BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (10 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

10 Nov

I. Coup de tabac dans le monde des élites

clown_runs_for_prez_0

Un clown ? Aujourd’hui, les « titreurs fous » mangent leur chapeau

Ils ont bonne mine maintenant, tous ceux qui ricanaient devant les Une du New-York Daily News, et quelques autres encore (y compris chez nous), qui traitaient Donald Trump de clown voire de porc comme celle-ci :

xvm954d1276-9486-11e6-b3d5-39c516113491-220x300

Depuis que « l’impensable » est arrivé (pour reprendre l’expression désespérée de Patrick Cohen, l’inénarrable animateur de la matinale de France Inter, hier mercredi 9 novembre, au lendemain de l’élection du nouveau président des Etats-Unis), la médiacratie qui menait campagne pour Hillary Clinton* n’a pas de mots assez fort pour dire sa sidération et prédire les pires calamités à la Terre entière !

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20/l-invite-de-8h20-09-novembre-2016

Si seulement leurs yeux servaient à voir et leurs oreilles à entendre ils ne diraient pas aujourd’hui, comme vous avez pu le lire sur le site de France Info (http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/donald-trump-bat-hillary-clinton-a-la-surprise-generale-et-sera-le-prochain-president-des-etats-unis_1910845.html) : « Donald Trump bat Hillary Clinton à la surprise générale et sera le prochain président des Etats-Unis » En ajoutant perfidement que « La quasi-totalité des sondages donnaient Hillary Clinton gagnante  » alors que chacun devrait savoir ce qu’il faut penser de la vérité des sondages d’opinion.

Mais ça sentait aussi la panique sur les médias radiophoniques privés, comme vous le constaterez à RTL :

Savent-ils, tous ces bobos nombrilistes et arrogants, que l’heure des comptes a sonné et qu’ils ne sont pas au bout de leurs surprises. 

* Lire « La gauche américaine » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/11/07/bulletin-climatique-quotidien-7-novembre-2016-de-la-republique-francaise/

II. En France, les « dublinés » ont (pour le moment) de beaux jours devant eux

Ces migrants susceptibles d’être renvoyés en Italie ou en Grèce, tout le monde les appelle désormais les «  dublinés « , en référence aux accords de Dublin. Mais ceux qui souhaitent rester en France même si leurs empreintes ont été relevées ailleurs, font objet d’une grande  » humanité « , comme le dit le ministre de l’Intérieur. Surtout s’ils ont accepté de quitter de leur plein gré la  » jungle  » de Calais, quand d’autres seront, paraît-il, soumis à plus de fermeté… C’est la loi des équilibres politiques. Vous ne manquerez donc pas de les retrouver, de plus en plus nombreux, aux coins des rues de vos villes ou même de vos villages puisque le gouvernement a décidé de « repeupler » nos campagnes en voie de désertification avec la lie du monde.

Les migrants qui viennent d’être évacués du bidonville de Calais bénéficient donc d’une bienveillance particulière : le ministre de l’intérieur s’est engagé à ce qu’ils ne soient pas renvoyés depuis les centres d’accueil où ils ont été emmenés. MEME S’ILS NE SONT PAS ELIGIBLES AU STATUT DE REFUGIE. Ils se contenteront simplement de prendre seuls la poudre d’escampette et de choisir leur nouvelle destination ! Comment voulez-vous, avec de telles promesses, que toute la misère du monde ne déferle pas sur notre pays ?

Les accords européens (que la France a donc décidé de ne pas respecter) prévoient en effet qu’un demandeur d’asile ne choisit pas le pays d’Europe auquel il demande protection. Il est censé lancer sa procédure dans le premier pays qu’il foule, faute de quoi, il s’expose à y être renvoyé, c’est le règlement Dublin III.  » Jusque-là les renvois étaient rares « , note Gérard Sadik de la Cimade qui suit le sujet depuis dix ans.  » Mais les données statistiques 2016 montrent une offensive (sic) en ce sens « , ajoute le spécialiste. Jugez-en : les chiffres de la Direction générale des étrangers (DGEF) montrent que sur les sept premiers mois de 2016, la France a saisi les Etats-membres de 11 698 requêtes de renvoi qui ont donné lieu à 605 transferts (sur toute l’année 2015, 525 transferts avaient été opérés). Nous sommes impressionnés par l’ « OFFENSIVE » du pouvoir, dont nous parle M. Sadik (au nom prédestiné) ! À peine plus de 5% de renvois effectifs…

Le sujet des Dublinés est devenu crucial car il concerne de plus en plus de personnes. Pour Gérard Sadik,  » 42 % des demandeurs d’asile enregistrés dans les Hauts-de-France sont concernés, c’est-à-dire que la France peut demander à un autre pays de les reprendre, comme 20 % de ceux qui fréquentent les campements en Ile-de-France « . Mais il oublie de préciser que ces chiffres sont largement sous-évalué pour la bonne raison que le nombre de migrants qui refusent de se faire enregistrer ou se soustraient à la surveillance en pénétrant illégalement dans un des pays de l’UE ne cesse de croître.

D’un pays à l’autre, le taux d’octroi du statut de réfugié diffère, en l’absence d’une politique européenne de l’asile. Ainsi,  » les Afghans auraient tendance à quitter l’Allemagne pour la France parce que là-bas seuls 48,4 % sont protégés contre 84,1 % en France au second trimestre 2016 « , rappelle Gérard Sadik. Pour les Soudanais, en revanche, la France protège moins (40,6 %) que l’Allemagne (69,2 %). Mais pour beaucoup d’observateurs, l’efficacité de cette politique de renvoi chez nos voisins est sujette à caution. Revenir d’Italie prend souvent moins de temps au migrant qu’aux forces de l’ordre qui l’ont accompagné !

Ce n’est donc pas nécessairement la meilleure solution. Nous en connaissons une meilleure : le renvoi chez eux. La preuve ? 11 898 migrants (environ…) expulsables sur les sept premiers mois de l’année 2016 . Sachant qu’un Airbus A380 peut emporter jusqu’à 853 passager (en classe économique, faut pas rêver !) avec une autonomie de 15 700 km : 11 898/853 = 14 allers simples, seulement.

img_3583_03_980x600

Vous apprécierez leurs mines réjouies

Et direction…l’Afouique, la Syouie ou, pourquoi pas, l’Afghanistan.

 

III. Après « Sangaris« , « Barkhane » a-t-elle vécue ?

operat10

Pas un jour ou presque sans attaque au Mali. Forces gouvernementales et populations civiles, rebelles touareg et arabes de l’Azawad – la partie septentrionale du pays qu’ils revendiquent –, casques bleus de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et soldats français de l’opération « Barkhane » sont les cibles quasi quotidiennes de la guérilla menée par les groupes djihadistes toujours implantés au Mali.

Dimanche 6 novembre au matin, un soldat de la paix togolais et deux civils maliens ont été tués dans une embuscade à une quarantaine de kilomètres de Douentza, dans le centre du pays. Sept casques bleus ont été blessés dans l’attaque, renforçant encore davantage le statut de la Minusma de mission la plus périlleuse pour les militaires qui la servent. A peine quarante-huit heures plus tôt, un sous-officier de l’opération « Barkhane » succombait à ses blessures après que son véhicule eut sauté sur une mine aux environs de Kidal (Lire « Nouveau mort en opération extérieure » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/11/06/nouveau-mort-en-operation-exterieure/). Une mort qui porte à dix-huit le nombre de soldats français tués au Mali depuis janvier 2013 et le déclenchement de l’opération « Serval ».

Lundi, c’est à Banamba, à moins de 150 km de la capitale, que des hommes armés ont fait irruption, attaquant la gendarmerie et libérant les détenus de la prison. Dans la nuit de samedi à dimanche, une base de l’armée malienne avait été prise d’assaut dans la région de Tombouctou, confirmant une fois de plus qu’en dépit des formations dispensées par l’Union européenne les militaires déployés par Bamako se révèlent le plus souvent incapables de résister aux combattants islamistes.

Derrière cette multiplicité d’attaques émerge le visage enturbanné d’un homme à multiples facettes. Figure des rébellions touareg des années 1990 et 2000, converti depuis au djihadisme, Iyad Ag-Ghali apparaît comme le principal instigateur de la lutte contre les autorités maliennes et les forces internationales. Iyad Ag-Ghali affirmait pourtant fin septembre accepter « le cessez-le-feu que vous nous avez demandé », reconnaissait « l’intégrité territoriale du Mali », mais repoussait « toute personne qui rejette la charia ».

A Bamako, des voix du pouvoir comme de l’opposition plaident depuis des mois pour l’ouverture de négociations avec Iyad Ag-Ghali. Seulement, les signaux envoyés par ce dernier ne vont pas forcément dans le sens de la paix. Ansar Eddine a revendiqué, selon le site mauritanien Alakhbar, dix attaques entre le 4 octobre et le 6 novembre et dit, dans un communiqué, sa détermination à poursuivre le combat « contre les croisés et leurs alliés ».

Actif dans les zones désertiques autour de Kidal, dans le nord-est du Mali, où il peut profiter des déchirements au sein de la communauté touareg sur fond de rivalités claniques, politiques et mafieuses, Iyad Ag-Ghali fait également office de parrain de l’instabilité qui se développe depuis plus d’un an sur les terres de l’ancien empire peul du Macina, dans le centre du pays. « On ne connaît pas les chefs militaires du Front de libération du Macina, qui n’existe sûrement pas, mais on a pu noter que des attaques comme celle de Nampala en juillet ont vraisemblablement reçu le soutien d’Ansar Eddine », relate le chercheur Yvan Guichaoua, de l’université de Kent, tout en prenant soin de préciser que la dégradation sécuritaire dans cette zone est alimentée par des revendications et des récriminations locales de petits chefs de tribus.

« Les forces gouvernementales ont mené [dans la zone] des opérations militaires contre les groupes armés islamistes, qui ont fréquemment débouché sur des arrestations arbitraires et des actes de torture », analyse pour sa part l’anthropologue Boukary Sangaré. « Dans le Macina, écrit-il par ailleurs, des pasteurs transhumants, ne voulant plus se soumettre aux règles établies (…), se sont armés et ont décidé de ne plus payer de taxes pour avoir accès aux plantes fourragères. Le djihad apparaît ainsi comme une simple option instrumentale en vue d’objectifs autres que la diffusion de la foi rigoriste. »

Cette assertion pourrait également valoir pour des populations arabes et peuls des régions de Gao et de Ménaka qui, après avoir servi dans les rangs du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), ont rejoint ceux de la Plate-forme, une alliance de groupes armés disposant de puissants soutiens à Bamako.

Dans ce contexte de recomposition où les combattants naviguent d’un mouvement à l’autre, les deux grandes organisations djihadistes investissent notamment sur le terrain de la communication. Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), présent surtout dans la région de Tombouctou, vient de mettre en ligne une vidéo de l’exécution de deux hommes accusés de collaborer notamment avec les forces françaises.

De son côté, l’Etat islamique a reconnu à la fin d’octobre l’allégeance d’Abou Walid Al-Sahraoui, un ancien du Mujao qui a revendiqué les attaques d’un poste de douane au Burkina Faso et d’une prison au Niger, mais qui, d’après une bonne source, « fait beaucoup de bruit pour attirer l’attention, mais n’est pas forcément le plus dangereux ».

Alors que l’armée française demeure engagée depuis près de quatre ans au Mali et que son retrait semble loin d’être programmé, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, a appelé une nouvelle fois dimanche le président du pays, Ibrahim Boubacar Keïta, à prendre les « initiatives nécessaires pour assurer l’intégration des peuples du Nord dans la communauté malienne ». Quelques jours plus tôt, l’un des proches du ministre concédait sa déception : « Au Mali, soufflait-il, on a peut-être gagné la guerre, mais l’on a échoué à établir la paix. »

La raison en est simple : le Mali n’existe pas. 

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Mille et une questions nous assaillent et qui pourront être posées à Jacques Trémolet de Villers lors de sa conférence, organisée par l’association Lys de France mercredi 16 novembre prochain, sur le procès de Jeanne d’Arc

proces-jeanne-darc

Sur le procès de Jeanne en 1431 bien sûr, comme sur celui en nullité de sa condamnation en 1456. Et aussi sur sa canonisation en 1920.

Mais, pourquoi pas, sur l’impérieuse nécessité, pour cet ardent défenseur de la Pucelle d’Orléans, de se mettre, dans  » l’affaire Radio Courtoisie « , en harmonie avec les vertus qu’il défend avec tant de conviction…

Le 10 novembre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Advertisements

3 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (10 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO novembre 10, 2016 à 9:08 #

    La contestation de Donald Trump démontre un grand manque de démocratie : il a été élu, point. Revenir dessus, c’est briser la Légitimité du système et ouvrir la porte à tous les soulèvements, à toutes les gueres civles, à tous les goulags. Pour le reste, la France boira sa coupe jusqu’à la lie, mais un Roi la sauvera.

    En attendant, heureusement qu’au milieu de toute cette chianlie, il nous reste une bonne armée…

  2. hathoriti novembre 11, 2016 à 9:11 #

    Trump aux U.S.A, Orban en Hongrie, Hofer peut-être en Autriche, Poutine en Russie… Le monde serait-il en train de changer ? Et si, en France, plutôt que Marine que beaucoup espèrent (ce serait déjà un pas en avant, faute de mieux) et si c’était…Le Roi qui arrivait ? J’en ai des frissons…L’abbé Souffrant qui a traversé la révolution, a prophétisé que « le Roi de France sera soutenu et aidé par le Tsar de Russie »… Ne surnomme-t-on pas Poutine, « le tsar » ? Je voudrais tellement voir, vivre, ce bonheur, le « retour du Roi » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :