèe de Saint-Louis- et par sa mère du vrai Louis XVII évadé de l’enfer du Temple -la branche coupée des Lys- et donc… de Louis XIV !

  2. Hervé J. VOLTO octobre 29, 2016 à 10:48 #

    Car le Roi, c’est la présence du Sacré dans le Pouvoir, la continuité de la France, le destin national incarné par un Souverain indépendant des capprices du suffrages universel et du dikat des banques.

    Je lì’ai déjà dit dans un autre commentaire : pardon de me répéter.

    Immaginez un jeune homme élevé chez les soeurs, de formation par-militaire, plus un rambo qu’un rat de bibliothèque, entrainé à combattre et à se dismuler, accessoiremt tireur d’élite, qui, las de la vie, redécouvre un beau jour le Seigneur et se convertit. C’est ce nouveau convertis que contactent un groupe de Contrerévolutionnaires appartenant à un congrégation Catholiques de tradition, Royalistes et Chevaleresques, qui voient en son père le recours pour la France : notre homme a 25 ans à l’époque et son père, le double. On leur dit qu’aussi incroyables que celà puisse-t-il être, ils sont… les descendants des Rois de France !

    Mais voilà, le père, qui se sait vaguement de Sang Bleu mais s’en contrefiche, est un modeste travailleur -en France, il y a encore des gens qui se lèvent très tôt le matin pour aller bosser honnetement- un ouvrier, un petit artisan, un auto-entrepreneur, plus porté à des considérations pratique et matérielles qu’à une reflexion d’ordre spirituelle. Un homme qui ne comprend pas très bien le rôle qu’il peut jouer pour la France, ni l’espèrence quì’il peut incarner pour son Pays. Il y avait un film comme celà : « Lulu I°, Roi de France », avec l’exellant Richard Boringer dans le rôle d’un artisan communiste -sérurier-cordonnier de son état dans une grande surface!- qui se découvre l’héritier de Louis XVII. Dans le film, Lucien, Lulu pour les amis, se convertit et accepte son rôle. Dans la réalité, le miracle n’a pas eu lieu.

    -Mais qu’est-ce que c’est que ces connneries ?

    Si l’entretient a eu lieu au moment du pastis, un jour d’été, il fort probable que le père ne se rappellera jamais de cette conversation. On comprendra alors que les membres de la Congrégation se tournassent vers le fils, avenir d’une famille comme recours d’une Patrie. Et c’est le fils qui, en cachette du père, accepte de reprendre son rôle. Pour protéger sa famille, il ne dira môt ni à ses frères et soeurs, ni à ses cousins germains. Peut-être à une cousine religieuse qui prie anonyment pour Dieu et le Roi. Immaginez pour finir que parmi les 4 prénoms qui sont inscrits sur son livret de famille on trouve HENRI et LOUIS. Aussi à l’aise au bar du Georges V que dans un bistrot de chauffeurs routier de Rungis, il découvre son identité profonde grâce à l’institution Chevaleresque : c’est ce jeune homme spécialisé dans les questions d’héraldique, sur les Ordres de Chevalerie antiques ou encore existants, et sur tout ce qui touche aux décorations, qui accepte de devenir le Roi caché de la France.

    Notre Roi caché : Catholique d’une haute élévation de sentiments, tel un Chevalier de Malte au service des déshérités, incollable sur les Ordres de Chevalerie antiques ou encore existants comme sur les hauts lieux d’apparitions Mariales, suivant silencieusement les déplacements de la Jet Set, possédant un passeport de l’Ordre Souverain de Malte, ayant ses entrées à la cour Royale d’Angleterre et usufruitant d’un bolide de rêve -une corvette Stingray modèle 1965 de couleur noire- résultant enregistré au parc automobile de la Maison Blanche, où personne là-bas ne semble rien savoir…

    Quand la justice l’exigera, Dieu le révèlera et il reviendra sauver la France et la Chrétienté…

    • alaintexier octobre 31, 2016 à 10:20 #

      Merci de veiller à ne plus faire des commentaires aussi longs à l’avenir ( BIS).

  3. Hervé J. VOLTO octobre 29, 2016 à 11:04 #

    Nous avons des circonstances historiques favorables. Un parti Royaliste : l’Alliance Royale. un mouvement pour rassembler des Royalistes de toute tendance : la Charte de Fontevrault. Un Conseil paralèlle, à la manière des cabinets ombres- anglo-saxons : le Conseil dans l’Espérence du Roi. Un Roi caché et dans l’attente de la révélation de ce dernier, un Régent visible autour duquel rassembler les Royalistes dìaction : le Prince Louis Alphonse. Le Conseil dans l’espérence du Roi, pouvant jouer au passage le role de Conseil de Régence auprès du Prince visible.

    Le Royalisme n’a jamais autant constitué une force politioque comme en ce moment. La Divine Providence saura nous éviter les pièges, les infiltrations, les dèrisions et les trahisons.

    C’est le moment ou jamais d’agir comme si tout dépendait de nous tout en priant comme si tout dépendait du Ciel. Pour Dieu, le Roi et la France !

  4. Hervé J. VOLTO octobre 29, 2016 à 11:07 #

    Pour ceux qui s’interesseraient à l’argument du Roi caché, on peut lire sur le blog de la Charte de Fontevarult les arcticles suivant : LE ROI CACHE, LE JEU DU ROI, L’OMBRE DU ROI CACHE (L’OMBRE DU ROI OU LE ROI CACHE) et LE ROI INCONNU…

    Le Roi caché : la dernière espérence de la France. Une lumière que l’on découvre soudain, comme un phare au bout de la nuit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :