Quel beau pays que le notre ! Tirage au sort à l’entrée de certaines filières universitaires.

28 Avr

Quel beau pays dont nos responsables politique ne cessent de nous vanter la qualité de vie, le système social  » que la Terre entière nous envie « , les capacités d’accueil sans limite de toute la misère du monde mais aussi de tous les jeunes qualifiés d’  » isolés  » auxquels on promet un enseignement et des formations professionnelles que l’on est incapable d’assurer aux nôtres !

Mais quel beau pays aussi que celui dont les université, saturées et incapables d’accueillir nos propres enfants, n’ont plus d’autre choix que de sélectionner les heureux élus par….tirage au sort !

Ce si beau pays, c’est le notre. Dans lequel une circulaire, publiée ce jeudi par le gouvernement finissant de François Hollande et Emmanuel Macron, les autorise désormais à procéder au tirage au sort pour l’affectation des étudiants à l’entrée à l’université, lorsque la demande dépasse les capacités d’accueil.

Ce tirage au sort, dénoncé par les organisations étudiantes et les présidents d’université, se pratique déjà dans des filières dites « en tension » dans un flou juridique qui mène parfois à des contestations en justice. Avec succès. Mais encore faut-il se lancer dans une procédure administrative longue et couteuse.

Les filières « en tension » sont celles qui reçoivent des demandes d’inscription dépassant leurs capacités d’accueil et sont, suivant les années : le droit, la psychologie, la Paces (première année de médecine) et Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives).

Or le tirage au sort en première année de licence ou en Paces vient d’être autorisé « en catimini » à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, « sans dialogue » avec les organisations étudiantes, par une circulaire parue jeudi au Bulletin officiel de l’Education nationale qui détaille différents critères selon lesquels doivent être pris en compte les étudiants qui demandent à s’inscrire en licence ou Paces sur le portail Admission post-bac (APB).

On tient ainsi compte notamment du rang de leur voeu, des étudiants qui sont mariés, pacsés… Si après la prise en compte de plusieurs critères il reste des candidats  » ayant un même ordre de priorité « , un tirage au sort est effectué, précise le texte.

 

Un arrêté sur le tirage au sort avait déjà été envisagé en janvier mais, face au tollé déclenché dans le monde universitaire, il n’avait finalement pas été promulgué.

Notons que le code de l’éducation interdit la sélection à l’entrée à l’université pour les filières dites  » libres « , c’est-à-dire  » non sélectives « .

Serait-ce une bombe à retardement lâchée dans les universités à l’intention du prochain chef de l’Etat ?

Le 28 avril 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, Conseiller aux affaires intérieures, à l’ordre public et à l’organisation du territoire.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :