BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (10/11 décembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

10 Déc

I. La SNCF est en ruine

sncf-renc3a9-le-honzec1 

Pas de chance ! Alors que les Parisiens et autres Franciliens étaient, pour beaucoup, contraints de remiser leurs véhicules au garage par l’instauration de la circulation automobile alternée (elle-même consécutive à un exceptionnel pic de pollution atmosphérique), des centaines de milliers de voyageurs et d’usagers se sont retrouvés piégés, mercredi 7 décembre, après qu’une panne d’électricité géante a bloqué intégralement le trafic ferroviaire pendant trois heures à la mi-journée, au niveau de la gare la plus fréquentée d’Europe, la gare du Nord. L’engorgement et le désordre se sont répandus le long des lignes B et D du RER, qui totalisent 1,4 million de voyageurs quotidiens à elles deux, saturant le réseau et perturbant le retour à leur domicile d’un grand nombre de ces voyageurs jusqu’à tard le soir. Un grand foutoir comme seul notre malheureux pays en a le secret.

Ce grand embouteillage ferroviaire s’est produit après l’arrachage d’une caténaire (le fil électrique à haute tension qui alimente la motrice) par un train régional à quelques centaines de mètres des voies de la gare du Nord, provoquant une coupure générale d’électricité.

Ironie de l’histoire, cet incident a eu lieu quelques minutes après le rétablissement de la circulation sur la partie nord du RER B, qui, la veille, avait elle aussi subi une rupture de caténaire au niveau de l’embranchement qui relie notamment Paris à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

unknown

Pagaille à la gare du Nord

Cet incident n’est hélas pas rare. La SNCF recense une cinquantaine d’arrachages de caténaires par an. Mais il est très invalidant et relance le débat sur la vétusté du réseau des trains quotidiens en Ile-de-France, et son délaissement par les pouvoirs publics. Valérie Pécresse, la présidente Les Républicains (LR) de la région Ile-de-France, a, aussitôt après l’incident, souligné que  » cette situation est le résultat d’un sous-investissement chronique de l’Etat  » et renouvelé  » très solennellement sa demande au gouvernement d’accélérer les investissements prévus pour la régénération des infrastructures ferroviaires à hauteur de 800 millions par an « .

Le constat est confirmé par deux rapports de la Cour des comptes de 2010 et de février 2016.  » Le désintérêt manifesté à l’égard du réseau francilien explique le retard considérable qui a été accumulé « , analysaient alors les magistrats. Jusqu’en 2011, il a manqué de 300 à 500 millions d’euros par an de façon chronique pour l’entretien du réseau. Ce qui signifie que les responsabilités sont ici largement partagées entre Nicolas Sarkozy et François Hollande.

La vétusté est telle en Ile-de-France que certains équipements électriques de la ligne C du RER avoisinent les 100 ans d’âge. Ils ont côtoyé les trains à vapeur ! La caténaire du RER B arrachée le 6 décembre avait d’ailleurs dépassé les 70 printemps. Certaines pièces à changer lors de la réparation d’urgence ayant disparu des magasins depuis longtemps, les cheminots ont dû les refabriquer sur place. Et la Cour des comptes d’avertir les citoyens : le réseau va continuer à se dégrader jusqu’en 2020. Autrement dit : attendez-vous à de nouvelles galères dans le RER. Mais, pendant ce temps-là, l’Etat accueille généreusement, nourrit, loge, soigne et enseigne gratuitement (entendez avec l’argent des contribuables) les hordes migrantes qui déferlent sur notre territoire et dont il n’y a rien à attendre que des calamités en tout genre.

des-migrants-africains-a-bord-d-un-bus-apres-leur-evacuation-d-un-campement-le-2-juin-2015-a-la-chapelle-a-paris_5349663

Mais les migrants, eux, sont confortablement transportés en autocars

 » Le réseau est complètement obsolète, fulmine Stéphane Beaudet, maire LR de Courcouronnes (Essonne), vice-président de la région chargé des transports. Voilà le résultat quand on choisit de financer pendant des années des TGV vides. On assiste à la faillite de l’Etat qu’il soit de gauche ou de droite. Beaucoup plus qu’à la défaillance de la SNCF d’ailleurs. Il faut féliciter le travail des équipes qui ont réussi à réparer les dégâts en un temps record.  »

Les représentants des voyageurs ne décolèrent pas non plus.  » Ces problèmes sont de plus en plus fréquents « , se désole Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut). Leur colère se tourne aussi vers la SNCF.  » Je rappelle que la partie nord de la ligne B du RER a fait l’objet d’une grande rénovation en 2013, s’indigne Bernard Gobitz, vice-président de la Fnaut Ile-de-France. Or dès janvier 2014, on a eu droit à une grande panne électrique gare du Nord.  » Au grand dam des usagers, ces travaux de régénération – 268 millions d’euros tout de même – avaient fait l’impasse sur le remplacement des caténaires !

carnet01_29

Caténaires en perdition

Le diagnostic fait donc consensus. Il faut réinjecter de l’argent dans le réseau ferré de la région capitale : au moins 800 millions d’euros par an (1 milliard disent certains) pendant dix ans. Le budget 2016 de SNCF Réseau pour l’Ile-de-France n’atteint que 620 millions, mais il a quasiment doublé depuis 2013 et il devrait s’élever à 800 millions en 2017. C’est donc un chantier pharaonique qui s’annonce dans la prochaine décennie.

C’est un gros défi pour la SNCF, d’autant qu’en Ile-de-France, l’entreprise peine à recruter. On nous annonce pourtant quelques millions de chômeurs…et beaucoup de migrants sans emploi. Selon le Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF), il manque 450 personnes pour commencer dès à présent des travaux de maintenance programmés et financés. Sans compter les désagréments pour les passagers : les 18 et 19 mars 2017, par exemple, aucun train ne circulera dans les gares de Lyon et de Bercy à Paris pour pouvoir changer les aiguillages qui datent de 1930. Un nouveau blocage total !

Au lieu de militer pour les mouvements LGBT, Guillaume Pepy* (le PDG de la SNCF) ferait mieux de se mettre au travail.

Guillaume Pepy partageait la vie, de 1986 jusqu’au décès de celui-ci, du directeur de l’IEP Richard Descoings (Lire « Richie » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/04/13/richie/).

 

II. Quant à Jérôme Cahuzac…

il n’a même pas le courage d’assumer ses actes

le-feuilleton-de-l-affaire-cahuzac

Décidément, depuis le début de son affaire de fraude fiscale, cet homme nous donne la nausée. Car, une heure à peine après que le tribunal eut prononcé sa condamnation à trois ans de prison ferme et à cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et omission de déclaration de son patrimoine, son avocat, Jean Veil, a annoncé que l’ancien ministre du budget faisait appel de ce jugement. L’appel étant suspensif, Jérôme Cahuzac est libre, le tribunal n’ayant pas demandé de mandat de dépôt à l’audience.

Cette peine d’incarcération « non aménageable » constitue pourtant le cœur du jugement du tribunal, qui a suivi exactement les réquisitions de la procureure Eliane Houlette. La responsable du parquet national financier (PNF) avait en effet mis en garde les juges contre les différences de traitement entre délinquance de droit commun et délinquance en « col blanc » en soulignant qu’elles nourrissent « le sentiment d’exclusion ressenti par certains », favorisent « les comportements de rupture » et « propage l’idée qu’il existe une impunité des puissants » alors que, soulignait-elle, la fraude fiscale est « l’acte antisocial par excellence ».

Le tribunal partage cette appréciation qui relève, dans son jugement, la « rare et exceptionnelle gravité » des faits reprochés à Jérôme Cahuzac, compte tenu de la durée de la fraude et surtout des fonctions qu’il a exercées – député du Lot-et-Garonne, président de la commission des finances de l’Assemblée nationale et ministre du budget. Il souligne notamment que, dans ces dernières fonctions, Jérôme Cahuzac « incarnait la politique fiscale de la France » et « était le garant de l’application des trois principes constitutionnels d’égalité devant l’impôt, qui fonde le consentement à l’impôt, de lutte contre la fraude fiscale et de lutte contre l’évasion fiscale ».

images

Parmi les circonstances aggravantes, le tribunal retient qu’« aucune de ses fonctions, aucun événement extérieur, aucune alerte n’ont conduit Jérôme Cahuzac à cesser ses agissements » et souligne au contraire que son « souhait de dissimulation et d’opacité est allé croissant avec l’importance de ses fonctions politiques ».

S’il évoque les « mensonges » réitérés de l’ancien ministre, dont le fameux démenti qu’il avait opposé aux révélations de Mediapart face à l’Assemblée nationale, le tribunal observe toutefois qu’« il ne lui appartient pas de [les] sanctionner de manière particulière » mais de « prendre en considération ce que cette attitude révèle de la personnalité » de Jérôme Cahuzac et de sa « prise de conscience tardive ».

Avec la même économie de mots, le jugement écarte l’argument de défense surprise que Jérôme Cahuzac avait présenté au premier jour de son procès, selon lequel le compte qu’il avait ouvert en Suisse était à l’origine destiné à assurer le financement occulte du mouvement politique de Michel Rocard.

« Si la seule nouveauté de ces déclarations n’est pas suffisante, en soi, pour en déduire, nécessairement, leur éventuel caractère mensonger, le tribunal ne dispose, au final, d’aucun élément tangible et déterminant permettant, soit de confirmer ces propos, soit de les infirmer », observe le tribunal en soulignant que dès lors « elles ne peuvent, en conséquence, être tenues pour établies ». Il ajoute simplement que « faute de précisions permettant de les étayer », ces déclarations peuvent « apparaître comme altérant injustement la mémoire de l’ancien premier ministre Michel Rocard au détriment des institutions de la République » en « jetant sur elles le discrédit et la suspicion ».

516773267

En faisant appel de cette décision, Jérôme Cahuzac exerce son droit de prévenu le plus strict. Mais il ne manquera pas d’indigner les citoyens et les contribuables que nous sommes en donnant l’image d’un homme qui face à la justice se comporte comme l’élu, le ministre convaincu de mensonges et de fraude qu’il a été et qui a espéré jusqu’au bout ne pas avoir à l’assumer.

Cette image de la République sera à n’en pas douter l’une de nos arme les plus efficaces pour la renverser.

 

III. Rififi à la BCE (suite)

Nous avions, dans notre Bulletin climatique du 8 décembre (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/12/08/bulletin-climatique-quotidien-8-decembre-2016-de-la-republique-francaise/ ), évoqué les états d’âme de la Banque centrale européenne(BCE)  et de son président, Mario Draghi, concernant les liquidités déversées sur les marchés financiers et les rachats de dettes.

mario-bce

Super-Mario, président de la BCE

Jeudi 8 décembre, les analystes et les investisseurs ont hésité sur la façon d’interpréter les annonces de la Banque centrale européenne (BCE). C’est dire si Mario Draghi, son président, s’est prêté à un délicat exercice d’équilibriste, visant à rassurer les uns, contenter les autres et surtout, se ménager des marges de manœuvre pour les mois à venir.

Dans le détail, la BCE a laissé ses taux inchangés. Son programme de rachats de dettes publiques et privées (le quantitative easing en anglais, ou QE), sera, en revanche, prolongé jusqu’en décembre 2017, voire au-delà si besoin, au lieu de mars 2017 mais le volume mensuel du programme diminuera de 80 milliards à 60 milliards d’euros à partir d’avril,  le conseil des gouverneurs se gardant le droit de le réaugmenter s’il le juge nécessaire. Au total, ce prolongement de neuf mois, accompagné de quelques assouplissements techniques, portera la totalité des achats de dettes à au moins 2 280 milliards d’euros fin 2017. L’équivalent de 21 % du produit intérieur brut de la zone euro.  » C’est bien plus que ce qu’attendaient les marchés « , note Jean-Marie Mercadal, chez OFI Asset Management. Mais, ceux qui nous lisent savent hélas que le bénéfice de cette inondation financière pour les entreprises et les particuliers frise le néant…D’où les résultats quasi nuls en terme de croissance.

Depuis quelques semaines, la rumeur d’un tapering, le terme du jargon financier désignant une réduction nette du QE, circulait parmi les investisseurs. De fait, l’amélioration de la conjoncture, la remontée des cours du pétrole et la hausse programmée des taux américains pouvaient laisser penser que la zone euro était enfin capable de supporter un retrait progressif de la béquille monétaire. Mais selon la BCE, ce n’est pas le cas.  » Le tapering n’a pas été débattu aujourd’hui « , a martelé M. Draghi à plusieurs reprises, insistant sur la nécessité de poursuivre, au contraire, les mesures monétaires accommodantes.

Et pour cause : en dépit des signaux encourageants de reprise économique,  » la croissance de la zone euro est ralentie par la lente application des réformes structurelles « , a détaillé l’Italien, qui a une fois de plus appelé les Etats à accélérer le rythme. En outre, le désendettement toujours en cours de certains secteurs pèse sur l’activité. Et l’évolution des prix est encore loin de la cible de 2 % que s’est fixée l’institution, a rappelé M. Draghi.

Selon les nouvelles prévisions économiques de la banque centrale, l’inflation devrait s’établir à 0,2 % cette année dans la zone euro, 1,3 % en 2017 et 1,5 % en 2018. Côté croissance, la BCE table sur 1,7 % en 2016 et en 2017, puis 1,6 % en 2018.

Dans tous les cas, une chose est sûre : en prolongeant le QE jusqu’à fin 2017, tout en assouplissant les règles encadrant les achats, la BCE s’offre surtout des marges de manœuvre pour les mois à venir. Mario Draghi, toujours content de lui-même, a qualifié cette démarche de  » pragmatique et flexible « . Même si en théorie, la Banque centrale ne se mêle pas de politique, tous les observateurs ont tiré la même conclusion : voilà qui tombe à pic pour faire face à l’année 2017, qui sera rythmée par des élections aux Pays-Bas, en France, en Allemagne… En cas de remous sur les marchés, la BCE disposera encore de quelques outils pour éteindre une éventuelle fièvre sur les taux souverains. Ou pour éviter que la hausse des taux américains ne contamine les taux européens.

Mais à tant jouer la prudence, la banque centrale ne risque-t-elle pas d’en faire trop ? «  S’engager à maintenir ses mesures accommodantes sur une aussi longue période est une inquiétante fuite en avant « , assène Eric Bourguignon, chez Swiss Life AM.  » Le risque est que les marchés se mettent à tabler sur un “QE infini”, c’est-à-dire une situation où la BCE serait piégée et contrainte de poursuivre son programme pour une très longue période « , analyse de son côté Frederik Ducrozet, chez Pictet, dans une note sur le sujet.

De tous temps, la planche à billets a été un levier pour les grands argentiers. Mais beaucoup s’y sont cassés les dents.

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Il était une fois Noël…à Vaux-le-Vicomte

c-erwann-maignan

Découvrir Vaux-le-Vicomte à Noël est la promesse d’une parenthèse enchantée hors du temps, dans un château merveilleux racontant les contes de votre enfance. Une forêt féerique dans le Grand Salon, des feux de cheminées crépitants, des illuminations dans les jardins et un vrai Saint Nicolas compléteront cette journée parfaite !

nv-01-vaux-le-vicomte-chris_1

 

Et si Noël vous était « Vaux-le-ViConté »
Mille et une décorations féeriques vous transporteront dans l’univers des contes de Grimm, d’Andersen ou de Perrault au gré des salons d’apparat du château. Au centre du Grand Salon, une forêt enchantée crée la surprise, où se cache une multitude de petits animaux des bois ! Pour une immersion totale des sens, le château propose cette année un parcours olfactif parsemé d’odeurs de sapin et de pain d’épices, au son crépitant des feux de cheminées réchauffant les visiteurs….

143384-la-magie-de-noel-2014-au-chateau-de-vaux-le-vicomte

Des illuminations féeriques
A l’extérieur du château, la magie opère aussi avec une allée de sapins bordant votre arrivée comme un tapis rouge de verdure… Quant au jardin dessiné par Le Nôtre, il est recouvert d’une multitude de guirlandes lumineuses qui font scintille buis et boulingrins et laissent apparaître le tracé des magnifiques broderies, tandis qu’un cerf majestueux de 8 m de haut trône sur les jardins à la française !
Pour que chacun reparte avec un souvenir de cette journée, un cadeau surprise attendra les enfants (de moins de 8 ans) à l’issue de cette balade enchantée.
Tous les week-ends, un enfant aura également la chance de gagner un château fort PAPO via un tirage au sort gratuit et ouvert à tous les visiteurs !

noel-2015

Saint Nicolas
Comme vous le savez Vaux-le-Vicomte est l’oeuvre de Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV. Cette année le château lui rend hommage en invitant un autre Nicolas…En effet, pour la première fois, le Château de Vaux-le-Vicomte convie Saint Nicolas à participer à l’événement ! Il se rendra disponible toute la journée auprès des enfants, pour prendre des photos et raconter sa fabuleuse histoire. Une distribution de succulents pains d’épice de la Maison Fossier sera proposée dans les cuisines du château.
Pour poursuivre cette aventure merveilleuse, des promenades en calèche seront proposées dans les jardins à la française. De 12h à 17h, en supplément du billet d’entrée (3 € pour les moins de 10 ans, 5 € pour les adultes)

l185317_hd01039720

Informations pratiques
Dates
Les week-ends du 26, 27 novembre, les 3, 4, 10, 11, décembre 2016 et tous les jours du 17 au 31 décembre 2016 (Sauf le 25 décembre 2016)
Horaires
De 11h à 17h45 (sauf les 24 et 31 décembre, de 11h à 16h45)

http://www.vaux-le-vicomte.com/vaux-le-vicomte-fete-noel/

Le 10 décembre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :