Billet d’humeur du sieur Du Plessis : De la côte d’Opale au pays de Léon, les collabos ne désarment pas.

27 Nov

600px-blason_ville_fr_calais_pas-de-calais-svg

Blason de Calais

Nous savions que de nombreux collabos mettaient leurs compétences maritimes au services des hordes migrantes qui ont très longtemps occupé la côte d’Opale et la bonne ville de Calais en particulier. Ils leur assuraient, contre espèces sonnantes et trébuchantes, le passage clandestin sur leurs esquifs jusqu’en Grande-Bretagne. Certains se firent prendre la main dans le sac par la maréchaussée et autres services de protection des frontières (Lire « Nouvelle activité à Calais : la pêche à la morue » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/11/04/bulletin-climatique-quotidien-4-novembre-2016-de-la-republique-francaise/).

Mais, depuis le démantèlement de la « Jungle  » de Calais et le transfert de plusieurs milliers de ses occupants vers de nombreux centres d’accueil, partout en province, ceux qui veulent à tout prix gagner la Grande-Bretagne sont autant de proies faciles pour les collabos du littoral atlantique. C’est ainsi que la Bretagne, proximité géographique oblige, est devenue un des plus dynamiques centres d’activité de ces trafics d’esclave et de la nouvelle traite négrière.

Trois Albanais ont ainsi été mis en examen, vendredi 25 novembre, dans le cadre d’une affaire de trafic de migrants du Finistère vers l’Angleterre. Mais deux Finistériens sont également soupçonnés d’y avoir participé.

Le 23 septembre dernier, lors d’un contrôle douanier effectué sur le port de Roscoff (Finistère), trois personnes d’origine albanaise sont découvertes à l’arrière d’un fourgon de location, derrière des meubles bon marché. À l’évidence, la cache a été aménagée et ils ne se sont pas faufilés là par hasard. Le chauffeur, un Finistérien âgé de 39 ans est alors interpellé et conduit à la communauté de brigades de Saint-Pol-de-Léon. Placé en garde à vue, l’homme prétendit qu’il n’était pas au courant de la présence de ces migrants dans le véhicule. Il reconnut en revanche avoir accepté de faire la traversée vers l’Angleterre pour le compte d’une connaissance, un autre Finistérien de 43 ans. Et ce, moyennant une somme de 2 000 euros, dont 1 000 euros en remboursement d’une dette, affirmant même qu’il pensait effectuer un déménagement…Identifié, le commanditaire est interpellé le jour même, alors que lui rentrait d’Angleterre. Connu de la justice, il a déjà été condamné à trois reprises, dont une pour trafic de stupéfiants.

220px-leon-svg

Blason du Pays de Léon

Le 25 septembre, une information judiciaire est ouverte. Le premier est placé sous contrôle judiciaire, le second en détention provisoire. Et sur commission rogatoire, les investigations se poursuivent. Elles ont conduit à l’interpellation, ce mercredi, de trois Albanais âgés de 19, 20 et 25 ans. Tous trois sont connus pour des faits de vols, violences et port d’arme. Deux sont en situation irrégulière (l’un a été expulsé en juillet mais est revenu et l’autre fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français), le troisième a fait une demande de régularisation.

Entendus, ils reconnaissent avoir loué plusieurs fourgons et effectué plusieurs voyages en Angleterre. Mais un seul avoue avoir été rétribué pour ça. Il dit avoir perçu entre 200 et 300 euros par migrant transporté. Lors de son audition, il confie par ailleurs aux gendarmes que, selon lui, les migrants passant par la filière devaient payer 6 000 euros.
Lors des perquisitions effectuées à leurs domiciles, les gendarmes ont mis la main sur 9 000 livres, 2 330 euros, un 357 Magnum avec 18 cartouches, une cagoule et quinze grammes de cocaïne…Bref, que des crapules.

À l’issue d’une garde à vue de 48 heures, les trois ont été mis en examen et placés en détention provisoire. L’enquête, elle, se poursuit. Elle devra notamment déterminer le nombre exact de voyages et les sommes en jeu. Et vérifier qu’il ne s’agissait pas là que de la partie émergée de l’iceberg…Ce qui est une évidence.

En attendant, « les contrôles de flux ont été renforcés« , souligne le colonel Pegourié. Deux pelotons de gendarmerie mobile, soit 30 militaires, et une dizaine de réservistes sont mobilisés en plus des unités territoriales. Les contrôles sur le port de Roscoff sont aujourd’hui systématiques. Mais ne vous y trompez pas, tous les ports entre la Bretagne et la Flandre sont d’ores-et-déjà concernés par ces trafics et le commerce clandestin d’esclaves de nos frontières de l’est et du sud jusqu’au Royaume-Uni.

1024px-cotes_de_france

Que fait le gouvernement de la République pour y mettre un terme radical et définitif ? Poser là encore la question, c’est y répondre.

 

Le 27 novembre 2016.

Du Plessis.

 

Advertisements

4 Réponses to “Billet d’humeur du sieur Du Plessis : De la côte d’Opale au pays de Léon, les collabos ne désarment pas.”

  1. hathoriti novembre 27, 2016 à 6:31 #

    la république nous hait et nous trahit depuis ses origines maudites ! le gouvernement actuel, pire que son prédécesseur ne fera rien ! Rien ! La révolution, maudite elle aussi, a renversé l’ordre établi par Dieu et par nos Rois. A notre tour, redressons ce qui a été renversé. Virons des palais royaux le sinistros grotesque élyséen et ses complices ! Le Roi arrive-t-il bientôt ? Il sera suivi comme un seul homme par tous ceux qui aiment la France !

  2. colette b. novembre 27, 2016 à 7:20 #

    Je ne vois pas les choses comme vous: pour moi, les collabos sont ceux qui permettent l’invasion de notre pays pas ceux qui aident les envahisseurs à partir vers d’autres cieux! Vous pouvez développer votre raisonnement ? Car à part monnayer le convoyage, ceux ne sont pas eux qui les ont fait rentrer en France non?
    Idem pour le fameux mur de Calais, à vous lire on dirait que vous voulez absolument garder ces « migrants » en France!!!!!!!!!!!!

    • conseilesperanceduroi novembre 28, 2016 à 9:47 #

      En vérité nos collabos n’aident pas les envahisseurs « à partir vers d’autres cieux » :
      1/ ils les aident à pénétrer sur notre sol (et donc à nous envahir),
      2/ ils les aident aussi à se répandre sur le territoire national. Ils y grossissent ainsi un certain nombre de campements bien connus et perpétuellement évacués puis reconstitués (comme à Calais ou à Paris). Mais, de plus en plus nombreux sont ceux qui ont réalisé combien la France est belle et accueillante…au point de choisir de s’installer dans de petites villes et même des villages de nos campagnes qu’ils défigurent en y introduisant leurs moeurs, leurs coutumes et leur art de vivre. Il suffit de voyager dans notre pays pour observer que quasiment PLUS AUCUN ENDROIT n’est désormais à l’abris de ces barbares. Ils y sont donc bien aidés par nos collabos constitués en une authentique Cinquième colonne.

      Quant au mur de Calais, en cours de construction, il n’a pas pour objectif de « garder ces migrants en France » mais de les empêcher de se répandre sur les routes et les voies qui mènent au port de la ville, entravant ainsi la circulation ainsi que les activités commerciales et industrielles et s’introduisant frauduleusement dans tous les moyens de transport à destination de la Grande-Bretagne. Alors, la solution est-elle de les laisser filer…à l’Anglaise ? Ils nous reviendraient bien vite!!!
      Un gouvernement français digne de ce nom devrait simplement considérer que toute immigration illégale est un délit en plus d’un viol de notre souveraineté nationale. L’expulsion de ces envahisseurs étant un devoir de salut public elle implique un renvoi immédiat hors de nos frontières. Les territoires du Soudan, de l’Erythrée, du Sénégal ou même de la Libye (sans oublier les autres) sont assez vastes pour accueillir quelques dizaines de charters.

  3. Hervé J. VOLTO novembre 27, 2016 à 9:23 #

    Pourquoi ne pas étendre le statut concordataire alsacien à toute la France et déclarer constitutionnellement que tout ce qui n’est pas Catholique est rétrocativement étranger ?

    Bravo à notre Maréchaussée, qui n’a jamais démérité, ni sous la Royauté, ni sous l’Empire ni sous la République !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :