BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (9 décembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

9 Déc

I. L’impudence d’Angela Merkel…

Mais aussi l’aveuglement des élus et sympathisants de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), réunis pour leur 29e congrès, les 6 et 7 décembre à Essen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) : une  » standing ovation  » de onze minutes qui a conclu le long discours – plus d’une heure et quart – prononcé par la chancelière d’Allemagne.

Ce n’est pourtant pas cette image qui restera, mais un score : 89,5 %. Ce score, c’est celui que Mme Merkel a obtenu, un peu plus tard dans la journée, quand les quelque 1 000 délégués du parti présents à Essen ont été appelés à la réélire présidente de la CDU, et du même coup à l’adouber comme candidate pour un quatrième mandat de chancelière à l’occasion des élections législatives de septembre 2017.

Mardi, Mme Merkel n’a pas ménagé sa peine pour tenter de galvaniser ses troupes. Pour le parti conservateur, 2016 aura en effet été une année noire, marquée par une série de défaites électorales, notamment en septembre dans le Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, le fief de la chancelière, où, pour la première fois de son histoire, la CDU a été devancée par le parti eurosceptique et anti-immigrés Alternative pour l’Allemagne (AfD), crédité de plus de 10 % des intentions de vote aux législatives.

images

Pour resserrer les rangs, Mme Merkel a donc fait à Essen ce qui est attendu de tout chef de parti en de telles circonstances : rassurer les inquiets et amadouer les mécontents. C’est ainsi qu’elle est revenue, dès le début de son discours et avec un culot sans égal, sur sa politique à l’égard de ce qu’elle appelle  encore «  les réfugiés  » :

 » Une situation comme celle de 2015 ne peut et ne doit pas se répéter « ,

a-t-elle osé déclarer en référence aux quelque 890 000 migrants arrivés cette année-là en Allemagne et peut-être (sait-on jamais) aux quelques centaines de milliers supplémentaires qui se sont égayés dans les autres pays européens. Oubliant, comme par enchantement, combien SON action fut déterminante dans le déferlement des hordes barbares au travers de la Grèce puis des pays des Balkans, jusqu’au nord de l’Europe. Car ne l’oublions pas, la responsable, C’EST ELLE. Même s’il est clair qu’elle le fit en partie sous la pression du grand patronat allemand, en quête de nouveaux esclaves, et de certains démographes, inquiets du vieillissement de la population germanique et tenants de  » Grand Remplacement « .

Insistant sur la nécessité de faire preuve d’une plus grande fermeté en matière d’expulsions des demandeurs d’asile déboutés (mais c’est déjà trop tard car une fois que le ver est dans le fruit, il lui suffit de changer de fruit tout en restant là), elle n’est toutefois pas allée jusqu’à accéder à la revendication de l’aile droite de sa majorité, représentée par l’Union chrétienne-sociale (CSU), l’alliée bavaroise de la CDU, qui réclame naïvement la mise en œuvre d’un «  plafond  » limitant à 200 000 le nombre de demandeurs d’asile pouvant être accueillis en Allemagne chaque année. C’est ce que nous appelons encore le  » Grand Remplacement « .

tchodrapeaueuropemerkelholland

Dans le même ordre d’idées, la chancelière s’est également posée en garante des valeurs de l’Allemagne, affirmant que  » le droit allemand prévaut sur la charia  » et assurant vouloir interdire le voile intégral  » là où c’est juridiquement possible « … Des mots creux pour donner le change mais qui ne trompent pas car tous ceux qui connaissent l’islam savent que la seule solution en la matière est…chirurgicale.

 » Nous sommes un parti conservateur et, même si Mme Merkel a voulu montrer qu’elle s’en souvenait, elle ne peut pas effacer d’un trait l’erreur qu’elle a commise en ouvrant les frontières de l’Allemagne aux réfugiés. Tout ça laisse des traces dans le parti « , répliquait d’ailleurs Dirk Wöltje, un responsable de la CDU de Basse-Saxe, présent mardi à Essen.

Même réserve parmi les jeunes de la CDU, un peu plus lucides :  » Seize ans à la tête du parti et onze ans à la chancellerie, c’est long, et même si Merkel a fait du très bon travail, tout finit par faire son temps « , commentait, pour sa part, Christopher Gärtner, un militant d’une trentaine d’années venu de Francfort.  » C’est difficile, après tant de temps au pouvoir, de trouver un nouveau souffle pour repartir au combat « , admettait de son côté Robert Fischbach, 18 ans, membre des jeunesses de la CDU.

Un nouveau souffle, c’est sans doute ce que Mme Merkel devra trouver dans les mois qui viennent. Car, pour l’instant, ses arguments de campagne consistent surtout en la défense d’un bilan ( » le chômage a diminué de moitié depuis que je suis chancelière « ), en la mise en avant d’une posture (incarner la  » stabilité  » dans  » un monde sens dessus dessous « ) et en l’évocation de rares promesses (en particulier sur la non-augmentation des impôts au cours de la prochaine législature)…

Si les militants de la CDU ont certes répondu présent, beaucoup commencent à penser que la balle est aussi dans son camp, à elle. A l’instar de Peter Kleefass, responsable de section à Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg) :  » Elle a parlé d’ordre, de sécurité, de liberté : parfait, ce sont nos fondamentaux. Mais sur les retraites, les inégalités, l’Europe, je reste sur ma faim. Il manque une vision. Pour l’instant, on a l’impression qu’elle regarde vers l’horizon, mais on ne sait pas vraiment dans quelle direction.  »

1027537037

Merkel muss weg !

Soyons réaliste, cette femme est non seulement un danger pour l’Allemagne mais elle l’est aussi pour l’ensemble de l’Europe. Il serait temps que nos dirigeants politiques en prennent conscience.

 

II. Mais en Allemagne aussi on prescrit le Padamalgam

padama10

Et, le soir, il est conseillé d’y ajouter un  comprimé de 

1457250504-img-0894

Pour faire bonne mesure.

Mercredi 7 décembre, les journaux allemands ont consacré une large place au destin tragique de Maria Ladenburger, une étudiante en médecine de 19 ans, dont le cadavre a été repêché dans une rivière, le 16 octobre, à Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg), et dont le meurtrier présumé, un réfugié afghan de 17 ans, a été arrêté, vendredi 2 décembre, après que les enquêteurs ont retrouvé des traces de son ADN sur le corps de la victime, qui a été violée avant sa mort. Une de plus.

1612081244510108

Maria Ladenburger

C’est au lendemain de l’arrestation de cet homme, un demandeur d’asile arrivé en 2015, que l’affaire a pris un retentissement national. En cause : le choix de la télévision publique ARD de ne pas en parler, samedi, dans son journal de 20 heures. Une décision justifiée, selon les responsables de la chaîne, par la portée seulement  » régionale  » de l’événement. Un silence interprété par d’autres, au contraire, comme une volonté de la  » presse mensongère  » d’étouffer un crime qui, à leurs yeux, illustre le danger que représente l’arrivée massive de migrants en Allemagne au cours des derniers mois.

 » Nous sommes bouleversés par cet acte et nous constatons que nos avertissements concernant la venue incontrôlée de centaines de milliers de jeunes hommes issus de cultures islamo-patriarcales sont qualifiés de populistes « , a ainsi commenté Jörg Meuthen, l’un des dirigeants du parti de droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). Il n’est pas le seul à avoir réagi dans ce sens. Rainer Wendt, patron du syndicat policier DPolG, a estimé, quant à lui, que «  cette victime et beaucoup d’autres auraient pu être évitées, si – leur – pays avait été préparé aux dangers qui vont de pair avec une immigration massive « .

Deux jours plus tard, la police de Bochum a annoncé l’arrestation d’un  » réfugié  » Irakien de 31 ans, soupçonné d’avoir violé une étudiante et tenté d’abuser d’une autre…Un hasard sans doute.

1605260330280090

Contre ce qu’ils considèrent comme un  » amalgame « , les principaux responsables politiques du pays se sont exprimés sur ces affaires.  » Nous devons éviter que ces faits épouvantables alimentent la haine  » en Allemagne, a déclaré Sigmar Gabriel, ministre de l’économie, vice-chancelier et président du Parti social-démocrate (SPD).  » De tels délits sont évidemment dramatiques et doivent faire l’objet de poursuites. (…) Mais, pour autant, il ne faut pas tirer des conclusions sur l’ensemble d’un groupe « , a affirmé, quant à elle, la chancelière, Angela Merkel, lundi soir. Est-ce que, par hasard, cela ne vous rappelle pas les discours que l’on entend et lit chez nous ?

Il est rare que M. Gabriel et Mme Merkel commentent ainsi un fait divers. De ce point de vue, leur choix d’intervenir en dit long sur leur crainte de voir l’opinion publique basculer dans le sens d’un rejet des immigrés. Mais il n’est pas certain que de telles déclarations suffisent à apaiser le débat. En témoigne, justement, la question posée mercredi à la  » une  » de Bild :  » Les réfugiés ont-ils un problème avec les femmes ?  » Une question qui a suscité, sur les réseaux sociaux, des réponses d’une grande violence. Avec, bien souvent, un lien établi entre le cas de Maria Ladenburger et les agressions commises contre plus de 500 femmes à Cologne, le 31 décembre 2015.

1612080638140091

Presque un an plus tard, le gouvernement allemand sait qu’il a tout intérêt à museler les informations pour empêcher qu’un tel lien se fasse dans les esprits. A dix mois des prochaines élections législatives, lors desquelles elle briguera un quatrième mandat de chancelière, c’est la seule chose que peut attendre Mme Merkel : que ce fait divers reste un simple fait divers.

Mais, quand donc ouvriront-ils les yeux ?

 

III. Mais ce n’est pas mieux de l’autre côté de la Méditerranée

Fighters of Libyan forces allied with the U.N.-backed government gather atop the ruins of a house as they are close to securing last Islamic State holdouts in Sirte, Libya December 5, 2016. Picture taken December 5, 2016. REUTERS/Ayman Sahely EDITORIAL USE ONLY. NO RESALES. NO ARCHIVE. - RTSUU52

A l’assaut de Syrte

Nos médias officiels se sont réjouis à juste titre de la reprise de Syrte, sur la côte libyenne, aux djihadistes de l’organisation Etat islamique qui s’en étaient emparés en 2014. Mais ils se sont montrés particulièrement discrets sur la réalité de la situation politique dans le pays et, en particulier, à Tripoli où siège le gouvernement fantoche de Faïez Sarraj activement soutenu par les Nations unies et les capitales occidentales (Lire « D’autant que la Libye est de plus en plus malade » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/10/18/bulletin-climatique-quotidien-18-octobre-2016-de-la-republique-francaise/).

De violents combats ont en effet opposé jeudi 1er décembre des milices rivales à Tripoli où des coups de feu et des explosions étaient entendus dans le sud de la ville, selon des correspondants de l’AFP. Des armes lourdes ont été déployées, et des chars et des pick-up ont pris position dans certains quartiers du sud de la capitale libyenne, sous la coupe d’une mosaïque de milices de diverses obédiences. Car c’est cela la Libye : des milices, encore des milices et toujours des milices rivales. Que sommes-nous donc allés faire dans cette galère ?

Des médias libyens ont fait état d’au moins 7 morts mais il n’était pas possible dans l’immédiat d’obtenir le bilan des victimes de source indépendante. Mais, quoi qu’il en soit, des combats quasi-quotidiens opposent ces groupes armés qui se livrent, depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, à une lutte d’influence empêchant les gouvernements successifs de rétablir l’ordre dans le pays, en l’absence d’une armée ou d’une police régulières.

Livrée au chaos, la Libye est dotée depuis le 30 mars 2016, à l’instigation des Nations-Unies et des capitales occidentales, d’un gouvernement présumé d’union nationale (GNA) censé restaurer l’autorité centrale et lutter contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI). Cet exécutif installé dans la capitale devait remplacer les deux « gouvernements » qui se disputaient le pouvoir en Libye depuis près de deux ans, l’un basé à Tobrouk dans l’Est et l’autre à Tripoli.

3525323_6_131d_carte-de-la-libye-en-voie-d-eclatement_6aa227137a5dff41e290a8da3cd182b6

Mais, comme nous l’avions prévu (Lire « Entre la tribu et le tyran, leur coeur balance » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/15/bulletin-climatique-quotidien-15-septembre-2016-de-la-republique-francaise/), le GNA a échoué à asseoir son autorité, malgré le soutien de quelques milices. D’autres groupes armés lui sont hostiles et soutiennent l’ex-gouvernement de Tripoli de Khalifa Ghweil. A la mi-octobre, ce dernier qui a toujours refusé de céder son poste, avait affirmé dans un communiqué que son « gouvernement de salut national » avait repris ses fonctions après avoir pris le contrôle, sans combat, du bâtiment du Conseil d’Etat libyen à Tripoli.

M. Ghweil qui occupe toujours le bâtiment, bénéficie de l’appui de quelques milices, dont des islamistes, de la coalition Fajr Libya qui s’était emparée de la capitale Tripoli durant l’été 2014. Les combats ont éclaté jeudi dans l’après-midi autour des locaux occupés par M. Ghweil près de l’Hôtel Rixos, avant de s’étendre dans d’autres quartiers du sud de la capitale.

Outre les motivations politiques, des rivalités opposent groupes salafistes et autres milices islamistes anti-GNA et loyales au mufti controversé Sadek al-Ghariani, qui dirige Dar al-Ifta, la plus haute autorité religieuse du pays. La tension entre les deux camps est montée d’un cran depuis l’annonce le 21 novembre du meurtre de Cheikh Nader al-Omrani, membre de Dar al-Ifta.
Les salafistes ont été accusés par leur rivaux d’être derrière l’enlèvement puis l’exécution du Cheikh al-Omrani, ce qu’ils sont démenti. Bref, tout cela n’est pas d’une limpidité…biblique !

Et quand on pense que Manuel Valls déclarait l’an dernier :  » L’islam est en France pour y rester !… »

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Mille tableaux au Louvre

5044666_6_d079_au-musee-du-louvre-les-monumentales-batailles_7c2e6c1fca8cefa2bd4e823c4ebc6199

Une éblouissante redécouverte du meilleur de la peinture française des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles que propose le Musée du Louvre, à Paris.

5044982_6_3612_2016-12-02-5f13a20-11806-zcpgbr-29kwukgldi_2e433a72b1ab8f0cafeb07b6c7a69bb5

Tout est là, au deuxième étage de la Cour carrée, pour réviser ses classiques. De Le Sueur à Ingres et Delacroix, mille tableaux sont accrochés. L’enfilade des salles juste rénovées court sur un kilomètre de long autour de la cour Sully, dans un espace baigné par la lumière naturelle des verrières zénithales enfin nettoyées.

5044985_6_558c_2016-12-02-73ec4e2-18842-mo2u9w-8rjm1gu8fr_00e60337beccdfc7cd4086db76912ff1

Cette opération colossale a été menée, en deux ans et demi, par Sébastien Allard, directeur du département des peintures du Louvre. Toutes les œuvres ont été désencadrées, décrassées, restaurées si besoin, photographiées, étudiées, documentées, puis replacées dans les cadres d’origine en bois doré, eux aussi dépoussiérés et remis en état. Les cadres représentent à eux seuls une collection à part entière,  » la plus belle et la plus grande d’Europe « , souligne le directeur, qui a tenu à la mettre en valeur. Le millier de cartels ont été traduits en anglais.

5044983_6_24e7_2016-12-02-d0429ac-11713-30nzmh-dgs7tlnmi_adc11318f405d4e509adc94814d3a29b

Fait unique en Europe, ces collections  » ont été enrichies par les acquisitions de l’Etat réalisées aux Salons du XIXe et par les donations, notamment celles de Moreau-Nélaton et Thomy-Thierry, qui ont fait entrer au Louvre une forme de modernité avec Corot et l’école de Barbizon « , note Sébastien Allard.  » Au total, un ensemble de peinture française qui n’existe nulle part ailleurs, dans sa continuité, avec sa magnifique collection de portraits. « 

5044989_6_77b1_2016-12-02-e38829a-19519-1ur0dh8-zo49tz9f6r_8c3f2ac932edba8daa83922f3c27d207

Pour rythmer le parcours désormais cloisonné – avec portes coupe-feu et ascenseurs pour la mise aux normes –, Sébastien Allard a choisi des tons sourds et un mobilier minimaliste : pierre blonde au sol, cuir acier pour les bancs en lames de couteau, gris au mur, ou lie-de-vin pour les batailles de Louis XIV, brossées avec autant de fougue que de minutie par Le Brun, sur dix mètres par quatre chacune. Les plus grands formats du XIXe – de Delacroix, David, Ingres – restent dans les salles rouges de l’aile Denon. Les modernes, eux, ont déménagé en 1986 au Musée d’Orsay.

5044990_6_dcb1_2016-12-02-cda09b6-19639-3lv3w0-3i54dvx6r_81feba5c21117dc5516587fd1cb97c27

Sur les 6 200 œuvres peintes du Louvre – 20 % de la totalité des collections du musée –, plus de la moitié sont montrées, avec les 400 prêts en France ou à l’étranger.  » Le Louvre est le plus grand prêteur mondial « , rappelle Sébastien Allard. Réorganiser la présentation de cette collection,  » c’était le grand rêve depuis quarante ans « .

5044984_6_b296_2016-12-02-de2551e-17795-13enmhg-13qghc9pb9_07e252f81b14a23a0d828a5465d1a2c6

À ne surtout pas manquer !

 

Le 9 décembre 2016.
Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (9 décembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. Hervé J. VOLTO décembre 11, 2016 à 3:04 #

    Maria Ladenburger comme Anne-Lorraine Schmitt : on ne les oublie pas, nous partageons la douleur de leurs familles et on fera le nécessaire pour rendre justice quand nous serons aux commendes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :