BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (28/29 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

28 Jan

 I. La roche tarpéienne est proche du capitole

Nous doutions de sa réelle capacité à pouvoir changer la vie des Français s’il était élu en mai prochain (Lire « Et dans seulement cinq mois » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/11/28/bulletin-climatique-quotidien-28-novembre-2016-de-la-republique-francaise/). Mais, franchement, nous n’imaginions pas qu’il trébucherait si rapidement et sur un sujet aussi trivial. Depuis, il se démène pour tenter d’éteindre l’incendie.

François Fillon, candidat à l’élection présidentielle est dans la tourmente après les suspicions d’emploi fictif visant sa femme auxquelles viennent de s’ajouter d’autres soucis avec l’emploi discutable de deux de ses enfants. Il a lancé la contre-offensive, jeudi 26 janvier, pour tenter de tordre le cou à ces assertions mais il paraît bien difficile que François Fillon réussisse à sortir de cette nasse tant le coup pour l’abattre a été bien ficelé.

francois-fillon-dans-la-tourmente-des-auditions-toujours-en-cours

François Fillon dans la tourmente

Sur le front judiciaire, d’abord, son avocat a annoncé avoir livré des premiers éléments à la justice afin de prouver que Penelope Fillon a bien travaillé au service de son époux. Sur le front médiatique, ensuite, l’ex-premier ministre s’est exprimé au  » 20 heures  » de TF1. S’il a affirmé que son épouse travaillait à ses côtés  » depuis 1981 « , date de son premier mandat électif, il a vigoureusement contesté les révélations du Canard enchaîné, assurant que le travail réalisé par sa femme en tant qu’attachée parlementaire était  » légal « ,  » réel  » et  » parfaitement transparent « .

Signe que l’heure est grave, à peine deux mois après son triomphe à la primaire, M. Fillon a évoqué un possible renoncement, assurant qu’il ne serait pas candidat à la présidentielle  » s’il était mis en examen « . Tout en dénonçant au passage une  » manœuvre  » pour  » l’abattre « . Un registre digne de la communication de crise mais sans doute pas dénué de fondement.

Depuis l’annonce de l’ouverture d’une enquête préliminaire, la veille, le candidat sait qu’il joue gros. Outre le fait que cette affaire tombe mal avant son grand meeting à Paris, dimanche 29 janvier, censé relancer sa campagne, c’est surtout la nature des accusations portées contre lui qui est potentiellement dévastatrice. En instillant le doute sur son  » honnêteté « , qui constitue l’un des deux piliers de son identité politique avec la  » vérité « , elles l’atteignent en plein cœur.

Quelle que soit l’issue de l’enquête judiciaire, ce sont les fondements même du fillonisme qui sont ébranlés.  » Cette affaire constitue un vrai danger pour François Fillon et peut compromettre sa campagne, car elle sème le poison du soupçon autour de sa probité, alors que ce marqueur était son principal point fort « , analyse Yves-Marie Cann, directeur des études politiques à l’Institut Elabe.

La polémique a pour effet de brouiller profondément l’image que s’est forgée le candidat de la droite depuis le début de sa carrière, en 1981 : celle d’un homme politique intègre, qui ne transige pas avec la probité. Un atout majeur dans le contexte de rejet croissant des responsables politiques, sur lequel il a su capitaliser.

Après son duel fratricide face à Jean-François Copé, fin 2012, il avait su jouer habilement de cette carte pour restaurer son image, sévèrement écornée, et accréditer l’idée que son rival lui aurait  » volé  » son élection.  » En trente ans, mon nom n’a jamais été associé à une affaire ou à un comportement contraire à l’éthique « , se vantait-il en novembre 2014.

Rebelote lors de la primaire : M. Fillon s’est posé en candidat de  » l’honnêteté  » pour se différencier de Nicolas Sarkozy, ciblé par plusieurs informations judiciaires, et d’Alain Juppé, condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris. A chaque intervention ou presque, il avait mis cet argument en avant. Lors du débat d’entre-deux-tours face au maire de Bordeaux, il s’était montré formel :  » On ne peut pas diriger la France si on n’est pas irréprochable (…). On est des hommes politiques, on n’est pas des citoyens comme les autres.  »

Un positionnement payant : ses électeurs du premier tour de la primaire avaient cité  » l’honnêteté  » comme la deuxième qualité qui les avait poussés à voter pour lui, selon un sondage Elabe pour BFM-TV, réalisé le soir du 20 novembre 2016. Et 45 % des électeurs fillonistes avaient cité ce critère pour justifier leur choix de vote contre 16 % chez ceux de M. Juppé et 6 % pour ceux de M. Sarkozy. Vous pouvez imaginer comme ces électeurs tombent de haut.

Ce positionnement revendiqué lui revient désormais comme un boomerang.  » Est-ce que vous imaginez Mme de Gaulle accepter un contrat d’emploi fictif ? « , a ironisé Yannick Jadot, candidat Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, mercredi, en détournant la phrase lâchée par M. Fillon en août 2016 à destination de M. Sarkozy :  » Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ?  » A la suite de cette charge, le député de Paris avait assumé, le 5 septembre 2016 sur RTL :  » L’exemplarité est nécessaire pour gouverner notre pays, et d’autant plus nécessaire qu’il va falloir le redresser, c’est-à-dire demander des efforts aux Français.  » Des propos désormais plus compliqués à tenir pour celui qui prône la rigueur en matière de gestion de l’argent public…

L’affaire, qui fournit un angle d’attaque en or à ses adversaires, risque surtout d’enrayer un peu plus la dynamique d’une campagne qui était déjà en sévère perte de vitesse.

A droite, plusieurs élus Les Républicains s’attendent désormais à une chute de M. Fillon dans les prochains sondages, en ayant déjà intégré le risque qu’il soit rétrogradé à la troisième place dans les intentions de vote pour la présidentielle. Derrière le duo Emmanuel Macron-Marine Le Pen.

Décidément, les voies du Seigneur restent impénétrables.

 » Il y a quelque chose de pourri au royaume des Pays-Bas « 

Aurait pu écrire William Shakespeare.

Le ministre de la justice néerlandais a présenté sa démission, jeudi 26 janvier, après qu’un scandale est revenu hanter le gouvernement du premier ministre libéral Mark Rutte, à sept semaines des élections législatives.

Mais l’ennui, c’est que Ard van der Steur est la quatrième personnalité politique de premier plan et membre du Parti populaire libéral et démocrate (centre droit, VVD) de M. Rutte à quitter son poste en deux ans, à la suite de révélations sur l’indemnisation, en 2000, d’un baron de la drogue. Il lui est reproché d’avoir dissimulé, lorsqu’il était simple député, des informations importantes concernant la compensation reçue de l’Etat néerlandais par ce trafiquant.

ard_van_der_steur_rondetafelgesprek_drugs_3_10_2011_foto_db

Ard van der Steur

Cees H., à la tête d’un réseau international de trafic de drogue dans les années 1980 et 1990, a vu ses comptes au Luxembourg saisis lors d’une enquête en 1993. Mais dans l’incapacité de prouver que ces biens provenaient de ce commerce, la justice a été contrainte, en 2000, de lui en rembourser une partie. Le ministre de la justice de l’époque, Ivo Opstelten, avait dans un premier temps, en 2014, affirmé qu’il n’y avait pas de trace de cette indemnisation.

Des documents du ministère dévoilés en mars 2015 avaient pourtant montré que Cees H. avait en réalité reçu 4,7 millions de florins (2,13 millions d’euros). La somme a transité par des comptes luxembourgeois, sans prévenir les autorités fiscales. Ces révélations avaient provoqué la démission immédiate d’Ivo Opstelten. Son adjoint Fred Teeven, qui était en 2000 le magistrat qui a signé l’accord d’indemnisation avec le trafiquant sans l’aval de ses supérieurs, avait quitté ses fonctions en même temps que lui.

Troisième à démissionner, en décembre 2015, la présidente de la chambre basse du Parlement, Anouchka van Miltenburg, était accusée par l’opposition d’avoir caché à la commission d’enquête parlementaire des éléments essentiels sur cette affaire.

De nouvelles informations dévoilées cette semaine ont mis sous les projecteurs M. van der Steur, qui n’aurait pas informé la chambre du montant de cette indemnisation dont il avait pourtant connaissance.

« A cause de votre intervention, les chiffres ont été retirés de la réponse [parlementaire]. Vous auriez simplement dû en informer la chambre basse », lui a reproché le député du Parti pour la liberté (droite radicale, PVV), Geert Wilders. « Vous nous avez fait passer pour des imbéciles », a-t-il ajouté, qualifiant le premier ministre de « parrain d’un parti mafieux ».

M. van der Steur a toutefois démenti tout mauvais acte. « Je voulais me défendre contre ces accusations qui sont infondées et qui ne sont pas basées sur les faits », a-t-il déclaré avant de quitter le Parlement. « C’était une bataille que nous ne pouvions plus gagner », a ensuite réagi M. Rutte, le Premier ministre, auprès des journalistes, ajoutant qu’il respectait la décision du ministre.

Le retour de ce scandale politique pourrait porter un coup à l’actuel Premier ministre dans les sondages et rebattre les cartes politiques alors que l’écart entre le VVD et le PVV, en tête depuis plusieurs mois, se réduit considérablement selon plusieurs sondages diffusé récemment. Les Néerlandais donneront, le 15 mars, le coup d’envoi d’une année de nombreuses élections en Europe : après les Pays-Bas, ce sera la France en avril-mai et juin puis l’Allemagne en septembre.

Comme nous l’avons déjà dit : accrochez-vous, ça va tanguer.

III. Le Royaume-Uni donne de l’urticaire à l’UE

Alors que, engoncée dans ses traités et ses politiques communes qui devraient être, comme nous le rappelions hier,  » l’horizon indépassable de notre temps « , l’Union européenne peine à trouver le moindre espoir de croissance, la Grande-Bretagne commence à tirer profit du Brexit, décidé par ses citoyens en juin dernier !

L’économie britannique continue en effet à surprendre par sa robustesse. La croissance au quatrième trimestre 2016 a une nouvelle fois dépassé la plupart des prévisions, pour atteindre 0,6 %, selon la première estimation du Bureau britannique des statistiques (ONS), publiée jeudi 26 janvier.

Ce rythme de progression, identique à celui des deuxième et troisième trimestres, confirme que le vote en faveur du Brexit n’a eu pour l’instant aucun effet économique majeur.  » La croissance est indifférente aux risques politiques « , constatent dans une note les économistes de Barclays. Ce nouveau chiffre porte la hausse du produit intérieur brut (PIB) à 2 % sur l’ensemble de l’année. Le Royaume-Uni affiche ainsi, en 2016, la croissance la plus forte des pays du G7.

La principale explication de la bonne forme économique du Royaume-Uni est la consommation. Les ménages ont continué à dépenser, réduisant leur niveau d’épargne et recourant aux cartes de crédit et aux prêts à la consommation. Comme l’a reconnu récemment l’économiste en chef de la Banque d’Angleterre, les économistes se sont trompés au moins sur un point de leurs prévisions : le vote en faveur du Brexit n’a pas provoqué de réflexe de peur chez les consommateurs. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur. Bien au contraire, cette reconquête de la liberté ne peut donner que davantage d’enthousiasme aux Britanniques et d’allant à leur économie.

Au quatrième trimestre, le secteur de la distribution, de l’hôtellerie et des restaurants a augmenté de 1,7 %. En clair, les Britanniques ont célébré Noël et les fêtes de fin d’année sans retenue. Cette confiance des ménages est assez logique. La majorité d’entre eux a voté en faveur du retrait de l’Union européenne (UE) ; ils ont obtenu ce qu’ils souhaitaient, soulevant au passage un vent de patriotisme sur fond de discours du nouveau gouvernement promettant un avenir radieux.

5069899_6_2815_2017-01-27-845f6d9-28989-k6gkoo-ku20dlsor_95819309f27c1966f8f0dc97ef09c12d

Les difficultés sont-elles simplement repoussées, comme voudraient le croire les oiseaux de mauvaise augure de Bruxelles ? Ou n’auront-elles pas lieu ? Le large consensus des économistes, mais aussi du patronat et de tous les lobbies industriels britanniques, est que l’année 2017 sera peut-être plus délicate. Les prévisions de croissance oscillent entre 1,2 % et 1,6 %. Ce qui n’est déjà pas si mal eu égard aux sombres prévisions d’avant le référendum du 23 juin 2016.

Le premier problème vient de l’inflation, qui est en hausse. Elle était de 0,6 % en juin, au moment du vote pour le Brexit. En décembre, elle atteignait 1,6 % et devrait dépasser 3 % cette année. Ce qui reste raisonnable.

Mais la hausse des prix est la conséquence logique de la dévaluation de 20 % de la livre sterling depuis le vote. Mécaniquement, la baisse de la devise renchérit les prix à l’importation et donc la plupart des biens de consommation, alors que les salaires des ménages augmentent faiblement. Attendons donc que l’équilibre s’installe avant de faire des plans péjoratifs sur la comète.

En décembre, la consommation a donc baissé de 1,9 % par rapport au mois précédent. Mais sur un an, elle reste très solide, en hausse de 4,3 %.

Outre l’inflation, l’autre inquiétude concerne le ralentissement des investissements. Les entreprises qui ont des liens commerciaux avec l’UE sont inquiètes tant que les négociations n’ont pas commencé avec l’UE : y aura-t-il des droits de douane ? Des complications administratives ? En l’absence de réponse, certaines préfèrent patienter.

Le secteur de l’automobile présente de ce point de vue un paradoxe intéressant. L’année 2016 a été excellente. La production est à son plus haut niveau depuis dix-sept ans, avec 1,7 million de véhicules fabriqués au Royaume-Uni, dont la moitié est exportée vers l’UE !

Désormais, les grands groupes automobiles ont largement suspendu leurs investissements. Selon la Society of Motor Manufacturers and Traders (SMMT), le lobby du secteur, ils ont investi 2 milliards d’euros en 2016, un tiers de moins qu’en 2015 et deux tiers de moins qu’en 2014.  » Je crois que les entreprises patientent, en attendant d’y voir plus clair « , reconnaît tout simplement Mike Hawes, le directeur du SMMT.

Cet attentisme ne se traduit pour l’instant pas dans les chiffres macroéconomiques. Mais si les négociations sur le Brexit se passent mal (ce qui reste à démontrer car les Britanniques ont quelques arguments à faire valoir), la dure réalité peut finir par se sentir sur le terrain. Inversement, si un accord de libre-échange est trouvé avec l’UE, ces investissements repoussés devraient se matérialiser et la croissance du secteur reprendra. Pour le savoir, il faudra attendre au moins deux ans, le temps prévu pour les négociations.

D’ici là le prurit des continentaux n’a pas fini de les faire souffrir…

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

ecole_primaire_bombe

Ce week-end est la dernière ligne

DROITE

avant l’implosion de la

GAUCHE !

Le 28 janvier 2017.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

9 Réponses to “BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (28/29 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

  1. alaintexier janvier 28, 2017 à 10:23 #

    Dans votre analyse II. La roche tarpéienne est proche du capitole
    vous écrivez très justement Décidément, les voies du Seigneur restent impénétrables. Permettez au royaliste providentialiste que je suis d’y voir un discret éloge de la politique qui est la mienne : Il faut agir comme si tout dépendait de soit et prier comme si tout dépendait de Dieu.

  2. cril17 janvier 28, 2017 à 1:08 #

     » Ce week-end est la dernière ligne DROITE avant l’implosion de la GAUCHE. »

    Permettez au royaliste providentialiste survivantiste qui adhère aux Lois Fondamentales du Royaume de France, scellées jusqu’à la Fin des Temps par la mission naturelle et surnaturelle de Jeanne d’Arc, d’espérer voir l’implosion non seulement de la gauche mais aussi de tous les partis politiques qui conduisent la France vers le chaos et la mort, tout en offrant un hallucinant spectacle qui humilie l’âme de la France, évoquée dimanche dernier par Philippe de Villiers à l’occasion de la Marche pour la Vie …

  3. cril17 janvier 28, 2017 à 11:10 #

    Allez dodo ! Bonne nuit les petits !

    François Fillon a bénéficié de fonds publics détournés au Sénat

    http://www.fdesouche.com/815933-francois-fillon-beneficie-de-fonds-publics-detournes-au-senat

    et si vous êtes dérangé dans la nuit par un cambrioleur, soyez sympa !! Du dialogue !

    Lyon : Il se bat avec un cambrioleur et sera jugé pour violences
    http://www.fdesouche.com/815565-lyon-il-se-bat-avec-un-cambrioleur-et-sera-juge-pour-violences

  4. Hervé J. VOLTO janvier 29, 2017 à 9:08 #

    Tout à fait d’accord avec CRIL17 ! Moi aussi, Royaliste Providentialiste qui adhère aux Lois Fondamentales du Royaume de France, scellées jusqu’à la Fin des Temps par la Mission naturelle et surnaturelle de Sainte Jeanne d’Arc, d’espérer voir l’implosion non seulement de la Gauche mais aussi de toute la République !

    Pour ce qui concerne l’affaire Fillon, on trouve donc anormal qu’un homme prenne le femme qu’il aime et qui lui a donné de beaux enfants comme conseillère et assistante, et on trouve bamal que le Régent républicain élu aille aux putes à 2 heures du matin sur son deux roues comme s’il était le beauf de l’immeuble d’en face et non le représentant officiel de la V° puissance mondiale ?

    N’a-t-on pas compris qu’on cherche les puces à Madame juste après que Monsieur ai annoncé être personnellement Catho partiquant et favorable à la famille traditionnelle ? Jusqu’à quand les Français se laisseront-ils prendre pour ce que nos amis Corses auraient bien le droit d’appeller des cons-tinantaux ?!!!

    • cril17 janvier 31, 2017 à 12:52 #

       » Tout à fait d’accord avec CRIL17 ! Moi aussi, Royaliste Providentialiste qui adhère aux Lois Fondamentales du Royaume de France, scellées jusqu’à la Fin des Temps par la Mission naturelle et surnaturelle de Sainte Jeanne d’Arc, d’espérer voir l’implosion non seulement de la Gauche mais aussi de toute la République ! »

      Merci cher Monsieur pour cette adhésion à ces Lois reçues en héritage et qui sont proposées à tout Français, voire même peut-être au-delà … en cas d’affinités de coeur, d’âme, ou d’esprit nées de la force des circonstances …

      D’où une question :
      compte tenu de cette adhésion aux mêmes Lois, que pouvons-nous faire ensemble – Vous Et Moi – qu’il nous serait impossible de faire seul, l’un sans l’autre, en vue d’atteindre un objectif qu’il conviendrait de définir d’un commun accord ?

      A l’attention de l’administrateur de ce site :
      Il va sans dire, mais il peut être néanmoins utile de le préciser :
      cette simple question répétée X fois en temps et heure opportun entre les N royalistes qui adhèreraient à la même déclaration pourrait constituer un embryon d’ADN d’un réseau opérationnel de cellules johanniques, au service d’un objectif général, à définir au fil du temps en fonction des résultats obtenus jour après jour … d’ci le 17 juillet 2029 …

  5. Hervé J. VOLTO janvier 29, 2017 à 9:12 #

    Monsieur, Madame, à l’heure où la France est en guerre, contre le terrorisme au nom de l’islam, contre la barbarie anti-sémite et anti-Chrétienne, contre l’aveuglement de nos élites ripoux-blicaines parvenues et mécréante, c’est celui ou celle qui aura le courage politique de rappeller les racines Chrétiennes de la France qui emportera la Régence républicaine…

Trackbacks/Pingbacks

  1. En marche vers le Roi de France qui vient … ! « CRIL17 - janvier 28, 2017

    […] BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (28/29 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. […]

  2. BULLETIN CLIMATIQUE DU WEEK-END (28/29 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. par conseil esperance du roi I. La roche tarpéienne est proche du capitole-et varia | actualitserlande - janvier 29, 2017

    […] de clic? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur: https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/01/28/bulletin-climatique-du-week-end-2829-janv… Merci d’avoir choisi […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :