BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (30 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE

30 Jan

I.

240_f_51230526_ya3n55kio8qoy3mwqdnqtbhhmav6cnr0

AVANT CESSATION D’ACTIVITE

Dès le mois de juin 2012, nous annoncions le naufrage inéluctable du quinquennat de François Hollande (Lire « Après la Saint-Ménard… » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/06/22/apres-la-saint-medard-et-sans-laide-de-saint-barnabe-les-masques-commencent-a-tomber/).

C’est fait. Il s’étale sous nos yeux dans ce que rappelait le Bulletin climatique de samedi dernier :

ecole_primaire_bombe

 Ce week-end est la dernière ligne

DROITE

avant l’implosion de la

GAUCHE !

César-François s’est vengé de Brutus-Manuel avec l’utopique complicité de Cassius-Benoît. Et, pour solde de tout compte, c’est Octavius-Emmanuel qui va rafler la mise…On croirait un péplum à l’Italienne.

Que tout cela fleure bon la fin de la République…

II. Les Pays-Bas à la manoeuvre pour le massacre des innocents

Le président américain, Donald Trump, ayant signé, lundi 23 janvier, un décret interdisant tout financement par les Etats-Unis des ONG internationales qui soutiennent l’avortement, les Pays-Bas ont lancé, samedi 28 janvier, le site Internet du fonds international mis en place pour compenser cet arrêt de financement américain. Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a promis une première donation de 10 millions d’euro. Ne pourrait-elle pas être mieux employée qu’à tuer des enfants ?

rubens-3639dig-l

Le massacre des innocents (atelier de Pierre-Paul Rubens)

Dès le lendemain du décret de Donald Trump, les Pays-Bas avaient, par la voix de la ministre de la coopération au développement (sic), Lilianne Ploumen, pris « l’initiative d’un fonds international pour offrir aux femmes dans les pays en voie de développement l’accès à de bonnes informations, à des moyens contraceptifs et à l’avortement ». « Nous avons reçu des milliers de réponses, venant de 150 pays, dans vingt-trois langues », a expliqué le ministère dans un communiqué sur son site Internet. « Beaucoup exprimaient l’envie d’effectuer une don. » Mon Dieu, quel bonheur !

Le site néerlandais en question, intitulé Shedecides.eu (en français, « elle décide ») offre des informations sur le fonds ainsi que des numéros de comptes bancaires pour effectuer des dons en euros et en dollars. Mon Dieu, quel bonheur !

Toujours selon le ministère néerlandais de la coopération au développement, c’est un montant de 600 millions d’euros annuels qui s’envole après la décision de M. Trump. « C’est un énorme trou, qui ne peut être rempli qu’avec l’aide d’une ferme réponse internationale, de la part de gouvernements, d’ONG, de citoyens », assure Mme Ploumen, citée dans le communiqué mais qui ne fait aucun commentaire sur…le trou de la natalité qui résultera de son aide financière. « Pour empêcher que les femmes et les filles soient abandonnées, car elles aussi doivent pouvoir décider elles-mêmes si elles veulent des enfants, avec qui et quand », a-t-elle précisé au cas où nous n’aurions pas compris que l’avortement est bel et bien devenu (ainsi que nous ne cessons de l’affirmer) une méthode de contraception à part entière.

Et, pour donner plus de poids à sa démarche criminelle, Mme Lilianne Ploumen cite l’organisation Marie Stopes International :  » l’arrêt des subventions américaines engendrera, en quatre ans, 6,5 millions de grossesses non désirées, 2,1 millions d’avortements à risques et la mort évitable de 21 700 mères « ….

Dîtes-moi que ce n’est qu’un cauchemar!

III. Mali : nous ne sommes pas sortis de l’auberge

La région du delta intérieur du Niger, désertée par l’Etat mauritanien, menace, après le Nord, de s’enflammer. Cette terre d’élevage et de rizières, enrichie par les crues du Niger est source de litiges fonciers séculaires mais désormais aussi terre de djihad.

northern_mali_conflict_fr-svg

Un homme incarne le danger : Hamadoun Koufa Diallo, un islamiste radical qui, depuis des années, laboure les consciences.  » J’appréciais certains de ses prêches prônant la constitution d’une république islamique au Mali, reconnaît Issa Dicko, doyen septuagénaire d’une famille de propriétaires terriens. Mais ce maître coranique a converti des marabouts de la région et, surtout, il a convaincu les plus pauvres de prendre les armes.  »

Le succès d’Hamadoun Koufa Diallo est d’avoir ajouté une dimension sociale au discours religieux rigoriste.  » Lui et les autres islamistes de la région parlent de libération, d’émancipation et d’épanouissement, cela attire les plus démunis, les pasteurs transhumants et certains marabouts « , ajoute Boukary Sangaré, anthropologue malien, doctorant à l’université de Leyde, aux Pays-Bas.

Cette jacquerie a connu une embellie en 2011. La moitié du Mali est alors occupée par une coalition instable de mouvements djihadistes, affiliés pour certains à Al-Qaida, et de rebelles indépendantistes touareg qui avait mis l’armée et l’Etat maliens en déroute. L’intervention militaire française du début 2013 (opération Serval) a dispersé les djihadistes mais l’accalmie n’a pas duré.

2013tmli_130_063_004_007

Opération Serval

Progressivement, les groupes se sont reconstitués dans un vide étatique. Dans le Centre, jusqu’alors épargné, ils s’enracinent. Hamadoun Koufa Diallo réapparaît ainsi en 2015 à la tête du Front de libération du Macina (FLM, renommé depuis la katiba du Macina), du nom de l’ancien empire peul théocratique du XIXe siècle bâti sur le djihad. Proche d’Iyad Ag-Ghali, le puissant chef islamiste d’Ansar Eddine, le FLM signe sa première opération au début de 2015 avec l’attaque d’un poste militaire malien dans le delta intérieur.

Cet événement va précipiter la vie des habitants de la région.  » Il y avait plusieurs jeunes de Dogo parmi les assaillants tués, rappelle un habitant. L’armée a donc arrêté des proches de Koufa dans mon village. Deux jours plus tard, des islamistes nous ont accusés d’avoir dénoncé leurs gens à l’armée. “Si vous recommencez, on vous égorge” (selon la grande tradition islamique), ont-ils prévenu.  De menaces en intimidations, les villageois demandent aux autorités maliennes le droit de former un groupe d’autodéfense comme il en fleurit tant dans la région.

La démarche du chef du village de Dogo lui sera fatale. Le 22 avril 2015, Amadou Issa Dicko est abattu sur la place du marché. Plusieurs locaux accusés de servir comme éclaireurs de l’armée malienne dans le dédale lacustre du delta ou la brousse sahélienne ont été exécutés sommairement. Les édiles ou les chefs de village, tout ce qui est assimilé au pouvoir central, sont visés. Le bilan reste à établir, mais plusieurs d’entre eux ont été tués, comme l’a également souligné un rapport publié le 18 janvier par Human Rights Watch.

La peur et la suspicion empoisonnent maintenant le delta et ses campagnes. Sévaré aussi est touchée. Le 7 août 2015, dans cette ville-caserne de l’armée malienne, des djihadistes ont attaqué l’Hôtel Byblos, où résidaient des contractuels de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma), faisant une dizaine de morts, dont plusieurs étrangers.  » L’armée malienne ne contrôle que la grand-route allant de Bamako jusqu’à Sévaré, après, jusqu’à Gao, c’est le Far West « , s’inquiète un officier de la Minusma. Sans parler des voies secondaires de circulation partant du  » goudron « . C’est le règne des coupeurs de route, quand elles ne sont pas minées par les groupes armés. L’Etat a d’ailleurs renoncé en novembre 2016 à organiser les élections municipales dans nombre de communes de la région.

A l’incapacité de l’armée à rétablir l’ordre s’ajoute une défiance légitime envers les services de sécurité et l’Etat malien en général.  » Pour chaque Peul ou Touareg arrêté, l’armée demande entre 500 000 et 2 millions de francs CFA – de 750 à 3 000 euros – pour sa libération. C’est du racket. Leurs opérations de sécurisation tournent au pillage « , dénonce un activiste peul.  » C’est un fonds de commerce pour l’armée malienne et une source de rancœur pour les locaux « , reconnaît piteusement un général à la retraite.

Inquiet d’une situation qui ne cesse de se dégrader, l’état-major de la Minusma prévoit d’installer à Sévaré 600 soldats sénégalais à partir du mois de février. Mais  » La réponse militaire étrangère n’est pas une solution « , tranche l’anthropologue Boukary Sangaré. D’autant que les 10 000 casques bleus sont absorbés par le nord du pays, où l’application de l’accord de paix d’Alger se heurte à de nombreux obstacles, comme l’a rappelé l’attentat-suicide du 18 janvier à Gao (près de 80 morts sur une base gardée par des casques bleus).

Autre signe de la crise dans le delta intérieur du Niger, l’Etat malien abandonne le champ de l’éducation nationale sous la pression islamiste. Dans une petite maison en terre du centre historique de Mopti, trois jeunes professeurs assument leur statut de  » fuyards « . Mutés dans un village isolé, ils ont déserté leurs postes,  » par peur de mourir « . De nombreux chefs de village subissent en effet les pressions des groupes djihadistes les forçant à fermer les écoles.  » Ils viennent armés, ils prêchent dans les mosquées, puis ils repartent et reviennent « , raconte l’un des professeurs.

Quelques jours auparavant, ils ont ainsi débarqué à la mosquée de Konna, à une cinquantaine de kilomètres de Sévaré, sur la route nationale menant à Gao.  » Ils sont très mobiles « , observe Soumaïla Sangaré, secrétaire général de la commune urbaine de Djenné : rayonnant dans le delta intérieur du Niger, mais aussi au sud de la route Sévaré-Gao, particulièrement au niveau de Douentza, d’où partent dorénavant des groupes visant le nord du Burkina Faso, cible de plusieurs attaques meurtrières ces derniers mois.  » Si l’Etat n’agit pas rapidement, la région va basculer dans la guerre « , s’inquiète Soumaïla Sangaré. Mais, à Bamako, tout cela semble bien loin (Lire « Après Sangaris, Barkhane a-t-elle vécu » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/11/10/bulletin-climatique-quotidien-10-novembre-2016-de-la-republique-francaise/).

Faut-il rappeler ce que nous écrivions il y a déjà longtemps :  » Le Mali n’existe pas  » ?

 

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Voulez-vous tout savoir sur le palais du Louvre ?

C’est désormais facile avec ce magnifique ouvrage en trois volumes :

9782213671116-001-x_0-978x1052

 

En voici le descriptif : « Demeure des rois de France devenue le musée le plus prestigieux du monde, le Louvre est riche de huit siècles d’histoire. Plus d’une centaine d’auteurs dressent ici un panorama synthétique de son histoire, depuis les origines jusqu’à nos jours.
Le domaine que forment le palais du Louvre, celui des Tuileries (désormais disparu) et leur jardin voit se dérouler l’histoire de France. L’évolution, au fil des siècles, de son architecture, de son décor peint, sculpté et planté, de son ameublement, a forgé les destinées de l’art français.

Ici se déploient, depuis 1793, le musée du Louvre et ses collections. Leur histoire, leur constitution et leur aménagement, mais aussi l’évolution de leur administration et le portrait des acteurs qui les ont fait vivre, sont racontés grâce à des sources nombreuses, documentaires et visuelles, très souvent inédites.

Depuis sa genèse sous l’Ancien Régime, sa création sous la Révolution, son développement sous l’Empire, son ouverture aux mondes lointains sous la Restauration, son agrandissement sous Napoléon III et ses multiples phases de restructuration jusqu’à l’épanouissement du « Grand Louvre » et aux mutations les plus récentes, le musée voit toutes les étapes de son histoire analysées et détaillées.

Documents d’archives, gravures, plans, photographies anciennes et modernes des salles ou des bâtiments illustrent cette vaste synthèse et confèrent à cet ouvrage un caractère exceptionnel. Complétant cette démarche chronologique, un dictionnaire thématique donne une vision transversale des principaux éléments constitutifs du musée. »

« Histoire du Louvre », Geneviève Bresc-Bautier et Guillaume Fonkenell, Louvre éditions & Fayard, 2016, 2000 p. et 1300 illustrations

 

Le 30 janvier 2017.

Jean-Yves Pons, CJA.

Advertisements

Une Réponse to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (30 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE”

Trackbacks/Pingbacks

  1. BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (31 janvier 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. par conseil esperance du roi I. PS : certains n’hésitent plus a voler au secours de la victoire | documentation.erlande - février 1, 2017

    […] (Lire « Les Pays-Bas à la manoeuvre pour le massacre des innocents » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/01/30/bulletin-climatique-quotidien-30-janvier-…). Il s’est fâché ensuite avec le président mexicain Enrique Peña Nieto, en confirmant son […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :