BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (23 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

23 Jan

I. Extraits du discours d’investiture de Donald Trump

58825abcc361884e058b46bc

Donald Trump, au Capitole le 20 janvier 2017

Des propos qu’aucun d’entre nous ne pourrait renier tant ils reflètent notre propre situation culturelle, politique, sociale et économique.

 » Pendant trop longtemps, un petit groupe de personnes dans la capitale de notre pays a récolté les avantages du gouvernement tandis que le peuple en payait le coût. Washington prospérait, mais le peuple n’en tirait aucun bénéfice. Les responsables politiques s’enrichissaient, tandis que les emplois disparaissaient et les usines fermaient. L’establishment protégeait, non pas les citoyens de notre pays, mais lui-même. Ses victoires n’ont pas été vos victoires. Ses triomphes n’ont pas été vos triomphes. Et tandis qu’il les fêtait dans la capitale, les familles en difficulté à travers notre pays avaient, elles, bien peu à fêter.

Tout cela doit changer – à partir d’ici, à partir de maintenant, car cette investiture est votre investiture. Elle vous appartient. Elle appartient à tous ceux qui sont réunis ici aujourd’hui et à tous ceux qui nous regardent partout en Amérique.

Ce jour vous appartient. Cette cérémonie vous appartient. Et ce pays, les Etats-Unis d’Amérique, vous appartient. Ce qui importe véritablement n’est pas le parti qui contrôle notre gouvernement mais le -contrôle qu’exerce ou non le peuple sur ce gouvernement. Le 20 janvier 2017 restera gravé dans les -mémoires comme le jour où le peuple a repris les rênes de cette nation. Les hommes et les femmes oubliés de notre pays ne le seront plus dorénavant. Tous vous écoutent à présent. Vous êtes venus par dizaines de milliers pour prendre part à un mouvement historique qui ne ressemble à rien de ce que le monde ait connu.

Mais pour un trop grand nombre de nos concitoyens, une autre réalité existe : des mères et des enfants prisonniers de la pauvreté dans les centres-villes ; des usines en déclin éparpillées comme des pierres tombales à travers le paysage de notre nation ; un système éducatif où l’argent coule à flots, mais dont nos jeunes et beaux étudiants sortent sans connaissances ; et la criminalité et les gangs et les drogues qui ont fauché trop de vies et privé notre pays de tant d’aptitudes jamais exercées. Ce carnage américain s’arrête ici et s’arrête maintenant.

Pendant des dizaines d’années, nous avons enrichi des industries étrangères au détriment de l’industrie américaine ; financé les forces militaires d’autres pays tout en laissant notre armée se réduire tristement. Nous avons défendu les frontières d’autres pays tout en refusant de défendre les nôtres et dépensé des milliards et des milliards de dollars à l’étranger alors que les infrastructures de l’Amérique tombaient en décrépitude.

Nous avons rendu riches d’autres pays alors que la richesse, la force et la confiance de notre pays se perdaient à l’horizon. Une par une, les usines ont fermé et quitté nos rives, sans même qu’une pensée soit accordée aux millions et aux millions de travailleurs américains qui se retrouvaient abandonnés. C’est aux foyers de notre classe moyenne que la fortune a été arrachée puis redistribuée partout dans le monde. Mais ceci est le passé. A présent, nous sommes tournés vers l’avenir uniquement.

Nous tous, qui sommes réunis ici aujourd’hui, proclamons un nouveau décret qui sera entendu dans chaque ville, dans chaque capitale étrangère et dans chaque lieu de pouvoir. A partir de ce jour, c’est une nouvelle vision qui gouvernera notre pays. A partir de ce jour, l’Amérique passera avant tout – l’Amérique avant tout. Chaque décision sur le commerce, les impôts, l’immigration, les affaires étrangères sera prise au profit des travailleurs américains et des familles américaines. Nous devons protéger notre territoire des ravages causés par le fait que d’autres pays fabriquent nos produits, volent nos entreprises et détruisent nos emplois.

Nous retrouverons nos emplois. Nous retrouverons nos frontières. Nous retrouverons nos richesses. Et nous retrouverons nos rêves. (…) Nous appliquerons deux règles simples : acheter américain et embaucher américain.

Nous établirons des relations d’amitié et de bonne volonté avec les nations du monde, mais nous le ferons dans l’idée qu’il est du droit de chaque nation de faire passer ses intérêts en premier. Nous ne cherchons pas à imposer notre mode de vie, mais plutôt à en faire un exemple en le laissant resplendir – et nous resplendirons. Nous renforcerons les vieilles alliances et en formerons de nouvelles, et nous rassemblerons le monde civilisé contre le terrorisme islamiste, que nous éradiquerons totalement de la surface de la Terre.

Nos politiques seront fondées sur une allégeance complète envers les Etats-Unis d’Amérique, et par notre loyauté envers notre pays, nous redécouvrirons notre loyauté les uns envers les autres. Lorsque l’on ouvre son cœur au patriotisme, il n’y a plus de place pour les préjugés.« 

(Traduit de l’anglo-américain par Céline Curiol)

II. Migrants : l’UE nous berne

D’autres diront qu’elle prend ses rêves pour des réalités, si tenté qu’elle ait des rêves…auxquels nous puissions être favorables. Car, ne nous y trompons pas, l’Union européenne s’est appropriée la volonté du  » Grand Remplacement « , née dans les cervelles fêlées ou perverses de ceux qui chez nous brandissent les propos mal compris de Bertolt Brecht: « Si le peuple ne veut pas changer, il faut changer le peuple » ! 

Depuis le 1er janvier 2017, Malte est à la manoeuvre car son gouvernement vient de prendre en charge la présidence semestrielle de l’Union européenne (UE). Son principal problème ? La route de la Méditerranée centrale a été, en 2016 et comme nous l’avions prévu de longue date, la principale voie d’accès à l’Europe pour plus de 180 000 personnes, venues en grande majorité d’Afrique, à travers la Libye. C’est plus que les 175 000 traversées par la mer Egée vers la Grèce : cet exode-là a été freiné à la suite de l’accord conclu, en mars 2016, entre les Européens et la Turquie. Mais il est à prévoir que le despote turc (Recep Tayyip Erdogan) en fera avant longtemps un nouvel outil de chantage vis-à-vis de l’UE et, dans ce cas, la fête recommencera en mer Egée !

La Libye, d’où partent toujours, malgré l’hiver, les nombreuses embarcations des passeurs, est donc devenue  » LA  » priorité du moment pour les Vingt-Huit. Un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui se tiendra le 3 février à La Valette, la capitale maltaise, aura pour principale vocation d’affirmer une volonté commune d’agir afin d’enrayer ce phénomène et les morts qu’il continue de provoquer (plus de 10 000 noyades ont été recensées en Méditerranée depuis 2014, dont 5 000 en 2016) puisqu’à toute réflexion sur les Grandes Invasions barbares doit être adjoint un volet larmoyant sur ce qui n’est finalement qu’une forme moderne de sélection naturelle..

Et Malte a déjà annoncé la couleur :  » Si on ne réédite pas un compromis “à la turque” pour la Méditerranée centrale, nous assisterons au retour de la crise migratoire « , a déclaré récemment, au Parlement de Strasbourg, Joseph Muscat, le premier ministre maltais. Le dirigeant travailliste veut aider l’Italie, submergée par les arrivées de migrants africains désireux de gagner le nord de l’Europe, les autorités italiennes s’estimant totalement délaissées, tandis que toute l’attention a été portée sur la crise syrienne ainsi que sur l’aide à fournir à la Grèce et à la Turquie.

Rome a annoncé, au début du mois de janvier, des discussions bilatérales avec les autorités de Tripoli – où l’Italie a rouvert une ambassade. Les termes de cette négociation, menée avec le gouvernement fantoche libyen, ne sont pas connus, mais viseraient à permettre aux bateaux militaires italiens de pénétrer dans les eaux territoriales libyennes et d’aider au contrôle de la frontière sud du pays.

Le contrôle des embarcations à proximité des côtes était l’objectif ultime de l’opération européenne  » Sophia  » (ex-Eunavfor Med), lancée en juin 2015, et désormais appuyée par l’OTAN mais dont vous savez qu’il n’a jamais été mis en oeuvre. Cela supposait paraît-il un mandat du Conseil de sécurité de l’ONU et l’accord des autorités de Tripoli, deux conditions qui sont évidemment impossibles à réunir…Surtout quand personne n’en a la volonté politique. La guerre de 2010 en Libye, menée en particulier par la France de Nicolas Sarkozy et la Grande-Bretagne de David Camerone, et qui est à l’origine de tous les maux actuels, n’avait pas soulevé à l’époque autant de scrupules. Alors que l’enjeu est aujourd’hui autrement plus important. Mais il est vrai qu’une opération navale européenne sur les côtes libyenne aurait l’inconvénient de mettre à mal la traite négrière si profitable à beaucoup de nos hommes d’affaires et autres chefs d’entreprise ! 

La discussion qui aura lieu à La Valette évoquera donc, une fois encore, la nécessité de décourager les départs, d’empêcher le florissant business des passeurs et d’aider les pays d’origine. Sous la pression de Berlin surtout, mais de Rome et d’autres capitales aussi, le Service européen d’action extérieure examine l’hypothèse d’un accord à conclure avec le pouvoir en place à TripoliLa bonne blague !

 » Très improbable « , ironise un diplomate. Le gouvernement que dirige Faïez Sarraj – avec lequel la haute représentante Federica Mogherini a discuté cette semaine – est en grande difficulté, incapable de s’imposer face à ses rivaux, qui dénoncent le soutien international dont il bénéficie Lire « Le Monde reconnaît enfin que le CER avait raison à propos de la Libye. Il était temps ! » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/?s=Libye&submit=Recherche).

2-sicile-mappanaufragio

Côte méditerranéenne de la Libye et limite des eaux territoriales

Autres difficultés pour les Vingt-Huit : contrairement à la Turquie, la Libye n’a pas le statut de  » pays tiers sûr « , vers lequel pourraient être renvoyés des migrants. Et il n’est question, pour elle, ni de la levée de visas pour l’espace Schengen ni d’une perspective d’adhésion. Des  » cadeaux  » inapplicables, mais des cadeaux quand même, qui ont servi à convaincre Ankara – outre la promesse de 6 milliards d’euros d’aide financière. Et voici donc un mensonge de plus au débit de l’UE. Car, de deux choses l’une : soit la Libye n’est effectivement pas un  » pays tiers sûr  » et pourquoi l’UE est-elle l’un des principaux acteurs de l’accord de Skhirat qui a porté et maintient au pouvoir Faïez Sarraj, le chef du gouvernement dit d’ » union nationale », soit la Libye est de fait et grâce à l’UE un  » pays tiers sûr  » et alors…la totalité des migrants non éligibles au statut de réfugié doit y être renvoyé.

Une autre idée qui circule à Bruxelles est de créer en Libye des camps d’accueil pour les migrants désireux d’embarquer vers l’Europe. Ils seraient gérés par le Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’ONU, sur la base de son expérience au Liban, en Jordanie ou en Turquie. Mais où les installer étant donné le chaos qui règne en Libye ?

La réponse est simple : en établissant des zones sous administration européenne que nous avons qualifiées de néo-protectorat.

 

III. Une religion de paix, de tolérance et d’amour ?

L’organisation Etat islamique (EI) menaçait ces derniers temps de reprendre la destruction de trésors archéologiques de Palmyre. C’est chose faite.

Selon des images satellite rendues publiques le 20 janvier, le tétrapyle, un édifice de seize colonnes qui marquait un carrefour important le long de la longue colonnade de la ville, édifié vers 270 après J.-C, a été rayé de la carte. Non loin de là, la façade du théâtre romain, haut lieu des mises en scène atroces de décapitations perpétrées par l’EI, n’est plus. Dynamitée, elle aussi. L’expression la plus claire des bienfaits de la religion de Mahomet.

cover-r4x3w1000-5881f41823adf-tetra-pyle-palmyre-y-ulbelmann

Le Tétrapyle…avant l’EI

5066611_6_2c3f_image-satellite-du-theatre-au-centre-et-du_c2d8eeea67fcc0cf812fd78ebb2c94ba

Le Tétrapyle (en haut) et le Théâtre (au centre)…après l’EI – photo satellite –

En mai 2016, l’Orchestre symphonique du Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg avait célébré au son des notes de Prokofiev la reprise de Palmyre à l’EI, qui avait déjà occupé la ville antique dix mois durant, avant d’en être chassés par une offensive russo-syrienne appuyée par des milices chiites. Moscou avait alors largement contribué à cette victoire en engageant avions de combat, hélicoptères mais aussi des forces spéciales et des mercenaires au sol.

Début décembre 2016, le groupe djihadiste s’est nouveau emparé de Palmyre au terme d’une offensive éclair de quatre jours. La conquête de la ville par les mercenaires de l’EI n’était pas sans rappeler alors leur conquête initiale de mai 2015 : rapidité des hommes au drapeau noir et débandade des forces gouvernementales.

Avant de détruire le théâtre à coups d’explosifs, l’EI s’est mis en scène une dernière fois dans les lieux en assassinant des membres de l’Armée syrienne libre (ASL), la rébellion modérée, capturés dans la région du Qalamoun, près de Damas, et des miliciens du régime emprisonnés à Palmyre. Selon la coordination rebelle de Palmyre, qui regroupe des militants de l’opposition, au moins 12 personnes ont été tuées dans le théâtre, ainsi que dans l’enceinte de l’ancienne base russe. En juillet 2015, l’EI avait déjà diffusé une vidéo montrant 25 soldats du régime syrien assassinés par des adolescents sur la scène du théâtre.

Ces destructions sont  » un crime de guerre et une immense perte pour le peuple syrien et l’humanité, a dénoncé la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova. Ce nouveau coup porté au patrimoine culturel, quelques heures après que l’Unesco a été informée d’une exécution massive dans l’ancien théâtre de Palmyre, montre combien le nettoyage culturel conduit par des extrémistes vise à la fois les vies humaines et les monuments historiques, afin de priver le peuple syrien de son passé et de son avenir.  » En tout cas en terre d’islam.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a promis vendredi 20 janvier de reprendre Palmyre. Le début de l’année 2017 ressemble donc à un éternel recommencement, alors qu’à chaque changement d’occupant, la ville antique est un peu plus défigurée. Durant leurs dix mois de présence à Palmyre, de mai 2015 à mars 2016, les djihadistes avaient dynamité plusieurs monuments phares, comme les temples de Bêl et de Baalshamin.

L’Unesco a également dévoilé les résultats d’une mission à Alep, du 16 au 19 janvier, visant à évaluer les dommages infligés à la vieille ville inscrite sur la liste du Patrimoine mondial et du Patrimoine mondial en péril et victime de cinq années de guerre.  » Selon une première estimation, environ 60 % de la vieille ville d’Alep a été gravement endommagée, et 30 % totalement détruite « , indique le rapport. Encore en terre d’islam.

Le retour des hommes en noir à Palmyre, en décembre 2016, s’inscrit dans une nouvelle poussée de l’EI dans le Grand Est syrien. Les combats opposent toujours djihadistes et régime aux alentours de la base aérienne T-4, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Palmyre. A 200 km à l’est de la ville antique, le régime reste en très mauvaise posture à Deir Ez-Zor, capitale provinciale et plus grande ville de l’est de la Syrie (200 000 habitants), dont l’EI contrôle la partie orientale depuis deux ans. Passées à l’attaque mi-janvier, les troupes de l’EI ont coupé en deux l’enclave gouvernementale qu’elles assiègent et continuaient ces derniers jours de progresser.

On se croirait revenu au septième siècle !

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

 Et voici les voeux de Monseigneur le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, et de Madame la duchesse d’Anjou pour cette nouvelle année.

url-4

Une bien belle famille

Le 23 janvier 2017.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

2 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (23 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. hathoriti janvier 23, 2017 à 1:35 #

    Magnifique discours du Président Trump ! Ce que je trouve intéressant (et je ne suis pas la seule !) c’est Trump aux U.S.A, Poutine en Russie, Orban en Hongrie…Et nous, en France ? Imaginez ce bonheur si le Roi revenait, là, maintenant, dans 3 mois !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :