BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (14/15 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

14 Jan

I. Quand les catholiques français se réveillent

Depuis la loi de 1805 sur la séparation des églises et de l’Etat puis sous les coups répétés des laïcards et, il faut bien le dire aussi, la complicité des autorités ecclésiastiques gauchisantes, les Français avaient fini par penser que les catholiques étaient une espèce en voie de disparition.

La révolte traditionaliste qui fit suite au concile Vatican 2 ne concerna qu’une frange somme toute assez modeste de l’Eglise de France qui maintient vaille que vaille les traditions dans notre pays.

Il a fallu le déferlement de hordes barbares sur le continent européen et la mise en lumière de l’islamisation sournoise de notre pays avec la complicité des élites politiques et culturelle pour qu’enfin les catholiques de France se réveillent de leur trop long sommeil. Et qu’ils le fassent même envers et contre les opinions de la plus grande partie du clergé, contaminée par le droit-de-l’hommisme et la bien-pensance.

Quelques gros titres de journaux l’ont montré ces derniers jours en découvrant la place inattendue du catholicisme dans un pays très largement sécularisé : « Au secours, Jésus revient » (Libération), « Le réveil des catholiques » (L’Express), « Le pouvoir des catholiques » (L’Obs), etc.

Ces marques d’intérêt ne sont certes pas sans rapport avec la nette victoire à la primaire de la droite de François Fillon, catholique déclaré qui n’hésite plus à invoquer sa foi chrétienne pour défendre son projet présidentiel.

De ce fait, la question que ces médias perfides se posent tant elle les fait trembler, est la suivante : peut-on assimiler l’opinion catholique à la droite? Une étude sociologique relayée jeudi dans deux titres du groupe de presse Bayard – le quotidien La Croix et l’hebdomadaire Pèlerin – que l’on ne peut pas soupçonner de la moindre sollicitude pour nos idées, tente d’y voir plus clair.

Cette étude Ipsos présente des chiffres qui étayent un ancrage à droite et « confirment que même si les catholiques sont plus réticents au vote FN que le reste des Français, ce parti tend quand même à se banaliser parmi eux« , relèvent avec dégoût et une certaine angoisse ses auteurs.

Pourtant, l’enquête identifie six familles de « catholiques engagés« , pas moins – estimés à près de 12 millions en France parmi les 18 ans et plus, bien au-delà des seuls pratiquants – qui esquissent un portrait relativement divers. Et là…accrochez-vous aux branches car vous aurez un peu de mal à vous situer.

La première sous-catégorie (45%) est celle des « festifs identitaires« , voyant l’Eglise comme une partie de l’identité française, défiants à l’égard du pape François et hostiles aux migrants.

Derrière arrivent les « saisonniers fraternels » (26%), qui mettent en avant des valeurs d’hospitalité à l’égard des réfugiés (nom donné dans l’intérêt de leur cause aux migrants illégaux et strictement économiques venant brouter chez nous une herbe plus verte que chez eux).

On trouve aussi des « conciliaires » (14%), attachés à une Eglise ouverte après Vatican II, et des « observants » (7%), très sensibles aux combats de la Manif pour tous sur le mariage et la filiation.

Mais, étonnamment, même les « émancipés » (4%), les plus à gauche et donc ceux qui sont les plus sympathiques aux enquêteurs, sont décrits comme perplexes voire frileux à l’égard de l’accueil des migrants ! On n’est jamais trahi que par les siens…

« La question migratoire est extrêmement clivante, à droite mais aussi à gauche« , explique à l’AFP le sociologue du catholicisme Yann Raison du Cleuziou, l’un des auteurs de l’enquête, tout en invitant à la prudence sur l’interprétation de cette étude portant sur 1 007 « catholiques engagés« . « A gauche, la défiance me semble s’exercer non à l’égard du migrant en soi, mais du musulman: mon hypothèse est que ces catholiques voient dans l’islam un facteur de régression et de conservatisme, notamment par rapport à la condition de la femme ou la laïcité« , poursuit-il. Ou comment instrumentaliser les catholiques dans un sens conforme à l’esprit des Lumières sans leur concéder le droit de refuser et de se lever contre cette fausse religion et son prosélytisme.

6a00d83451619c69e201bb096bd994970d-250wi

Heureusement, vient de paraître un pamphlet de Laurent Dandrieu, journaliste à Valeurs actuelles, intitulé « Eglise et immigration: le grand malaise » (Presses de la Renaissance). Sa thèse: le pape François a grand tort de marteler « l’unique impératif de l’accueil » de l’étranger, alors que « beaucoup de catholiques ressentent un malaise croissant sur ce sujet« . « Cette inquiétude dont je me fais le porte-parole, on essaye de la minimiser en disant qu’elle est très droitière. L’étude menée par Bayard me donne raison, on s’aperçoit que cette inquiétude dépasse les clivages politiques« , explique à l’AFP Laurent Dandrieu.

9782204109307-5857e7be392be

A l’opposé, Erwan Le Morhedec, blogueur très actif sous le nom de « Koz », est d’un avis différent qui s’inscrit dans la pensée conforme et obligatoire du moment. Dans un livre aussi récent, « Identitaire – le mauvais génie du christianisme » (Editions du Cerf), ce catholique plutôt centriste s’inquiète d’une peur « mortifère » exploitée selon lui par une extrême droite aux connexions néo-païennes. Une manipulation qui, juge-t-il, « agresse l’Eglise et subvertit » le message de fraternité évangélique. Et là que dire d’autre que « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose« . Ajoutant, suicidaire ou déjà gagné par la dhimmitude : « Notre attention doit être orientée sur notre capacité à produire des fruits plutôt que de revendiquer des racines » chrétiennes.

Avec des amis comme Le Morhedec les catholiques n’ont pas besoin d’ennemi. Nous avons déjà connu cela il y a quelques décennies avec ceux de Témoignage chrétien.

II. Pologne : la paille et la poutre

Depuis des mois, l’opposition polonaise au gouvernement populiste en place fait grand bruit (Lire « L’Union européenne prétend mettre au pas la Pologne » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/12/28/bulletin-climatique-quotidien-28-decembre-2016-de-la-republique-francaise/), allant jusqu’à la limite de la tentative de putsch en occupant depuis le 16 décembre l’hémicycle de la chambre basse du Parlement pour protester contre le vote du budget 2017.

Mais le pot aux roses a été découvert. Il apparaît depuis quelques jours que ces tentatives ne sont qu’un rideau de fumée pour cacher les turpitudes financières de certains dirigeants de ladite opposition en tentant de dresser les citoyens contre le pouvoir en place.

Au cœur d’une crise parlementaire sans précédent, elle se retrouve en proie aux divisions et souffre d’une image de plus en plus dégradée dans l’opinion publique. D’autant que l’opposition a été éclaboussée par l’affaire du départ en vacances au Portugal de Ryszard Petru avec une députée de son parti, pendant que ses élus tenaient la permanence dans l’Hémicycle pendant les fêtes. L’intéressé a reconnu après coup que c’était « embarrassant ». Le chef de file de Nowoczesna, Ryszard Petru, s’est prononcé pour la fin de l’occupation du Parlement et a annoncé que son parti allait procéder à « une autre forme de protestation ». Quant au président de la Plate-forme civique, Grzegorz Schetyna, il a pour sa part boudé les réunions de conciliation.

Mais la situation vient de s’aggraver par un scandale de facturations qui éclabousse le Comité de défense de la démocratie (KOD). Un mouvement qui prétend symboliser depuis plus d’un an la lutte  » contre les dérives autoritaires de la majorité ultraconservatrice du parti Droit et justice (PiS) « . L’affaire concerne le responsable du KOD, Mateusz Kijowski, qui est devenu au fil des manifestations de l’opposition une véritable icône d’une prétendue lutte pour la préservation de l’Etat de droit en Pologne. Le quotidien conservateur Rzeczpospolita a en effet révélé, jeudi 5 janvier, que la société de services informatiques qu’il gère avec sa femme a facturé pour près de 90 000 zlotys (20 000 euros) de prestations au comité social du KOD.

Selon les experts interrogés par les médias, ces services étaient largement surfacturés, et M. Kijowski, qui était en même temps émetteur des factures et prestataire, s’est retrouvé dans une position de conflit d’intérêts. L’affaire a provoqué un profond malaise au sein du KOD, dont les finances dépendent exclusivement de dons, et dont la totalité des membres travaille à titre bénévole.

5060988_6_06a5_le-dirigeant-du-kod-mateusz-kijowski-a_9382109d1a3cf7683c377355542bc8a0

Mateusz Kijowski

Plusieurs membres du conseil d’administration du KOD ont annoncé qu’ils allaient commander un « audit externe » sur les finances de l’organisation. « Ma confiance en Mateusz Kijowski est ébranlée », a commenté le vice-président du KOD, Radomir Szumelda. Une situation qui laisse présager une guerre des chefs en vue des élections internes au Comité, qui devraient se tenir en mars. M. Kijowski a annoncé (comme d’habitude chez ces gens-là) qu’il n’a pour l’heure aucune intention de renoncer à ses fonctions.

« M. Kijowski a perdu la confiance de nombreux membres, confie Katarzyna Wyszomirska, chargée au KOD des questions numériques pour la région de Varsovie. Les gens sont partagés. Certains disent qu’ils vont mettre à la poubelle leur carte de membre. D’autres que le KOD, ce n’est pas M. Kijowski, mais les citoyens, et qu’il n’y a aucune raison de ne pas sortir dans la rue demain, compte tenu de la radicalisation croissante du pouvoir. »

Cette affaire embarrasse l’ensemble de l’opposition, alors que MM. Schetyna et Petru avaient pris pour habitude de s’afficher aux côtés de M. Kijowski durant les manifestations. « La situation dans laquelle s’est retrouvé M. Kijowski est correcte d’un point de vue légal, mais incorrecte d’un point de vue éthique, a commenté Ryszard Petru. J’attends de lui des explications et un nettoyage de cette situation. »

Selon les dernières enquêtes d’opinion, le parti au pouvoir dirigé par Jaroslaw Kaczynski reste largement le plus populaire malgré les attaques dont il est l’objet avec la complicité de l’Union européenne et de son président Donald Tusk (Lire « L’Union européenne prétend mettre au pas la Pologne » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/12/28/bulletin-climatique-quotidien-28-decembre-2016-de-la-republique-francaise/), avec 35 % des intentions de vote, contre 17 % pour la Plate-forme civique et 13 % pour Nowoczesna.

Mais en Pologne comme ailleurs tous les coups sont permis.

 

III. Ebola : coucou le revoilà

On ne nous en parle plus mais ne croyez surtout pas que le danger soit définitivement écarté. Certes, les nouveaux cas sont à présent exceptionnels…jusqu’à la prochaine épidémie. Mais les problèmes, aujourd’hui, sont ceux liés aux conséquences à long terme de l’infection pour ceux qui ont eu la chance de ne pas en mourir. Car les survivants présentent des pathologies inquiétantes.

7770779508_l-epidemie-de-fievre-ebola

On estime à environ 17 000 le nombre total de personnes ayant survécu au virus Ebola lors de la dernière épidémie en Afrique de l’Ouest, qui s’est achevée officiellement en janvier 2016, selon l’Organisation mondiale de la santé. De nouveaux cas mortels ont toutefois été identifiés depuis, notamment en Guinée. En deux ans, de 2013 à 2015, le virus Ebola a fait plus de 11 000 morts.

Un an après leur sortie de l’hôpital, les trois quarts des survivants du virus Ebola présentent encore des problèmes de santé, selon une vaste étude en cours sur le syndrome post-Ebola.

Menée en Guinée auprès de 802 survivants, l’étude, publiée samedi 14 janvier dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases, confirme des résultats déjà observés en Sierra Leone sur 277 survivants quatre mois en moyenne après leur guérison.

Intégrés dans l’étude en moyenne un an après leur hospitalisation initiale, 40 % des survivants ont mentionné de la fatigue ou de la fièvre ; 38 %, des douleurs musculaires ou articulaires ; 35 %, des maux de tête ; 22 %, des douleurs abdominales ; et 18 %, des problèmes de vue qui, pour huit cas, ont abouti à des cécités complètes. Deux pour cent des survivants étaient sourds et 26 % souffraient d’anémie…

Des traces du virus étaient encore présentes dans le sperme de 5 % des hommes entre un mois et dix-huit mois après l’infection, soit six mois de plus que ce qui avait été rapporté jusqu’à présent sur les survivants guinéens. Limiter la propagation du virus par voie sexuelle nécessite donc d’identifier précisément combien de temps il peut persister dans le sperme.

« C’est la première fois que les survivants ont été étudiés de manière aussi globale et représentative, en incluant les enfants et sur une période aussi longue », a exposé à l’Agence France-Presse Eric Delaporte, le chercheur français qui a dirigé l’étude. Parmi eux, des survivants vivant en ville, notamment à Conakry, mais également en Guinée forestière, d’où est partie en décembre 2013 l’épidémie d’Ebola avant de gagner la Sierra Leone et le Liberia.

Les enfants ont globalement présenté moins de symptômes cliniques que les adultes, notamment moins de douleurs articulaires et de problèmes oculaires, même s’ils ont eu plus d’épisodes de fièvre sur le long terme.

L’étude s’est également intéressée à l’état psychologique des survivants, montrant que 17 % souffraient de dépressions et qu’un quart déclaraient avoir été victimes de stigmatisations. Les survivants guinéens ont tous été interrogés lors de leur inclusion dans l’étude – entre mars 2015 et juillet 2016 –, mais ils devraient être suivis jusqu’à la fin de l’étude, prévue en juin 2018.

Souhaitons que, lors de la prochaine épidémie (qui ne manquera pas de se produire si les travaux en cours sur un vaccin ne portaient pas les fruits attendus), nos responsables politiques soient mieux inspirés qu’ils le furent lors de la dernière où on les vit prendre des risques insensés en matière de prévention (Vous trouverez dans les pages de notre blogue plusieurs dossiers et synthèses consacrés à l’épidémie de fièvre Ebola en tapant le mot clé « Ebola » dans notre moteur de recherche).

virus-ebola-11

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

blason_louisxiv

Sur la chaîne KTO, vous pourrez entendre et voir Monseigneur le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, dans le cadre de l’émission VIP, samedi 14 janvier à 20h40.

Le Prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, pose ici dans le studio de télévision du Figaro à l'issue d'une interview.

Celui que certains appellent de leurs vœux pour monter sur le trône de France, sous le nom de Louis XX, se laisse peu à peu découvrir, lui qui est plus familier des messes anniversaires ou cérémonies officielles.

Le chef de la maison de Bourbon, franco-espagnol né en 1974 d’Alphonse de Bourbon, duc de Cadix et de Carmen Martínez-Bordiú y Franco, s’exprime sur plusieurs épreuves de son enfance, notamment les décès tragiques de son frère aîné François de Bourbon dans un accident de voiture en 1984, puis de son père lors d’un accident de ski en 1989. Tragédies qui expliquent pourquoi il a grandi sous les cieux hispaniques plutôt que français.

index-18

Aujourd’hui époux de María Margarita Vargas Santaella, il vit à Madrid. Très sportif, ce père de famille de trois enfants pratique notamment le hockey sur glace, l’équitation et la course à pied. Malgré son statut, c’est un homme d’une grande humilité comme le révèle cette émission qui fait découvrir un prince attachant.

Le 14 janvier 2017.
Jean-Yves Pons, CJA.

 

 

Advertisements

Une Réponse to “BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (14/15 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. hathoriti janvier 16, 2017 à 1:58 #

    L’Eglise trahit ses ouailles. A la messe, hier, (dans mon village, ailleurs, je ne sais pas) il a été demandé aux fidèles, à 2 reprises, de prier pour les migrants, les réfugiés. Je regrette, mais c’est détourner le message évangélique ! Si Dieu demande d’accueillir l’étranger (par ex. les chrétiens syriens martyrisés) cela ne signifie pas d’accueillir DES peuples entiers dont la plupart vient nous islamiser et nous faire plier à la lèpre musulmane par des attentats ! NON ! Revoyons aussi, la parabole du Bon samaritain… Quant au pape actuel…je ne l’aime pas, je n’aime pas ce qu’il dit, je n’aime pas ce qu’il fait et je n’obéis pas à ses injonctions, parfois insultantes pour nous, cathos, de recevoir chez nous nos pires ennemis ! Moi, j’aime Benoît XVI ! Lui, au moins, n’aurait pas dit de pareilles inepties, ni n’aurait trahi ! Heureusement, il est encore là…
    Quant à Ebola, cette abomination (couplée à l’autre abomination qu’est l’islam !) risque de faire encore des milliers de victimes…mais chez nous, en Europe ! En France ! Venant de pays où l’hygiène est faible, voire inexistante,ces « réfugiés » apportant avec eux les pires germes,virus et autres sal…etés, nous courons le risque de voir se développer chez nous, des épidémies de maladies que l’on avait éradiquées depuis longtemps: tuberculose, méningite, lèpre et…Ebola par-dessus tout ça ! Et pas question de réactionner les lazarets, ce serait être racistes ! Nos gouvernants sont des criminels ! Jésus nous bien avertis qu’à la fin des temps (y sommes-nous ?) il y aurait des épidémies! Il nous faut le Roi, le Roi sacré à Reims ! Et…Vivat Rex in aeternum !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :