BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (15 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

15 Nov

I. Agressions sexuelles par des ex-migrants de Calais : ça continue…ailleurs

arzon-la-manifestation-anti-migrants-degenere

Un bien bel endroit où vous auriez aimé passer des vacances

Les faits se sont déroulés jeudi dernier et la presse subventionnée s’est, dans l’ensemble, bien gardée d’en faire la moindre mention : une censure imposée par l’administration sur tout ce qui concerne les migrants au prétexte qu’il ne faut pas faire de vagues ?

A peine arrivé à Arzon (Morbihan), un migrant d’origine soudanaise, se déclarant âgé de 16 ans mais probablement bien plus âgé, a agressé sexuellement une femme, le jeudi 10 novembre 2016. Des faits strictement passés sous silence par les autorités avant que le site Breizh-info ait pu en obtenir la confirmation.

La victime était en train de décharger son véhicule, lorsque le « réfugié », accompagné de deux complices également Soudanais, se serait jeté sur elle, lui aurait palpé les seins, en essayant de l’embrasser. Il aurait par ailleurs exhibé son sexe avant que la victime réussisse à prendre la fuite.

Très choquée, la femme est allée déposer plainte à la gendarmerie de Sarzeau. Dans le même temps, le directeur du centre d’accueil et d’orientation pour mineurs (CAOMI) s’est présenté spontanément à la gendarmerie avec l’agresseur présumé, qui aurait reconnu les faits d’agression sexuelle. Il aurait précisé « avoir mal agi ».

L’individu a été placé en garde à vue puis transféré devant un juge d’instruction qui a tout bonnement décidé une convocation…en mars 2017 devant le juge pour enfant ! Il n’y a donc aucune garantie qu’il soit jugé, puisqu’une procédure accélérée pour envoyer le groupe de migrants en Angleterre serait en cours.

Le suspect fait en effet partie d’un groupe d’une vingtaine de « mineurs » migrants clandestins arrivés en provenance de la « jungle » de Calais le 28 octobre. Ils sont logés à Port-Navalo, dans la presqu’île de Rhuys, (Morbihan) au lieu d’avoir été immédiatement reconduits à la frontière comme un gouvernement digne de ce nom devrait l’avoir fait (Lire « Le scandale des faux mineurs isolés » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/07/20/bulletin-climatique-quotidien-20-juillet-2016-de-la-republique-francaise/).

Selon France Bleu « le procureur de Vannes tient toutefois à relativiser la gravité des faits.» – des faits qui sont toutefois reconnus par le procureur comme étant une agression sexuelle. Cette façon d’atténuer les crimes et délits commis par les migrants n’est pas sans rappeler la « tradition » évoquée par Fabienne Buccio, la préfète du Pas-de-Calais, alors que les migrants avaient incendié leur campement dans la jungle de Calais.

blason_ville_fr_arzon_morbihan-svg

(Arzon : D’or à la proue de navire de gueules, sous voile d’argent chargée d’une moucheture d’hermine de sable, voguant sur une mer d’azur.)

Un blason prédestiné quant on sait que les migrants soudanais arrivent en Europe, via la Libye et la Méditerranée,  sur des rafiots de fortune…

Si les faits s’avèrent exacts, il n’aura pas fallu longtemps avant que les premières exactions aient lieu en Bretagne, où le gouvernement a décidé d’imposer de nombreux migrants en provenance de la « jungle » de Calais. Au sein de la population, les craintes sont désormais bien réelles, tout le monde ayant encore en tête les agressions massives en Allemagne, lors du nouvel an, à Cologne et dans d’autres villes.

JOHANNESBURG, SOUTH AFRICA - JUNE 17: Immigrants watch as others jump the queue to apply for asylum as refugees at a government refugee center June 17, 2008 in Johannesburg, South Africa. Officials were overwhelmed by the crowd of thousands that appeared Tuesday morning, after a three day weekend in South Africa. The wave of immigrants crossing illegally from Zimbabwe continues, despite the xenophobic violence against immigrants last month. (Photo by John Moore/Getty Images)

Nous avons désormais les mêmes chez nous (on leur donnerait d’ailleurs le Bon Dieu sans confession)

Mais ne désespérez pas, cela ne manquera pas de se produire. Et, pour notre part, nous ne manquerons pas d’en informer chaque fois nos lecteurs afin que nul n’en ignore et puisse prétendre qu’ « on ne savait pas « .

 

II. Le ciel de l’UE s’assombrit chaque jour davantage

Et c’est tant mieux

477px-coat_of_arms_of_moldova-svg

Dès février 2015, nous annoncions le renoncement probable de la Moldavie aux sirènes d’une adhésion à l’Union européenne (UE), son intérêt pour la Russie apparaissant chaque jour plus grand (Lire « Et la Moldavie qui fait faux bond » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/02/24/bulletin-climatique-quotidien-24-fevrier-2015de-la-republique-francaise/). Mais nous avions au paravant dressé un réquisitoire contre la politique « attrape-tout » de l’UE (Lire « L’Union européenne mourra de sa boulimie » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/01/31/bulletin-climatique-du-week-end-31-janvier1er-fevrier-2015de-la-republique-francaise/).

En voilà aujourd’hui la preuve.

La victoire annoncée d’Igor Dodon, candidat ouvertement prorusse à l’élection présidentielle moldave, a bien eu lieu. Dimanche soir 13 novembre, les premiers résultats donnaient au dirigeant un score de 56,5 %, contre 43,5 % à sa rivale pro-européenne, Maia Sandu. Celle-ci a pu espérer un miracle avec une participation en forte hausse chez les jeunes, mais elle n’améliore que peu son résultat de 38 % obtenu lors du premier tour le 30 octobre. M. Dodon, lui, avait rassemblé 47 % des suffrages.

Ancien ministre de l’économie et du commerce qui a commencé sa carrière en soutenant le rapprochement de la Moldavie avec l’Union européenne, M. Dodon, 41 ans, entend convoquer « rapidement » un référendum consultatif sur « l’orientation géopolitique » de la Moldavie, qui pourrait menacer l’accord d’association signé entre Bruxelles et Chisinau à la fin de 2013.

Cet homme à poigne, président de la fédération nationale d’échecs, voit en Vladimir Poutine un modèle et veut « ramener l’ordre » dans son pays et y défendre les « valeurs traditionnelles ».

« C’est dans l’intérêt de la Moldavie d’avoir des relations proches avec la Russie, mais surtout avec son marché », expliquait-il, alors que le Kremlin a largement fermé la porte aux importations moldaves depuis la signature de l’accord avec l’UE.

Hormis cette menace de référendum, les pouvoirs du président sont limités. Mais le nouvel élu bénéficiera d’une légitimité populaire immense, cette élection étant la première au suffrage universel depuis vingt ans. « Face à une classe politique à bout de souffle, Dodon dispose de des leviers pour faire dérailler le processus d’intégration européenne », estime le politologue Dionis Cenusa. Reste toutefois une incertitude : la volonté russe de s’impliquer en Moldavie. « Moscou veut évidemment conserver de l’influence en Moldavie, estime un diplomate européen, mais le pays n’a toujours été qu’une pièce rapportée dans l’empire, pour laquelle les Russes ne veulent pas trop investir. »

moldavie-transdniestrie

Devant l’importance de l’enjeu, plusieurs candidats proeuropéens s’étaient retirés de la course avant même le premier tour, laissant le champ libre à Maia Sandu, figure de la contestation antigouvernementale de 2015 et ancienne ministre de l’éducation formée à Harvard et passée par la Banque mondiale. Sa probité unanimement reconnue – une incongruité dans le paysage politique moldave – n’a pas suffi à combler le déficit de notoriété dont elle souffrait. Mais surtout, le soutien très mou dont elle a bénéficié de la part du gouvernement proeuropéen a soulevé des doutes quant à la réalité de ce ralliement. Pour nombre d’observateurs, l’élite proeuropéenne au pouvoir s’accommoderait mieux d’un président certes prorusse, mais avant tout populiste et en bons termes avec l’oligarchie, que de cette candidate résolument opposée aux pratiques opaques de la classe dirigeante.

Quoi qu’il en soit, la victoire de M. Dodon, en même temps que celle d’un autre candidat prorusse en Bulgarie, sonne comme un coup de tonnerre dans le ciel européen et constitue, s’il en fallait, un nouvel avertissement pour Bruxelles. La désillusion est d’autant plus forte qu’au fil des ans, l’ancienne république soviétique de Moldavie s’était imposée comme le « meilleur élève » du partenariat oriental, et un modèle régional. Le pays a aussi largement bénéficié des fonds européens, Bruxelles lui octroyant plus de 800 millions d’euros pour la seule période 2010-2015. Cela n’a pas empêché le soutien de l’opinion à l’Union européenne, supérieur à 70 % il y a quelques années, de devenir minoritaire.

Nous savons pourquoi car les ingrédients de la méfiance moldave sont en partie les mêmes que pour le reste du continent. Après un voyage de Mme Sandu à Berlin, la presse tabloïde avait par exemple assuré que la candidate avait accepté la demande insistante de la chancelière allemande, Angela Merkel, d’accueillir 30 000 migrants. A cela s’ajoutent la présence d’une importante minorité russophone (plus de 20 %) et la diffusion importante des télévisions russes, populaires au-delà de cette seule minorité.

Mais l’explication principale du désamour est ailleurs. Elle tient à la faillite des partis politiques proeuropéens, au pouvoir depuis 2009. L’épisode le plus saillant de cette faillite fut la découverte, à la fin de 2014, de la disparition des caisses de trois banques du pays de 1 milliard d’euros, soit 15 % du PIB, qui vont durablement plomber le budget national. Le « casse du siècle » a profondément choqué un pays où 40 % de la population vit avec moins de 5 dollars par jour.

Plus généralement, le champ politique « pro-européen » a été monopolisé par des oligarques corrompus qui ont profité de leur accès au pouvoir pour faire main basse sur de larges pans de l’économie nationale et prendre le contrôle des institutions de l’Etat, en premier lieu la justice. L’un d’eux, Vladimir Plahotniuc, dont le Parti démocrate dirige les différentes coalitions gouvernementales depuis 2009, a focalisé l’essentiel des attaques durant la campagne présidentielle, jusqu’à son vrai-faux ralliement à Mme Sandu.

« L’Europe est devenue ici synonyme de cette prédation organisée. Et les Européens eux-mêmes ont une part de responsabilité, pour les avoir laissé faire leurs affaires au nom de la sacro-sainte stabilité, et parce qu’ils brandissaient un drapeau européen », confie le même diplomate européen.

Depuis le temps que nous l’annonçons, le mythe européiste va bien finir par s’effondrer ! Souvenez-vous :

III. Après Palmyre en Syrie, c’est au tour de Nimrod en Irak

Les forces irakiennes revendiquent la reprise du site antique de Nimrod (Irak), dimanche 13 juillet, qui était auparavant aux mains du groupe Etat islamique. Cette ancienne cité antique est située sur la route vers Mossoul, fief autoproclamé des djihadistes en Irak. Ce site archéologique est l’un des plus célèbres du pays, souvent décrit comme le berceau de la civilisation.

ftd-nimrodlion

« Les villages de Nomaniyah et Nimrod ainsi que les ruines de Nimrod ont été repris« , a déclaré le général Saad Ibrahim de la 9e Division blindée. Un peu plus tôt, le commandement irakien des opérations avait annoncé par erreur la reprise de la zone tout entière de Nimrod, alors que seuls les village et le site archéologique sont concernés. L’armée n’a cependant pas encore indiqué dans quel état se trouvaient les vestiges après les destructions opérées par les islamistes. Les découvertes risquent hélas d’être catastrophiques quand on connaît l’intérêt porté à la culture pas les islamistes.

nimrod39

Nimrod est l’un des sites historiques, avec Palmyre en Syrie ou Hatra en Irak, que l’EI avait pris pour cible, à grand renfort de vidéos. Au printemps 2015, le groupe Etat islamique avait diffusé des images où des monuments, bas-reliefs et statues étaient détruits au bulldozer, à l’explosif ou à la pioche. Une religion de paix, d’amour et de tolérance à ce qu’ils nous répètent…

L’Unesco a « salué les informations selon lesquelles Nimrod était de nouveau sous le contrôle du gouvernement irakien » et a proposé d’apporter son aide « lorsque la zone aura été stabilisée » (courageuse mais pas téméraire l’Unesco !), selon son porte-parole George Papagiannis. Nimrod, une cité fondée au XIIIe av. J.-C., est située sur les rives du Tigre à quelque 30 km au sud-est de Mossoul.

nimrod_copper

Nous formons des voeux pour que cette ancienne cité assyrienne puisse, autant que faire se peut, être sauvegardée.

 

Le 15 novembre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

 

Publicités

2 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (15 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO novembre 16, 2016 à 7:25 #

    La Bretagne comme la Corse ? Nous sommes en tout cas en plein dans les évènements prophétisés dans le chapitre 9 de l’Apocalypse (9:2-12 et 9:14-21 ). Que celui qui a des oreilles entende…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :