Charles d’Orléans. »France jadis, on te voulait nommer, en tous pays, le trésor de noblesse »

27 Jan

 

ballade

         Envoi de Pierre Vallino, Gouverneur( H) 2009-2012 de la Charte de Fontevrault

Charles d’Orléans

image: http://www.cosmovisions.com/oeilh.gif

Charles d’Orléans est un prince français et un poète remarquable du XVe siècle, né à Paris le 26 mai 1391, mort à Amboise le 4 janvier 1463. Grand personnage, mêlé aux principaux événements de son temps, sa vie nous est connue presque dans les moindres détails. Il était fils de Louis d’Orléans, frère de Charles VI, ce brillant seigneur qui entre autres passions avait celle des beaux livres, des peintures, des tapisseries et des fins joyaux, et de la belle Valentine, fille de Jean-Galéas Visconti, duc de Milanimage: http://www.cosmovisions.com/hist.gif

. La mort de son père, assassiné le 23 novembre 1407 par les gens du duc de Bourgogne, plaça Charles, alors âgé de seize ans, à la tête d’un parti puissant et fit de lui l’un des chefs de la féodalité française. Le soin de venger son père l’occupa dès lors pendant plusieurs années.Le 29 juin 1406, il avait épousé la veuve de Richard d’Angleterre, sa cousine germaine Isabelle, qui trois ans après mourut en couches. En 1410, il épousa (peut-être  n’y eut-il que des fiançailles) Bonne d’Armagnac. A la bataille d’Azincourt, Charles d’Orléans qui, avec le duc de Bourbon, commandait en chef l’armée française, combattit vaillamment à l’avant-garde, fût fait prisonnier et emmené en Angleterre (

image: http://www.cosmovisions.com/btcf.gif

La Guerre de Cent Ans). Il y resta vingt-cinq ans. Promené de château en château, étroitement surveillé, sans nouvelles de France, espérant toujours vainement être délivré, il en vint, ce qu’on lui a durement reproché, à reconnaître les droits du roi d’Angleterre à la couronne de France. En 1440, âgé de quarante-neuf ans, grâce aux démarches du duc de Bourgogne, Philippe le Bon, avec lequel il s’était réconcilié, il recouvra la liberté pour la rançon énorme de plus de 200 000 écus d’or. Il épousa Marie de Clèves, nièce de Philippe le Bon, et se retira dans ses châteaux de Blois et de Tours. C’est là, au milieu d’une petite cour littéraire, qu’il termina sa vie, rimant ballades [ancienne orthographe : balades], chansons et rondeaux, protégeant les poètes et achetant des livres. 


En savoir plus sur http://www.cosmovisions.com/CharlesOrleans.htm#gcKGMewCVhII9PxR.99http://www.cosmovisions.com/CharlesOrleans.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :