BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (24 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

24 Nov

tetu-21-11-2016-campagne-prevention-vih

I. La complicité de Marisol Touraine avec le lobby gay

La campagne gouvernementale de prévention du VIH (sida) à destination des homosexuels, visible depuis près d’une semaine sur 8 000 affiches dans 130 villes en France, a suscité une flambée de protestations. Quelques heures avant que les affiches disparaissent comme prévu des emplacements publicitaires du réseau JCDecaux, Marisol Touraine a dénoncé l’« homophobie » des maires Les Républicains (LR) qui avaient demandé leur retrait dans leur commune. La ministre de la santé a par ailleurs annoncé, mardi 22 novembre sur Twitter, avoir saisi la justice administrative pour contester cette « censure ».

5036143_6_e61b_affiche-de-la-campagne-pour-la-prevention-du_756d5b4cbe2f5cef6c555c3ca48e45c6

Une affiche prosélyte dans un centre ville, à proximité d’un collège

Dans le collimateur de la ministre : l’arrêté municipal pris lundi par le maire (LR) d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Bruno Beschizza, pour interdire ces affiches au motif qu’elles « portent atteinte à la dignité au risque de heurter la sensibilité de l’enfance et de la jeunesse ». Le même jour, Christophe Béchu, maire (LR) d’Angers, avait demandé – et obtenu – le retrait des affiches « situées aux abords des écoles » afin de « ne pas exposer un jeune public à un message qu’il ne peut pas comprendre ».

Au total, les affiches ont été retirées par JCDecaux dans une quinzaine de villes, annonce Lucile Bluzat, la coordinatrice du projet chez Santé publique France. Sur les affiches, dont le ministère de la santé rappelle qu’elles ont été conçues en partenariat avec les associations de lutte contre le sida (en réalité le lobby homosexuel), la photo de deux hommes qui s’enlacent, et des messages tels que « Coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir » ou « Avec un amant, avec un ami, avec un inconnu », « Les situations varient, les modes de protection aussi ».

Marisol Touraine peut-elle honnêtement prétendre qu’il ne s’agit pas là d’un apologie de l’homosexualité masculine ?

« Cette population des hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes est la plus exposée, avec près de la moitié des nouveaux cas d’infection », explique Lucile Bluzat. Nous y reviendrons dans le billet suivant.

Les précédentes campagnes de ce type n’avaient été menées qu’au sein des espaces « communautaires », comme les bars LGBT ou les médias spécialisés, ce qui n’a cette fois constitué que la première phase de l’opération lancée le 1er novembre.

En octobre, dans une lettre à la ministre de la santé dévoilée par Libération, plusieurs associations dites de  » lutte contre le sida  » (mais dont nous avons vu qu’elles constituent en réalité un authentique lobby homosexualiste), dont Aides – fondée par et avec les moyens financiers de l’incontournable Pierre Bergé – , avaient fait part de leur crainte de voir le gouvernement ne pas oser « assumer d’afficher des couples homosexuels dans des Abribus un lendemain de Manif pour tous ». Elles disaient craindre que des « considérations électoralistes » passent avant des « impératifs de santé publique, donnant des gages à la frange la plus réactionnaire de la population ». Ou comment diaboliser le bon sens et la morale ! Mme Touraine avait finalement tranché en faveur du lancement de la campagne.

A quelques jours du second tour de la primaire de la droite et du centre, ni Alain Juppé ni François Fillon ne se sont exprimés, mardi, sur le sujet. Isabelle Le Callennec, députée (LR) d’Ille-et-Vilaine et soutien de M. Fillon, a toutefois jugé cette campagne « très suggestive », y voyant un « message électoral en direction d’une communauté ».

II. Mais croyez-vous que ce prosélytisme va arranger les choses ?

Bien au contraire puisque cette campagne prétendument de prévention vise, en réalité, à laisser croire que l’homosexualité n’est rien moins que normale et, en tout cas, un simple choix personnel d’orientation sexuelle. En vérité, c’est un mensonge : AUCUN HOMOSEXUEL NE CHOISIT SON ORIENTATION SEXUELLE CAR IL NAIT AINSI . MAIS DOIT-IL POUR AUTANT S’EXPOSER À DES RISQUES QUE BEAUCOUP REFUSENT DE PRÉVENIR, LAISSANT À LA COLLECTIVITÉ LE SOIN D’EN TRAITER LES CONSÉQUENCES ? C’est ce que nous allons voir au travers des derniers chiffres relatifs au sida.

Car c’est un bilan bien triste de la lutte contre la pandémie de VIH-sida que livre le rapport annuel d’Onusida, rendu public lundi 21 novembre, à Windhoek (Namibie). Lisez bien ses conclusions bien qu’elles soient très générales et s’abstiennent de pointer particulièrement du doigt telle pratique sexuelle.

Ainsi, le nombre de personnes ayant accès aux traitements antirétroviraux efficaces a progressé d’un million au cours des six premiers mois de 2016, pour atteindre 18,2 millions d’individus, dont près d’un million d’enfants. De même, et par voie de conséquence, le nombre de nouvelles infections annuelles chez les moins de 15 ans a chuté à 150 000, soit 51 % de moins qu’en 2010, grâce à une augmentation de l’accès aux traitements prévenant la transmission de la mère à l’enfant : 77 % des femmes enceintes en ont bénéficié en 2015 contre 50 % en 2010. Merci aux efforts de l’Occident pour venir en aide, sur le plan thérapeutique, aux pays dans lesquels la pandémie est la plus importante (essentiellement l’Afrique)…

Hélas, certains constats demeurent alarmants. A commencer par le nombre de nouvelles infections chez les adultes qui ne décline plus depuis 2010 et stagne autour de 2 millions (2,1 millions en 2015 contre 1,9 million en 2010). Rien d’étonnant donc à ce qu’en présentant le rapport, le directeur exécutif d’Onusida, Michel Sidibé, ait déclaré : « Les progrès que nous avons accomplis sont remarquables, en particulier autour du traitement, mais ils sont aussi incroyablement fragiles. De nouvelles menaces émergent et si nous n’agissons pas maintenant, nous risquons une résurgence et des résistances. C’est ce que nous avons vu avec la tuberculose. Nous ne devons pas commettre la même erreur. »

Mais surtout, l’Onusida souligne une période de très grande vulnérabilité dans la tranche d’âge dite de « transition de jeunes filles à femmes », en particulier en Afrique subsaharienne. « Les jeunes femmes sont exposées à une triple menace, commente Michel Sidibé. Elles ont un risque élevé d’infection par le VIH, un taux de pratique de test VIH bas et un mauvais suivi du traitement. » Si en 2015 le rapport population féminine-population masculine est identique (50 %-50 %) au niveau mondial et en Afrique subsaharienne, le taux de nouvelles infections par le VIH est déséquilibré puisque les femmes d’Afrique subsaharienne représentent 56 % des contaminations quand, au niveau mondial, leur part s’élève à 47 % des nouveaux cas. Notez bien qu’il s’agit de celles qui constituent la part féminine des hordes migrantes déferlant sur notre continent.

Le rapport d’Onusida aborde aussi d’autres problèmes plus généraux : celui de l’accroissement des résistances aux médicaments anti-VIH, ce qui ne manquera pas assez vite de réduire comme peau de chagrin les résultats satisfaisant dont se vante l’organisation internationale ! L’Onusida insiste sur la nécessité de faire diminuer le coût des antirétroviraux destinés à prendre le relais de ceux avec lesquels le traitement a été mis en place et contre lesquels des résistances sont apparues. Mais sans se faire trop d’illusion car ce problème est identique à celui que l’on observe avec la tuberculose (une autre maladie grave qui renaît de ses cendres et s’étend de nouveau en Europe, dans les pas des migrants).

D’ailleurs, l’organisme onusien appelle à une plus grande coordination dans les programmes de lutte contre la tuberculose, le papillomavirus humain (qui favorise le cancer du col utérin) et l’hépatite C. Le rapport rappelle qu’en 2015, sur les 1,1 million de décès constatés chez des personnes vivant avec le VIH, 400 000 d’entre eux ont été dus à la tuberculose, dont 40 000 chez des enfants.

Les objectifs fixés pour 2020 demeurent ambitieux. Outre 30 millions de patients sous antirétroviraux, les Nations unies visent à passer en dessous de la barre des 500 000 nouvelles infections par an (avec moins de 50 000 nouvelles infections chez les enfants) et moins de 500 000 morts liées au VIH. Elle ne sera atteinte que si la mobilisation de ressources humaines et financières continue de s’accroître… Certaines nouvelles, comme les coupes dans certaines contributions au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, et à Unitaid, sont de mauvais augure.

Mais il ne faut pas oublier un autre aspect essentiel de la stagnation des résultats de la lutte contre cette terrible maladie : l’augmentation des comportements à risque et le recul de la prévention, toutes choses aggravées par la campagne publicitaire de Marisol Touraine. Il y a un an déjà, nous affirmions que « Le sida n’est pas une maladie du passé » (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/12/02/bulletin-climatique-quotidien-2-decembre-2015-de-la-republique-francaise/). En particulier dans notre pays.

Il n’y a pas aujourd’hui une virgule à changer dans notre article de l’époque.

 

III. Et voici maintenant l’opinion d’Ivan Rioufol à propos d’Alain Juppé*

«  Alain Juppé, dans son coming out politique, dévoile l’imposture de son passé à droite. En se rangeant aux arguments de la gauche pour contester François Fillon, il montre le vrai visage de cette fausse droite qui a toujours été plus préoccupée de plaire aux progressistes qu’à son propre électorat. Alors que le maire de Bordeaux avait regretté récemment la « nullité du débat politique », quand Nicolas Sarkozy avait évoqué « nos ancêtres les Gaulois », le voilà qui n’hésite pas à multiplier les coups bas contre son adversaire, en puisant ses arguments caricaturaux dans ceux du Camp du Bien.

Quand L’Obs présente Fillon, ce mercredi, comme « archi-réac, ultra-libéral, pro-Poutine », Juppé ne dit pas autre chose. Son désir de courir après le modernisme lui a toujours dicté des positions faciles. Lorsque la mode était à l’altermondialisme, par exemple, il aimait envoyer des signaux de connivence vers ce mouvement aujourd’hui tombé dans l’extrême. Soucieux de flatter le féminisme, avec cette fois son épouse Isabelle en témoin d’honorabilité, il laisse entendre que le favori de la primaire, qu’il qualifie de traditionnaliste, aurait des réticences à autoriser l’avortement, ce que Fillon a démenti. Ces accusations, faux-procès et insinuations culpabilisantes laisseront des traces. Le Juppé prétendument rassembleur risque au contraire de faire exploser Les Républicains. Cela aura au moins le mérite de mettre de la clarté dans ce mouvement.

L’homme « droit dans ses bottes » a choisi en réalité de passer dans le camp d’en face. Juppé espère en effet le soutien de la gauche, dimanche, pour remporter le second tour de la primaire, dans ce qui serait alors un hold-up démocratique. Comme lui, elle se déchaîne contre Fillon le catholique, accusé d’être soutenu par l’extrême droite (…)

Juppé trouve que la proximité de Fillon avec Vladimir Poutine « est un sujet ». Il n’a pas entièrement tort. Mais il est savoureux que cette remarque vienne de celui qui entretient des relations ambigües avec les Frères musulmans, par l’intermédiaire de l’imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, dont il a dit récemment qu’il ne voulait pas « se plonger dans son passé ». L’aveuglement de Juppé face à l’islam radical est le vrai sujet. Dans La Croix du 28 février 2012, celui qui était alors ministre des affaires étrangères demandait aux chrétiens d’Orient de faire confiance en la démocratie portée par les « printemps arabes », instrumentalisés en fait par leurs bourreaux islamistes. Juppé se plaint du sobriquet d’ »Ali Juppé » que lui donne la « fachosphère », c’est-à-dire les sites non muselés par le Système. Mais il ne tient qu’à lui de rejoindre Fillon dans son combat contre le totalitarisme islamique, ce nouveau nazisme maintes fois dénoncé ici. Pourquoi n’en fait-il rien ?  »

Avec, en prime, celle de Phillipe de Villiers sur TV Liberté :

Si, avec ça vous n’avez pas compris…

* http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2016/11/primaires-alain-juppe-allie-de.html

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Et si c’est Libé qui le dit, alors tous les espoirs nous sont permis !

6a00d83451619c69e201bb09562b32970d-800wi

Le 24 novembre 2016.
Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

7 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (24 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. conseilesperanceduroi novembre 24, 2016 à 12:35 #

    Info de ce jour :

    Benoist Apparu, porte-parole d’Alain Juppé, affirme, que dans sa ville de Châlons-en-Champagne, il ne retirera pas les affiches destinées à « sensibiliser les homosexuels » (s’ils n’ont pas encore compris les risques qu’ils courent après tant d’années de tintamarre médiatique et d’argent soutiré aux braves donateurs de la lutte contre le sida, c’est que leur cause est entendue).

    « Je ne les ferai pas retirer de ma ville. Car ce n’est pas conception de la vie démocratique », affirme, dans à Ouest-France, Benoist Apparu.

    Il estime par ailleurs « légitimes » les réactions virulentes d’associations comme Aides ou le Centre des gays et lesbiens d’Angers, contre la décision inverse du maire de la ville.

    Comme nous le disions plus haut à propos d’Alain Juppé : « Si après ça vous n’avez pas compris… »

  2. hathoriti novembre 24, 2016 à 1:59 #

    Il serait très drôle que les abrutis de libé, vendus à l’ennemi, aient fait, sans le vouloir, une prophétie « …Jésus revient ! » (changeons le au secours par HOURRA !) Ils ne savent pas (que savent-ils ? L’Histoire de France leur est inconnue) que Jésus est le véritable Roi de France et que le Roi est son Lieutenant ?

  3. Hervé J. VOLTO novembre 25, 2016 à 9:21 #

    Les exemples de christianophobie abondent. C’est actuellement le terrain de lutte privilégié de CIVITAS. Mais nous savons que cette organisation a pour seul objectif de construire en France un lobby Chrétien. C’est bien, mais il faut aller plus loin, car il y a une forte mobilisation sur le thème Catholique et Royal avec, très probablement, un important potentiel de développement. Le fait que des slogans tels que « La France est Chrétienne et doit le rester » aient été présentés sur des banderolles lors d’une récente manifestation montre que ce mouvement est naturellement porteur d’une alternative politique. Il ne manque qu’un parti pour lui donner clairement cette dimension. Il nous faut donc, là aussi, à nous Royalistes mener le combat à l’intérieur de ce mouvement pour que celui-ci prenne en charge des mots d’ordre ouvertement anti-républicains.

    Attention aux Royalistes membres de CIVITAS : le risque de se retrouver piégés et de devoir soutenir n’importe quel candidat n’est pas négligeable. N’aurait été-t-il pas plus facile pour CIVITAS de soutenir Marine Le Pen, sachant que sa nièce se déclare officellement Catholique et Royaliste ?

    Il faudrait là aussi que l’Alliance Royale se prononce favorablement pour afficher les racines Chrétiennes de la France. Elle pourrait alors usufruir du soutient de CIVITAS…

  4. Hervé J. VOLTO novembre 25, 2016 à 9:38 #

    En terme de communication politique, le fait que Fillon ai gagné les primaires de la Droite molle démontre que l’influence de CIVITAS n’est pas encore puissante : les Français ne connaissent pas encore bien ce mouvement.

    Mais le fait que des slogans tels que « La France est Chrétienne et doit le rester » aient été présentés sur des banderolles lors d’une récente manifestation montre que CIVITAS est naturellement porteur d’une alternative politique. Et qu’il y a enocre des Cathos en France. Et le fait que Libération ai consacré une couverture à ce mouvement donnera audiance à CIVITAS. Ce qui peut participer à la volonté Divine.

    -Mais priez, mes enfants, priez ! Monfils se laisse toucher (Notre Dame à Pontmain) !!!

Trackbacks/Pingbacks

  1. ULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (24 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE:la complicité de Marisol Touraine avec le lobby gay-elle en est,trop moche pour qu’un homme la regarde | documentation.erlande - novembre 24, 2016

    […] BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (24 novembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. […]

  2. documentation.erlande - décembre 4, 2016

    […] Un signal d’alarme, à l’heure où les contaminations par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ne diminuent pas et augmentent même chez les jeunes et les homosexuels. En 2015, 43 % de l’ensemble des nouveaux cas concernaient des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), selon des chiffres publiés mardi 29 novembre par l’Agence nationale de santé publique (Lire « Mais croyez-vous que ce prosélytisme va arranger les choses ? » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/11/24/bulletin-climatique-quotidien-24-novembre…). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :