Billet d’humeur du sieur Du Plessis : Quand les pouvoirs publics ont le trouillomètre à zéro…

26 Déc

Pas question que les  » incidents  » de Noël 2015 à Ajaccio (Corse-du-Sud)* se reproduisent ! Et surtout pas de vague après un nouvel épisode de haine de la France hurlée par un gang de… » Chances pour la France  » dans le quartier malfamé des Cannes , à Ajaccio. 

Dans la nuit de samedi 24 à dimanche 25 décembre, une équipe du Samu est intervenue au domicile d’un habitant du quartier populaire des Cannes. En regagnant leur voiture, les ambulanciers ont été violemment insultés par un groupe de racailles allogènes qui passaient la soirée dans un bar voisin et qui ont jeté des pétards dans leur direction, a précisé l’un des ambulanciers. «Des habitants du quartier qui étaient présents (et ne voulaient pas voir se renouveler les répliques anti-musulmanes de l’an dernier), ont tenté de calmer les jeunes », a-t-il ajouté.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux appels à des rassemblements dans le quartier où a eu lieu l’incident sont rapidement apparus, semblant vouloir faire un parallèle avec les incidents de Noël 2015. En fin d’après-midi, dimanche, seules quelques dizaines de personnes, la plupart jeunes, se sont retrouvées, dans le calme, devant la préfecture. Mais un important dispositif policier, avec plusieurs cars de CRS prépositionnés (mais que l’on ne voit guère dans les quartiers interdits, occupés par les voyous et où prospèrent les trafics de toutes sortes), était visible dans les rues environnantes.

Aussitôt, le préfet de Corse Bernard Schmeltz avait annoncé qu’aucune «déambulation dans les quartiers d’Ajaccio ne (serait) tolérée ce jour». Le 25 décembre, jour de Noël !

Le même préfet a également tenu à rappeler, au cas où de mauvaises pensées traverseraient l’esprit de quelques Ajacciens, que «ces événements sont sans commune mesure avec ceux qui s’étaient déroulés il y a tout juste un an -aucune personne n’a en effet été blessée-» et a dénoncé avec vigueur «toute instrumentalisation qui pourrait en être faite». Intégrant préventivement dans son achat de la paix civile les autorités administratives de l’hôpital : «Il va de soi que le centre hospitalier d’Ajaccio et les équipes du SMUR ne s’associeront en aucune façon à toute exploitation intempestive de cet incident mineur», a d’ailleurs renchéri la direction de l’hôpital de la ville dans un communiqué.

Mais ce ne fut pas tout. Qualifiant «d’affligeant et inacceptable» le fait d’insulter des ambulanciers, Gilles Simeoni, le président de l’exécutif Corse, et Jean-Guy Talamoni, le président de l’Assemblée de Corse, ont eux aussi jugé que le refus des personnels soignants de «toute exploitation ou instrumentalisation de l’incident (devait) conduire à mettre un terme à cette affaire».

Mais non messieurs, ce n’est ni votre lâcheté ni vos chapes de plomb qui conduiront  » à mettre un terme à cette affaire « .

C’est la trique ! Et, bien sûr, l’expulsion de cette pègre.

Le 26 décembre 2016.

Du Plessis.

 

* Des manifestations émaillées de slogans anti-musulmans, au cours desquelles une salle de prière musulmane avait été saccagée, avaient eu lieu à Noël 2015 dans les Jardins de l’Empereur, à Ajaccio, après l’agression de pompiers, 24 heures auparavant, dans ce quartier populaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :