Anne-Lys et l’Affaire Fillon. Les rats quittent le navire.

4 Mar

easter-lilyQuand la mer est grosse, que le navire tangue dangereusement et que le capitaine est en difficulté,
l’équipage, habituellement, fait front et mobilise toutes ses forces pour sauver le navire et sa propre vie. Mais les rats, eux, quittent le navire au plus vite.

Apparemment, bon nombre des membres de l’équipe de M. Fillon se comportent non en membres de l’équipage de la droite parlementaire, mais en rats pressés de s’éloigner du navire. Ces rats sont tous des personnalités qui ont tiré profit – ne serait-ce que par un niveau de vie très supérieur à celui du Français moyen – de leur situation dans leurs partis politiques et des mandats électifs que ceux-ci leur ont permis d’obtenir. Ce sont d’ailleurs, en majorité, parmi les personnalités de la droite parlementaire, principalement celles qui avaient combattu la candidature de M. Fillon lors des primaires de la droite et auxquelles celui-ci, en dépit de l’action qu’ils avaient menée contre lui, avait, par esprit d’unité et peut-être par générosité, donné dans son organigramme des places de premier plan.

Ces rats semblent ne pas avoir compris que, ce faisant, ils se tiraient une balle, sans doute mortelle : en l’absence de tout plan B, de tout candidat pouvant faire l’unanimité et ne traînant pas la moindre casserole, si minime soit-elle, leur fuite éperdue risque fort d’éliminer purement et simplement la droite parlementaire du second tour de l’élection présidentielle. Et s’ils espèrent ainsi sauver leurs sièges de parlementaires, il se pourrait qu’ils se trompent lourdement. Que la Présidence reste entre les mains de la gauche molle pour cinq ans, ou que Mme Le Pen parvienne à franchir le « plafond de verre », la campagne pour les législatives a de fortes chances de ne pas leur être favorable, car leurs électeurs potentiels pourraient bien, par l’abstention ou un vote pour d’autres candidats, leur faire payer leur responsabilité dans cet état de choses.

Il semble qu’en revanche ceux qui n’ont jamais tiré bénéfice de leur position politique, et qui souvent, au contraire, ont donné de leur temps et de leur argent pour ce qu’ils pensaient être le mieux pour notre pays, se comportent en membres d’équipage conscients du danger. Et que, tandis que les rats gros et gras abandonnent à la fois le navire et leur avenir, eux se changent en lions maigres et combattifs.

Anne-Lys, CJA.

Advertisements

2 Réponses to “Anne-Lys et l’Affaire Fillon. Les rats quittent le navire.”

  1. jeanl mars 5, 2017 à 12:51 #

    Je voudrais prolonger et compléter cette excellente analyse. Les « lâcheurs » ne sont sans doute pas bêtes au point de se lancer dans une telle opération suicide sans une bonne raison. La faiblesse de leur attachement personnel à F. Fillon ne me semble pas une raison suffisante: ils ne sont pas fous. Cherchant la vraie raison, je m’arrête sur une hypothèse: seraient-ils victimes d’un chantage, par exemple à la menace d’un examen à la loupe de leur enveloppe parlementaire, ou de leur déclaration d’ISF, ou autre? Ce n’est évidemment qu’une hypothèse, une question que je soumets à votre réflexion. Et dans ce cas, qui serait l’auteur du chantage?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :