BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (14 mars 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

14 Mar

I.  » Paris n’est pas encore parfaitement propre « 

C’est l’aveu euphémistique d’Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris, dans les colonnes du Journal du Dimanche (JDD) du 12 mars. Mais c’est encore rien de le dire car notre capitale est franchement…répugnante (Lire « La saleté de Paris et de sa région » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/03/07/bulletin-climatique-du-week-end-78-mars-2015de-la-republique-francaise/).

La maire de Paris, a donc annoncé dix mesures destinées à lutter pour la propreté des rues parisiennes allant d’une sensible augmentation des effectifs de nettoyage et de répression à la lutte contre les rats ou la multiplication des cendriers.

Mme Hidalgo annonce ainsi l’arrivée de 100 agents supplémentaires pour la propreté qui « viendront grossir les rangs des 260 agents déjà recrutés depuis 2014 ». « Au total, le service technique de la propreté de Paris – éboueurs, balayeurs, conducteurs, encadrants – comptera près de 7 000 personnes à la fin de l’année », détaille-t-elle au JDD. Soit, mais…

« Le nombre d’inspecteurs verbalisateurs augmentera de près de 50 % d’ici à l’été 2018 » à la brigade de lutte contre les incivilités, qui compte déjà 1 900 agents. Au 1er janvier 2018, viendront s’ajouter les 1 500 agents de surveillance de la ville de Paris (ASP, les anciennes « pervenches »), confirme Mme Hidalgo.

Avouez qu’il y a de quoi

Dorénavant, « des “enquêteurs” de la direction propreté, sécurité et protection (DPSP) se donneront le temps d’identifier les contrevenants pour les verbaliser et leur facturer les frais de nettoyage », précise la maire. Et c’est précisément là que nous l’attendons. Car, ainsi que vous l’avez constaté sur la photographie ci-dessus comme sur celle ci-dessous,

la cause principale de l’extrême saleté de Paris réside dans ses campements de migrants et, surtout, les immondices que ceux-ci répandent bien sûr dans les lieux où ils se trouvent mais aussi dans les rues, les places et les squares adjacents. Nous ne doutons évidemment ni de la verbalisation ni de la facturation des frais de nettoyage !

En outre, précise Mme Hidalgo, 1,5 million d’euros sera affecté à la dératisation de Paris, alors que « les rongeurs ont fait leur retour, infestant les parcs et jardins ». Mais, au fait, de quels rongeurs parle-t-elle ?

Et Mme Hidalgo d’ajouter : « Je demanderai à nos partenaires de faire de la propreté une priorité », citant les grandes enseignes et les immeubles de bureaux qui devront « équiper en cendriers les points d’entrée et de sortie de leur personnel ». Il en sera de même « pour les cafés, sous peine de se voir retirer leur autorisation de terrasse .»

Il ne reste plus à Anne Hidalgo qu’à faire aussi installer des cendriers sous le métro n° 5, là où campent ses migrants !…

 

II. Le commerce juteux de la déradicalisation bidon

Ce ne sera pas faute d’avoir tiré la sonnette d’alarme : la prétendue  » déradicalisation  » des islamistes dans notre pays est un leurre…coûteux (Lire  entre autres « Le scandaleux trafic de la déradicalisation » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/11/12/le-scandaleux-trafic-de-la-deradicalisation-en-france/). Nous n’en démordrons pas, pour nous la seule déradicalisation c’est…L’EXPULSION.

Hélas, nos responsables politiques ne veulent rien entendre et continuent d’avaler des couleuvres aux frais du contribuable. Ainsi, Manuel Valls, alors qu’il était encore Premier ministre, s’en était fait une quasi-raison d’être (écouter ceci : http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/la-deradicalisation-selon-manuel-valls-fait-tres-peur-a-dounia-bouzar-de-la-part-d-un-premier-ministre-797839.html).

Depuis, les scandales s’accumulent et le dernier en date est la comparution devant le tribunal correctionnel de Paris de l’une des plus en cour des déradicalisatrices, Sonia Imloul, l’une de ces  » Chances pour la France  » chargées par les autorités de régler à leur place un problème auquel ils n’ont rien compris et, rappelons-le, proche de Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI (Lire « Ah, dhimmitude quand tu les tiens… » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/09/13/bulletin-climatique-quotidien-13-septembre-2016-de-la-republique-francaise/).

Sonia Imloul, en fausse blonde

En décembre 2014, Bernard Cazeneuve s’était déplacé en personne dans les locaux de la Maison de la prévention et de la famille, en Seine-Saint-Denis, pour encourager l’initiative. Moins d’un an après, en août 2015, cette cellule de déradicalisation était contrainte de mettre brutalement la clé sous la porte pour malversations en tous genres.

Ce lundi, son ex-responsable Sonia Imloul, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Paris pour détournements de fonds, blanchiment et travail dissimulé. Car c’est tout ce que ces gens-là sont capables de faire : des razzias !. Elle est notamment soupçonnée d’avoir viré les sommes de 25 000 euros et 35 000 euros, subventions normalement destinées à la structure, à son ex-conjoint et à sa mère, grâce à un RIB falsifié ! Rappelons-le, il s’agit de l’argent du contribuable qui part ainsi…au bled.

En 2014, le gouvernement décide de mettre en place une plateforme de signalement, permettant aux familles de signaler des possibles candidats au départ pour le jihad. Le fameux numéro vert de Bernard Cazeneuve…

0 800 005 696

De nombreuses associations ont alors vu le jour, dont la Maison de la prévention et de la famille, située à Aulnay-sous-Bois et dirigée par la bonne Sonia. Son objectif: « soigner » les candidats au jihad. « On a réussi, il y a quelques mois de ça, à faire en sorte que de très jeunes enfants ne partent pas. Ils sont aujourd’hui rescolarisés, c’est un bon début« , se félicitait alors avec impudence Sonia Imloul, malgré les tensions qu’elle rencontrait avec la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Mais l’ancien coordinateur administratif de l’association, Julien Revial, 24 ans, dénonce les mensonges de sa responsable, dans un livre intitulé Cellule de déradicalisation. Chronique d’une désillusion.

Aux médias, Sonia Imloul affirmait avoir pris en charge une trentaine de familles. Dans un entretien accordé au Figaro, son collaborateur dément: « Nous recevions plus de journalistes (NDCER: toujours prêts à faire la promotion des « Chances pour la France« ) que de familles« . Il indique ainsi que l’association procède à un gonflement des chiffres: selon lui, seuls trois dossiers de déradicalisation se sont retrouvés à l’association. En outre, Sonia Imloul déclarait aussi travailler avec une équipe de psychologues, psychiatres, médiateurs religieux ou encore « criminologue-victimologue« . Là encore Julien Revial rétorque : « Au mieux, on a été cinq à travailler, Sonia Imloul incluse. On n’a jamais eu non plus de criminologue-victimologue dans l’équipe« .

Enfin, les finances de l’associations restent très opaques. Certaines pièces de l’appartement servant de local associatif sont, par exemple, louées à des étudiantes…. Julien Revial raconte qu’il n’a jamais été rétribué pour son travail, de même que les autres membres de l’association. Ensemble, ils alertent la préfecture de police, dont l’enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance astucieuse.

Résultat : ladite Sonia Imloul était hier devant la justice. Mais une justice, comme d’habitude d’une clémence…coupable et mortifère : quatre mois de prison avec sursis et 25 000 euros de dommages et intérêtsUN CADEAU.

Alors, pourquoi ne pas recommencer pour les uns et continuer pour les autres. Nos responsables politiques marchent sur la tête. Ils devront en rendre compte.

 

III. Quand Molière vient au secours des Français

Car on l’appelle ainsi : LA CLAUSE MOLIÈRE. Une nouvelle disposition surprise introduite par certaines collectivités dans leurs règles de passation de marchés publics au motif de préserver la sécurité des chantiers mais aussi (surtout ?) pour faire barrage aux travailleurs détachés venus d’autres pays de l’UE (la fameuse directive de 1996) et, pourquoi pas très vite, aux migrants venus de toute part et qui participent aussi au dumping social. La fameuse  » traite négrière  » que nous dénonçons sans fin. Pour cela, la règle est simple : imposer une connaissance suffisante et l’usage exclusif de la langue française sur les chantiers.

Le phénomène est loin d’être isolé, restant surtout le fait de collectivités de droite. Déjà, les départements (tous LR) de la Charente, du Nord, de la Vendée, du Haut-Rhin, de la Corrèze, l’ont adoptée. Les régions Hauts-de-France (LR), Pays de la Loire (LR), Normandie (Union des démocrates et indépendants, UDI) et Centre-Val de Loire (Parti socialiste) ont aussi fait ce choix.

A l’origine de cette règle : Vincent You, adjoint au maire (LR) d’Angoulème, Xavier Bonnefont. Sa ville a introduit le dispositif en mai 2016 dans ses règles de passation de marchés publics. Il s’agit  » de lutter contre les entreprises qui cassent les prix en allant chercher des travailleurs détachés sans que ces salariés ne cotisent à la Sécurité sociale « , explique M. You. Bourges, Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ou Montfermeil (Seine-Saint-Denis) ont adopté depuis la même clause.

 » Kes tu dis ? « 

Face à cette tendance, la députée européenne Elisabeth Morin-Chartier, membre de LR et eurolâtre militante, a donné l’alerte, vendredi, dans un courrier à François Fillon. Rapporteuse du projet de révision de la directive travailleurs détachés au Parlement de Strasbourg, elle affirme :  » Il est illusoire de penser que nous réglerons les problématiques de l’emploi en nous repliant sur nous-mêmes. Cette clause est un danger pour les travailleurs détachés français qui sont presque 200 000 à l’étranger : que se passerait-il si, en mesure de rétorsion, nos partenaires européens décidaient de ne plus recourir à l’expertise française sous prétexte qu’elle ne maîtriserait pas la langue nationale ?  »

Et d’ajouter : «  Cette clause va à l’encontre de tous nos engagements européens depuis la création de l’Europe par ses Pères fondateurs : la liberté de circulation des citoyens et des travailleurs. (…) Nous, la droite et le centre, avons la responsabilité immense de redresser la France. Nous ne devons pas tomber dans le piège du repli nationaliste dans lequel le FN veut enferrer notre pays.  » C’est bien pour cela qu’il faut abandonner l’Union européenne et ses  » Pères fondateurs  » cosmopolites et mondialistes.

Avec l’élargissement de l’UE aux pays de l’Est, les failles de la directive de 1996 ont fait le lit du dumping social dans des secteurs comme le transport et le bâtiment. Certes, en 2014 une nouvelle directive a été adoptée afin de mieux lutter contre les fraudes. Mais cela n’a pas suffi à éliminer les abus, comme ces sous-traitants qui versent un salaire minimum aux ouvriers, mais l’amputent de frais divers (logement, etc.). Il y a un an, Bruxelles a proposé une révision du texte de 1996 instituant un principe de  » même revenu sur un même chantier pour tous « .

Mais cette révision est au point mort : au Conseil (la réunion des pays membres) et au Parlement de Strasbourg, une dizaine de pays de l’Est (Pologne, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, etc.) s’y opposent farouchement, estimant que ceux de l’Ouest, sous couvert de lutter contre les abus, veulent limiter la liberté de circulation de leurs concitoyens.  » Vous voulez tout simplement instaurer des barrières protectionnistes, c’est inacceptable « , souligne un diplomate issu d’un de ces pays.

Ces derniers ont en vérité adhéré à l’UE pour  » voir tomber des murs  » et s’introduire dans le vaste espace de prospérité qu’était alors l’Union. Leurs gouvernements et leurs citoyens nourrissent un fort sentiment de frustration vis-à-vis de l’Europe, alors que leur niveau de vie a beaucoup progressé sans pour autant rattraper celui de l’Ouest.

La Commission et les eurodéputés travaillent depuis des mois à rapprocher les points de vue mais, il faut bien le dire, sans y parvenir. Alors, comment la clause Molière y sera-t-elle perçue ? Dimanche, la Commission bottait cependant en touche :  » Nous n’avons pas vu de texte ni reçu de plainte, il est donc difficile de trancher sur la compatibilité avec le droit européen « , estime une source interne.

En France, le débat ne fait que commencer. Pour Alain Rousset, patron (PS) de la région Nouvelle-Aquitaine et immigrationniste patenté, la clause Molière est  » raciste, inapplicable et totalement démago. La solution pour favoriser les PME qui génèrent des emplois en France consiste à passer des marchés publics en lots séparés pour ne pas systématiquement faire appel à des grosses entreprises.  »

A la région Ile-de-France, Céline Malaisé, présidente du groupe Front de gauche, dénonce une mesure  » xénophobe, stigmatisante. Ce n’est pas un hasard si elle est votée maintenant. Elle va servir de thème identitaire pour la campagne présidentielle de la droite « . Forcément…Mais il aurait fallu y penser plus tôt.

François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises et ancien vice-président de la Fédération française du bâtiment, connaît bien le sujet. Et il ne s’en émeut guère : «  S’il n’y avait pas eu par le passé autant de fraudes au détachement, on n’en arriverait pas à ce genre de chose aujourd’hui.  »  M. Asselin reconnaît pourtant que des mesures ont été prises au niveau national pour mieux maîtriser la fraude au détachement comme l’esclavage :  » Courant 2017, l’ensemble des salariés du bâtiment vont être équipés de cartes d’identification numériques. Un contrôleur pourra vérifier, à l’aide d’un smartphone, si la personne est en règle pour travailler sur un chantier en France.  »

Mais savez-vous combien de contrôleurs vont effectuer ce travail ? Et sur combien de chantiers ? Poser la question c’est évidemment y répondre…

IV. Mais « La France ne peut pas mourir, car le Christ aime encore les Francs » (Henri, comte de Chambord)

Dans quinze jours !

Du 1er avril au 29 octobre 2017, le château de Versailles vous accueillera pour les Grandes Eaux musicales tous les week-ends et jours féries de 11h à 12h et de 15h30 à 17h.

Une fête en famille.

 

Le 14 mars 2017.

Jean-Yves Pons, CJA.

Publicités

Une Réponse to “BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (14 mars 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.”

Trackbacks/Pingbacks

  1. BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (14 mars 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE-conseil dans l’espérance du roi:II. Le commerce juteux de la déradicalisation bidon-et varia | actualitserlande - mars 14, 2017

    […] BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (14 mars 2017)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :