BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (4 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

4 Nov

I. Le pape François chez Martin Luther

Apostasie collective ou subtile manoeuvre pontificale ? On peut se poser la question après le show oecuménique auquel nous avons assisté, le 31 octobre dernier, jour où certains fêtent…Halloween, à Lund (Suède).

LUND 20161031 Påve Franciskus, drottning Silvia och kung Carl Gustaf går från Kungshuset till Lunds domkyrka. Foto: Drago Prvulovic / TT kod 70040

Le Saint-Père accueilli à Lund par les souverains suédois

Voir de nos yeux le pape François, « l’évêque » luthérien Mounib Younan et le pasteur Martin Junge, remonter ensemble la nef de l’ancienne cathédrale catholique de Lund devenue luthérienne pour célébrer un « vivre-ensemble » religieux et multi-confessionnel, fruit du dialogue œcuménique… et de la repentance catholique avait en effet de quoi nous préoccuper. Deux Églises unies par un acte de culte commun pour une commémoration catholico-luthérienne : des chants, un credo, la proclamation de l’évangile, des repentances, des homélies, des promesses de continuer sur le chemin de la relativisation de la doctrine davantage encore ! Et tout ça pour commémorer le 500e anniversaire de la Réforme protestante.

Cette démarche œcuménique, cette co-célébration par le pape François d’une liturgie « protestante » fut concrétisée grâce à un livret spécialement conçu pour l’occasion par la Fédération luthérienne mondiale et le Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, intitulé « Prière commune » aux mots si significatifs de l’abandon de la vérité catholique au profit d’une unité pratique faisant la part belle à la Réforme protestante. Mais nous savons combien l’Eglise s’est  » Luthérisée  » depuis le concile Vatican II !

LUND 20161031 Pope Francis seen performng a ecumenical mass in o the Dome of Lund, October 31, 2016 The Pope is visiting Sweden in connection with the anniversary of the Lutheran church. Foto: Jonas Ekstromer / TT kod 10030

Cérémonie oecuménique dans la cathédrale de Lund

Dans la cathédrale de Lund, le Saint-Père et les représentants mondiaux luthériens ont exprimé leurs profonds regrets face aux massacres et préjugés issus du schisme entre chrétiens voici cinq siècles, appelant à poursuivre le dialogue vers l’unité. Mais la concorde affichée masque encore des différends doctrinaux et liturgiques importants. A commencer par la messe papale de mardi célébrant « tous les saints« , dont seuls ceux présents dans la Bible sont en général reconnus par les luthériens.

Car le pape François a célébré mardi une messe de la Toussaint pour la discrète mais dynamique communauté catholique de Suède qui défend la tradition dans ce pays ultra-sécularisé où même les pasteurs, hommes ou femmes, vivent ouvertement leur éventuelle…homosexualité.

Devant 15 000 fidèles, dont de nombreux migrants et convertis qui font le dynamisme de l’Eglise catholique en Suède, le pape a prôné « la douceur » qui « permet de laisser de côté tout ce qui nous divise et nous oppose« .

Le pontife argentin s’est exprimé en latin et espagnol, sa langue maternelle, dans un grand stade de Malmö (sud), la troisième ville du pays dotée d’une large population immigrée (Lire « La Suède n’a pas fini de payer pour l’accueil des migrants » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/10/24/bulletin-climatique-quotidien-24-octobre-2016-de-la-republique-francaise/), avant de repartir à la mi-journée pour le Vatican.

Si les propos mesurés du Saint-Père sur l’homosexualité et les droits des femmes lui valent une image de pape « moderne« , un gouffre sépare le Vatican des moeurs libérales suédoises. En Suède, le ministère pastoral est ouvert aux femmes depuis 1960, les pasteurs peuvent marier des couples gays depuis 2009 et peuvent eux-mêmes convoler en justes et religieuses noces avec un partenaire du même sexe…Quant aux couples homosexuels, ils ont accès à la procréation médicale assistée dont nous ne voulons pas puisque, comme vous le savez, un enfant c’est un papa et une maman.

De son côté, l’Église catholique de Suède revendique aujourd’hui 113 000 membres (1,1% de la population), contre 87 000 en 2000, mais estime le nombre réel de catholiques dans le pays à 150 000. Elle passe parfois pour une « place forte » de la doctrine chrétienne dans un pays très peu religieux et qui a élevé au rang de vertus cardinales la tolérance, l’égalité entre les sexes et la promotion des droits des minorités sexuelles. Anders Arborelius, unique archevêque catholique de Suède, sait d’ailleurs gré au Vatican de maintenir la tradition envers et contre les réformes sociétales dont la Suède s’est faite la championne.

Ce pape « vient d’un autre continent et a des façons bien à lui de s’exprimer qui peuvent expliquer qu’il soit perçu comme progressiste, plus ouvert à la diversité des modes de vie« , propose un converti. Pour autant « on ne peut pas dire qu’il ait modifié en aucune façon la doctrine de l’Eglise catholique sur la famille, la parentalité, l’homosexualité ou l’ordination des femmes« .

Henrik Glamsjö, ancien pasteur venu avec femme et enfants assister à l’office en plein air, exprime le malaise de certains luthériens qui, comme lui ont fait le choix de la conversion au catholicisme : « L’Eglise de Suède est contrôlée par les politiques. Ils interfèrent dans la liturgie« , déplore-t-il. « L’Eglise catholique est l’Eglise mondiale, c’est l’Eglise originelle, la mère des Eglises« . Et il désapprouve le mariage gay: « Le mariage est un sacrement« .

L’Eglise luthérienne de Suède, elle, compte 6,2 millions de fidèles enregistrés et acquittant l’impôt religieux, soit 62% de la population. Mais pratique et croyance sont parmi les plus faibles du monde, et l’Eglise majoritaire a perdu plus de 550 000 fidèles en dix ans. L’Eglise catholique, elle, recrute à tour de bras.

Et, chose étonnante, « le nombre de membres progresse de 3 à 4% par an, principalement en raison de l’immigration« , précise le responsable du registre des fidèles, Michel Louis, d’origine libanaise. « Historiquement il y a eu différentes vagues. Actuellement, les fidèles viennent des pays touchés par la guerre, Syrie et Irak, dans les années 80 du Liban, dans les années 60 et 70 d’Amérique latine« . Vive les chrétiens d’Orient !

Comme quoi, même le diable porte pierre.

 

II. L’exotisme revendiqué des prix littéraires

Le prix Goncourt 2016 a été attribué, jeudi 3 novembre, à la  » Franco-Marocaine  » Leïla Slimani pour Chanson douce (éditions Gallimard). La romancière y raconte l’assassinat de deux jeunes enfants par leur nourrice et analyse les rapports de classes entre une famille bobo parisienne parée des meilleures intentions et la nourrice inspirée de l’entrée d’employée de maison étrangères dans certaines familles, dévouée, discrète et volontaire mais au fond, si sombre.

11097667

Leïla Slimani

En seulement deux romans, cet écrivain de 35 ans s’est imposé comme une spécialiste (si l’on ose dire) des territoires sombres, de la nymphomanie (Dans le jardin de l’ogre, Ed. Gallimard, 2016 – ISBN : 2070468186) au coup de folie d’une nounou bien sous tous rapports. Bref, la vraie vie de ce monde de malades.

11097763

Yasmina Reza

Quant au prix Renaudot, il a été attribué le même jour à la dramaturge et romancière « Franco-Soviéto-Irano-Hongroise » Yasmina Reza pour Babylone, paru aux éditions Flammarion, jeudi 3 novembre. Dans ce roman, un polar décalé, elle raconte une…fête de voisins qui dégénère en scène de crime. Que du bonheur.

Consolons-nous en mesurant l’attraction persistante de la langue française pour tous ceux qui ont encore quelque chose à dire…

 

III. Nouvelle activité à Calais : la pêche à la morue !

Il y a quelque temps déjà, nous rapportions une enquête du quotidien britannique The Independant, qui accusait certains membres des associations humanitaires de la « Jungle » de Calais  de profiter de leur position pour avoir des rapports sexuels avec les réfugiés présents sur place. En d’autres termes, après la traite des blanches, voici venue » la traite des noirs » ! (Lire « La jungle de Calais est devenue le lupanar des immigrationnistes » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/23/bulletin-climatique-quotidien-23-septembre-2016-de-la-republique-francaise/).

Nous savons depuis que la situation était pire encore que ce que l’on voulait bien nous dire puisque certaines de ces  » humanitaires du sexe  » (les femmes étant bien plus nombreuses que les hommes dans ce commerce) n’hésitaient pas à joindre l’utile à l’agréable en organisant (parfois contre espèces sonnantes et trébuchantes, ce qui porte un nom : morues) le passage de leurs esclaves vers la Grande-Bretagne. Leur trafic nous est raconté dans un article bien documenté du magazine  180px-m_le_magazine_du_monde_logo_2011

En marge des réseaux organisés et à la barbe de la police aux frontières, ils ne sont pas rares, ces amants, militants, M. et Mme Tout-le-Monde, à prendre des risques pour aider des migrants à passer de leur couche à Douvres en traversant la Manche :

6373895

 » La scène qui s’est jouée le 11 juin dernier, sur la plage de Dannes, immense étendue laiteuse nichée au nord des maisons huppées du Touquet-Paris-Plage, est digne d’un mélodrame. Il est 4 heures du matin, la mer est calme, la marée haute, Béatrice étreint Moxtar, son Iranien.  » Je t’aime, je te vois bientôt « , lui murmure-t-il dans son anglais approximatif.  » Adieu, je ne te reverrai plus « , répond-elle en retour, avec ses intonations du Pas-de-Calais, et l’approximation d’une langue apprise un mois plus tôt. À leurs côtés flotte un petit bateau bleu et blanc, floqué Libertad, prêt à embarquer Moxtar et ses deux autres compagnons, tous équipés de cannes à pêche pour mieux se fondre dans le décor. Béatrice est persuadée qu’ils ne s’en sortiront jamais.

Il faut faire vite. Leur curieux manège pourrait alerter les trois pêcheurs, de vrais pêcheurs, qui ont lancé leur ligne un peu plus loin. Les Iraniens démarrent le moteur de l’embarcation, et s’enfoncent dans la nuit, la Manche, et son rail maritime le plus fréquenté au monde. Béatrice reste sur la plage, veut attendre de n’apercevoir plus qu’un point à l’horizon, mais Laurent, un complice qui l’accompagne, s’y oppose fermement. Trop dangereux. Il ne faudrait pas que la police les surprenne ici.

Dans la précipitation, ils abandonnent la remorque du bateau dans l’eau ! Le jour pointe à peine lorsque Béatrice dépose Laurent devant la porte de son petit logement défraîchi de Dannes, et reprend la route. Le khôl de ses yeux bruns coule doucement, sa longue chevelure noire s’emmêle, Moxtar disait bien d’elle qu’elle aurait pu être persane. La voiture atteint Wierre-Effroy, ses sept cents habitants et sa maison un peu à l’écart, qui a abrité pendant un mois ses amours clandestines avec Moxtar. À l’étage, son fils de 17 ans, et sa maman de 76 ans dorment encore. Béatrice pleure toujours. Elle pleure en faisant son café, elle pleure en tirant machinalement sur ses Camel 100s, en regardant nerveusement l’écran de son téléphone, en tapant  » migrants crossing channel  » dans Google actualités toutes les dix minutes. À 17 heures, un article de la BBC tombe enfin :  » Iranian nationals rescued in English Channel « . «  Vivants, vivants !! « , s’exclame-t-elle en postant l’article sur son mur Facebook sans autre commentaire.

Deux mois plus tard, c’est la douche froide. Les trois Iraniens sont passés en Angleterre, mais Béatrice, formatrice auprès d’adultes en réinsertion, est mise en examen pour  » aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irrégulier d’un étranger, en bande organisée « , avec Laurent, son camarade de la plage, proche du mouvement d’extrême gauche No Border. Mais aussi Ghizlane, une jeune Calaisienne mère de famille nombreuse, chez qui les enquêteurs de la police aux frontières (PAF) ont retrouvé 14 500 livres (16 350 euros) dans les vêtements des enfants, et Mohammad, un autre Iranien, compagnon de Ghizlane. L’histoire d’amour entre Béatrice et son beau migrant de dix ans plus jeune qu’elle s’est muée en mauvais thriller aux multiples ramifications. Le casting, plus qu’improbable, réunit tout ce que Calais et son monstre de la  » jungle « , dont le démantèlement a débuté lundi 24 octobre, attirent et agrègent de protagonistes. Il y a, bien sûr, le passeur quasi professionnel prêt à extorquer 7 000 euros à ses compatriotes pour les faire traverser la Manche. D’autres chez qui la tentation de l’argent facile a aspiré l’élan humanitaire. Mais aussi des pères et mères de famille devenus passeurs de circonstance par empathie, par militantisme –  » parce qu’il est inhumain de laisser ces hommes déambuler des mois, le long des routes « , expose l’un deux. Ou simplement par amour.  »

Tout est dit ou presque dans ces quatre paragraphes de l’article cité (http://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/libre/20161029/index.html?cahier=MAG).

In this photo taken on Saturday Sept. 10, 2016, a rubber boat used by refugees to leave Libya drifts abandoned after a rescue operation on the Mediterranean sea, about 13 miles north of Sabratha, Libya. (AP Photo/Santi Palacios)

Pour Béatrice, tout a commencé par l’accueil chez elle, en contravention avec la loi et, surtout, la morale de trois migrants Iraniens.  » Je leur ai laissé ma chambre et je suis partie dormir au sous-sol « , se souvient Béatrice, mettant sa mère et son fils devant le fait accompli.

Dans le groupe, il y a Moxtar. Elle ne l’avait pas revu depuis leur grève de la faim. L’homme «  au physique d’acteur oriental « , le voilà donc chez elle. Elle ne parle pas un mot d’anglais.  » Il m’a draguée sur Google translate.  » Pas farouche Béatrice, le deuxième soir, elle succombe. S’ensuit un mois d’amour, sur fond de départ. Malgré son idylle avec la Française, Moxtar ne renonce pas au  » London dream « , là où il ne craindra plus d’être renvoyé vers son pays. La naïve Béatrice sera sa complice dans l’entreprise mais, pour cela, il faut la combler de plaisir. Ce qui fut fait…

Passer, oui, mais comment ? Le tunnel est infranchissable. Les passages en camion ont tous échoué. Surtout, les prix exigés frisent l’inabordable. Et pourquoi pas par bateau ?  » On a vu aux infos que d’autres avaient réussi, on s’est lancés « , raconte l’Iranien.  » Traverser la Manche en Zodiac, c’est aussi dangereux que faire de la trottinette sur l’autoroute, alors j’ai été très vigilante sur la qualité du matériel « , dit aujourd’hui Béatrice.

La barque de plaisance de six places, au capricieux moteur de 40 CV, dénichée par Laurent et rebaptisée Libertad (sic) d’un coup de peinture bleue dans son garage, devrait, en revanche, faire l’affaire. La date du départ est fixée à la nuit du 10 au 11 juin par un ami pêcheur de Laurent. La fenêtre est étroite. Mais le moteur fragile du Libertad a rendu l’âme au milieu du rail, là où six cents navires, pétroliers, porte-conteneurs croisent chaque jour pour rejoindre Anvers, Rotterdam, Le Havre, Dunkerque, parmi les ports les plus fréquentés au monde. Ils ont fini par être récupéré par une embarcation de secours britannique après envoi d’un message téléphonique, comme ils l’avaient fait en quittant la Libye pour déclencher les  » secours  » italiens !

Mais le conte de fée n’est pas fini…et Béatrice retrouve Moxtar une semaine plus tard, à Wakefield. L’été passe, au rythme de ses allers-retours entre le Pas-de-Calais et l’Angleterre dont elle tient la chronique sur Internet, histoire de partager son militantisme immigrationniste à la sauce sexuelle.

Résultat heureux, les enquêteurs sont venus la trouver un jeudi après-midi de la mi-août, sur son lieu de travail.  » A 15 h 40, j’étais placée en garde à vue. Ils me parlaient de passage clandestin, de bande organisée. Pour eux, j’étais une passeuse professionnelle, alors que tout ça ne m’a strictement rien rapporté. Au contraire, cela m’a coûté beaucoup d’argent.  » Elle reste trente-six heures au commissariat, accusé d’avoir organisé, fin juin, un passage bateau infructueux avec six Iraniens à bord ; mais aussi Ghizlane et Mohammad.

 » Et Ghizlane, quels sont vos liens avec elle ? « , insistent les policiers. Ghizlane, c’est la mère de famille calaisienne divorcée, tombée amoureuse d’un Iranien elle aussi, chez qui a été retrouvée une importante somme d’argent dans les cartons de vêtements des enfants. Les enquêteurs la soupçonnent d’avoir caché des migrants sous le tapis du coffre de son Range Rover, à l’emplacement de la roue de secours, et de les avoir fait traverser contre 5 000 à 7 000 livres (entre 5 600 et 7 800 euros) par personne. Le 18 août, les policiers l’ont prise en flagrant délit, alors qu’elle embarquait sur le ferry, à Calais, pour la quatrième fois.

Inévitablement cette histoire de passeuses amoureuses et de passeurs de circonstance mus par l’attrait de l’argent facile, se terminera dans une salle d’audience, entre un juge et un procureur dont nous aurons à mesurer la rigueur ou, comme trop souvent…le laxisme.

Pour nous, ce sera différent. Nous exigeons que ces femmes faciles soient tondues en place publique comme on le fit à quelques autres au lendemain de la dernière guerre mondiale. Souvenez-vous :

16-aout-1944-simone-touseau-23-ans-avec-son-bebe-de-trois-mois-dans-les-bras-elle-vient-de-se-faire-tondre-dans-la-cour-de-la-prefecture-de-chartres-photo-couverture-du-livre-1419571376

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Que savons-nous aujourd’hui du Palais des Tuileries ? Rien ou pas grand chose…grâce à la Commune de Paris.

Alors, ne manquez pas de lire 

« Les Tuileries. Grands décors d’un palais disparu«

couverture-moed-tuileries_full_book_img

En voici le descriptif : « Le 24 mai 1871, Jules Bergeret, l’un des chefs militaires de la Commune orchestre très consciencieusement l’incendie du palais des Tuileries, symbole d’un régime honni. En trois jours et trois nuits, le brasier fait disparaître le château voulu par Catherine de Médicis.

1pal_tuil_inc

L’incendie du Palais des Tuileries

En 1883, les ruines sont rasées après un vote de l’Assemblée nationale.

Le palais des Tuileries renaît aujourd’hui de ses cendres grâce à cet ouvrage à la fois très documenté et richement illustré. Le lecteur découvrira, au fil des pages, l’histoire et l’architecture de cette grande demeure royale et impériale, de Catherine de Médicis à Napoléon III.

Les auteurs, parmi lesquels plusieurs conservateurs du musée du Louvre, nous font également découvrir les décors et l’ameublement qui en ont fait le faste : peintures, sculptures, tapisseries, lambris, bras de lumière, lustres, commodes, consoles, bureaux, chaises… aujourd’hui dispersés entre collections publiques et personnes privées, ou simplement disparus.

1pal_tuil8

Ruines du Palais des Tuileries

Les photographies d’époque livrent un témoignage poignant de l’état des Tuileries sous le Second Empire ; des photographies contemporaines des objets retrouvés permettent d’évoquer cette grandeur évanouie. De constructions en modifications, de décorations en adaptations, on voit ainsi revivre, non sans émotion, ce magnifique palais. »

« Tuileries.Grands décors d’un palais disparu », Collectif, Editions du patrimoine, 2016, 288 p., 280 illustrations

 

Le 4 novembre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

5 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (4 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. hathoriti novembre 4, 2016 à 5:49 #

    Ils ont osé brûler le Palais des Tuileries avec tous les souvenirs et peut-être encore documents très précieux de la famille royale !!! L’hôtel de ville lui aussi a flambé comme une torche et les archives qu’il contenait ont disparu en fumée ! Encore heureux qu’ils n’aient pas touché à Versailles …!

  2. conseilesperanceduroi novembre 4, 2016 à 10:41 #

    Voici qui en dit long sur Leïla Slimani, la nouvelle égérie du tout Paris, pour laquelle le Moyen-Âge c’est nécessairement l’obscurantisme : http://www.francetvinfo.fr/culture/prix-litteraires/video-goncourt-leila-slimani-appelle-les-marocains-a-se-rebeller-contre-l-humiliation-faite-aux-homosexuels_1904687.html

    Mais que sait Leïla Slimani de ce qu’elle appelle le Moyen-Âge ? Elle ferait mieux de se taire ou de retourner au bled.

  3. Hervé J. VOLTO novembre 6, 2016 à 8:20 #

    Plut à Dieu qu’on les renvoya au bled ! Ils nous ont bien renvoyé, eux, d’Algérie en 1962 !!!

    -Mais la France ne pas périr, car Dieu aime encore SES Francs, et lorsque Dieu a résolu de sauver un peuple, il veille à ce que le sceptre de la justice ne soit remis qu’en des mains assez fermes pour le porter (Comte Henri de Chambord, Lettre à M. de Cheslong, dit Manifeste de Salbourg du 27 Octobre 1873).

  4. Hervé J. VOLTO novembre 6, 2016 à 8:22 #

    Pour passer des paroles aux faits, Nous, Royalistes, nous pouvons mettre en oeuvre cinq démarches pour aider au retour du Roi:

    1°) Refaire découvrir l’histoire de France aux Français.
    2°) Dénoncer les réseaux occultes qui rongent la France.
    3°) Remettre l’Eglise au centre de la cité, remettre Dieu au centre de nos vies, remettre le Divin Christ-Roi au centre de la politique.
    4°) Défendre avec le Marquis de La Franquerie le principe Royal: le Roi est la seule autorité Légitime émanant de Dieu.
    5°) Construire l’arche Franco-Catholique chère à Charles Maurras: la première préparation est spirituelle, la seconde est intellectuelle, la troisième est personnelle, le tout pour créer des réseaux Catholiques et Royalistes, tout en laissant humblement à la Divine Providence le choix du Roi à venir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :