Et la gauche continue à vouloir dépénaliser l’usage du cannabis !

13 Déc

En octobre 2015, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a émis une alerte relative à une augmentation des hospitalisations pour ingestion de cannabis chez l’enfant.

Afin de mieux caractériser cette situation, six chercheurs de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) ont étudié les résumés de passage aux Urgences dans quinze hôpitaux [1]. Leurs résultats ont été publiés ce 13 décembre 2016 dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France.

Sur près de trois millions de passages « avec diagnostic » entre 2009 et 2014, les chercheurs ont recensé 1 182 situations d’intoxication au cannabis (soit 4,1 cas sur 10 000, tous âges confondus [2]).

Parmi ces 1 182 admissions liées au cannabis, quarante (3,3%) concernaient des enfants de moins de 2 ans, et neuf (0,8%) des enfants âgés de 2 à 8 ans. Pour l’ensemble de ces enfants, le passage aux Urgences a entraîné une hospitalisation dans les trois quarts des cas (contre seulement un huitième des cas pour les personnes âgées de plus de 8 ans. La probabilité qu’une réanimation soit nécessaire était vingt fois plus élevée entre ces deux groupes (4,1% contre 0,2%).

« Entre les périodes 2009-2010 et 2013-2014, on note une augmentation de la proportion d’intoxication au cannabis dans les résumés des passages aux Urgences [qui concerne tous les âges, sauf les personnes de plus de 55 ans] », détaillent les chercheurs. Cette augmentation serait plus marquée « chez les moins de 8 ans et entre 8 et 15 ans ».

Selon des études antérieures « avant 8 ans, les admissions pour intoxication au cannabis sont le fait d’ingestions accidentelles« , soulignent les chercheurs, qui jugent leurs résultats cohérents avec cette donnée. « Devant l’augmentation des admissions pour IC chez le nourrisson, une information aux urgentistes et pédiatres devrait être réalisée afin d’optimiser le repérage de ces intoxications, dont la présentation trompeuse donne souvent lieu à des explorations invasives (ponctions lombaires) ou irradiantes (scanner cérébral) évitables. L’utilisation de bandelettes de dépistage du cannabis devrait également être discutée« .

Si l’analyse précise des circonstances de l’ingestion « reste à faire« , les auteurs de ces travaux soulignent que les campagnes de lutte contre la consommation de cannabis « mériteraient d’être assorties d’un message de prévention des risques d’ingestion auprès des parents » tant il est évident que ces ingestions accidentelles résultent de l’extension de l’usage du cannabis chez les parents ou la fratrie sans précautions suffisante à l’égard des plus jeunes.

Ces constatations d’irresponsabilité ne militent pas en faveur de la dépénalisation évoquée ou, parfois même, revendiquée par beaucoup de dirigeants politiques et des milieux médiatico-culturels.

[1] Les auteurs notent que les 15 services d’urgences sélectionnés sur la qualité́ et la stabilité́ de leurs données ne sont pas représentatifs de l’ensemble des services d’urgences de la région Paca (surreprésentation des services d’urgence pédiatriques, localisation préférentielle dans les Bouches-du-Rhône). À ce titre, les résultats présentés ne peuvent aisément être extrapolés à l’ensemble des services d’urgences régionaux et nationaux.

[2] Lorsque l’on regarde les admissions par classe d’âge, ce taux monte à 20,4/10.000 pour les 15-18 ans.

Le 13 décembre 2016.

Pour le CER, Hippocrate, Conseiller à la Santé publique.

Publicités

2 Réponses to “Et la gauche continue à vouloir dépénaliser l’usage du cannabis !”

  1. Jean-Louis Bouvarel décembre 15, 2016 à 12:19 #

    Bonjour, je vous ferai remarquer qu’il n’y a jamais eu de mort avec le cannabis, adulte comme enfant … quelque soit la dose avalée (constat sur une période d’au moins 2500 ans sur tout la surface du globe). Il n’y a pas non plus de séquelles, en conséquence de quoi, je trouve que vous faites dans l’alarmisme exagéré même si le problème est sérieux.

    Alarmisme qui n’est pas de votre faute : la prohibition française ne rate pas une occasion de salir le cannabis et on lui reproche un lot de mensonges et d’exagérations qui ont servis d’arguments à la mise en place de l’actuelle interdiction. Le public est donc abusé … Maintenant, il est clair que le cannabis n’est pas non plus inoffensif et que d’en consommer n’est pas toujours anodin, principalement lorsqu’il est fumé associé au tabac.

    Les accidents ménagers touchent beaucoup plus d’enfants et mutilent, brûlent, empoisonnent … ou tuent un grand nombre de ces derniers. Les produits ménagers ne sont pas interdits pour autant, les intervenants essayent d’éduquer les parents …

    Pour en revenir à notre histoire de cannabis, ces accidents sont le fait de négligences, il y a donc que la prévention qui peut permettre d’avertir ces inconscients … Que vous l’appréciez ou non, des millions de français consomment cette substance, pas toujours pour le seul plaisir (consommation médicale) et c’est le moment d’agir avec intelligence et non pas avec le bâton qui a largement montré son efficacité (46 ans de guerre) !

    Je vous ferai remarquer que le cannabis est ce chanvre qui a fait la fortune de la France avant la Révolution, certes, il n’était pas aussi fortement psychotrope que le chanvre indien mais ce dernier était en vente libre dans les officines et traitait nombre de maladies … Le chanvre autochtone, modérément psychoactif, se fumait : il était surnommé le « tabac du pauvre ». Dans toute l’Histoire de la Royauté française, nulle part il est fait mention de problèmes de santé publique causés par le chanvre ou son cousin indien. L’intelligence consiste parfois aussi à laisser tomber un moment ses convictions personnelles, prendre des livres (ou Internet) et se renseigner… A savoir que le cannabis sous sa forme psychoactive (Kaneh Bosm) est un des ingrédients de l’Huile d’onction dont sont oints les rois …

    Bref, informer les gens d’enfermer leur cannabis à clef ou le mettre hors de portée des gamins … ne serait pas une mauvaise chose en soi … personne n’a envie de voir ses enfants dans une sorte de coma … Meilleures salutations, monsieur

    • conseilesperanceduroi décembre 15, 2016 à 9:56 #

      Cher Monsieur, merci pour l’intérêt que vous témoignez à nos écrits.La consommation de cannabis pour raison médicale est ridiculement faible par rapport à ce que vous appelez la consommation « pour le seul plaisir« . Mais pensez-vous sérieusement que nous ayons besoin de ces paradis artificiels pour vivre, penser et même…avoir du plaisir ?
      Quant aux conséquences de cette drogue (qui nous vient principalement du maghreb par  » go fast  » pour détruire la santé de nos compatriotes tout en alimentant l’économie souterraine des zones de non-droit que l’on appelle  » banlieues « ) sur l’organisme et en particulier celui des jeunes, je vous invite à consulter les nombreuses mises au point que nous avons faites dans les pages de notre blogue grâce au mot-clé « cannabis » tapé dans la fenêtre de notre moteur de recherche. Vous serez édifié et ne verrez pas du même oeil notre opposition formelle à ce qui n’est, somme toute, qu’un stupéfiant. À moins que vous ne soyez un chantre de son usage comme le laissent à penser nombre de vos écrits, ailleurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :